Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 L'expédition de Humphry Clinker : un voyage imaginaire à travers la Grande-Bretagne du 18e siècle, par Tobias Smollett)

Aller en bas 
AuteurMessage
Rosalind
Lady of Damerosehay


Nombre de messages : 8558
Age : 68
Localisation : entre Rohan et Ruatha ...
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: L'expédition de Humphry Clinker : un voyage imaginaire à travers la Grande-Bretagne du 18e siècle, par Tobias Smollett)   Jeu 26 Déc 2013 - 0:05

J’ai découvert tout à fait par hasard ce roman à la médiathèque.




La quatrième de couverture était alléchante
Citation :


Ce chef d'œuvre absolu du roman picaresque anglais écrit par Tobias Smollett (1721-1771) - l'un des sommets de l'humaine vachardise -, qui manqua faire mourir de rire sept générations d'aficionados, aura dû attendre la présente traduction pour être enfin accessible aux lecteurs de langue française dans une version fidèle et complète (l'édition précédente, due à Giono - Gallimard. 1955 -, introuvable depuis beau temps. avait été écourtée).

Un gentleman-farmer mécontent des progrès du monde voyage à travers l'Angleterre et l'Écosse en compagnie de sa vieille fille de soeur (désespérément en quête d'un mari), de son neveu (un garçon un peu trop raisonnable) et de sa nièce (plutôt déraisonnable, elle)... escorté par l'indispensable Humphry Clinker, valet philosophe et débrouillard qui pratique avec un égal talent la fidélité à ses maîtres et l'impertinence.

Un roman par lettres, genre joyeusement revisité pour l'occasion. Rien de plus méchant, de plus drôle, que ce faux récit de voyage prétexte à mille et un règlements de compte (avec l`argent roi, l'enlaidissement du monde par le génie mercantile, la vulgarité triomphante...). Rien surtout, de plus actuel...

Selon William Thackeray, le " père " de Barry Lyndon, nous avions affaire à l' " histoire la plus désopilante écrite de main humaine depuis qu'est né l'art délectable du roman ".

Plus près de nous, le stendhalien qu'est Giono note dans sa préface " Si le romancier est cet homme « qui promène un miroir sur une route », Smollet est le romancier parfait. "

Je n’ai pas été déçue par ma lecture, bien au contraire ! ce roman est l’une de mes belles découvertes littéraires de cette année, et j’aimerais vous faire partager mon enthousiasme.

Il s’agit donc d’un roman épistolaire, forme très appréciée à l’époque. Matthew Bramble, gentleman-farmer gallois, vieux garçon misanthrope mais cachant un cœur d’or, voyage avec sa sœur Tabitha, vieille fille en quête d’un mari, accompagnée de Winifred sa servante,  ainsi qu’avec son neveu Jerry et sa nièce Lydia.

Chacun de ces personnages écrit des lettres décrivant son voyage et son séjour dans différentes villes.

Les lettres de Matthew Bramble, de Jerry et de Lydia dénotent une grande éducation, ce qui n’est pas le cas de celles de Tabitha et de Winifred. Je salue le travail du traducteur qui a essayé de restituer les fautes d’orthographe et les approximations savoureuses de la sœur et de sa servante.

La saveur et le piquant du roman provient des divergences de points de vue sur les lieux visités et les incidents de voyage.

Par exemple le grincheux Matthew est déçu par Bath. Voici ce qu’il écrit à son correspondant  :

Citation :
Vous devez savoir qu’à Bath je vais de déception en déception ; la ville a tant changé que j’ai du mal à croire que c’était la même que je fréquentais il y a trente ans.

Le Cirque est une plaisante babiole destinée à éblouir l’œil, et qui ressemble à l’amphithéâtre de Vespasien que l’on aurait retourné comme un gant.

L’artiste qui a dessiné le Cirque a également imaginé un croissant de lune, qui, une fois achevé, sera sans doute suivi d’une étoile, de sorte que ceux qui vivront encore dans trente ans pourront peut-être admirer tous les signes du zodiaque  affectés aux bâtiments de la ville.

Tout cela ressemble à des ruines de rues et de places déchiquetées par un tremblement de terre qui aurait disloqué le sol en une multitude de trous et de monticules. L’on pourrait croire qu’un démon gothique les a fourrées toutes ensemble dans un grand sac pour les en ressortir pêle-mêle suivant les caprices du hasard.



Il n’est pas un nouveau riche qui, harnaché du clinquant à la mode, ne vient se faire voir à Bath pour être vu de tous…
Et tous se pressent à Bath, car, sans qu’on aille chercher plus loin, ils peuvent se mêler aux princes et à la noblesse ce pays. Même les épouses et les filles des petits boutiquiers qui, tels des requins à la mâchoire saillante, se jettent sur la graisse de ces grossières baleines fortunées, sont infectées par l’envie furieuse de faire étalage de leur importance.


Il y en a cinq pages ! et tout est de la même veine…
Lydia, elle, adore !

Elle l’écrit à sa très chère amie Miss Willis :

Citation :
Bath est pour moi un nouveau monde : tout y est gaieté, joie de vivre et distractions. L’œil est sans cesse diverti par la splendeur des toilettes et des attelages, et l’oreille est bercée du son des voitures, des chaises à porteurs et autres moyens de transport.

C’est assurément le paradis sur terre. La place, le Cirque et les avenues rappellent les somptueux palais que l’on voit dans les gravures et les tableaux ; et les nouveaux bâtiments comme Princes Row, Harlequin’s Row, Bladud’s Row et vingt autres encore sont autant de châteaux enchantés au flanc de jardins suspendus.

Un autre son de cloche, celui de Winifred Jenkis, la brave servante, qui écrit à son amie Molly :

Citation :
Oh, Molly ! toi qui vis à la compagne tu n’imagine pas ce que nous feusons à bath. Tout est toilettes, et violons, et danse, et vadrouillage et courtisage et intrigage ! O sainte Mère ! si dieu m’avait poing donné mon lot de discrétion, j’en révélerais ben des choses, concernant la vieille maîtresse et la jeune maîtresse !

Ma chair, j’ai vu tous les biau spectacles de Bath, les Prarades, la place, le rond-point, le Croissang royal, l’Octrogone, les bals du Bildlings et le Kinzro. J’ai même été deux foie aux bains avec notre maîtresse, sans même une camisole sur le dos, ma friponne !


Dernière édition par Rosalind le Lun 24 Mar 2014 - 19:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Petit Faucon
Confiance en soie
avatar

Nombre de messages : 7130
Age : 53
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: L'expédition de Humphry Clinker : un voyage imaginaire à travers la Grande-Bretagne du 18e siècle, par Tobias Smollett)   Lun 30 Déc 2013 - 15:09

Ça a l'air tout à fait intéressant Rosalind !!! je me note ce titre et j'espère le trouver à la médiathèque.

Je ne connais de Tobias Smolett que le nom  Embarassed

Quand je lis que Thackeray a trouvé cette histoire désopilante, ça me donne très envie de la lire !
Est-ce que ce Clinker ne ressemble pas aussi à Jeeves ?

NB : et c'est vrai que Giono a traduit des livres de l'anglais, je l'avais oublié ...
Revenir en haut Aller en bas
Zakath Nath
Romancière anglaise
avatar

Nombre de messages : 3425
Age : 35
Date d'inscription : 04/11/2007

MessageSujet: Re: L'expédition de Humphry Clinker : un voyage imaginaire à travers la Grande-Bretagne du 18e siècle, par Tobias Smollett)   Lun 30 Déc 2013 - 16:08

Je n'ai pas lu ce livre-ci qui m'a toujours tentée (les éditions Phébus ont un très bon catalogue en général).

Du même auteur, j'ai lu il y a quelques années Roderick Random, que j'avais apprécié sans plus. C'est du roman picaresque, les méchants sont très méchants et toujours punis et l'humour est parfois un peu lourd (on était moins prude au XVIIIe siècle qu'au XIXe à ce niveau visiblement, en littérature en tout cas) mais c'était plein de rebondissements.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://zakath-nath.joueb.com
Rosalind
Lady of Damerosehay


Nombre de messages : 8558
Age : 68
Localisation : entre Rohan et Ruatha ...
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Re: L'expédition de Humphry Clinker : un voyage imaginaire à travers la Grande-Bretagne du 18e siècle, par Tobias Smollett)   Jeu 2 Jan 2014 - 1:28

Petit Faucon a écrit:
je me note ce titre et j'espère le trouver à la médiathèque.


Est-ce que ce Clinker ne ressemble pas aussi à Jeeves ?

NB : et c'est vrai que Giono a traduit des livres de l'anglais, je l'avais oublié ...

J'espère que tu vas le trouver et que cela te plaira autant qu'à Thackeray  Wink 

Non Clinker ne ressemble pas à Jeeves, son rôle dans l'histoire est bien moins important que ne le laisse présager le titre, et ses interventions sont parfois désastreuses pour notre gentleman   Evil or Very Mad 
Spoiler:
 

Quant à Giono, j'ignorais qu'il avait traduit des livres de l'anglais  Surprised 

Zakath Nath a écrit:


Du même auteur, j'ai lu il y a quelques années Roderick Random, que j'avais apprécié sans plus.

J'espère que celui-ci te séduira davantage. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'expédition de Humphry Clinker : un voyage imaginaire à travers la Grande-Bretagne du 18e siècle, par Tobias Smollett)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'expédition de Humphry Clinker : un voyage imaginaire à travers la Grande-Bretagne du 18e siècle, par Tobias Smollett)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voyage imaginaire
» [ACH] livre omega voyage a travers le temps
» Pierre-Jean De Béranger (1780-1857) LE VOYAGE IMAGINAIRE
» [Collection] Aventures de Rocambole (les)/Editions Fournier
» LES EDITIONS DU MENHIR recherchent de nouveaux auteurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Auteurs anglo-saxons divers (XIXème siècle et antérieurs)-
Sauter vers: