Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Les Hauts de Hurlevent- le livre

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
AuteurMessage
Juliette2a
Tenant of Hamley Hall
avatar

Nombre de messages : 15717
Age : 21
Localisation : Entre la Suisse et l'Angleterre :) At Thornfield Hall, with Jane Eyre and Edward Rochester !
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Sam 10 Mar 2018 - 18:12

Merci pour l'info, Poiesis I love you C'est une bonne nouvelle drunken
Revenir en haut Aller en bas
Poiesis
Subtil compliment
avatar

Nombre de messages : 186
Age : 25
Date d'inscription : 27/02/2018

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Lun 21 Mai 2018 - 7:09

Lydie Salvayre (à qui l'on doit notamment Pas pleurer, le prix Goncourt de 2014) a écrit une préface inédite du roman Les Hauts de Hurlevent. En voici un très bel extrait :

« Il est l'orgueil en personne. Il est l'excès. Il est la foudre. Il est élégant et sauvage. Il est tendre et brutal comme un tranchant de scie. Il s'appelle Heathcliff. De Heathcliff, Emily Brontë a le caractère entier, l'insolence prompte et le refus têtu de se plier aux contraintes sociales dès lors qu'elles ne s'appuient que sur des faux-semblants. De lui, le goût de la lande que, depuis l'enfance, elle parcourt en tous sens, une lande qui meurt l'hiver sous le poids de la neige et les hurlements du vent pour renaître au printemps dans les bruyères roses et les crocus dorés dont elle fait des bouquets. Mais Emily ne partage en rien la noirceur effroyable de son héros, pas plus que sa classe sociale dite inférieure, une classe contre laquelle Heathcliff, l'enfant trouvé, l'enfant sauvage, l'enfant sans nom et sans lignage, se révoltera et se vengera avec un acharnement qui confinera à la démence. »

Revenir en haut Aller en bas
Cassandre
Sweet Indian Princess
avatar

Nombre de messages : 29777
Age : 56
Localisation : entre deux livres
Date d'inscription : 22/08/2009

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Lun 21 Mai 2018 - 8:30

Merci pour le partage, Polesis un très beau résumé d'un livre que j'avais adoré ado
Revenir en haut Aller en bas
Petit Faucon
Confiance en soie
avatar

Nombre de messages : 7083
Age : 53
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Lun 21 Mai 2018 - 13:15

Oui, c'est un très beau texte, merci Poieisis.
Lydie Salvayre a un très bon style sunny
Revenir en haut Aller en bas
clinchamps
Oshaberi Sensei
avatar

Nombre de messages : 52854
Age : 75
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Lun 21 Mai 2018 - 13:46

Excellente définition de ce héros si particulier, si unique !! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Juliette2a
Tenant of Hamley Hall
avatar

Nombre de messages : 15717
Age : 21
Localisation : Entre la Suisse et l'Angleterre :) At Thornfield Hall, with Jane Eyre and Edward Rochester !
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Lun 21 Mai 2018 - 18:28

Je plussoie ! cheers Cette description est magnifique

Merci pour le partage, Poiesis
Revenir en haut Aller en bas
Corasirene
Intendante de Pemberley
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 33
Localisation : Sud
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Lun 21 Mai 2018 - 20:35

Quel bel extrait, merci !
Revenir en haut Aller en bas
http://sable.skyrock.com/
Mellana
Subtil compliment
avatar

Nombre de messages : 159
Age : 25
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 20/10/2017

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Sam 4 Aoû 2018 - 14:40

C'est encore moi  Laughing ; oui j'ai déjà laissé un commentaire quelque peu succinct sur ce roman parce qu'il m'avait laissée complètement perplexe et confuse, mais maintenant que j'ai un peu réorganisé mes idées je reviens. Je m'excuse si vous avez déjà lu certains de mes arguments dans mes posts précédents, mais je préfère tout regrouper sous le même commentaire détaillé pour plus de clarté.

Je me retrouve démunie pour critiquer ce livre, parce qu'il m'est passé complètement à côté. Ce n'est même pas que je l'ai pris à contre-sens, auquel cas j'aurais au moins été sur la bonne "route", non, moi j'ai pris une route complètement parallèle à la bonne. Le résultat c'est un détachement complet de l'intrigue et des personnages. Je suis restée complètement indifférente à cet ouvrage, mon cœur n'a été touché d'aucune manière. Je ne suis contente de l'avoir lu que parce que c'est un classique, que c'est de la culture littéraire.

Je ne l'ai bien sûr pas trouvé joyeux, mais je m'y attendais (vu sa réputation). Ce n'est pas ça qui m'a gênée, parce qu'une sensation de noirceur ou de malaise comme beaucoup de lecteurs décrivent leur expérience, ne m'aurait pas du tout gênée.
Par exemple, j'ai eu cette sensation de malaise en lisant Le livre des choses perdues de John Connolly. Certains passages m'ont paru affreusement glauques et même malsains, sans recourir à des facilités. Mais quelque part "j'aime" cette sensation, je veux dire que ce n'est pas ce que je lis pour me remonter le moral, mais je trouve ça fascinant comme un auteur peut me faire éprouver ces émotions avec aussi "peu" si l'on veut. C'est facile d'écœurer un lecteur en décrivant avec quantité de détails gores une scène macabre comme un sacrifice humain ou un affreux fait divers inspiré de la réalité. Mais là on aurait dit que l'auteur allait rechercher dans nos peurs et notre imaginaire de l'enfance pour nous faire éprouver cette répulsion.
Bref, je m'égare mais c'est pour mieux souligner que j'aurais aimé avoir un ressenti semblable avec Emily Brontë.

Les personnages ne sont pas seulement désagréables, ils sont également bizarres et incompréhensibles. Je peux m'attacher à un personnage si j'arrive à comprendre sa psyché et trouve ses actions crédibles, même s'il est désagréable. Et même un personnage que je n'aime pas peut tout de même me sembler fascinant sur le plan littéraire (St John dans Jane Eyre). Mais ici c'est impossible car je trouve les principaux protagonistes (Heathcliff, Cathy mère et Hindley) complètement absurdes. Ils n'ont pas de corps en dehors de leurs actes négatifs. Ils ne peuvent pas me fasciner car je n'arrive pas à les suivre ni à les comprendre, et leurs actes me paraissent tellement sur-joués  Suspect ... En fait ils me font l'effet de personnages de tragédies grecques, complètement dans l'excès et donc, dans ce contexte de roman anglais, un peu grotesques.
Très clairement j'ai eu une impression de mélange entre romans anglais et tragédie grecque pour certains aspects (d'ailleurs Emily était une grande connaissance il me semble). Je dois avouer que le résultat ne m'a pas convaincue.

Le personnage d'Heathcliff est étrange, je sais qu'il est souvent excusé à cause de ce qu'il a vécu enfant mais même à cet âge, je trouve qu'il a quelque chose de tordu. Je ne le qualifierais peut-être pas de démon comme le fait Nelly, mais je pense qu'elle a mis le doigt sur quelque chose. Quand elle-même reconnaît qu'il la mettait mal à l'aise sans savoir pourquoi, ça m'évoque le personnage de Jean-Baptiste Grenouille dans le Parfum. Bien sûr c'est une dynamique complètement différente qui est à l'œuvre mais ce personnage aussi met les autres mal à l'aise sans que ces derniers sachent pourquoi.
Cathy est certes égoïste mais Heathcliff a quelque chose d'inhumain. Il n'est pas une victime totalement innocente. Son amour pour Cathy est la seule chose positive du personnage, et c'est loin d'être suffisant ou assez bon pour une rédemption. Qu'il se venge sur ses ennemis, ceux qui lui ont fait du tort, je comprends. Mais qu'il s'en prenne à la génération suivante est absolument inexcusable. Je me fiche qu'il ait souffert, il ne mérite aucune pardon pour moi, son attitude a été incroyablement mesquine, lâche (des enfants) et bien basse. Mais je comprends que des personnes apprécient le personnage quand même, on n'est pas réduit à n'aimer que les personnages bons  Wink .

Cathy mère est, elle, capricieuse et infernale, vraiment pourrie gâtée. Mais je comprends son mariage. Je sais que le contexte du récit est tellement étrange qu'il apparaît déconnecté des réalités, mais les conventions ne disparaissent pas : Cathy est membre de la gentry locale, Heathcliff est un enfant trouvé dont le prénom lui sert également de nom de famille, je ne sais même pas s'il a une existence légale dans sa jeunesse. Si Cathy l'épousait il se passerait quoi ? Ils vivraient de quoi ? Et elle-même dégringolerait jusqu'au plus bas de l'échelle sociale. Franchement je ne lui en veux pas de son choix, il ne faut pas oublier que la société n'était vraiment pas la même à l'époque.

J'en arrive maintenant à l'amour qui unit les deux principaux protagonistes. Je trouve cet amour plus animal qu'humain, c'est quelque chose d'instinctif plutôt que réfléchi, qui les prend vraiment aux tripes. D'un point de vue humain, c'est une passion plutôt que de l'amour, il y a trop de dureté et d'égoïsme dans leurs sentiments pour être de l'amour. Quelqu'un ici a dit qu'il s'agissait du type même de l'amour passion : violent, stérile et fatal. Je suis entièrement d'accord et j'ajouterai que c'est un élément qui m'évoque encore les tragédies grecques.
Quant au sentiment d'inceste qui plane sur tout le roman, j'avoue que je me suis moi-même posé la question de savoir si Heathcliff n'était pas le fils naturel du vieil Earnshaw. Et je n'arrive plus à me souvenir si j'ai lu quelque chose ici à propos d'une impression d'ambiguïté voulue par l'auteure concernant les origines de Heathcliff. Pour les éléments qui vont dans ce sens par contre oui : leur relation "n'aboutit pas à un mariage", "leurs descendants ne pourront pas s'unir" (charnellement bien sûr), et enfin le nom de Heathcliff qui "était à la base celui d'un fils mort en bas âge".

Pour le style, je dois avouer que je ne le trouve pas spécialement magnifique. Il y a quelques passages et scènes belles dans leur genre : comme le passage au début avec le fantôme de Cathy, et le rêve que fait cette dernière lorsqu'elle est rejetée du paradis sur la lande, magnifique car en résonance avec l'amour d'Emily pour sa lande chérie  . Mais à part ces exceptions, je trouve le style seulement travaillé. Ce qui n'est déjà pas mal, mais je n'ai pas été emportée dans le tourbillon d'Emily Brontë, notamment lors de dialogues ou longs monologues qui sonnaient faux à mon goût.

Pour conclure, je me trouve bien plus émue par la chanson éponyme (de Kate Bush) que par le roman  Laughing . Elle éveille un sentiment d'étrangeté et je la trouve hypnotisante : ce sont les sensations qu'aurait dû me procurer le roman  Razz .
Je suis également plus intéressée par la fratrie Brontë et leurs histoires de famille que par les Hauts de Hurlevent. Mais je suis très intriguée par tout ce qui entoure cette œuvre : son auteure, la façon dont le roman a été imaginé, conçu, les réactions des proches...
En fait je pense que cette œuvre servira de complément aux biographies des Brontë, plutôt que l'inverse, ce n'est pas banal mais ça me convient  Wink .

P.S : en ce qui concerne la traduction, j'ai celle de Jacques et Yolande de Lacretelle, j'aurais aimé savoir ce que vous en pensez si vous en connaissez plusieurs. Est-ce que ça vaudrait le coup d'ouvrir un sujet dédié ?
Revenir en haut Aller en bas
Juliette2a
Tenant of Hamley Hall
avatar

Nombre de messages : 15717
Age : 21
Localisation : Entre la Suisse et l'Angleterre :) At Thornfield Hall, with Jane Eyre and Edward Rochester !
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Sam 4 Aoû 2018 - 18:46

Mellana, merci d'avoir pris le temps de rédiger un commentaire long et très intéressant, même si nos avis sont diamétralement opposés lol!
Je peux comprendre que ce roman mette mal à l'aise, les personnages sont en effet loin d'être parfaits, et je n'ai pas particulièrement d'affection non plus pour Cathy ; en revanche, j'ai adoré Heathcliff
Concernant la traduction, personnellement, j'ai lu les éditions du Livre de poche et n'ai été nullement dérangée par le style Wink
Revenir en haut Aller en bas
Selenh
Méchante Femme Savante
avatar

Nombre de messages : 5556
Age : 59
Localisation : Aquitaine.
Date d'inscription : 24/02/2010

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Sam 4 Aoû 2018 - 19:05

Chouette commentaire Mellana. Ce livre est décidément un OLNI.
Revenir en haut Aller en bas
Cassandre
Sweet Indian Princess
avatar

Nombre de messages : 29777
Age : 56
Localisation : entre deux livres
Date d'inscription : 22/08/2009

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Dim 5 Aoû 2018 - 7:23

Quel courage, Mellana, de poster un aussi long message par cette chaleur lol! en tous cas, un avis très intéressant drunken Comme vous, je n'ai jamais aimé Cathy No Comme je l'ai déjà dit, je l'ai lu petite et je n'avais pas tout compris, je trouvais Cathy égoïste et capricieuse Rolling Eyes maintenant, je dirais qu'elle est orgueilleuse et sadique Twisted Evil Je trouvais Heathcliff, presque plus sympathique Twisted Evil mais les personnages sont malsains et je ne suis jamais arrivée à éprouver de l'empathie pour eux No Seul Hareton parvient à me toucher, car il est victime et reste malgré tout, ouvert et gentil drunken

Une histoire fascinante et qui fascinera longtemps encore cheers
Revenir en haut Aller en bas
Poiesis
Subtil compliment
avatar

Nombre de messages : 186
Age : 25
Date d'inscription : 27/02/2018

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Dim 5 Aoû 2018 - 11:20

Je crois que Wuthering Heights fait partie de ces livres pour lesquels on éprouve soit de l'amour, soit un sentiment voisin de la détestation. Il n'y a rien à faire !

Moi j'aime profondément cette histoire et son atmosphère. Je ne nie en rien qu'elle soit violente, âpre, enténébrée, tragique et que l'identification aux personnages soit souvent rendue impossible précisément en raison de leurs névroses. C'est une œuvre qui ne peux que perturber et dérouter dans la mesure où, d'une page à l'autre, elle nous donne à ressentir des sentiments ambivalents pour ne pas dire tout à fait contraires ! Comme vous, je n'apprécie guère Catherine que je tiens pour responsable de tout ce qui arrive, et pourtant j'arrive à la comprendre parfaitement. Quant à Heathcliff, j'ai essayé de le détester mais je ne peux oublier qu'il n'a pas toujours été cruel, ni mauvais, au point de devenir injustifiable dans ses décisions et ses actes. Avant cela, il a été bafoué dans son humanité même et trahi par le seul être qu'il ait jamais aimé. Il est pour moi le fruit du désamour et du rejet. Un vrai héros romantique dans tout ce qu'il y a de plus beau et de pire.

Le personnage que j'aime le plus est Cathy Linton (la fille, donc). Elle a des défauts mais, au-delà de son impétuosité et des grands airs qu'elle peut prendre, son cœur est pur. J'ai beaucoup d'empathie pour elle  Joseph, lui, est abominable mais j'avoue qu'il me fait rire ! J'adore les scènes où il est là ! Il arriverait à faire du plus paisible endroit, un lieu que l'on a tout de suite envie de quitter ! Je suis d'accord avec toi Cassandre pour Hareton. Si on le compare au fils de Heathcliff...  Rolling Eyes


Pour répondre à ta question Mellana, sur la traduction, l'une des plus répandue est celle de Frédéric Delebecque (Le Livre de poche, Archipoche, etc.). Il me semble que celle de Jacques et Yolande de Lacretelle avait pour titre initial Haute-Plaine. Je sais que Folio l'a rééditée depuis et je ne saurais dire si elle a subi, à cette occasion, d'autres modifications que le changement de titre car je ne connais pas davantage le texte. Toutefois, de manière générale, je pense que l'on peut avoir confiance en Gallimard pour ce qui est de la qualité des traductions.


Dernière édition par Poiesis le Lun 6 Aoû 2018 - 11:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cassandre
Sweet Indian Princess
avatar

Nombre de messages : 29777
Age : 56
Localisation : entre deux livres
Date d'inscription : 22/08/2009

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Dim 5 Aoû 2018 - 11:37

Merci pour ton avis, Polesis, très intéressant drunken C'est vrai que Cathy se bonifie à la fin mais au début, quelle enfant gâtée affraid qui n'écoute pas les mises en garde de son père et de Mrs Dean No et qui le paiera très cher. Je suis d'accord, le fils de Heathcliff est détestable.

J'ai regardé sur mon édition, Mellana, la traduction est de Frédéric Delebecque
Revenir en haut Aller en bas
Mellana
Subtil compliment
avatar

Nombre de messages : 159
Age : 25
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 20/10/2017

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Dim 5 Aoû 2018 - 14:21

@Juliette2a : oui, il me semble qu'on en avait un peu discuté lors de mes commentaires précédents Razz . Tu as bien de la chance ^^

@Selenh : comme tu dis ! En espérant qu'il me fasse plus d'effet quand j'aurai un peu mûri Wink

@Cassandre : ah mais je n'ai aucun mérite, j'ai la chance d'habiter une maison climatisée Laughing . Je n'aime pas Cathy non plus, mais j'arrive un peu mieux à comprendre (et non pas excuser !) son esprit et ses raisons. C'est une vraie "drama queen" mais vu que ce genre de modèle se croise (plus ou moins) régulièrement dans la vraie vie, elle me semble plus réelle. Heathcliff, lui, reste une énigme.
Pour Hareton c'est vrai que je ne l'ai pas évoqué mais c'est un personnage que j'apprécie. Il subit une enfance très difficile mais finit par s'en relever, et j'aime beaucoup son couple avec Cathy fille Razz .

@tout le monde : merci pour vos réponses sur les traductions. C'est toujours un casse-tête que ce souci de traduction des vieux romans anglais. J'avais cherché sur internet quelques comparaisons, et je n'avais pas lu de contre-sens ou d'erreur criante, mais les passages étaient bien sûr limités ; c'est pour ça que je vous demande votre avis, au cas où vous auriez été renseignées sur le sujet Wink .
Revenir en haut Aller en bas
Juliette2a
Tenant of Hamley Hall
avatar

Nombre de messages : 15717
Age : 21
Localisation : Entre la Suisse et l'Angleterre :) At Thornfield Hall, with Jane Eyre and Edward Rochester !
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Dim 5 Aoû 2018 - 18:29

Poiesis, très beau commentaire ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Lady Crumpets
Coléoptère d'Afrique
avatar

Nombre de messages : 279
Age : 32
Date d'inscription : 05/06/2011

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Lun 6 Aoû 2018 - 8:53

Merci pour ces échanges très intéressants cheers Pour ma part, je rejoins en tous points le commentaire de Poiesis Je suis particulièrement attachée à ce livre, je pense que ça reste mon préféré parce que c'est celui qui m'aura le plus marqué, par son ambivalence, sa violence, et sa passion destructrice, et je trouve toujours plaisir à relire certains passages Je ne pense pas que le but soit de s'identifier aux personnages (c'est impossible Razz ) mais d'être spectateurs des conséquences d'une telle violence de sentiments (entre tous les personnages, pas seulement Cathy et Heathcliff). Et franchement, vu ce qu'il se passe encore aujourd'hui, ce qu'on peut lire dans certains faits divers ou histoire de barbarie... Je ne trouve pas que ce soit farfelue et incompréhensible comme histoire scratch
Revenir en haut Aller en bas
Cassandre
Sweet Indian Princess
avatar

Nombre de messages : 29777
Age : 56
Localisation : entre deux livres
Date d'inscription : 22/08/2009

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Lun 6 Aoû 2018 - 9:21

Je partage ton avis, Lady Crumpets, c'est l'idée du roman que nous soyons spectateurs, puisque c'est Mrs Dean qui raconte de façon subjective, l'histoire de ces deux jeunes gens Twisted Evil et qu'elle n'aime pas du tout Catherine No
Revenir en haut Aller en bas
Corasirene
Intendante de Pemberley
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 33
Localisation : Sud
Date d'inscription : 30/07/2010

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Mer 8 Aoû 2018 - 11:31

Mellana a écrit:
C'est encore moi  Laughing ; oui j'ai déjà laissé un commentaire quelque peu succinct sur ce roman parce qu'il m'avait laissée complètement perplexe et confuse, mais maintenant que j'ai un peu réorganisé mes idées je reviens. Je m'excuse si vous avez déjà lu certains de mes arguments dans mes posts précédents, mais je préfère tout regrouper sous le même commentaire détaillé pour plus de clarté.

Je me retrouve démunie pour critiquer ce livre, parce qu'il m'est passé complètement à côté. Ce n'est même pas que je l'ai pris à contre-sens, auquel cas j'aurais au moins été sur la bonne "route", non, moi j'ai pris une route complètement parallèle à la bonne. Le résultat c'est un détachement complet de l'intrigue et des personnages. Je suis restée complètement indifférente à cet ouvrage, mon cœur n'a été touché d'aucune manière. Je ne suis contente de l'avoir lu que parce que c'est un classique, que c'est de la culture littéraire.

Je ne l'ai bien sûr pas trouvé joyeux, mais je m'y attendais (vu sa réputation). Ce n'est pas ça qui m'a gênée, parce qu'une sensation de noirceur ou de malaise comme beaucoup de lecteurs décrivent leur expérience, ne m'aurait pas du tout gênée.
Par exemple, j'ai eu cette sensation de malaise en lisant Le livre des choses perdues de John Connolly. Certains passages m'ont paru affreusement glauques et même malsains, sans recourir à des facilités. Mais quelque part "j'aime" cette sensation, je veux dire que ce n'est pas ce que je lis pour me remonter le moral, mais je trouve ça fascinant comme un auteur peut me faire éprouver ces émotions avec aussi "peu" si l'on veut. C'est facile d'écœurer un lecteur en décrivant avec quantité de détails gores une scène macabre comme un sacrifice humain ou un affreux fait divers inspiré de la réalité. Mais là on aurait dit que l'auteur allait rechercher dans nos peurs et notre imaginaire de l'enfance pour nous faire éprouver cette répulsion.
Bref, je m'égare mais c'est pour mieux souligner que j'aurais aimé avoir un ressenti semblable avec Emily Brontë.

Les personnages ne sont pas seulement désagréables, ils sont également bizarres et incompréhensibles. Je peux m'attacher à un personnage si j'arrive à comprendre sa psyché et trouve ses actions crédibles, même s'il est désagréable. Et même un personnage que je n'aime pas peut tout de même me sembler fascinant sur le plan littéraire (St John dans Jane Eyre). Mais ici c'est impossible car je trouve les principaux protagonistes (Heathcliff, Cathy mère et Hindley) complètement absurdes. Ils n'ont pas de corps en dehors de leurs actes négatifs. Ils ne peuvent pas me fasciner car je n'arrive pas à les suivre ni à les comprendre, et leurs actes me paraissent tellement sur-joués  Suspect ... En fait ils me font l'effet de personnages de tragédies grecques, complètement dans l'excès et donc, dans ce contexte de roman anglais, un peu grotesques.
Très clairement j'ai eu une impression de mélange entre romans anglais et tragédie grecque pour certains aspects (d'ailleurs Emily était une grande connaissance il me semble). Je dois avouer que le résultat ne m'a pas convaincue.

Le personnage d'Heathcliff est étrange, je sais qu'il est souvent excusé à cause de ce qu'il a vécu enfant mais même à cet âge, je trouve qu'il a quelque chose de tordu. Je ne le qualifierais peut-être pas de démon comme le fait Nelly, mais je pense qu'elle a mis le doigt sur quelque chose. Quand elle-même reconnaît qu'il la mettait mal à l'aise sans savoir pourquoi, ça m'évoque le personnage de Jean-Baptiste Grenouille dans le Parfum. Bien sûr c'est une dynamique complètement différente qui est à l'œuvre mais ce personnage aussi met les autres mal à l'aise sans que ces derniers sachent pourquoi.
Cathy est certes égoïste mais Heathcliff a quelque chose d'inhumain. Il n'est pas une victime totalement innocente. Son amour pour Cathy est la seule chose positive du personnage, et c'est loin d'être suffisant ou assez bon pour une rédemption. Qu'il se venge sur ses ennemis, ceux qui lui ont fait du tort, je comprends. Mais qu'il s'en prenne à la génération suivante est absolument inexcusable. Je me fiche qu'il ait souffert, il ne mérite aucune pardon pour moi, son attitude a été incroyablement mesquine, lâche (des enfants) et bien basse. Mais je comprends que des personnes apprécient le personnage quand même, on n'est pas réduit à n'aimer que les personnages bons  Wink .

Cathy mère est, elle, capricieuse et infernale, vraiment pourrie gâtée. Mais je comprends son mariage. Je sais que le contexte du récit est tellement étrange qu'il apparaît déconnecté des réalités, mais les conventions ne disparaissent pas : Cathy est membre de la gentry locale, Heathcliff est un enfant trouvé dont le prénom lui sert également de nom de famille, je ne sais même pas s'il a une existence légale dans sa jeunesse. Si Cathy l'épousait il se passerait quoi ? Ils vivraient de quoi ? Et elle-même dégringolerait jusqu'au plus bas de l'échelle sociale. Franchement je ne lui en veux pas de son choix, il ne faut pas oublier que la société n'était vraiment pas la même à l'époque.

J'en arrive maintenant à l'amour qui unit les deux principaux protagonistes. Je trouve cet amour plus animal qu'humain, c'est quelque chose d'instinctif plutôt que réfléchi, qui les prend vraiment aux tripes. D'un point de vue humain, c'est une passion plutôt que de l'amour, il y a trop de dureté et d'égoïsme dans leurs sentiments pour être de l'amour. Quelqu'un ici a dit qu'il s'agissait du type même de l'amour passion : violent, stérile et fatal. Je suis entièrement d'accord et j'ajouterai que c'est un élément qui m'évoque encore les tragédies grecques.
Quant au sentiment d'inceste qui plane sur tout le roman, j'avoue que je me suis moi-même posé la question de savoir si Heathcliff n'était pas le fils naturel du vieil Earnshaw. Et je n'arrive plus à me souvenir si j'ai lu quelque chose ici à propos d'une impression d'ambiguïté voulue par l'auteure concernant les origines de Heathcliff. Pour les éléments qui vont dans ce sens par contre oui : leur relation "n'aboutit pas à un mariage", "leurs descendants ne pourront pas s'unir" (charnellement bien sûr), et enfin le nom de Heathcliff qui "était à la base celui d'un fils mort en bas âge".

Pour le style, je dois avouer que je ne le trouve pas spécialement magnifique. Il y a quelques passages et scènes belles dans leur genre : comme le passage au début avec le fantôme de Cathy, et le rêve que fait cette dernière lorsqu'elle est rejetée du paradis sur la lande, magnifique car en résonance avec l'amour d'Emily pour sa lande chérie  . Mais à part ces exceptions, je trouve le style seulement travaillé. Ce qui n'est déjà pas mal, mais je n'ai pas été emportée dans le tourbillon d'Emily Brontë, notamment lors de dialogues ou longs monologues qui sonnaient faux à mon goût.

Pour conclure, je me trouve bien plus émue par la chanson éponyme (de Kate Bush) que par le roman  Laughing . Elle éveille un sentiment d'étrangeté et je la trouve hypnotisante : ce sont les sensations qu'aurait dû me procurer le roman  Razz .
Je suis également plus intéressée par la fratrie Brontë et leurs histoires de famille que par les Hauts de Hurlevent. Mais je suis très intriguée par tout ce qui entoure cette œuvre : son auteure, la façon dont le roman a été imaginé, conçu, les réactions des proches...
En fait je pense que cette œuvre servira de complément aux biographies des Brontë, plutôt que l'inverse, ce n'est pas banal mais ça me convient  Wink .

P.S : en ce qui concerne la traduction, j'ai celle de Jacques et Yolande de Lacretelle, j'aurais aimé savoir ce que vous en pensez si vous en connaissez plusieurs. Est-ce que ça vaudrait le coup d'ouvrir un sujet dédié ?


Je partage presque entièrement ton avis : contrairement à toi, le roman m'a laissé un souvenir impérissable car je l'ai ressenti de manière très forte, il ne m'a pas laissé indifférente, loin de là !
Revenir en haut Aller en bas
http://sable.skyrock.com/
Marganne
Lioness of Brittany
avatar

Nombre de messages : 2579
Age : 48
Localisation : Aboard the Charlotte Rhodes
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Mer 8 Aoû 2018 - 16:33

@Cassandre :  Tout pareil, je n'ai jamais aimé Cathy et je trouve les personnages malsains à part Hareton
Revenir en haut Aller en bas
Cassandre
Sweet Indian Princess
avatar

Nombre de messages : 29777
Age : 56
Localisation : entre deux livres
Date d'inscription : 22/08/2009

MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   Mer 8 Aoû 2018 - 16:47

J'en suis ravie, ma Marganne
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Hauts de Hurlevent- le livre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Hauts de Hurlevent- le livre
Revenir en haut 
Page 17 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
 Sujets similaires
-
» Les Hauts de Hurlevent- le livre
» Les Hauts de Hurlevent chez Delcourt
» Emilie Brontë - Les hauts de Hurlevent
» Les Hauts de Hurlevent (opéra de Bernard Herrmann)
» D'un livre à l'autre, et l'âge dans tout ça ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: La famille Brontë :: Emily-
Sauter vers: