Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 La notion de gentleman.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Zakath Nath
Romancière anglaise


Nombre de messages : 2980
Age : 33
Date d'inscription : 04/11/2007

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Lun 24 Déc 2012 - 15:22

Citation :
"éviter tout ce qui peut vous épaissir la peau, comme le soleil, le travail de bureau et le célibat"

Ouh là, c'est mort, je combine les trois Laughing .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://zakath-nath.joueb.com
Petit Faucon
Confiance en soie


Nombre de messages : 5361
Age : 51
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Lun 24 Déc 2012 - 15:41

Merci beaucoup TmesNewRoman pour cette explication ludique et fort intéressante sunny

J'adore ce genre d'humour déjanté, ça me met en joie pour la journée Wink
Revenir en haut Aller en bas
HussarBlue
Subtil compliment


Nombre de messages : 179
Localisation : On Hadrian's wall, back in the fall of '72
Date d'inscription : 01/12/2012

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Lun 24 Déc 2012 - 15:54


Bon... très bien.... alors c'est TimesNewRoman que j'invite à Chawton. moustache ou pas.... le casque intégral est proscrit, seul le Cromwell est autorisé !
Revenir en haut Aller en bas
HussarBlue
Subtil compliment


Nombre de messages : 179
Localisation : On Hadrian's wall, back in the fall of '72
Date d'inscription : 01/12/2012

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Mar 25 Déc 2012 - 8:32


By the way.... le célibat aurait une influence sur l'épaisseur de l'épiderme ?

Permettez-moi de me gausser ! et de m'inscrire en faux contre cette affirmation ex cathedra aussi bien qu'aventurée : 37 années de mariage (avec la même épouse) me permettent d'affirmer que l'état marital est le seul qui donne à votre peau la texture de celle du rhinocéros.... je compte naturellement pour rien le soleil et le travail de bureau...

Il s'agit là - puisque nous sommes strictement entre nous - d'une confidence, tant il est vrai qu'un gentleman ne saurait avancer pareille chose in mixed company.. Fumerais bien un petit cigare, moi, tiens.... vous pourrez ouvrir la fenêtre et secouer les rideaux quand j'aurai fini....
Revenir en haut Aller en bas
Dérinoé
Ready for a strike!


Nombre de messages : 1084
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Mer 26 Déc 2012 - 17:23


@ HussarBlue:

Citation :
L'allusion est à Sir Walter Raleigh (et non pas Elliot ) qui est supposé avoir jeté son manteau (cloak) sous les pieds de la reine Elizabeth Ière pour lui éviter la boue dans une rue crottée...

Avant de le donner à laver et à amidonner à sa lingère, gouvernante, petite bonne campagnarde ou toute personne du beau sexe prédisposée à la blanchisserie?

Il est vrai que la galanterie se pratique plutôt entre gens de bonne classe. Wink






Dernière édition par Dérinoé le Mer 26 Déc 2012 - 19:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
HussarBlue
Subtil compliment


Nombre de messages : 179
Localisation : On Hadrian's wall, back in the fall of '72
Date d'inscription : 01/12/2012

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Mer 26 Déc 2012 - 19:30

oh oh !.... aurais-je chatouillé - quite unwillingly - une conscience de classe, et féministe par surcroît ?

Mais, chère amie, si on enlève le travail des blanchisseuses et autres amidonneuses (quoique... un manteau amidonné ? really ?) de quoi vivront elles ? on avait vu cela sous la Révolution Française, où l'industrie du luxe ayant disparu, les artisans et ouvriers mouraient de faim, et la loi du Maximum n'avait rien arrangé : on décompte, au demeurant, davantage de prolétaires que d'aristocrates parmi les victimes de la Terreur à Paris... Un excellent livre que je conseille volontiers - deux en fait - c'est Les Dieux ont soif d'Anatole France, et a Tale of Two Cities de Dickens... inoubliables.... De même que je me vois bien, actuellement, en Mr Bennett, je me vois très bien aussi en Des Islettes.... et pourquoi pas en Sidney Carton ?

Quant à la galanterie, elle faisait - jadis et naguère - partie de l'éducation, mais tout cela est bien oublié...

A moins que tu ne m'aies taquiné, simplement ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Dérinoé
Ready for a strike!


Nombre de messages : 1084
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Mer 26 Déc 2012 - 23:04


@ HussarBlue:

Citation :
oh oh !.... aurais-je chatouillé - quite unwillingly - une conscience de classe, et féministe par surcroît ?


Féministe, Dieu m'en garde, lui qui l'est si peu. Quant à ma conscience, je m'évertue à ne pas l'enfermer dans une classe, quelle qu'elle soit, mais à lui laisser le libre champ de sa pensée et de ses réflexions, quelles qu'elles soient également.

Citation :
Mais, chère amie, si on enlève le travail des blanchisseuses et autres amidonneuses (quoique... un manteau amidonné ? really ?) de quoi vivront elles ?

Peut-être de l'instruction que la Gueuse voudra bien leur dispenser, cher ami?

Citation :
on avait vu cela sous la Révolution Française, où l'industrie du luxe ayant disparu, les artisans et ouvriers mouraient de faim, et la loi du Maximum n'avait rien arrangé : on décompte, au demeurant, davantage de prolétaires que d'aristocrates parmi les victimes de la Terreur à Paris...

Il est une terreur qui a visage l'abrutissement qu'impose un labeur harassant effectué dans des conditions plus proches du servage que celles que l'on inflige aux bêtes de somme et qui, de l'Ancien Régime aux terres damnées de notre époque, vaut largement la majuscule qui terrorisa tout Paris.

Citation :
Un excellent livre que je conseille volontiers - deux en fait - c'est Les Dieux ont soif d'Anatole France, et a Tale of Two Cities de Dickens... inoubliables.... De même que je me vois bien, actuellement, en Mr Bennett, je me vois très bien aussi en Des Islettes.... et pourquoi pas en Sidney Carton ?

Mr Bennett serait-il donc un authentique gentleman? Wink

Citation :
Quant à la galanterie, elle faisait - jadis et naguère - partie de l'éducation, mais tout cela est bien oublié...


Il est des âmes nobles par intelligence plus que par naissance qui savent, aujourd'hui, encore, témoigner avec une délicatesse exquise de l'élégance de cette courtoisie qui se passe de tout drapeau.

Citation :
A moins que tu ne m'aies taquiné, simplement ?


Ce n'est pas mon genre.



Dernière édition par Dérinoé le Mer 26 Déc 2012 - 23:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei


Nombre de messages : 8823
Age : 39
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Mer 26 Déc 2012 - 23:29

HussarBlue a écrit:
on décompte, au demeurant, davantage de prolétaires que d'aristocrates parmi les victimes de la Terreur à Paris..

Sans vouloir paraître bêtement mathématique, c'est peut-être aussi parce qu'il y avait plus de "petites gens" comme on disait à l'époque que d'aristocrates à Paris... (sans compter le fait que les aristocrates avaient eu plus le loisir de partir de Paris que les ouvriers et autres gens de la "populace". Surprised
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
HussarBlue
Subtil compliment


Nombre de messages : 179
Localisation : On Hadrian's wall, back in the fall of '72
Date d'inscription : 01/12/2012

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Jeu 27 Déc 2012 - 8:18

@ dérinoé :

Pour le statut social de Mr Bennett, je laisserai Lizzy te répondre "I am a gentleman's daughter!", mais il est également un "gentleman" selon mon coeur, avec son humour sarcastique et sa bonté un peu égoïste.

En ce qui concerne l'état de blanchisseuse, qui semble, je t'accorde volontiers si l'on lit Zola, métier peu engageant, il s'agissait, en ces temps, de la République bourgeoise et radicale, médiocrement sensible au bien-être du peuple. La vie privée de Zola lui-même n'est pas un modèle. Et il se plaiderait que la vie du peuple était moins dure vers 1780 que vers 1870. La loi Le Chapelier, n'est-ce pas ?

L'instruction fournie pas "la Gueuse" ? cela se plaide aussi, quand on voit les résultats des enquêtes PIRLS dont la dernière, où la France se classe brillamment ... Robespierre et Desmoulins étaient boursiers du Roy : amusant, non ?
et croit-on vraiment que la fille de la blanchisseuse qui sera incapable de lire un texte simple ou informatif a une chance d'échapper à une carrière de "bête de somme" ?

Il n'y a, au demeurant, pas de sot métier et permets moi un exemple personnel : mon père était ouvrier serrurier passé professeur technique adjoint (PTA), j'ai passé deux licences, et mon fils est devenu cuisinier... Il n'y a pas de philosophie à en tirer, mais Monsieur fils a un métier qui l'autorise à trouver un job partout dans le monde ou presque, et comme il a passé son enfance à me voir lire, il est grand lecteur... davantage même que ses trois soeurs, qui ont pourtant suivi des études universitaires...

Pour le reste, je trouve toujours paradoxal que personne ne s'étonne de ce que la Terreur de 1793 - toute prolétarienne car le révolutionnaire bourgeois se cachait pour survivre - ait expédié davantage de prolétaires à l'échafaud que d'aristocrates. Ce n'est pas une question de ratio mathématique pourtant, pour répondre à Kusanagi, mais d'opinion car le peuple était, dans sa masse, resté royaliste, et la chose se payait comptant. Le coup d'état de Fructidor montrera, au reste, dans la suite des temps, le respect des Conventionnels pour la Démocratie...

Mais voilà que je redeviens sérieux... impardonnable, pour un gentleman...
Revenir en haut Aller en bas
Winter
Ready for a strike!


Nombre de messages : 1322
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Jeu 27 Déc 2012 - 10:00

Je me glisse un peu dans votre conversation très riche de références et tout à fait passionnante; j'espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur.

Il existe encore des familles où filles et garçons sont élevés "à l'ancienne" et où on inculque aux unes un "savoir se tenir" et aux autres les règles fondamentales de la courtoisie. Ces familles existent mais ne sont plus légion. Nous sommes pour la plupart des urbains, et nous avons tous, un jour ou l'autre, assisté au spectacle navrant que peuvent nous offrir certains jeunes gens dépourvus de tout savoir vivre ensemble...filles ou garçons du reste. (certains adultes aussi évidemment)
Ces jeunes resteront-ils tous de fieffés goujats? Je ne saurais le dire. Mais nous sommes, pour eux, devant la réalité de l'individu. Dans leur devenir, l'éducation, à l'évidence, ne jouera pas ce rôle. Si un jour ces gens décident les changements nécessaires au qualificatif de gentleman, il y a fort à parier que ce sera la vie qui les y contraindra d'une manière ou d'une autre et que cela sera davantage de l'ordre du choix.

Nous avons perdu une sorte d'harmonie souvent "feinte" au profit d'une réalité qui n'est pas toujours agréable, c'est le moins que l'on puisse dire. Et si les hommes ont quelque peu perdu ces gestes courtois envers le "sexe faible", c'est aussi parce que nous n'en pouvions plus d'être réduites à cela.
Alors, j'ai du mal à me plaindre et "sélectionne" les hommes de coeur (plus proche pour moi de ce que j'apprécie), laissant les autres à de plus endurantes que moi. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Panda
Tardy mate


Nombre de messages : 4570
Age : 30
Localisation : In the Dragon's lands
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Jeu 27 Déc 2012 - 11:51

Ohla, que de messages en retard ! Miss A. j'aime toujours autant te lire ! cheers

Emily-de-Winter a écrit:
courtoisie naturelle (sans exagération !), de style, de language mais toujours dans la mesure... De gentleman à pédant il faut faire attention à la marche !! ... Pour moi être gentleman ne signifie absolument pas perdre la notion de naturel...

Je te rejoins tout à fait là-dessus Et pour rester dans Jane Austen, qui a été cité, il me semble bien qu'il est reproché à Mr. Darcy (par Lizzie, certes), ses manières bien loin de celles d'un gentleman, malgré son statut (ce qui me fait me demander si les moqueries légèrement méchantes et régulières de Mr. Bennet le font correspondre à mon idée d'un gentleman. Je préfère vraiment un Mr. Tilney Razz).

Winter, les gestes courtois destinés aux sexes faibles ne me paraissent pas être si important que cela dans la notion actuelle de gentleman scratch J'ai souvent l'impression que ces gestes manquent de naturel et qu'ils ne sont là que pour impressionner. Lorsque ce n'est pas le cas, la personne répond assez souvent aux critères de politesse et de gentillesse naturelle (qu'elle distribuera à tous les sexes, non mais).

Quant aux métiers, je ne suis pas sûre qu'il ait été fait références de sot métier, seulement de dureté et de paradoxe par rapport à la notion de gentleman (je pense que Dérinoré voulait montrer qu'il était certes gentleman de jeter son manteau au pieds d'une Lady, mais que c'était beaucoup moins sympa pour la jeune fille dont le métier est difficile, alors que jeter son manteau à terre était loin d'être une nécessité ou un accident). Cela dit, à notre époque (et pour moi), un gentleman peut faire tous les métiers du monde à partir du moment où il répond aux critères proposés par Emily de Winter Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://pandamoufle.hautetfort.com/
HussarBlue
Subtil compliment


Nombre de messages : 179
Localisation : On Hadrian's wall, back in the fall of '72
Date d'inscription : 01/12/2012

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Jeu 27 Déc 2012 - 12:40


Bah !!! Humbug .... le "Gentleman" est une notion historiquement dépassée, correspondant à une classe sociale donnée, dont les codes ne veulent plus rien dire actuellement. Mais qui prenaient leurs sources fort loin dans l'imaginaire occidental, comme l'Amour Courtois médiéval...

Qui s'en réclamerait, de nos jours ?

Il demeure quelques "buttes témoins" - comme les Chaps - englués dans leur refus viscéral de l'évolution actuelle, caractérisée notamment par une cécité volontaire : Jean Yanne avait raison de moquer la tendance "Tout le Monde il est beau, tout le monde il est gentil"...

Le "politiquement correct" est, de fait, la négation absolue de la Weltanschauung du Gentleman... quand je vous disais que j'étais un Tory anarchist....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Jeu 27 Déc 2012 - 14:31

Dérinoé a écrit:
Il est une terreur qui a visage l'abrutissement qu'impose un labeur harassant effectué dans des conditions plus proches du servage que celles que l'on inflige aux bêtes de somme et qui, de l'Ancien Régime aux terres damnées de notre époque, vaut largement la majuscule qui terrorisa tout Paris

Rien à ajouter, ni à retrancher — as usual...
Dérinoé, tu es pour la peine cordialement invitée à choisir ta table au Babington's de Rome, sinon à l'Antico Caffè Greco.
Le port de la kunée est inutile.
Wink
Revenir en haut Aller en bas
HussarBlue
Subtil compliment


Nombre de messages : 179
Localisation : On Hadrian's wall, back in the fall of '72
Date d'inscription : 01/12/2012

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Jeu 27 Déc 2012 - 18:26


Je n'avais pas voulu relever cette phrase, mais, sans même parler de l'écriture artiste, vous m'effrayez, Mesdames Shocked .... TimesNewRoman, plus de "Cromwell" à Chawton : assez de "remember!"... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Fée clochette
Soul dancing on the breeze


Nombre de messages : 20709
Age : 71
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Jeu 27 Déc 2012 - 18:32

sunny Le port de la kunée est inutile....... Bé moi je m'en coifferai pour assister à la rencontre incognito... Laughing Wink

Pour en revenir à la notion de Gentleman, je retiens l'opinion de ce cher Oscar, Serendipity,

Citation :
He added: “Oscar Wilde once described; ‘The English country gentleman galloping after a fox – the unspeakable in full pursuit of the uneatable’ but he failed to recognise the genius of the idea in the first place.




MissAcacia a écrit:
J'ai un Barbour, deux vestes en tweed, une collection de casquettes plates et des boots de plusieurs formes, matières et couleurs (dont les bottes en caoutchouc qui vont avec le Barbour). J'aime aussi Jane Austen et les différences...

cheers collègue lol! comme la famille Royale
Revenir en haut Aller en bas
Fée clochette
Soul dancing on the breeze


Nombre de messages : 20709
Age : 71
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Jeu 27 Déc 2012 - 20:31

encore moi Wink

Cependant, nous plaisantons, nous plaisantons, mais il ne me semble pas que lorsque l’Angleterre parle de « gentleman » pense… c’est un homme poli, courtois, ceci rejoint plutôt l’opinion Française Wink .

Gentleman, c’est d’abord pour moi une particularité Anglaise, un esprit de « caste » celle de la Gentry.

Ils ont effectivement reçu une certaine éducation qui n’est pas celle du peuple(et peuvent s’en affranchir de temps en temps, Harry par exemple, nous fait des sursauts typiques), ils se vêtent en fonction des circonstances, et ils sont originaux (cela se cultive) et naturels dans leurs façons, car un gentleman doit être à l’aise dans toutes les situations, les plus simples comme les plus extraordinaires.
Particularité, les gentlemen ne se présentent pas, ils se font présenter et en plus tout le monde les connaît.

Ils peuvent effectivement porter des tatouages, certains membres de la gentry en arborent en toute discrétion, ils n’en font pas étalage et c’est leur petit secret connus de tous ceux qui font partis de la même coterie.
A toute les époques il y a eut des hurluberlus propres à cette classe, dans le genre faisant partie de la gentry, une actrice Helena Bonham Carter, ok c’est une femme, s’habille olé olé même en visitant la Reine, mais un homme, prenons le plus connu …. Prince Charles de Galles, est un gentleman …. Original… très…. Qui n’a pas peur de s’assumer en tant que chasseur, joueur de polo, paysan écolo alors qu’à l’époque où il a commencé il parlait dans le désert… un prophète !!!! un homme d’affaire avisé, il n’y a qu’à regarder les comptes de son Duché il n'est pas du tout dans le rouge depuis qu'il est à sa tête.C'est un Prince qui comme tout gentleman porte par exemple ses vêtements longtemps, plus ils sont usés, plus il les porte et avec toute sa fierté… rendeer en bref il est tout ce que son éducation lui a inculqué, résistant à l’humidité, au froid, au chaud, aux casses-pieds à qui il sourit, au malades, aux plus humbles, porte le Kilt en Ecosse, des plumes chez les Indiens quant il représente son pays, danse en pagne sans se soucier de son image et porte le nœud papillon et si par hasard il parle dans un micro devant une foule de gens, il appelle sa mère « mummy » pour mettre dans sa poche la foule des petits et des sans grades alors que dans ses rôles officiels, il s’incline et l’appelle Madame.

Donc, à mon avis, lorsque Elizabeth Bennet, dit à M. Darcy…. : mon père est gentleman… elle signifie avec autorité et force qu’elle est de la même classe que lui, même si elle a une famille avec moins d’argent, moins de liens parmi la haute société… Elle est fille de gentleman, l’égal de Darcy par la naissance, elle appartient à la Gentry.

Elle insinue aussi à fin, qu’il ne se conduit pas en gentleman parce qu'il a oublié son éducation de self contrôle… mais ce qui prime, c’est que cette conduite non « gentlmanlike » la blesse parce que ses propos lui son odieux, il a oublié d'être policé, respectueux, non pas parce qu'elle est une femme (notion toute latine avec tout ce qui en découle). mais une femme qui a des opinions, qui est libre, qui a le droit de se battre pour l'amener à la respecter, ce que ce cher Darcy at un peu oublié en se déclarant ... Le vieux sang des premiers celte dont les femmes se battaient avec les hommes coule en Elizabeth Bennet et elle n'admet pas être traité aussi mal, elle le lui fait sentir.

Alors, pour moi en France, la notion de Gentleman est totalement édulcorée, apparemment, un gentilhomme... vieux nom et vieux reste de la royauté, est vidé de sa substance, il ne reste plus que courtoisie à la Française, courtoisie assez latine que l'on apprécie chez les plus âgés, mais alors les jeunes gens, si vous m'en trouvez un qui ouvre la portière d'une voiture ou qui laisse sa place dans un bus..... vous me le signalez . lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Darcy
Romancière anglaise


Nombre de messages : 5747
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Jeu 27 Déc 2012 - 21:37

Fée clochette a écrit:

Alors, pour moi en France, la notion de Gentleman est totalement édulcorée, apparemment, un gentilhomme... vieux nom et vieux reste de la royauté, est vidé de sa substance,

Au cours de mes études littéraires, j'avais appris l'étymologie du mot. Je me souviens qu'en ancien français, notamment dans La chanson de Roland, on parlait de "gentil homme"; l'adjectif est à prendre dans le sens littéral, que l'on connait aujourd'hui, d'un homme aimable avec l'idée émergente de la gentillesse comme vertu. Ainsi, il y a glissement sémantique car "gentil" a été emprunté au latin gentilis, « propre à la race, à la famille », d’où « de bonne race »,
Il me semble que la notion anglaise de "gentleman" plus tardive a été honteusement pompée sur l'ancien françois. tongue


Dernière édition par Darcy le Jeu 27 Déc 2012 - 22:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fée clochette
Soul dancing on the breeze


Nombre de messages : 20709
Age : 71
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Jeu 27 Déc 2012 - 21:56

gentleman = gentle = naturel... donc un homme vrai... il me semble que c'est importé par les normands ..................... purééée de la France lol! chut, s'ils apprennent qu'il copient.... rendeer
Revenir en haut Aller en bas
MD
British countryside addict


Nombre de messages : 828
Age : 31
Date d'inscription : 28/01/2010

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Jeu 27 Déc 2012 - 22:13

Cette Auberge est d'une stabilité à toute épreuve. On la quitte un jour, un peu forcé, pour la retrouver quelques temps plus tard avec plaisir - une fenêtre grande ouverte sur une éternelle discussion qui ne semble ni s'épuiser, ni trouver de solution.

Fée Clochette, tu es sévère avec notre pauvre génération. Cela compte si l'on "racket" une Grand-Mère avec des fleurs ? Rolling Eyes

Le sujet même du fil est un brin dérangeant; in fine "gentleman" ne peut s'abaisser à n'être qu'une notion, un vulgaire code - une sorte de check-list comme le voudraient les Chaps qui souhaiteraient presque vivre en noir&blanc.
C'est un naturel qui doit s'ignorer autant qu'il peut s'apprécier; c'est être bien plus qu'agir !

D'ailleurs, le simple fait qu'il puisse y avoir des gentlemen en perfide Albion prouve bien que l'on transcende ici la notion de notion. Je sors ?

HussardBlue : Hussard de Nimier ?
Revenir en haut Aller en bas
Fée clochette
Soul dancing on the breeze


Nombre de messages : 20709
Age : 71
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Jeu 27 Déc 2012 - 22:17

lol! MD capitaine au long cours de quel mer surgis-tu ? Wink il ne manque plus que Fitzwilliam Darcy.... toujours à Pemberley ?




Dernière édition par Fée clochette le Jeu 27 Déc 2012 - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Darcy
Romancière anglaise


Nombre de messages : 5747
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Jeu 27 Déc 2012 - 22:18

Je ne connais pas la définition de gentle comme naturel. Mais, en effet, il existe, encore aujourd'hui, un exemplaire de La chanson de Roland en anglo-normand (c'est un manuscrit d'Oxford).


Dernière édition par Darcy le Jeu 27 Déc 2012 - 22:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fée clochette
Soul dancing on the breeze


Nombre de messages : 20709
Age : 71
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Jeu 27 Déc 2012 - 22:20

Darcy, nous avons libéré nos gentlemen tout d'un coup... ils nous soudoient avec des fleurs............ Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Dérinoé
Ready for a strike!


Nombre de messages : 1084
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Jeu 27 Déc 2012 - 22:33


@ TimesNewRoman:

Citation :
Dérinoé, tu es pour la peine cordialement invitée à choisir ta table au Babington's de Rome, sinon à l'Antico Caffè Greco.


Tout le plaisir serait pour moi. En revanche, en lieu et place de kunée, je possède un bonnet roots d'inspiration jamaïquaine du plus bel effet, particulièrement lorsqu'il s'agit d'impressionner la bonne société catholique, antique ou non. En cas de fin de non recevoir, je peux également proposer un filet à chignon un poil vieille France mais toujours aussi efficace au moment de servir le thé, quoiqu'en disent les amateurs de tonsure militaire.

@ Fée Clochette:

Citation :
Bé moi je m'en coifferai pour assister à la rencontre incognito...

Et ton casque magique et toi seriez les bienvenus. Wink

Citation :
Elle insinue aussi à fin, qu’il ne se conduit pas en gentleman parce qu'il a oublié son éducation de self contrôle… mais ce qui prime, c’est que cette conduite non « gentlmanlike » la blesse parce que ses propos lui son odieux, il a oublié d'être policé, respectueux, non pas parce qu'elle est une femme (notion toute latine avec tout ce qui en découle). mais une femme qui a des opinions, qui est libre, qui a le droit de se battre pour l'amener à la respecter, ce que ce cher Darcy at un peu oublié en se déclarant ...

Un brin hors-sujet - quoique! - par rapport au thème initial de ce topic mais puisqu'il est ici question de l'un des gentlemen les plus célèbres de la littérature anglo-saxonne, au diable la réserve.

Spoiler:
 

@ HussarBlue:

Citation :
Je n'avais pas voulu relever cette phrase

Oh! Si, bien au contraire: relève-là, commente-là et instruis un esprit saltimbanque des principes de raisonnement les plus élémentaires qu'il ignore, la marge de progression étant l'un des seuls charmes que nous puissions trouver à nos erreurs.

Citation :
mais, sans même parler de l'écriture artiste, vous m'effrayez, Mesdames ....


Cela nous fait un point commun, cher Monsieur: je m'effraie moi-même souvent. Wink

Citation :
Qui s'en réclamerait, de nos jours ?

Plaisanterie mise à part, je pensais intuitivement que la philosophie du gentleman était l'une de celle que l'on pratique sans jamais la revendiquer, le sommet de l'élégance résidant dans l'humilité que porte en elle toute excellence.

Cela étant, la cristallisation d'un concept autour d'un mot ou une expression à un moment donné de l'Histoire n'implique pas que la réalité qu'ils recouvrent n'ait pas existé avant ou après leur émergence. Si un terme et la notion qui lui est liée peuvent faire défaut ou tomber en désuétude au cours des années, il n'est pas dit que les référents auxquels ils renvoient perdent quant à eux de leur actualité, quels que soient le lieu et le moment. Non?

Citation :
Le "politiquement correct" est, de fait, la négation absolue de la Weltanschauung du Gentleman... quand je vous disais que j'étais un Tory anarchist....

Que nommes-tu "politiquement correct" exactement?


@ Darcy:

Très intéressante, ton explication philologique.



Dernière édition par Dérinoé le Ven 28 Déc 2012 - 10:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Darcy
Romancière anglaise


Nombre de messages : 5747
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Jeu 27 Déc 2012 - 22:38

@MD:Malheureusement, à la lueur du froid raisonnement, c'est la linguistique qui dicte les règles. Laughing

Citation :
Toute la finesse psychologique de ces deux oeuvres me semble résider dans l'idée, intuitivement fort répandue je pense, selon laquelle on ne peut être aimé que si l'on est aimable, c'est-à-dire si l'on mérite l'amour que l'autre nous porte. Or, un affront resté sans réponse ou une critique trop sincère de l'entourage proche - quand bien même îls sont envisageables dans l'absolu pour ceux qui les reçoivent - reviennent pour Rodrigue et Chimène à se voir dégradés aux yeux de l'être aimé et, par conséquent, appellent une réaction qui, de prime abord, pourrait sembler contrevenir à l'affection quand elle tend, en fait, à la préserver.

Très fine analyse Dérinoé. C'est ce que soustend Jane Austen avec un judicieux dosage des réactions de ces deux personnages Fitzwilliam Darcy et Elisabeth Bennet.

Revenir en haut Aller en bas
HussarBlue
Subtil compliment


Nombre de messages : 179
Localisation : On Hadrian's wall, back in the fall of '72
Date d'inscription : 01/12/2012

MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Ven 28 Déc 2012 - 7:44


@ MD : mais suis-je indiscret en ce qui te concerne ? est-ce que j'évoque ce composite avatar federicien de la mer de nuages ? et suis-je Sanders ?

@ Dérinoé : tes questions méritent quelques développements responsifs qui nécessitent plus de temps que je n'en ai à l'instant, car malgré mon âge avancé, je travaille encore.... et puis, de saltimbanque à désultoire, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La notion de gentleman.   Aujourd'hui à 15:16

Revenir en haut Aller en bas
 
La notion de gentleman.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» La notion de gentleman.
» Annexe 1 : Notion du don contre don
» La notion de perspective
» Gentleman's cutter 1880
» 4x11 - Sometimes a Great Notion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Le plaisir de la lecture-
Sauter vers: