Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether

Aller en bas 
AuteurMessage
MissAcacia
DerbyCheshire Cat
avatar

Nombre de messages : 7134
Age : 46
Localisation : Perched on a hot sound tree
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether   Mar 7 Avr 2015 - 22:00

J'ouvre un sujet à Benjamin Wood, auteur anglais né en 1981 dans le nord-ouest de l'Angleterre, qui a publié son premier roman en 2012.

Le complexe d'Eden Bellwether est paru l'an dernier en français aux éditions Zulma. Il a remporté le prix des lecteurs de la FNAC.


Le démarrage de l'histoire:
Citation :
Cambridge, de nos jours. Au détour d’une allée de l’imposant campus, Oscar est irrésistiblement attiré par la puissance de l’orgue et des chants provenant d’une chapelle. Subjugué malgré lui, Oscar ne peut maîtriser un sentiment d’extase. Premier rouage de l’engrenage. Dans l’assemblée, une jeune femme attire son attention. Iris n’est autre que la sœur de l’organiste virtuose, Eden Bellwether, un étudiant arrogant et sûr de lui.
Bientôt intégré au petit groupe qui gravite autour d’Eden et Iris, Oscar est de plus en plus perturbé par ce qui se trame dans la chapelle des Bellwether.

Apparemment c'est un succès de librairie, qui collectionne les critiques élogieuses. On me l'a offert en fin d'année dernière et je viens de le terminer.

Il commence comme un roman policier, continue comme un roman fantastique et finit en roman psychologique dans une ambiance assez tendue. C'est bien simple, une fois l'histoire lancée, j'ai eu du mal à le lâcher. Je l'ai trouvé remarquablement bien fait, notamment l'ambiance.
Oscar, le "héros" ou plutôt le narrateur, est issu d'une famille modeste. Il travaille comme aide-soignant dans une maison de retraite (dont un des pensionnaires est un personnage remarquable, le Dr Paulsen). Les Bellwether sont un de purs produits d'Oxbridge, issus de la upper middle class. La rencontre de ces deux classes qui ordinairement ne se mélangent pas est l'un des éléments de l'histoire, même si elle n'en constitue pas le corps principal.
Celui-ci est centré sur Eden, musicien prodige, à la personnalité plus que bizarre. Il possède en particulier une sorte d'emprise sur sa soeur, qui va pousser Oscar à entrer dans un drôle d'imbroglio.
Bien sûr, il y a quelques faiblesses, des points passés rapidement qu'on aurait souhaité voir traités de façon plus approfondie, des personnages qui sont un peu superficiels pour certains. Certains lecteurs ont trouvé des invraisemblances mais je parlerai plutôt de faits inexpliqués, qui nous laissent un peu frustrés.
Enfin, globalement c'est un livre qui mérite le détour (et que peut-être Wilkie Collins n'aurait pas renié).

J'ai aussi pensé à Chandelles noires, de John le Carre, mais mon souvenir est trop imprécis. Il faudrait que je le relise.

Je ne sais pas si quelqu'un d'autre l'a lu Smile .


Dernière édition par MissAcacia le Jeu 9 Avr 2015 - 20:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pando_Kat
Lady Gunslinger of Gilead
avatar

Nombre de messages : 7167
Age : 37
Localisation : Dans le Tardis, entre Westeros, Arrakis et Giléad
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether   Mer 8 Avr 2015 - 12:01

Pas lu mais très intéressée ! Je le rajoute à ma pàl immédiatement (j'espère que je serais aussi rapide et décidée pour le lire effectivement XD)

_________________
Library Thing - Listography - Tumblr - Goodreads

"Captain Cogitation" | CEO of Black Corporation | Commander of the Kraken (and other big bad ass monsters)
N°1 loyal subject of the One and Only Queen Margaret
Revenir en haut Aller en bas
esperluette
Magnolia-White Ampersand
avatar

Nombre de messages : 8085
Age : 27
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether   Dim 24 Jan 2016 - 12:58

J'ai lu ce livre il y a presque un an, j'ai donc oublié pas mal de choses.

Je me rappelle avoir été assez absorbée par l'histoire et l'atmosphère dans la première moitié, mais j'ai perdu une partie de mon intérêt par la suite, à mon sens le récit s'enlise un peu et je n'ai pas été convaincue par la fin (dont je ne me rappelle plus d'ailleurs Embarassed Laughing ). En lisant ton résumé MissAcacia je réalise aussi que le narrateur m'avait semblé un peu fade, pas très consistant. Mais certains des autres personnages étaient plus intéressants. J'avais trouvé cette lecture plutôt agréable mais je dois dire que mon bilan était plutôt mitigé.
Revenir en haut Aller en bas
MissAcacia
DerbyCheshire Cat
avatar

Nombre de messages : 7134
Age : 46
Localisation : Perched on a hot sound tree
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether   Dim 24 Jan 2016 - 15:22

Merci d'avoir pris le temps de donner tes impressions. La deuxième moitié est effectivement plus faible que la première mais j'ai trouvé le roman très prenant dans l'ensemble Wink .
Revenir en haut Aller en bas
Annwvyn
Subtle scent of rain
avatar

Nombre de messages : 6532
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether   Ven 23 Mar 2018 - 22:42

Je reprends ma critique d’Eden B. Une coupure d’électricité m’a mangé un long commentaire cet après-midi et j’ai un peu de mal à trouver le courage de tout re-raconter. Ma première version était tellement sincère que j’ai du mal à ressortir des mots aussi justes. Mais je vais faire ce que je peux.

J’ai fini Le complexe d’Eden Bellwether. Quel périple !  cheers  cheers  cheers J’ai du mal à réaliser que je l’ai terminé. C’est un livre qui m’a passionnée (je l’ai englouti, j’ai lu au travail, dans le bain, le matin avant de partir au travail  - j’ai réalisé d’ailleurs que lire le matin m’apaisait énormément pour commencer ma journée, et j’étais surexcitée en rentrant chez moi le soir). Ce roman m’a aussi fascinée, choquée, et peinée. study

Soyons francs, ce livre n’est pas parfait. L’écriture (ou la traduction) n’a rien de remarquable, il y a quelques maladresses et quelques longueurs. Le personnage principal est à mourir d’ennui. Le roman ne sera pas un de mes romans préféré, je le sais. Pourtant… il m’a emportée, excitée, et j’y ai trouvé plein de sujets passionnants. A mesure que j’en parle, me reviennent des détails, me révélant la richesse du roman. Un jeu pervers mais fascinant où je me suis perdue, mais qui m’a enchantée, et séduite de manière très douce, insidieuse…

EDIT : j’ai écrit tellement de choses que… je vais tout passer en spoiler (bien que je ne raconte pas la fin, j'en donne de sérieux indices, et je décortique pas mal de petites choses qui m’ont fait réagir, et qu’il serait dommage de connaître par avance). Pour une meilleure critique, très chouette, je renvoie à cet article de Télérama, que j’ai trouvé vraiment bien écrit et qui est une fine analyse.

Télérama a écrit:
Persuadé que sa musique adoucit les maux, un étudiant organiste manipule son petit monde à Cambridge. Un premier roman qui agit comme un sortilège.

Rien d'étonnant à ce que le cinéma d'Alain Resnais soit évoqué à deux reprises dans ce livre diabolique, impossible à lâcher, écrit par un jeune inconnu appelé à sortir du bois. Plus particulièrement L'Année dernière à Ma­rienbad, au détour de conversations entre les personnages, des étudiants anglais du début des années 2000, nés avec une petite cuillère d'argent dans la bouche. Amateurs de cigarettes aux clous de girofle, de pommes de terre au raifort et de punaises dans les lobes d'oreilles, ils disent que le cinéaste français les agace et les fascine, par son art de la construction labyrinthique, son sens de la musique et l'indéfinissable sensualité désincarnée de ses acteurs.

L'effet miroir est évident. Pour son premier roman, le Britannique Benjamin Wood a su dessiner une architecture du plus bel effet, aussi savante que celle du jardin de Marienbad, ménageant des allées de décompression et d'ensorcellements, des lignes de fuite et des points de recoupement. Il a aussi insufflé une âme perverse à chaque promeneur, imaginant une galerie de fieffés manipulateurs qui agissent en toute jubilation, en toute élégance aussi.

Leur gourou s'appelle Eden Bell­wether, infernal organiste, envoûtant tous ceux qui l'écoutent. Jeune aide-soignant d'une maison de retraite, Oscar Lowe est de ceux qui ont tendu l'oreille à sa musique, dans la chapelle du King's College de Cambridge, en rentrant d'une journée de travail où il venait de mettre en pratique son credo de mécréant : « Aider les gens quand ils sont démunis. » Ce jour-là, il est tombé amoureux d'Iris, la soeur du musicien, gracile admiratrice cachée dans l'auditoire. Aimantée, elle aussi, par les envolées de l'orgue. Hypnotisée par les ondes émanant des doigts de son frère. Sous la coupe de cet être hors norme dont l'entourage se demande s'il relève ou non de la psychiatrie.

Benjamin Wood propose une passionnante étude de cas sans diagnostic final. Il ouvre son roman sur l'agonie de son sujet, le visage dans les joncs, les pieds dans l'eau, au fond de sa propriété familiale. Il nous présente donc l'ange exterminateur à terre. Puis le remet dans la lumière, tout au long d'un flash-back de presque 500 pages, déroulant les exactions passées d'Eden avec une précision machiavélique. La véritable maladie de son héros, c'est qu'il se prend pour un guérisseur. Persuadé que la musique a un pouvoir curatif, même sur les cas désespérés, il se prépare à une belle carrière de charlatan, mais ne voit pas qu'il est l'incarna­tion de son propre échec : si ses compo­sitions symphoniques étaient aussi magiques, il aurait une santé mentale plus équilibrée. Le roman joue sur ce paradoxe, transformant les apparitions-disparitions d'Eden Bellwether en valses-hésitations terrifiantes.

Si Benjamin Wood se révèle illusionniste hors pair, à travers les perfidies les plus abyssales que manigance son personnage, c'est l'humanité du jeune auteur anglais de 33 ans qui frappe en sourdine, insistante et légère comme une basse continue. Dans l'ombre d'Eden, il y a Oscar, garçon « normal », dévoué, calme, humble. Lui aussi exerce son pouvoir de guérison sur ceux qu'il croise. En silence, sans attendre de reconnaissance ni de récompense. Benjamin Wood a écrit un livre en formes de poupées russes : Le Complexe d'Eden Bellwether, garçon de la haute, pourrait aussi s'appeler « Le Complexe d'Oscar Lowe », garçon sans le sou. Deux hommes pour une même cause : cacher ses fragilités. Deux romans pour le prix d'un : beau coup d'envoi. — Marine Landrot

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://annwvynsfactory.blogspot.com/
nephtis
Ethereal Wings on the Nile
avatar

Nombre de messages : 9225
Age : 54
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether   Sam 24 Mar 2018 - 11:21

esperluette a écrit:
J'ai lu ce livre il y a presque un an, j'ai donc oublié pas mal de choses.

Je me rappelle avoir été assez absorbée par l'histoire et l'atmosphère dans la première moitié, mais j'ai perdu une partie de mon intérêt par la suite, à mon sens le récit s'enlise un peu et je n'ai pas été convaincue par la fin (dont je ne me rappelle plus d'ailleurs Embarassed Laughing ). En lisant ton résumé MissAcacia je réalise aussi que le narrateur m'avait semblé un peu fade, pas très consistant. Mais certains des autres personnages étaient plus intéressants. J'avais trouvé cette lecture plutôt agréable mais je dois dire que mon bilan était plutôt mitigé.

Je te rejoins totalement Esperluette j ai été emballée par le dėbut de l histoire et l originalité du propos mais la seconde moitié qui est assez farfelue et l inconsistance de certains personnages  ( je trouvre très peu crédible l attitude de parents )m ont ennuyée.  J ai eu l impression que l auteur s enlisait et n arrivait pas à trouver une fin à son livre.
Revenir en haut Aller en bas
Ju
Gone With The Books
avatar

Nombre de messages : 10818
Age : 28
Localisation : In the Tardis, with Ten
Date d'inscription : 15/05/2010

MessageSujet: Re: Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether   Jeu 5 Avr 2018 - 11:00

J'ai terminé Le complexe d'Eden Bellwether et même si j'ai bien aimé, ce ne sera pas un coup de coeur.
J'ai eu du mal à éprouver de l'empathie pour les personnages, et je suis un peu frustrée par cette fin, j'aurais aimé en savoir plus sur les conversations Eden/Crest... Après, je te rejoins Annwvyn sur la description de la haute société anglaise que j'ai beaucoup aimé ! Ça m'a fait penser aux romans de Julian Fellowes (pas à Downton en effet Wink ) qui sont assez critiques et acerbes à mon souvenir.
Ce fut une lecture intéressante par certains aspects, mais je ne pense pas en garder un souvenir impérissable...
Revenir en haut Aller en bas
Annwvyn
Subtle scent of rain
avatar

Nombre de messages : 6532
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether   Ven 6 Avr 2018 - 14:31

Je suis contente que tu aies au moins apprécié ta lecture, Ju. Je ne m'attendais pas à ce que tu aimes autant que moi, parce que j'ai conscience que l'auteur aborde des thèmes qui résonnent personnellement en moi. Concernant les conversations
Spoiler:
 

De mon côté, j'ai fini hier soir le deuxième ouvrage de l'auteur, L'écliptique. Je l'avais repéré avant de lire Eden Bellwether, à sa couverture... qui au fond ne lui va pas vraiment. Ne lisez pas non plus la quatrième de couverture, elle est à la fois trop bavarde, à la fois pas tellement pertinente. Razz



L'écliptique, raconte à la première personne, les pérégrinations intellectuelles d'Elspeth Conroy, jeune peintre surdouée, d'origine modeste, dans l'Angleterre des années 60. Elspeth ayant connu un blocage artistique, elle s'est réfugiée dans une résidence fermée, sur l'île d'Heybeliada au large de la Turquie, réservée aux artistes comme elle qui ne parviennent plus à se concentrer sur leur oeuvre. Je m'arrêterai là. L'écliptique parle avant tout du parcours créatif d'Elspeth, de sa formation, des gens qu'elle a rencontrés, de ses sources d'inspirations, de ses zones d'ombres... Des personnages évoluent autour d'elle, il y a des péripéties, mais le roman est surtout le récit de la lutte d'Elspeth contre elle-même, et une recherche perpétuelle d'un chemin créatif autour d'une oeuvre en particulier.

Je crois que je me suis contentée d'une vague curiosité pendant une très grosse partie de ma lecture (en partie toutes ces séquences d'expositions, et ce milieu des marchands d'art, ça me parlait trop peu). Le livre ne me passionnait pas, je le trouvais seulement intéressant, précis, clinique presque (c'est loin d'être une immersion dans les émotions de la narratrice, qui paraît à première vue assez terre-à-terre), retranscrivant au travers de situations précises les méandres de l'esprit d'un artiste, qui veut créer (sa formation, ses sources d'inspirations, ses points de blocage). Seulement, c'était très précis et très dense, et j'avais l'intuition qu'il fallait attendre la fin pour juger l'ensemble. Et c'était tout à fait ça. Smile

Je crois que la fin est très critiquée. Je peux dire qu'elle a emporté mon adhésion. J'ai lu sans voir le temps filer hier soir, jusqu'à une heure du matin (donc je suis fatiguée aujourd'hui Laughing). La fin m'a tenue en haleine, avec ce côté "la boucle est bouclée", un véritable aboutissement, un déchirement aussi (mais j'ai eu très peur que ce soit pire...). Une fois le livre fini, on comprend Elspeth et comment elle travaille et fonctionne. A la fin du livre, Elspeth est un personnage complet, avec une apparente "normalité" mais une complexité réelle. Jusqu'au bout, on espère pour elle.

Je garde le livre au coeur, contre toute attente (alors que je me suis un moment imaginée le revendre, par ennui). Je suppose donc que je l'ai aimé. Il est très intéressant sur le travail d'un artiste, en particulier à titre pédagogique pour moi, qui veux être écrivain (je suis ravie de l'avoir lu juste après Un lieu à soi de Virginia Woolf, on y retrouve des thèmes proches). La part belle est faite au travail fastidieux et sans chemin tracé d'avance (ce qui est rare, souvent les récits portant sur les artistes ne parlent que de fulgurances créatives), et à l'implication qu'une oeuvre peut parfois (ou doit toujours ? Laughing) demander de son auteur. Elspeth ne veut pas produire une oeuvre belle, elle ne cherche pas non plus à être comprise grâce à ses oeuvres, elle m'a plutôt semblée en quête de vérité, vouloir instinctivement retranscrire en peinture ce qu'elle irait volontairement rechercher au fond de son inconscient. C'est dur pour l'équilibre, nécessaire pour l'Art, et ça nous emmène peut être un peu trop loin...

Allons, encore un roman original et plus riche qu'il en a l'air de la part de Benjamin Wood !
Revenir en haut Aller en bas
http://annwvynsfactory.blogspot.com/
cléopatre
gypsy acid cat
avatar

Nombre de messages : 7514
Age : 25
Localisation : Behind the doors of perception
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether   Ven 6 Avr 2018 - 21:37

Ce deuxième roman m'intéresse sunny merci pour ton avis! cheers J'avoue que j'ai pris le complexe d'Eden à ma bib et que je n'ose pas le lire Embarassed je vais peut-être me rabattre sur 2ème donc Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://www.senscritique.com/CarolineKrzys
Annwvyn
Subtle scent of rain
avatar

Nombre de messages : 6532
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether   Sam 7 Avr 2018 - 11:56

Bonne idée Cléopâtre ! cheers
Depuis hier, je suis en manque de ma dose d'Ecliptique. Je crois que ça me faisait du bien de voir comment une personne seule peut réussir à s'organiser, et à réguler ses moments de création. Je suis à nouveau un peu angoissée depuis que j'ai fini ce roman... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://annwvynsfactory.blogspot.com/
cléopatre
gypsy acid cat
avatar

Nombre de messages : 7514
Age : 25
Localisation : Behind the doors of perception
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether   Sam 7 Avr 2018 - 12:24

C'est une réaction qui donne envie de le lire sunny
Revenir en haut Aller en bas
http://www.senscritique.com/CarolineKrzys
Elianor
Eclectic spirit
avatar

Nombre de messages : 4173
Localisation : Ici ou là-bas, un livre dans les mains...
Date d'inscription : 28/05/2011

MessageSujet: Re: Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether   Sam 7 Avr 2018 - 16:18

Vos avis sur ces deux romans m'intriguent et m’intéressent beaucoup, je crois que je vais me lancer plus tôt que prévu Wink
Revenir en haut Aller en bas
Annwvyn
Subtle scent of rain
avatar

Nombre de messages : 6532
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether   Sam 7 Avr 2018 - 19:03

Tiens, je me rends compte que je n'avais pas posté la photo de mon édition de Eden B. Ce n'était pas Zulma, comme MissAcacia plus haut, mais Livre de Poche. J'aime beaucoup cette photo de King's College. Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
http://annwvynsfactory.blogspot.com/
Elianor
Eclectic spirit
avatar

Nombre de messages : 4173
Localisation : Ici ou là-bas, un livre dans les mains...
Date d'inscription : 28/05/2011

MessageSujet: Re: Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether   Dim 8 Juil 2018 - 14:34

Ça fait un petit moment que j'ai terminé le roman, mais j'ai un peu de mal à donner mon avis Rolling Eyes
Je l'ai lu d'une traite (pas en 1 jour je vous rassure, mais sans en lire d'autres en parallèle, je trainais le bouquin de partout Laughing ). C'est un peu comme si j'avais été happée par cette histoire. A des moments j'avais même l'impression de connaitre en vrai les personnages du bouquin, peut-être parce que l'atmosphère du roman est très réaliste Rolling Eyes (dans mon esprit c'est clair, mais je ne sais pas si j'arrive bien à en retranscrire l'idée par écrit). Malgré tout je ne peux pas dire que j'ai vraiment aimé le roman, car l'ambiance en était trop tendue et malsaine à mon goût, surtout vers la fin. J'ai aussi trouvé que le roman trainait un peu en longueur et qu'au contraire la fin semblait un peu bâclée et donc pas tout à fait convaincante.
Par contre, j'ai bien aimé toutes les références, les citations et les réflexions que l'on trouve à chaque coin de page. Comme elles servent le récit aussi, on peut s'y arrêter si cela nous intéresse ou les laisser filer comme un bout de l'histoire. J'ai trouvé cette façon d'écrire très ingénieuse.

Pour les personnages, je n'ai pas particulièrement aimé Oscar qui est trop mou et trop influençable pour être vraiment sympathique, malgré ses grandes qualités humaines. Mais la situation dans laquelle il a été embarquée n'était pas évidente non plus et le confrontait directement à ce qu'il voulait le plus éviter (sa condition) et ce à quoi il aspirait sans en être tout à fait conscient peut-être.
Je n'ai pas particulièrement aimé Eden non plus, il est "trop". Trop exigeant, trop égoïste, trop intelligent, trop doué, trop vaniteux, trop nocif pour son entourage.... et je ne m'empêcher d'ajouter tellement incompris, ce qui le rend touchant. Mais pas sympathique pour autant. J'ai eu, dès le début, une méfiance vis-à-vis d'Eden. Non pas parce qu'il est différent du commun des mortels ou qu'il ne rentre pas dans une case remplie de bienséance et de "normalité", mais parce que je sentais qu'à tout moment il pouvait glisser du "côté obscur de la force" pour reprendre une autre référence bien connue  Wink
Iris, je n'ai pu la voir autrement que comme une victime.
Quant aux autres membres du groupe, seule Jane m'a paru vraiment agréable et attachante, mais on la connait bien peu !

Pour conclure, je dirai que j'ai passé un bon moment de lecture, mais qu'il ne fera pas partie de mes livres préférés
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether   

Revenir en haut Aller en bas
 
Benjamin Wood: le Complexe d'Eden Bellwether
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Wood, Benjamin] Le complexe d'Eden Bellwether
» [Eden] escarmouche post apocalyptique
» [EDEN] Tournoi à l'escargot rouge le samedi 20 novembre
» L'Etrange histoire de Benjamin Button
» Woody Wood Pecker

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Auteurs anglo-saxons divers (XXème et XXIème siècles)-
Sauter vers: