Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 The Brontës of Haworth - série télévisée - 1973

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leibgeber
Subtil compliment


Nombre de messages : 185
Age : 39
Localisation : Faisant la manche à Scarborough
Date d'inscription : 13/06/2013

MessageSujet: The Brontës of Haworth - série télévisée - 1973   Mar 16 Juil - 10:28

    Lors de mon séjour dans le Yorkshire l’hiver dernier, j’ai appris dans le Keighley News l’existence d’une série en cinq épisodes sur la vie des sœurs Brontë diffusée sur la chaîne anglaise Granada en 1973. Après avoir été éditée en DVD aux Etats-Unis et en Australie, la série est disponible sur ce support en Angleterre depuis le mois d’avril. D’après l’article dont je vous propose de mauvais scans – je m’en excuse - les passionnés des sœurs Brontë considèrent cette série comme la meilleure réalisée à leur sujet. (L’article évoque aussi la première adaptation de La Locataire de Wildfell Hall faite par le même scénariste, Christopher Fry, quelques années auparavant – ce à quoi je prends garde seulement aujourd’hui du reste…) Pour ma part, mon portefeuille renâcle beaucoup à faire la dépense, d’autant que je suis réservé sur les biopics de manière générale, mais peut-être quelqu’un de l’auberge, moins économe,  sera intéressé et pourrait en parler ?
    Une fois n’est pas coutume, je me lâche : je trouve l’actrice jouant Emily Brontë tout à fait craquante ! C’est celle, dans la photo du bas, tenant dans ses mains le faucon – sans doute Hero qui fut recueilli par Emily Brontë. Fantasme, fantasme


   Mon blog sur les sœurs Brontë : thewandererofthemoors.blogspot.com


Dernière édition par Leibgeber le Mar 24 Juin - 13:07, édité 4 fois (Raison : Formatage, formatage...)
Revenir en haut Aller en bas
http://thewandererofthemoors.blogspot.com
Petit Faucon
Confiance en soie
avatar

Nombre de messages : 5751
Age : 52
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: The Brontës of Haworth - série télévisée - 1973   Mar 16 Juil - 13:14

AVant ton post je n'avais jamais entendu parler de cette bio filmée ...

Tout ce que j'ai pu trouver à ce sujet est ici (en anglais), mais relativement étayé : Blogcritics
Je pensais que le bronteblog en aurait surement parlé, mais pas du tout Mad 
 
Tout ce qu'on peut en dire, c'est que cette biographie est contemporaine (1973) de l'adaptation de Jane Eyre par la même BBC avec Sorcha Cusack et Micheal Jayston ; donc peut-être une image un peu vieillie ...
Revenir en haut Aller en bas
Leibgeber
Subtil compliment


Nombre de messages : 185
Age : 39
Localisation : Faisant la manche à Scarborough
Date d'inscription : 13/06/2013

MessageSujet: Re: The Brontës of Haworth - série télévisée - 1973   Mer 17 Juil - 8:49

    Finalement, j’ai commandé le coffret – Emily Brontë is just too cute !
    Voici la bande-annonce de la série qui semble avoir été faite avec cette bonne vieille patte anglaise peut-être perdue… :


       Mon blog sur les sœurs Brontë : thewandererofthemoors.blogspot.com


Dernière édition par Leibgeber le Ven 15 Mai - 17:12, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://thewandererofthemoors.blogspot.com
Leibgeber
Subtil compliment


Nombre de messages : 185
Age : 39
Localisation : Faisant la manche à Scarborough
Date d'inscription : 13/06/2013

MessageSujet: L'actrice jouant Emily n'y a rien fait finalement...   Jeu 25 Juil - 6:23

     Sans doute, avoir eu le projet de parler de cette série au sein de cette auberge dont la patronne est Jane Austen a-t-il eu un certain effet : mes premières impressions favorables se sont révélées trompeuses.
    The Brontës of Haworth  était une œuvre sobre, ce qui était et demeure particulièrement appréciable concernant les sœurs Brontë livrées parfois à de déplorables licences. Je n’ai pas assez de connaissances pour l’affirmer, mais il m’a semblé que le scénariste a tenu compte des derniers travaux de l’époque comme ceux de Winifred Gérin qui s’éloignaient de la vision idéalisée des sœurs Brontë offerte par la vieille biographie de Charlotte Brontë par Elizabeth Gaskell parue en 1857. (A cet égard, comme j’ai observé qu’elle était encore en faveur en cette auberge, je voudrais mettre en garde sur son entière véracité malgré ses grandes qualités.) Toutefois, de l’eau a encore coulé sous le pont, tant la postérité des sœurs Brontë est un roman en lui-même, et cette série souffrait de toute manière d’être superficielle.
    Elle est marquée d’abord par des ellipses historiographiques importantes comme au sujet de la carrière de Branwell Brontë comme peintre-portraitiste à Bradford, le premier emploi de gouvernante d’Anne Brontë, ou bien le fait que l’on ne voye enfin Ellen Nussey, si proche de Charlotte Brontë depuis l’adolescence, qu’au moment de la maladie fatale d’Anne, etc.
   Le scénariste a procédé parfois à des synthèses commodes, sans doute à cause de la durée réduite de la série, la plus frappante et douteuse étant l’arrivée d’Anne Brontë chez les Robinson. Celle-ci est mise en scène selon Agnès Grey et voit une des filles adolescentes accueillir la pauvre Anne Brontë comme le monstrueux petit Tom Bloomfield. On peut comprendre certes, qu’après une telle mauvaise surprise, Anne Brontë s’effondre en pleurs dans sa chambre sous les toits du manoir, ceci alors qu'on ne sait rien des faits. Une synthèse plus amusante voit Charlotte Brontë commencer Jane Eyre en se tenant la joue en raison d’une rage de dents – mal dont elle fut beaucoup affligée au cours de sa vie.
   Les personnalités attribuées à Charlotte, Emily et Anne Brontë ne sont pas probantes.  La première est sérieuse, émotive et torturée par la frustration, mais je trouve que des traits n’auraient pas été assez mis en relief, sauf dans le dernier épisode quand elle se retrouve seule et se marie, comme la vivacité d’esprit, l’entrain et l’humour, du moins dans l'intimité, car elle était timide avec les étrangers. Emily, elle, apparaît renfermée, nerveuse et un peu étrange. Comme on sait très peu de choses d’elle, je pense que le scénariste s’est refusé à deviner davantage de sa personnalité. Or il y a des traces aussi chez elle de gaieté et d’entrain, notamment en compagnie de sa sœur Anne dont elle était très proche. Quant à cette dernière, elle est « sweet and gentle », sans rien de remarquable, alors qu’elle était des plus intelligentes (quand même, il est terrible de déplorer que cela n’ait pas été mis en avant de l’auteur d’Agnès Grey et de La Locataire de Wildfell Hall) et forte sous l’effacement.
    Par contre, j’ai trouvé pertinent que soit envisagée l'existence, parfois, de tensions entre les sœurs Brontë, cela aurait été normal. De même ai-je eu un certain sentiment de vrai quant à la personnalité du frère Branwell Brontë, hyper-sensible et manquant d’un guide dans la société pour ne pas se disloquer finalement sur un lit qu’il ne veut plus quitter après tous ses échecs, et quant au père pasteur, peut-être distant mais ne manquant pas d’affection pour sa famille. (Leur image à tous les deux était fort mauvaise depuis la biographie d’Elizabeth Gaskell.)
   De manière générale, avec ses trous et ses raccourcis, la série manque de perspective sur la trajectoire personnelle de chacune trois sœurs Brontë, notamment ce pour quoi elles sont passées à la postérité : des œuvres littéraires.  Pratiquement rien sur l’importance de l’écriture dans leur vie, avec tout ce que cela implique de ressaisissement d’un vécu, de pensée ou d’exercice de l’imagination, très intenses chez les sœurs Brontë, et de travail ! Ce n’est pas en montrant pendant trente secondes en plan serré Emily Brontë marchant sur un sentier à travers la lande avec une voix-off récitant un poème, que l’on peut estimer avoir traité de son art de manière sensible.  Il me semble, dans cet exemple, qu’il aurait été plus intelligent de faire réciter un poème avec des images contemplatives de la lande telle que vue par Emily, sinon pour en faire comprendre au spectateur le sens, du moins l’ouvrir à ce qui l’a inspiré.
    The Brontës of Haworth est ainsi à mon sens un récit assez faux et insuffisant. Si cette série était peut-être en rupture avec l’image que les anglais avaient développé des sœurs Brontë, elle s’en tenait toujours à en faire des auteurs avant tout émotionnels, originaux mais compréhensibles et attachantes, avec de l’esprit mais peu d’idées, bref proprement populaires alors que les sœurs Brontë étaient cultivées et tournées vers la véracité du sentiment.
    Depuis 1973, les choses ont donc heureusement changé ; toutefois pas complètement et loin de là : le « Brontë Myth », ainsi appelle-t-on le phénomène dans le champ des études brontéennes, demeure une mauvaise herbe vigoureuse.

    Mon blog sur les sœurs Brontë : thewandererofthemoors.blogspot.com


Dernière édition par Leibgeber le Ven 15 Mai - 17:08, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://thewandererofthemoors.blogspot.com
Petit Faucon
Confiance en soie
avatar

Nombre de messages : 5751
Age : 52
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: The Brontës of Haworth - série télévisée - 1973   Jeu 25 Juil - 15:05

Merci d'avoir pris le temps d'écrire cette longue critique argumentée ...
La difficulté de ce genre de biographie filmée, c'est toujours l'équilibre entre le coté anecdotique, qui doit plaire au grand public, mais qui n'est souvent que vu du petit côté de la lorgnette, et l'aspect littéraire d'une oeuvre, pas facile à restituer à l'écran.
Ici en plus il s'agit d'une famille d'écrivains, donc de personnalité qui peuvent se nourrir l'une l'autre, ou se heurter.
Il me semble que c'est un exercice très difficile, et que le résultat doit être décevant souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Leibgeber
Subtil compliment


Nombre de messages : 185
Age : 39
Localisation : Faisant la manche à Scarborough
Date d'inscription : 13/06/2013

MessageSujet: Re: The Brontës of Haworth - série télévisée - 1973   Mer 31 Juil - 13:16

   Pour les sœurs Brontë les choses sont encore plus problématiques que pour d’autres auteurs, car leur lecture a été – et demeure comme j’ai pu m’en apercevoir dans cette auberge même - parasitée par une image fausse. J’espère pouvoir développer cela une fois achevée ma lecture de l’essai de Lucasta Miller à ce sujet auquel j’ai fait déjà allusion dans mon précédent message : The Brontë Myth. Je ne cache pas que je déplore qu’il n’y ait nulle mention de cet ouvrage si important dans ce forum : est-ce que personne ici ne l’a lu et pourrait nous en faire profiter (pour m’épargner de la sueur aussi, je l’admets) ?

   Mon blog sur les sœurs Brontë : thewandererofthemoors.blogspot.com


Dernière édition par Leibgeber le Mar 8 Avr - 9:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://thewandererofthemoors.blogspot.com
Leibgeber
Subtil compliment


Nombre de messages : 185
Age : 39
Localisation : Faisant la manche à Scarborough
Date d'inscription : 13/06/2013

MessageSujet: Perles   Lun 9 Sep - 7:07

   Je voudrais faire une précision concernant ma présentation de la série. Christopher Fry, son scénariste, était un dramaturge renommé qui parmi ceux « de l’après-guerre (…) est le seul (…) dont les efforts pour renouveler le drame poétique – à l’imitation de T.S. Eliot – aient été couronnés de succès » (mais pas avec les sœurs Brontë à mon humble avis). C’est ce que mentionne Littérature anglaise paru en 1990 chez Bordas et qui se vantait d’être « indispensable aux étudiants anglicistes, [permettant] également au grand public de découvrir la littérature anglaise (plus de 400 auteurs cités) tout en perfectionnant ses connaissances de la langue », mais pas des sœurs Brontë décidément, car quelques perles sont offertes à leur sujet :
   « Nées à Bradford, installées dès 1820 dans un petit village au cœur des landes sauvages du Yorkshire… »
    Les sœurs Brontë sont nées en fait à Thornton, non loin de Bradford certes, et Haworth n’était pas vraiment « un petit village », mais déjà un bourg industriel ouvrant sur la lande.
   « L’année suivante, Branwell et Emily meurent de tuberculose ; Anne meurt en 1849. Restée seule avec son père, Charlotte décide de s’installer à Londres où elle fréquente des écrivains, dont Thackeray et Elizabeth Gaskell. »
   Charlotte Brontë ne décida pas de s’installer à Londres puisqu’elle ne quitta pas Haworth du tout.
   Je passe sur les quelques lignes douteuses au sujet de Jane Eyre, mais pas sur la suite :
   « Shirley (1849) et Villette (1853) confirment le succès de Jane Eyre. Largement autobiographiques, ces deux œuvres se font encore l’écho des expériences de l’auteur : souvenirs scolaires, émeutes des ouvriers du Yorkshire, petits incidents qui rompent la monotonie de le la vie provinciale.»
    Déjà la phrase : « Largement autobiographiques, ces deux œuvres se font encore l’écho des expériences de l’auteur » est une redondance de fort mauvais style comme « petit village » du reste. De plus, une telle insistance sur le caractère remémoratif de Shirley tombe à plat puisque Shirley traite d’émeutes ouvrières ayant eu lieu avant que Charlotte Brontë fût même née !

    Mon blog sur les sœurs Brontë : thewandererofthemoors.blogspot.com
Revenir en haut Aller en bas
http://thewandererofthemoors.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Brontës of Haworth - série télévisée - 1973   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Brontës of Haworth - série télévisée - 1973
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Brontës at Haworth, Ann Dinsdale
» Haworth
» Cahiers de poèmes, Emily Brontë
» Biographie des soeurs Brontë et Cie
» "Le monde infernal de Branwell Brontë "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: La famille Brontë-
Sauter vers: