Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Un été avec Baudelaire (1821-1867).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Juliette2a
Tenant of Hamley Hall
avatar

Nombre de messages : 13844
Age : 20
Localisation : Entre la Suisse et l'Angleterre :) At Thornfield Hall, with Jane Eyre and Edward Rochester !
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: Un été avec Baudelaire (1821-1867).   Ven 4 Aoû 2017 - 18:47

Merci pour ce poème que je viens de découvrir, Marganne drunken On voit bien que Baudelaire est un être tourmenté !
Revenir en haut Aller en bas
serendipity
Aurora Borealis Chaser
avatar

Nombre de messages : 8654
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Un été avec Baudelaire (1821-1867).   Mar 8 Aoû 2017 - 12:53

Il est terrible, Marganne, ce poème pale

Sur le thème Baudelaire et la mer, j'ai écouté la chronique de France Inter ( Arrow ) qui m'a permis de découvrir le poème "Obsession" et cette strophe si particulière  Wink

Citation :
Je te hais, Océan ! tes bonds et tes tumultes,
Mon esprit les retrouve en lui ; ce rire amer
De l'homme vaincu, plein de sanglots et d'insultes,
Je l'entends dans le rire énorme de la mer.

Je ne sais pas si des membres sont intéressées par les chroniques d'Antoine Compagnon auxquelles je me réfère mais, dans le doute, je vous en cite quelques unes au fur et à mesure de mes découvertes Wink
Revenir en haut Aller en bas
Juliette2a
Tenant of Hamley Hall
avatar

Nombre de messages : 13844
Age : 20
Localisation : Entre la Suisse et l'Angleterre :) At Thornfield Hall, with Jane Eyre and Edward Rochester !
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: Un été avec Baudelaire (1821-1867).   Mer 9 Aoû 2017 - 18:33

Merci pour ce partage Serendipity ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Ysabelle
Stardust Reveries
avatar

Nombre de messages : 16607
Age : 55
Localisation : Quelque part entre l'orient et l'occident
Date d'inscription : 07/05/2010

MessageSujet: Re: Un été avec Baudelaire (1821-1867).   Mer 9 Aoû 2017 - 23:37

On sent un lien très étroit avec la mer. Comme quelqu'un de passionné mais à qui la mer à aussi pris quelqu'un de cher scratch
Revenir en haut Aller en bas
Ysabelle
Stardust Reveries
avatar

Nombre de messages : 16607
Age : 55
Localisation : Quelque part entre l'orient et l'occident
Date d'inscription : 07/05/2010

MessageSujet: Re: Un été avec Baudelaire (1821-1867).   Dim 20 Aoû 2017 - 0:03

Sur les conseils de Marganne, je copie ces messages postés dans le topic George Sand. Comme il s'agit de Beaudelaire, cela peut intéresser certains d'entre vous.
_________________
Pour ma part, je suis tombée sur un Hors série de Le Monde consacré à Beaudelaire et j'étais enchantée de le lire jusqu'à ce que je tombe sur des extraits de "Mon cœur mis à nu" du Journal intime. Je vous avoue que ça m'a donné la nausée et fait tomber Beaudelaire du haut d'un gratte ciel No J'ai vu ensuite le lien mis part Ludi et tous ces avis motivés que par le seul genre de George Sand affraid C'est horrible! Je suis contente de ne pas avoir vécu cette époque. Cela dit, de nos jours, ce genre de réactions existe et c'est plus impardonnable

Voici ce qu'à écrit ce cher Beadelaire :
Citation :

- La femme Sand est le Prudhomme de l'immoralité.
Elle a toujours été moraliste.
Seulement elle faisait autrefois de la contre-morale.
Aussi elle n'a jamais été artiste. Elle a le fameux style coulant, cher aux bourgeois.
Elle est bête, elle est lourde, elle est bavarde. Elle a, dans les idées morales, la même profondeur de jugement et la même délicatesse de sentiment que les concierges et les filles entretenues. Ce qu'elle dit de sa mère. Ce qu'elle dit de la poésie. Son amour pour les ouvriers. Que quelques hommes aient pu s'amouracher de cette latrine, c'est bien la preuve de l'abaissement des hommes de ce siècle. Voir la préface de Mademoiselle La Quintinie, où elle prétend que les vrais chrétiens ne croient pas à l'Enfer. La Sand est pour le Dieu des bonnes gens, le dieu des concierges et des domestiques filous. Elle a de bonnes raisons pour vouloir supprimer l'Enfer.
_____
Le Diable et George Sand. - Il ne faut pas croire que le diable ne tente que les hommes de génie. Il méprise sans doute les imbéciles, mais il ne dédaigne pas leur concours. Bien au contraire, il fonde ses grands espoirs sur ceux-là.
Voyez George Sand. Elle est surtout, et plus que toute autre chose, une grosse bête ; mais elle est possédée. C'est le diable qui lui a persuadé de se fier à son bon coeur et à son bon sens, afin qu'elle persuadât toutes les autres grosses bêtes de se fier à leur bon coeur et à leur bon sens.
Je ne puis penser à cette stupide créature, sans un certain frémissement d'horreur. Si je la rencontrais, je ne pourrais m'empêcher de lui jeter un bénitier à la tête.
_____
George Sand est une de ces vieilles ingénues qui ne veulent jamais quitter les planches. J'ai lu dernièrement une préface (la préface de Mademoiselle La Quintinie) où elle prétend qu'un vrai chrétien ne peut pas croire à l'Enfer. Elle a de bonnes raisons pour vouloir supprimer l'Enfer.


Quant à moi, je ne sais je vais relire Beaudelaire de si tôt [/quote]

Ce qui m'étonne de sa part, ce n'est pas qu'il critique son oeuvre, c'est quasiment des insultes dirigés vers sa personne Shocked

Elle est bête, elle est lourde, elle est bavarde. Elle a, dans les idées morales, la même profondeur de jugement et la même délicatesse de sentiment que les concierges et les filles entretenues. ...  Son amour pour les ouvriers. Que quelques hommes aient pu s'amouracher de cette latrine, c'est bien la preuve de l'abaissement des hommes de ce siècle...

Voyez George Sand. Elle est surtout, et plus que toute autre chose, une grosse bête... Je ne puis penser à cette stupide créature, sans un certain frémissement d'horreur. Si je la rencontrais, je ne pourrais m'empêcher de lui jeter un bénitier à la tête.... Shocked affraid

Un esprit capable de produire de belles œuvres, comment pouvait-il se rabaisser à ce point!! J'ai du mal à croire que c'est le même homme qui a écrit :

Citation :
Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.
et bien d'autres belles choses scratch
Revenir en haut Aller en bas
serendipity
Aurora Borealis Chaser
avatar

Nombre de messages : 8654
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Un été avec Baudelaire (1821-1867).   Dim 20 Aoû 2017 - 8:46

Merci pour ce post Ysabelle (je ne l'avais pas vu, donc merci également à Marganne Wink )

Baudelaire devait être un sacré misogyne No
Revenir en haut Aller en bas
Marganne
Lioness of Brittany
avatar

Nombre de messages : 2052
Age : 48
Localisation : Entre ciel, terre et mer...
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Un été avec Baudelaire (1821-1867).   Dim 20 Aoû 2017 - 10:44

Je suis venère  

A l'aube (à l'heure où blanchit la campagne, non, ça c'est pas lui ), j'avais rédigé une longue réponse à Ysa, je parlais d'une autre oeuvre de Baudelaire qui est assez ignoble, et ça a buggé quand j'ai voulu poster, du coup j'ai laissé tomber . Je vais recommencer, mais en rédigeant au préalable sur mon logiciel de traitement de texte
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un été avec Baudelaire (1821-1867).   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un été avec Baudelaire (1821-1867).
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Cobert, Harold] Un hiver avec Baudelaire.
» Baudelaire (1821-1867) LE VIN DES CHIFFONNIERS Au fond de ces quartiers
» Charles BAUDELAIRE (1821-1867) Le serpent qui danse
» Charles BAUDELAIRE (1821-1867) Sonnet d'automne
» Charles BAUDELAIRE (1821-1867) Les bijoux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Autres auteurs (divers) :: Auteurs francophones-
Sauter vers: