Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 Charles Dickens : Le Conte de deux cités

Aller en bas 
AuteurMessage
Selenh
Méchante Femme Savante
avatar

Nombre de messages : 5659
Age : 59
Localisation : Aquitaine.
Date d'inscription : 24/02/2010

MessageSujet: Charles Dickens : Le Conte de deux cités   Jeu 23 Fév 2012, 19:24

Le Conte de deux cités ou Paris et Londres en 1793 (1859)

En VO : A TALE OF TWO CITIES

A STORY OF THE FRENCH REVOLUTION


By Charles Dickens

« It was the best of times, it was the worst of times, […] »


study Oui, cela commence bien comme un conte:
  • «There were a king with a large jaw and a queen with a plain face, on the throne of England; there were a king with a large jaw and a queen with a fair face, on the throne of France.»
  • «En ce temps-là, un roi pourvu d’une forte mâchoire, et une reine ayant un laid visage, régnaient en Angleterre, pendant qu’un roi pourvu d’une mâchoire non moins forte, et une reine ayant un beau visage, occupaient le trône de France.» (Traduction par Mme Loreau, 1881).

Evil or Very Mad Mais notre auteur passe généreusement sur le fait qu'en ce temps-là son pays est déjà celui de l'Habeas Corpus, et le nôtre encore celui de la monarchie absolue... et de la lettre de cachet.
  1. C'est par cette arme redoutable qu'a été impitoyablement écrasée la famille Manette, dont le premier livre, Résurrection (Recalled to Life) raconte la difficile recomposition seize ans plus tard en Angleterre. Une résurrection difficile, douloureuse, qui n'aurait pu avoir lieu sans l'amitié fidèle et le... professionnalisme, d'un irréprochable gentleman anglais jusqu'au bout des ongles, d'une part; la fidélité d'un cabaretier français dispensateur de mauvais vin de l'autre.
    Bien des mystères restent en suspens, ne seront jamais éclaircis, peut-être...
  2. Au livre deux, amitié, fidélité, et amour tissent Le fil d'or (The Golden Thread) de la famille agrandie qui semble avoir surmonté toutes les épreuves et se contenter d'un obscur et modeste bonheur londonien, dans le cercle encore élargi d'amis loyaux, figures pittoresques et attachantes.
    Pendant ce temps, dans une taverne du quartier Saint-Antoine, espions, conspirateurs et justiciers de l'ombre défilent...
  3. Mais de Londres on ne se rend pas compte du danger qu'il y a à revenir en France en 1793, cette fois c'est dans un guêpier que la loyauté envoie les imprudents! Là-bas c'est la tempête (The Track of a Storm, livre trois) et il ne fait pas bon réveiller les secrets criminels qui dorment dans les pierres de la Bastille ou les mailles d'un tricot. L'amitié et l'amour semblent bien impuissants face au fanatisme révolutionnaire, mais l'absolue loyauté qui les soutient n'a pas dit son dernier mot.


Comme souvent dans les romans populaires duXIXe siècle Dickens, les sommaires sont déjà... tout un roman:
Sommaire VF:
 
Sommaire VO:
 
Quelques ressources gratuites, VO et VF:
Audio-livres:
 
Livres numériques:
 
, à ne lire qu'après le roman, surtout;
[*]Une étude littéraire fouillée du roman (en anglais).Arrow
[*]Un topic de l'Auberge est consacré à une des adaptations Arrow


Dernière édition par Selenh le Dim 26 Fév 2012, 17:55, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Selenh
Méchante Femme Savante
avatar

Nombre de messages : 5659
Age : 59
Localisation : Aquitaine.
Date d'inscription : 24/02/2010

MessageSujet: Commentaires copiés sur le topic du challenge   Jeu 23 Fév 2012, 19:24

Selenh a écrit:
Je touche à la fin du Conte des deux cités, moi. C'est pas poignant (mais ça va pas tarder à devenir sanglant, avec la Révolution Française, je sens) mais ça se laisse bien écouter.
Cela dit si j'avance si bien c'est que je suis devenue méchamment accro au Charlie!
NB: et puis ce n'est pas un roman très long... pour un Dickens!

Selenh a écrit:
Ben ça y est, c'est fini, respect, j'en suis encore toute retournée... les deux premiers livres préparent l'action du troisième, et là, feu d'artifice, apocalypse, Révolution Française magnifiquement interprétée, -chapeau Mr Dickens- drames, mélodrames, tragédies, rebondissements, coups de théâtres, et le final, grandiose, parfaitement grandiose, puis sublime sans jamais en faire trop.

En audio en plus, avec une bonne voix de lectrice, j'étais pantelante.

Un extrait de la "vision finale au pied de la guillotine", choisi pour ne pas spoiler, mais qui montre que Dickens, s'il en déplore les horreurs, comprend et ne méprise pas la Révolution, comme je l'ai lu quelque part:

Citation :
I see Barsad, and Cly, Defarge, The Vengeance, the Juryman, the Judge, long ranks of the new oppressors who have risen on the destruction of the old, perishing by this retributive instrument, before it shall cease out of its present use.

I see a beautiful city and a brilliant people rising from this abyss, and, in their struggles to be truly free, in their triumphs and defeats, through long years to come, I see the evil of this time and of the previous time of which this is the natural birth, gradually making expiation for itself and wearing out.

VF

Citation :
Je vois Barsad, la Vengeance, Defarge, les magistrats et les jurés, une longue file de nouveaux oppresseurs qui ont remplacé les anciens, périr par cet instrument rétributif avant même qu’il ait été déplacé.

Je vois une cité splendide, une nation glorieuse et prospère, sortir de cet abîme ; et par ses luttes pour conquérir la liberté, par ses triomphes et ses défaites, je vois cette nation expier graduellement, puis effacer à jamais les crimes de cette époque sanglante, et ceux des temps anciens qui ont engendré ces fureurs.
Tatiana a écrit:

Le Conte des deux cités me tente depuis longtemps pour le côté historique Selenh, et ton enthousiasme ne fait que raviver mon désir de le lire. Dickens et la Révolution française, voilà qui est diablement alléchant. Je craquerai peut-être/sûrement malgré les 4 autres romans de lui qui m'attendent encore.
Ysabelle a écrit:
Je crois que sera le prochain, dès que j'aurai fini "Great expectations".
Selenh a écrit:
@Atonement:
Actuellement je conseillerais comme narration la moins déconcertante, et un éventail de personnages à peu près ramassé, le Conte de deux cités.
Revenir en haut Aller en bas
Tatiana
A view from the past
avatar

Nombre de messages : 10714
Age : 33
Localisation : Quelque part dans l'Angleterre du XIXe...
Date d'inscription : 26/02/2010

MessageSujet: Re: Charles Dickens : Le Conte de deux cités   Ven 24 Fév 2012, 08:43


Merci pour cette très belle présentation Selenh cheers . Tu es très douée pour tenter les lecteurs qui ont déjà tellement de romans dickensiens à lire qu'ils ne savent pas par lequel commencer.

Cette période historique m'intéresse beaucoup, et j'ai hâte de savoir comment Dickens la présente. La première phrase me plaît déjà, merci de cet avant-goût prometteur.
Ce n'est pas courant qu'un auteur anglais s'intéresse à la Révolution française, me semble-t-il. De plus, Dickens est davantage connu comme peintre de la société de son époque. Il serait intéressant de connaître les raisons qui l'ont poussé à se plonger dans le passé, et plus particulièrement dans ces années si tourmentées. J'imagine que des explications figurent en introduction.

Bon, c'est dit, je suis trop faible, je le rajoute à la liste de mes prochains achats Rolling Eyes . Je vais aller faire un tour sur le topic de l'adaptation, je ne savais pas que ce roman a été adapté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Selenh
Méchante Femme Savante
avatar

Nombre de messages : 5659
Age : 59
Localisation : Aquitaine.
Date d'inscription : 24/02/2010

MessageSujet: Re: Charles Dickens : Le Conte de deux cités   Ven 24 Fév 2012, 09:40

Je n'ai pas déniché cette adaptation pour le moment.
En ce qui concerne les motivations de Dickens, je sais seulemnt qu'il était un fervent admirateur du livre The French Revolution: A History par Thomas Carlyle. Il en dit: "no one can hope to add anything to the philosophy of Mr. Carlyle's wonderful book".

Mise à jour (MAJ) dans le topic initial, j'ai ajouté:
Citation :
Mais aussi une page magistrale en anglais, très complète, des analyses très fines aussi: Arrow, à ne lire qu'après le roman, surtout;
Revenir en haut Aller en bas
serendipity
Aurora Borealis Chaser
avatar

Nombre de messages : 9274
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Charles Dickens : Le Conte de deux cités   Ven 24 Fév 2012, 22:29

Merci Selenh pour cette ouverture de topic cheers

J'ai le livre en VO et en VF dans ma PAL, c'est dire si l'adaptation télé m'avait enthousiasmée cheers (je ne sais pas si cela serait toujours le cas aujourd'hui scratch )

Extrait d'un article publié dans le Figaro le 16 février (signalé ce soir sur France Culture, l'auteur Adrien Goetz y parle de l'expo Dickens à la maison de Hugo à Paris) :

Citation :
Dans un entretien donné récemment à Beaux-arts Magazine, Alain Seban, le président du Centre Pompidou, confie de manière inattendue que son livre de chevet du moment est Un conte de deux villes, un roman de Charles Dickens. Il a raison : la modernité de ce livre génial, trop peu connu en France, peinture de Londres et de Paris en 1793, est saisissante.
Revenir en haut Aller en bas
Selenh
Méchante Femme Savante
avatar

Nombre de messages : 5659
Age : 59
Localisation : Aquitaine.
Date d'inscription : 24/02/2010

MessageSujet: Re: Charles Dickens : Le Conte de deux cités   Sam 25 Fév 2012, 08:58

Les grands esprits se rencontrent, hé hé!

Cela dit ce n'est pas un livre méconnu hors de France puisque c'est le Dickens le plus vendu avec je ne sais plus quel autre.
Revenir en haut Aller en bas
Tatiana
A view from the past
avatar

Nombre de messages : 10714
Age : 33
Localisation : Quelque part dans l'Angleterre du XIXe...
Date d'inscription : 26/02/2010

MessageSujet: Re: Charles Dickens : Le Conte de deux cités   Sam 25 Fév 2012, 13:42


J'ignorais que ce roman est si connu en France, ou plutôt si lu. Ce n'est toutefois pas tellement surprenant puisqu'il s'y déroule.

Serendipity, ta mention de l'expo Dickens à la maison de Victor Hugo me rappelle que j'aimerais bien la voir, je vais essayer de me programmer une visite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Selenh
Méchante Femme Savante
avatar

Nombre de messages : 5659
Age : 59
Localisation : Aquitaine.
Date d'inscription : 24/02/2010

MessageSujet: Re: Charles Dickens : Le Conte de deux cités   Sam 25 Fév 2012, 20:40

Tatiana a écrit:
J'ignorais que ce roman est si connu en France, ou plutôt si lu. Ce n'est toutefois pas tellement surprenant puisqu'il s'y déroule.

C'est le contraire que je voulais dire, Tatiana, j'ai encore dû être trop alambiquée: il est un des deux plus vendus HORS de France. Je soupçonne que les Français ont pu le bouder justement du fait de sa description des horreurs de la Révolution dues au fanatisme, en particulier les massacres de septembre.
Revenir en haut Aller en bas
Tatiana
A view from the past
avatar

Nombre de messages : 10714
Age : 33
Localisation : Quelque part dans l'Angleterre du XIXe...
Date d'inscription : 26/02/2010

MessageSujet: Re: Charles Dickens : Le Conte de deux cités   Dim 26 Fév 2012, 10:07


Ah merci d'avoir précisé Selenh, j'avais compris l'inverse de ce que tu voulais dire Smile . A la réflexion, si tant d'horreurs y sont décrites, il n'est pas surprenant qu'il ait été mal accueilli en France. Sa popularité ailleurs m'étonne cependant, à moins qu'il faille la mettre sur le compte de l'engouement plus général pour le roman historique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Selenh
Méchante Femme Savante
avatar

Nombre de messages : 5659
Age : 59
Localisation : Aquitaine.
Date d'inscription : 24/02/2010

MessageSujet: Re: Charles Dickens : Le Conte de deux cités   Dim 26 Fév 2012, 17:55

Une étude littéraire fouillée du roman (en anglais).Arrow
Revenir en haut Aller en bas
HussarBlue
Subtil compliment
avatar

Nombre de messages : 179
Localisation : On Hadrian's wall, back in the fall of '72
Date d'inscription : 01/12/2012

MessageSujet: Re: Charles Dickens : Le Conte de deux cités   Lun 31 Déc 2012, 10:45

Bonnie le lisant actuellement, mon sentiment :

Jeudi 3 février 2005

Commencé le Tale of two cities, que je n’avais jamais lu. Je dois avouer avoir été frappé par les premières pages du chapitre d’introduction, d’une force that pins you to the wall....

samedi 5 février 2005

Le Tale (j’en suis au premier quart) me charme par son étonnante modernité : l’humanité si pudiquement anglaise de Mr Lorry, le court room drama au style haché (si nouveau à l’époque) avec l’apparition de Sydney Carton, ce beautiful loser.

vendredi 11 février 2005

Continué la lecture du Dickens que j’avais posé depuis quelques jours... un coté un peu grossier dans les personnages comiques, un style manquant de l’élégance de celui de Jane Austen - de la génération immédiatement précédente, et qui savait manier l’humour et l’ironie avec finesse - mais une vie évidente et vibrante...

Jeudi 24 février 2005

Après le Trésor des Mots, je reprends le Dickens, que je finis rapidement : ces vues de la Révolution Française, qui servent de décor à une histoire de vengeance grand-guignolesque (et sans aucun fondement factuel, faute de toute recherche historique, D. se contentant de reprendre à son compte les légendes sur le « droit de cuissage » ou les paysans chargés de faire taire les nocturnes grenouilles sur les étangs) sont néanmoins animées de scènes shakespeariennes comme les convulsionnaires de la Carmagnole, ou les bacchantes tricoteuses, d’une puissance d’évocation absolument impressionnante.

La vraie pitié qu’éprouve Dickens pour les humbles s’exerce en revanche à bon droit sur cette cousette de 18 ans, qui ne comprend pas ce qui lui arrive, et va à l’échafaud appuyée sur le noble Sydney Carton, âme rachetée par l’amour.

Les passages sur la banque, ou les cours et tribunaux anglais, manifestement inspirés des expériences personnelles de l’auteur, sont également dignes d’intérêt, comme les rapports entre le bully Stryver (le lion) et son assistant, le jackal alcoolique et débauché (Carton).

Mais l’impression dominante que je retire de cette lecture est celle d’un auteur un peu out of his depth, voyant les évènements en France avec la bonne conscience anglaise de son temps et un grave défaut d’analyse politique.

…/….

Analyse de Chesterton sur the Tale…

…/…

On peut aussi critiquer certaines analyses de Chesterton sur le « coté joyeux » de la Révolution, qui, s’il exista, ne dura que peu de temps (si l’on veut, jusqu’à la Fête de la Fédération) avant les troubles sanglants, la disette, la hausse effroyable des prix - la seule chose sans valeur étant la vie humaine - la guillotine en permanence et enfin les guerres, étrangères puis civiles....

Curieux toutefois que le roman soit de 1859, l’un de ses derniers. C’est peut-être le dépaysement qui induit les maladresses que l’on perçoit.

Repris, à la suite, la biographie de Dickens par E. Johnson, que j’avais lue il y a 3 ou 4 ans, où je reconnais un D. très sympathique par ses enthousiasmes et ses détestations. Sans négliger les petits à-côtés historiques qui vont dans mon sens révisionniste de l’Histoire officielle.

Ainsi de la France catholique, toujours accusée de tous les maux de l’intolérance : sans oublier le « cujus regio, ejus religio » des Allemagnes protestantes, que penser des émeutes anti-catholiques anglaises de 1780 dites Gordon Riots, où nombre de cathos anglais furent mis à mal, leurs propriétés et leurs églises brûlées (Barnaby Rudge) ? ne pas oublier que l’égalité des droits ne fut accordées aux cathos anglais qu’en 1830... so much for English fairness of treatment...


Voyage projeté aux USA en 1842, les amis de D. s’en désolent, peu admiratifs de la « grande démocratie » que D. pense découvrir : Lady Holland, grande dame s’il en fut, s’écriant « pourquoi n’allez vous pas à Bristol, si vous voulez voir des gens de troisième ou quatrième catégorie ? »...

Lors de ce voyage, D. découvre certes des braves gens, mais aussi de franches canailles, et une telle absence de discrétion et d’équité, qu’il voit s’effondrer tous ses a-priori favorables :

« Je crois qu’il n’existe pas de pays sur la face de la terre où il y ait moins de liberté d’opinion lorsqu’il existe ainsi de larges différences de points de vue sur une question. J’écris cela à regret, déçu et peiné, mais je le crois du fond du cœur. Je tremble qu’un radical ne vienne ici : il rentrerait conservateur en Angleterre. Je crains vraiment que le coup le plus dur porté à la liberté ne le soit par ce pays, par son échec à donner exemple au monde » Lettre à Forster...

« Je constate que la presse est plus mesquine, indigente, sotte et scandaleuse que dans aucun pays que je connaisse » Lettre à MacReady.

..





Revenir en haut Aller en bas
clinchamps
Oshaberi Sensei
avatar

Nombre de messages : 54130
Age : 75
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Charles Dickens : Le Conte de deux cités   Lun 31 Déc 2012, 11:05

HussarBlue a écrit:


Mais l’impression dominante que je retire de cette lecture est celle d’un auteur un peu out of his depth, voyant les évènements en France avec la bonne conscience anglaise de son temps et un grave défaut d’analyse politique.


C'est à peu près l'impression que j'en ai retiré ... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
HussarBlue
Subtil compliment
avatar

Nombre de messages : 179
Localisation : On Hadrian's wall, back in the fall of '72
Date d'inscription : 01/12/2012

MessageSujet: Re: Charles Dickens : Le Conte de deux cités   Lun 31 Déc 2012, 12:24

Enfin!....enfin!... enfin, une note... approbative....chère Clinchamps !.... car malgré tous mes efforts, en très sincère et honnête Maître Mitis, à montrer patte blanche, être consensuel, doux, militaire pacifiste, homme féministe en un mot... je commençais à désespérer et en croire ce bon Rudyard, pour qui the female of the species is more deadly than the male.... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Bonnie
Wavering Wanderer
avatar

Nombre de messages : 4486
Age : 36
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 03/04/2006

MessageSujet: Re: Charles Dickens : Le Conte de deux cités   Dim 24 Fév 2013, 14:42

A mon tour de donner un avis sur ce roman historique ( du moins je vais essayer) que j'ai terminé il y a déjà quelques jours, mais je n'avais pas envie de réagir " à chaud", je préfère voir ce qu'il me reste de cette lecture avec le temps ...
Je peux déjà dire que ce ne sera pas mon Dickens préféré ... mais que ça reste du Dickens don ça vaut la peine d'être lu Twisted Evil
Plus que les scènes un peu trop sanguinolentes ce qui m'a gênée dans cette vision de la Révolution Française c'est le côté un peu trop manichéen: oui, la Terreur du ... terrorisante, c'est certain ( sans être historienne ni spécialiste de l'époque), mais les révolutionnaires au bonnet phrygien sont décrits comme une sorte de meute d'animaux pris de folie ( cf la Carmagnole), et les deux personnages qu'on apprend d'avantage à connaitre ne sont pas seulement animés par une soif de "liberté, égalité,fraternité", mais par un désir de vengeance très personnelle pour l'une (Mme Defarge) et, semble-t-il, par la crainte de sa femme pour le second (son époux, M. Defarge)
Ensuite, je trouve toujours les personnages féminins un peu caricaturaux, je ne peux pas dire que je me suis reconnue dans une d'entre elles (c'était déjà le cas avec "Nicholas Nickleby" d'ailleurs) ...
Le personnage qui m'a le plus intéressé est en fait Sydney Cartone , peut-être justement parce qu'il n'est ni (trop) bon ni (trop) mauvais, qu'il est aussi beau que Charles Darnay etc ^^ ...enfin un peu trop bon, finalement, semble-t-il ! Il aurait été facile d'en faire un idiot ou un avorton, or là c'était intéressant de voir les chemins différents que l'on peut prendre en ayant tout ce qu'il faut pour réussir, au départ.
J'ai bien aimé le docteur Manette aussi. Bon et puis malgré ce que j'ai dit plus haut j'ai aimé avoir peur de madame Defarge et de son tricot Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Charles Dickens : Le Conte de deux cités   

Revenir en haut Aller en bas
 
Charles Dickens : Le Conte de deux cités
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charles Dickens : Le Conte de deux cités
» Contes de Noël de Charles Dickens
» OLIVER TWIST de Charles Dickens
» Charles Dickens.
» Charles Dickens, homme de Londres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Auteurs anglo-saxons divers (XIXème siècle et antérieurs) :: Charles Dickens-
Sauter vers: