Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Jean Anouilh - Antigone, Médée...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei


Nombre de messages : 8823
Age : 39
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Jean Anouilh - Antigone, Médée...   Lun 24 Fév 2014 - 23:48

Je me permet d'ouvrir un topic à Jean Anouilh... parce que... ben parce qu'il le mérite (mais si personnellement je n'ai pas une grande connaissance du monsieur) mais j'ai cherché (même avec la recherche magique de Bexounet en bas là ^^) et je n'ai pas trouvé de topic ouvert.

Et comme je suis allée voir Antigone au théâtre samedi soir (à la Comédie Française) je me suis dit que ce serait une bonne idée ^^

Bref, trêve de raconter ma vie. passons à celle du sujet.

Jean Anouilh, m'apprends mon ami wiki est un
Citation :
écrivain et dramaturge français, né le 23 juin 1910 à Bordeaux (Gironde) et mort le 3 octobre 1987 à Lausanne (Suisse). Son œuvre théâtrale commencée en 1932 est particulièrement abondante et variée : elle est constituée de nombreuses comédies souvent grinçantes et d'œuvres à la tonalité dramatique ou tragique comme sa pièce la plus célèbre, Antigone, réécriture moderne de la pièce de Sophocle.
Arrow

Je ne suis sans doute pas la mieux placée pour disserter de l'auteur, car d'Anouilh, moi, je ne connais qu'une oeuvre (pour le moment). La plus connue, celle que nos collégien puis lycéen dissèque en français. Antigone.
Citation :
Issue de l’union fatale d’OEdipe et de Jocaste, Antigone est aux prises avec son destin, en révolte contre l’ordre des hommes. Ses frères Étéocle et Polynice se sont entre-tués lors de la guerre des Sept Chefs. Leur oncle, Créon, devenu roi de Thèbes, organise des funérailles solennelles pour le premier et refuse que le corps du second soit enseveli. Bravant l’interdit, Antigone recouvre de terre le corps de Polynice. Arrêtée, conduite devant le roi qui tente de la sauver, l’inflexible jeune fille rejette avec véhémence le bonheur, factice, que son oncle lui promet. Et le verdict tombe, déclenchant l’implacable mécanique tragique, sans que rien ni personne ne parvienne à faire fléchir Créon…
Pièce que j'ai découvert il y a... un peu plus de 15 ans, lorsque mon frère l'a étudié. Pièce que j'ai aimé à l'époque (c'est plus facile quand personne vous force à la lire) (ceci dit, je doit reconnaître que la professeur de 3ème de mon frère était douée, elle lui a donnée le goût de la lecture, donc lui aussi il avait aimé ^^).

J'avais aimé la modernité de la langue et l'universalité du thème. J'avais aimé cette tragédie débarrassé des attributs antiques (les Dieux, le Destin...) tout en respectant certaines des formes (le Choeur qui nous conte l'histoire... l'inéluctabilité des événements. Dans les faits c'était même la première fois que je comprenais que la tragédie c'était ça...l'inéluctable. Comme le dit le choeur
Citation :
C’est propre, la tragédie. C’est reposant, c’est sûr.
)

Comme je l'avais lu en piquant le livre de mon frère, je n'avais pas d'explication et j'avais zappé la partie introduction du contexte. J'y ai vu personnellement la lutte de la jeunesse révoltée contre l'immobilisme de l'âge mur sans doute. Mais j'ai toujours trouvé que le personnage de Créon m'était finalement sympathique, tandis qu'Antigone finissais par me lasser à vouloir mourir à tout pris, parce que voilà, la vie c'était trop bien qu'à condition de ne pas faire de compromis.
Soit.
Déjà à 20 ans alors de mon côté, j'avais du me prendre la réalité dans la face pour me dire "pas de compromis ok, mais mourir pour des cons, no way" (pourtant, j'étais une grande rebelle pétrie d'idéaux toussa) (Et je le suis encore.... je suis juste blasée....)

Bref, ensuite j'ai eu vent du contexte (Arrow ) et j'avoue que je ne vois pas en Antigone une figure de la Résistance ni dans le Créon d'Anouilh celle de la Collaboration. Plutôt une image de la raison d'état (c'est pas plus juste, mais c'est plus universel....). Maintenant sur le sujet je ne peut pas me prononcer sur celle de Sophocle je ne l'ai pas lu.

Tout ceci pour en arrivée à 15 ans et des bananes plus loin aller voir cette pièce jouée sur scène, à la Comédie-Française, puisqu'elle est entrée au répertoire il y a 2 ans, et que c'était cette mise en scène qui était jouée salle Richelieu.

Mise en scène de Michel Paquien avec comme distribution:
Véronique Vella: La Nourrice
Bruno Raffaelli: Créon
Françoise Gillard: Antigone
Clotilde de Bayser: Le Chœur
Nicolas Lormeau: Le Garde (en alternance)
Benjamin Jungers: Le Messager
Stéphane Varupenne: Le Garde (en alternance)
Nâzim Boudjenah: Hémon
Marion Malenfant: Ismène

J'ai beaucoup aimé la mise en scène, avec ces trois portes (obligatoire ok) et le bruit de tonnerre qui renforçait l'idée de destin lorsque celles-ci se refermaient. J'ai aimé Créon, Hémon, la Nourrice, les Gardes, le Choeur... J'ai eu un peu plus de mal avec Antigone. Elle était meilleure que celle qui avait jouée Ophélie dans Hamlet. Mais j'ai manifestement l'impression que les jeunes actrices du Français ont actuellement un problème de jeu, d'occupation de l'espace. Elles jouent de façon dégingandé, on dirait de jeunes faons qui apprennent à se mouvoir... et puis elles ont du mal à placer leur voix, c'est comme si elles hurlaient ou était en proies à des fièvres délirantes tout le temps. C'est un peu fatiguant à la longue....
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
Petit Faucon
Confiance en soie


Nombre de messages : 5381
Age : 51
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: Jean Anouilh - Antigone, Médée...   Mer 5 Mar 2014 - 16:30

Très bonne idée ce topic, Kusanagi !

J'aime beaucoup le ton assez caustique et noir de Anouilh ; j'ai vu moi aussi Antigone, mais par une petite troupe de la Cité Universitaire de Paris, il y a pas mal d'années, et j'avais beaucoup aimé la pièce, dont le sujet est assez universel.

Plus récemment j'ai vu Colombe en théâtre filmé, avec Any Duperey et Sara Giraudeau dans les rôles de Mme Alexandra et de Colombe.

J'ai lu aussi il y a longtemps Leocadia, une pièce "rose", qui est aussi connue par l'air de Poulenc, mais je ne m'en souviens plus beaucoup  study .

je pense que Anouilh est encore pas mal étudié au lycée, il a un ton assez moderne ...
Revenir en haut Aller en bas
Juliette2a
Tenant of Hamley Hall


Nombre de messages : 11085
Age : 19
Localisation : Entre la Suisse et l'Angleterre :) At Thornfield Hall, with Jane Eyre and Edward Rochester !
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: Jean Anouilh - Antigone, Médée...   Mer 5 Mar 2014 - 18:43

Merci pour l'ouverture de ce topic Kusa !!  Very Happy C'est étonnant que ce grand dramaturge n'ait son topic que maintenant  Shocked 

Tu en as déjà parlé, donc je ne vais pas m'étendre là-dessus, mais j'avais adoré Antigone (seule oeuvre que j'ai lue de Jean Anouilh), immense tragédie de la "littérature" française   Si j'ai l'occasion, je lirai avec grand plaisir d'autres oeuvres de ce cher monsieur  Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Tatiana
Heavenly Voices


Nombre de messages : 8800
Age : 31
Localisation : Quelque part dans l'Angleterre du XIXe...
Date d'inscription : 26/02/2010

MessageSujet: Re: Jean Anouilh - Antigone, Médée...   Mer 17 Déc 2014 - 21:13


J’ai vu hier Becket avec Peter O’Toole et Richard Burton. Non pas tant à l'occasion l’anniversaire de la disparition du premier, il y a un an, que dans le cadre de ma lecture en cours qui met en scène les mêmes protagonistes. J'aime concilier lecture en cours et diminution de ma PAV  Smile .

Il s’agit d’une adaptation de la pièce d’Anouilh, Becket ou l’honneur de Dieu, autour de la relation orageuse – c’est le moins qu’on puisse dire – entre Henry II d’Angleterre et son chancelier puis archevêque de Canterbury, Thomas Becket. Relation passée par tous les stades, depuis une profonde affection réciproque, fraternelle même, jusqu’à un conflit infranchissable et la mort de Becket sur l’ordre déguisé du roi, Becket refusant de se soumettre au nom de l’honneur divine attaché à sa fonction d’archevêque dont le roi l’avait investi, contre son avis. Bref, cette relation n’était pas sans contradictions.

Sans surprise, le film repose sur les épaules des deux acteurs qui forment un formidable duo. Néanmoins, malgré toute mon admiration pour Richard Burton, c’est Peter O’Toole qui m’a le plus impressionné   . Son Henry II est rugissant, explosif, torturé par la déception que lui cause la défection de son grand ami. Il est véritablement terrifiant lorsqu’il se met en colère  pale . Burton est beaucoup plus en retrait, tout le contraire de son partenaire. Posé et déterminé il impressionne mais différemment, à des lustres de rôles comme ceux qu’il tient dans La mégère apprivoisée ou Qui a peur de Virginia Woolf ?

Les seconds rôles ne m’ont guère marqués. J’ai tiqué sur le portrait qui est fait d’Aliénor d’Aquitaine, épouse d’Henry II. Leur union a elle aussi été difficile et la reine s’est toujours méfiée de l’influence de Becket auprès de son lion de mari, mais elle a été longtemps heureuse. Or, à entendre Henry, l’ensemble de sa famille lui était complètement indifférente, et il méprisait Aliénor qu’il considérait comme dépourvue de qualités. Propos excessifs, et sans doute assez loin de la vérité.

Je ne sais pas combien le film a repris de la pièce, mais le texte est beau, en particulier, évidemment, les dialogues entre les deux personnages principaux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
serendipity
Aurora Borealis Chaser


Nombre de messages : 8060
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Jean Anouilh - Antigone, Médée...   Mer 17 Déc 2014 - 21:21

Merci pour cet avis Tatiana, je ne connaissais pas cette adaptation mais je la note Wink
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei


Nombre de messages : 8823
Age : 39
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Jean Anouilh - Antigone, Médée...   Mer 17 Déc 2014 - 23:41

Merci pour ton avis Tatianna. La pièce me tente bien.... et le film aussi I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
Petit Faucon
Confiance en soie


Nombre de messages : 5381
Age : 51
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: Jean Anouilh - Antigone, Médée...   Jeu 18 Déc 2014 - 14:06

Grâce à ton long post, je me suis remémoré la pièce, Tatiana, lue dans mes années de lycée (donc il y a fort longtemps ...) ; et j'ai surtout découvert qu'elle avait été adaptée au cinéma et jouée par 2 monstres sacrés drunken  merci !!!
Je note de voir ce film à l'occasion, en DVD ou au hasard des programmations TV.
Revenir en haut Aller en bas
Tatiana
Heavenly Voices


Nombre de messages : 8800
Age : 31
Localisation : Quelque part dans l'Angleterre du XIXe...
Date d'inscription : 26/02/2010

MessageSujet: Re: Jean Anouilh - Antigone, Médée...   Ven 19 Déc 2014 - 13:08


Contente de vous avoir donné envie de voir ce film Smile . Je l'ai regardé pour l'histoire et les deux acteurs principaux (pour être tout à fait correcte, essentiellement pour Richard Burton I love you), ne me souvenant plus qu'il s'agit d'une adaptation. J'espère avoir l'occasion de voir une autre pièce d'Anouilh, que j'ai découvert à cette occasion.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
serendipity
Aurora Borealis Chaser


Nombre de messages : 8060
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Jean Anouilh - Antigone, Médée...   Mar 17 Mar 2015 - 9:43

J'ai visionné "Becket" et je te remercie Tatiana de nous en avoir parlé ici  Very Happy

Ce filme n'est pas un coup de coeur mais j'ai passé un très bon moment et je l'ai volontiers prolongé avec les bonus du DVD et quelques recherches complémentaires.


Tatiana a écrit:
Je ne sais pas combien le film a repris de la pièce, mais le texte est beau, en particulier, évidemment, les dialogues entre les deux personnages principaux.


Il semble que le film soit très fidèle à la pièce d'après ce que j'ai pu glaner lors de mes recherches. Y compris dans les erreurs historiques commises par Anouilh mais assumées par celui-ci (Becket est considéré comme un Saxon, les rapports du roi Henry avec sa femme et sa mère etc... )

Tatiana a écrit:
J’ai tiqué sur le portrait qui est fait d’Aliénor d’Aquitaine, épouse d’Henry II. Leur union a elle aussi été difficile et la reine s’est toujours méfiée de l’influence de Becket auprès de son lion de mari, mais elle a été longtemps heureuse. Or, à entendre Henry, l’ensemble de sa famille lui était complètement indifférente, et il méprisait Aliénor qu’il considérait comme dépourvue de qualités. Propos excessifs, et sans doute assez loin de la vérité.

En effet   j'ai aussi tiqué sur les rapports entre Henry et sa mère (mes recherches m'ont appris qu'il était très proche d'elle).

Tatiana a écrit:
c’est Peter O’Toole qui m’a le plus impressionné   . Son Henry II est rugissant, explosif, torturé par la déception que lui cause la défection de son grand ami. Il est véritablement terrifiant lorsqu’il se met en colère  pale . [/i]

De mon côté, c'est plutôt le Richard Burton tout en maîtrise qui m'a plu. J'ai trouvé Peter O'Toole parfois hystérique (et loin de me terrifier quand il se met en colère, il me paraît très infantile et donner une image très affaiblie de sa fonction).

La scène des retrouvailles des deux protagonistes sur une plage française est magnifique  Wink dans les bonus, la monteuse explique que les deux acteurs étaient assez saouls quand ils ont tourné cette scène et qu'il leur était difficile de maîtriser leurs chevaux  Wink

Autre anecdote de tournage que j'ai beaucoup aimée : quand Henry est sous une tente avec une prostituée française, Peter O'Toole se serait amusé à substituer l'actrice à moitié nue, dissimulée sous une couverture par Elizabeth Taylor (tout aussi à moitié nue). Richard Burton n'aurait pas goûté la plaisanterie et la monteuse regrette de ne pas avoir conservé ces rush (je confirme, ces rush devaient être géniaux) dans la mesure où Richard Buron se serait montré très grossier dans son vocabulaire  lol!
Revenir en haut Aller en bas
Tatiana
Heavenly Voices


Nombre de messages : 8800
Age : 31
Localisation : Quelque part dans l'Angleterre du XIXe...
Date d'inscription : 26/02/2010

MessageSujet: Re: Jean Anouilh - Antigone, Médée...   Mar 17 Mar 2015 - 12:37


Contente que tu aies aimé Serendipidy. Je n'ai pas pensé à faire des recherches complémentaires, c'est une bonne idée. Puisque tu parles de bonus, mon DVD doit aussi en avoir. J'ai dû les voir mais ne m'en souviens pas Rolling Eyes , hormis le tournage de la scène de la plage au sujet de laquelle l'état des acteurs me dit quelque chose.

Les deux anecdotes sont fort sympathiques - je savais par ailleurs que les deux acteurs étaient plutôt portés sur la boisson, ce qui a contribué à les rapprocher. Quant à celle avec Liz Taylor, nul doute qu'elle a dû goûter la plaisanterie, elle lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean Anouilh - Antigone, Médée...   Aujourd'hui à 1:13

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Anouilh - Antigone, Médée...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean Anouilh
» ANTIGONE de Jean Anouilh
» Jean Anouilh
» Jean Anouilh - Antigone, Médée...
» [Anouilh, Jean] Antigone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Autres auteurs (divers) :: Auteurs francophones-
Sauter vers: