Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 H.G. Wells, chroniques et essais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Florizel
Riche célibataire
avatar

Nombre de messages : 114
Date d'inscription : 14/12/2009

MessageSujet: H.G. Wells, chroniques et essais   Mar 25 Oct 2011 - 11:01

Bonjour à toutes et tous !

Il y a deux jours, j'ai revu un film que j'aime beaucoup : C'était demain de Nicolas Meyer (1979). Il s'agit d'un film de science-fiction écrit et réalisé par un auteur-réalisateur que certains connaissent peut-être pour son livre La Solution à 7%, qui raconte comment Sherlock Holmes se fait psychanalyser par Sigmund Freud. Il y a eu un film, d'ailleurs, avec Nicol Williamson (le Merlin d'Excalibur) dans le rôle de Sherlock. Mais bref ! J'en reviens à C'était demain. Dans ce film, on fait la connaissance de l'écrivain H.G. Wells (joué par Malcolm McDowell) qui vient d'achever la construction d'une machine à voyager dans le temps (clin d'oeil à son roman). Wells rêve d'utopies, et cherche le courage nécessaire pour voyager dans un futur qu'il pense ne pouvoir être que meilleur (le pauvre). Manque de pot : l'un des convives à qui il fait part de ses projets n'est autre que Jack l'éventreur ; et celui-ci, suite à une descente de police (il vient de faire une nouvelle victime), s'empare discrètement de la machine et met le cap vers 1979. H.G. Wells, paniqué à l'idée d'avoir lâché dans le futur un monstre sanguinaire, part à sa poursuite (la machine revient par défaut automatiquement à son époque d'origine).

Pour rocambolesque qu'il soit, le film m'a donné envie de lire des livres de Wells. Pas tellement ses grandes oeuvres de science-fiction (L'Homme invisible, l'île du Dr Moreau, la Guerre des mondes, etc), que l'on connaît tous déjà plus ou moins, mais davantager ses essais sur la société, ses romans burlesques, etc. Est-ce que certains d'entre vous en ont déjà lu ? Je suis notamment tenté par L'amour et M. Lewisham, qui paraît-il est très sympa (http://livres.fluctuat.net/h-g-wells/livres/l-amour-et-m-lewisham/#). Si vous avez des conseils, etc, je suis preneur !
Revenir en haut Aller en bas
MissAcacia
DerbyCheshire Cat
avatar

Nombre de messages : 6708
Age : 44
Localisation : Perched on a hot sound tree
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: H.G. Wells, chroniques et essais   Mar 1 Nov 2011 - 14:34

Merci pour l'ouverture de topic, Florizel, je me rends compte que non seulement je n'ai rien lu de HG Wells mais qu'en plus je le confonds avec George Orwell.
Je ne connais son oeuvre que par le cinéma mais il faudra que je me laisse tenter par La machine à voyager dans le temps et l'autre aspect de son oeuvre que tu évoques semble bigrement intéressant, j'espère que tu nous en diras un mot si tu y goûtes.
Etant amatrice de SF, je note le film de Nicolas Meyer.
Revenir en haut Aller en bas
ekaterin64
Queen of Nanars
avatar

Nombre de messages : 17275
Age : 44
Localisation : Glancing through the Skies of Pern
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: H.G. Wells, chroniques et essais   Mar 1 Nov 2011 - 16:07

Adolescente j'avais vu l'adaptation de 1960, je me rappelle avoir beaucoup aimé. Du coup j'avais lu le livre d'H.G. Wells dans la foulée.

Malheureusement mes souvenirs sont beaucoup trop loin pour que je me rappelle avec précision comment j'avais trouvé la lecture. Le film m'a beaucoup plus marqué, c'est un film que je revois toujours avec plaisir.
C'est pour cela que j'attendais avec impatience le remake qui est sorti en 2002, malgré les mauvaises critiques je l'ai trouvé quand même sympa. Pas du niveau de la version de 1960 en matière d'adaptation par rapport au livre, mais il se laisse regarder. Les décors et l'esthétique des Elois sont très réussis, de même que la musique.


Ma démarche a été différente de la tienne Florizel. je connaissais déjà l'histoire quend j'ai vu C'était demain. Là encore j'ai beaucoup aimé, j'ai trouvé l'idée originale de mélanger H.G. Wells et Jack l'éventreur.
Je trouve que le personnage d'H.G. Wells est assez touchant et ressemble beaucoup au personnage de La Machine a explorer le temps, puisque'il reprend un peu les même ficelles d'un homme du passé perdu dans une société du futur.
Ce regard du passé met d'ailleurs les défaut de notre société. Pour C'était Demain, c'est surtout le côté policier qui l'emporte, pour la Machine à explorer le temps le côté politique et écologique.


Comme dans tous les romans d'anticipation de ce genre qui dénonce les travers de notre société, les histoires sont assez dérangeantes. En tout les cas, à moi elles me mettent mal à l'aise. De lui j'ai lu également l'Ile du Docteur Moreau affraid et la Guerre des Mondes affraid des lectures qui m'ont mise mal à l'aise. J'ai préféré en rester là Razz
Je laisse de côté la version de Speilberg avec Tom Cruise qui est à jeter^^ pour ne retenir que celle de 1953 qui ma donné des cauchemard pendant des années. J'avais lu que Mars Attack s'en était inspiré.

Vous connaissez cette anecdote, source wikipedia
Citation :
Le 30 octobre 1938, veille d'Halloween, Orson Welles et la troupe du théâtre Mercury (en) diffusent sur le réseau CBS une adaptation du roman aux États-Unis. Malgré les avertissements très clairs du début et de la fin de l'émission, de nombreux auditeurs se sont laissés berner et ont cru que la Terre et Mars étaient en guerre (et que les Terriens perdaient en quelques heures).
L'équipe du psychologue Handley Cantril récolta rapidement après l'évènement de très nombreux témoignages (études de cas) de personnes ayant paniqués durant la diffusion radio, ainsi que d'autres données empiriques (sondage Gallup rapportant non seulement le nombre de personnes ayant écouté la transmission mais aussi le nombre de personne ayant répondu positivement à la question "avez-vous paniqué durant l'émission radio?", l'augmentation des coups de téléphones durant la retransmission, les plaintes subséquentes à la chaîne de radio, les coupures de presses dans la semaine qui suivit celle-ci, etc.). Certains témoins rapportèrent avoir ressenti des symptômes physiques, tel que l'odeur des gaz des martiens ainsi que la chaleur des rayons émis par leurs armes.
Cependant, le sociologue Pierre Lagrange défend pour sa part l'idée que la panique engendrée par l'émission de Welles fut largement exagérée. Il y eut bien quelques rares cas particuliers d'affolement mais selon lui point d'hystérie collective.
Selon une autre enquête du sociologue Robert E. Bartholomew, l'étude de Cantril n'aurait été basée que sur des entretiens réalisés auprès de 135 personnes. Parmi ces témoignages, Cantril aurait délibérément choisi ceux qui soutenaient le mieux son point de vue. Bartholomew considère les épisodes les plus violents rapportés par Cantril (suicides, crises cardiaques) comme infondés mais faisant dorénavant partie du folklore américain.

La lecture des romans d'H.G. Wells m'ont donné un peu la même impression que ceux Philip K Dick, pour le côté angoisse

_________________

Quand la tempête t'encercle, hisse la voile et suis les traces du Dieu Dragon. En avant, en avant ! Car qui
hésite perd, plutôt être mort qu'esclave de la peur Lady companion of the Most Noble Order of the Lycans
Devoted to Loulou "Obi Wan Sheen OBE I" In Life and Death
Revenir en haut Aller en bas
ekaterin64
Queen of Nanars
avatar

Nombre de messages : 17275
Age : 44
Localisation : Glancing through the Skies of Pern
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: H.G. Wells, chroniques et essais   Ven 4 Nov 2011 - 19:19

Double post pour la bonne cause Razz


Je viens de tomber sur cette info qui est parfaitement d'actualité avec l'ouverture de ton post Florizel. Mnemos vient de rééditer C'était demain, le roman de Karl Alexander écrit en 1979 dont est adapté le film. Maintenant ça me revient rendeer je l'avais lu le livre, après avoir vu le film.

Citation :
En cette fin d'année 1893, Herbert George Wells (H.G. tout court pour ses amis) se sent plutôt satisfait de lui-même. Il s'est enfin séparé de son étouffante épouse Isabel, a dégotté un emploi de journaliste bien rémunéré, une maison confortable, une gouvernante irréprochable, un vélo qui lui permet de se déplacer comme bon lui semble et, surtout, il vient d'achever le projet qui lui tenait à cœur : L'Utopie, un prototype destiné à voyager dans le temps. Pour l'occasion, il a invité tous ses anciens amis d'Université et se réjouie d'avance de la surprise qu'il leur prépare. H.G. Ignore encore que son discours inaugural sera interrompue au petit matin par l'arrivée intempestive de deux agents de Scotland Yard.
En effet, l'un des convives de Monsieur Wells n'est autre que Jack l’Éventreur ! Malheureusement, le fugitif profite de la confusion engendrée par la séance de fouille pour s'éclipser discrètement dans le laboratoire de son ami et s'emparer de sa précieuse machine. Jack l’éventreur décide de s'enfuir en 1979, où il espère trouver une humanité débarrassée de ses instincts de violence ancestraux et donc toute prête à se faire égorger sans ciller. Il a juste oublié un détail: H.G. Possède une clé spéciale qui ramène automatiquement la machine à son point de départ. C'est ainsi que le jeune savant va pouvoir se lancer à la poursuite du meurtrier, un acte qu'il considère comme un devoir vis à vis de ses concitoyens du futur. Cette quête va bouleverser sa vie plus qu'il ne le pense

Et une petite critique du livre Arrow

_________________

Quand la tempête t'encercle, hisse la voile et suis les traces du Dieu Dragon. En avant, en avant ! Car qui
hésite perd, plutôt être mort qu'esclave de la peur Lady companion of the Most Noble Order of the Lycans
Devoted to Loulou "Obi Wan Sheen OBE I" In Life and Death
Revenir en haut Aller en bas
toxicangel
Snails Huntress
avatar

Nombre de messages : 6230
Age : 40
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: H.G. Wells, chroniques et essais   Jeu 20 Déc 2012 - 19:43

Un petit up de topic pour vous parler d'une adaptation so british que j'ai vue il y a plusieurs mois déjà mais qui, je trouve, s'accorde bien avec l'ambiance de Noël : The first men in the moon.


The first men in the Moon est l'adaptation du roman éponyme de HG Wells réalisée par Mark Gatiss (alias Mycroft Holmes dans Sherlock). Elle met en scène les personnages de Bedford (Rory Kinnear), un businessman désargenté et le professeur Cavor (Mark Gatiss), un savant un peu fou qui n'a pas été sans me rappeler le professeur Tournesol (même s'il est nettement moins sourd). Suite à des placements malheureux , Julius Bedford s'exile à la campagne pour y écrire une pièce qui, il l'espère, lui rapportera beaucoup d'argent (l'espoir fait vivre). Le seul problème, c'est qu'il est dérangé tous les jours à la même heure par les grognements d'un personnage excentrique : le Professeur Cavor. Entre le pragmatique et matérialiste Bedford et l'idéaliste et humaniste Cavor va naître un certaine connivence... ou tout au moins vont-ils trouver en chacun quelqu'un à qui parler et dont la compagnie ne les rebute pas outre mesure. Mais surtout, ils vont faire ensemble ce projet fou d'aller sur la Lune grâce à une substance qui permet de défier les lois de la gravité : la Cavorite !


Je ne connais pas le roman original de Wells et je ne pourrai donc pas juger ici de la fidélité de l'adaptation. En revanche, je dois dire que sans la trouver exceptionnelle (il y a notamment un gros souci de rythme), j'ai pris beaucoup de plaisir à la suivre. C'est souvent drôle, assez touchant, ultra kitch mais je trouve que c'est justement ce qui fait son charme Razz . Dans les bonus du DVD, Mark Gatiss et son producteur expliquent d'ailleurs qu'ils ont vraiment eu un budget ultra restreint pour le tournage et qu'ils ont dû se débrouiller avec les moyens du bord... et la bonne volonté de l'équipe du film.

On y trouve également pas mal de clins d'oeil à certaines références de la science fiction. Difficile en effet de ne pas penser par moment à Doctor Who, à Jules Verne et surtout à George Meliès (une séquence en particulier est un hommage assumé aux films de Meliès et est à mon sens le passage le plus réussi du téléfilm). Difficile également de ne pas penser à A Grand Day Out (Une grande excursion), le premier court métrage de Wallace et Gromit. Néanmoins, comme A Grand Day Out est vraisemblablement un hommage à Wells à la base, je ne parierais pas sur le fait que ça a été une source d'inspiration pour ce téléfilm Laughing .


Il existe plusieurs autres adaptations de The first men in the moon dont la plus connue est un film de 1964.


Les camps sont apparemment très partagés entre les deux adaptations et c'est à chacun de se faire sa propre opinion sur celle qu'il préfère. En revanche, l'adaptation de Mark Gatiss est bien celle qui est considérée comme la plus fidèle au roman, du fait en particulier de l'absence de personnage féminin. Dans le making of (qui est dans l'ensemble intéressant et très drôle) Mark Gatiss explique qu'étant diffusés sur BBC4 et non BBC One, ils ont eu une totale liberté artistique. Autrement, ils auraient sans doute été contraints d'inclure une love story. Car oui, je vais sans doute vous spoiler et vous décevoir mais il n'y a pas de love story entre Cavor et Bedford... What a shame, cela aurait pu être très drôle^^

Histoire de vous situer l'ambiance, je vous mets le trailer (oui, vous ne rêvez pas, c'est bien la musique de Sherlock Holmes - le film - qui a été utilisée pour ce trailer Razz ) :


J'espère vous avoir donné envie de découvrir cette adaptation qui pour ma part, m'a donné envie de découvrir l'oeuvre de Wells (que, tout comme MissAcacia, j'ai souvent tendance à confondre avec Orwell... sans avoir lu ni l'un ni l'autre Embarassed ).
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: H.G. Wells, chroniques et essais   Jeu 20 Déc 2012 - 23:17

toxicangel a écrit:
J'espère vous avoir donné envie de découvrir cette adaptation
Mission accomplie, Madame. C'est peut-être un peu loufoque pour moi, mais ça me tente bien. Very Happy

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
toxicangel
Snails Huntress
avatar

Nombre de messages : 6230
Age : 40
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: H.G. Wells, chroniques et essais   Jeu 20 Déc 2012 - 23:39

En fait ce n'est pas si loufoque que ça scratch . OK, les effets spéciaux peuvent l'être (mais c'est pas toujours volontaire Laughing ) et les acteurs s'en sont visiblement donnés à coeur joie dans les mimiques et surtout les scènes où ils doivent feindre l'apesanteur Laughing
Mais autrement, l'histoire en elle même est même plutôt grave Neutral .
J'ai d'ailleurs retrouvé un autre trailer. L'image est de mauvaise qualité mais il rend peut être un peu mieux compte de ce à quoi on peut s'attendre en regardant ce téléfilm.


Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
Rosalind
Lady of Damerosehay
avatar

Nombre de messages : 7894
Localisation : entre Rohan et Ruatha ...
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Re: H.G. Wells, chroniques et essais   Ven 21 Déc 2012 - 0:03

Florizel a écrit:
Il y a deux jours, j'ai revu un film que j'aime beaucoup : C'était demain de Nicolas Meyer (1979).
Excellent film, de même que Sherlock Holmes attaque l'Orient-Express adapté de La solution à 7%.

ekaterin64 a écrit:
De lui j'ai lu également l'Ile du Docteur Moreau affraid et la Guerre des Mondes affraid des lectures qui m'ont mise mal à l'aise. La lecture des romans d'H.G. Wells m'ont donné un peu la même impression que ceux Philip K Dick, pour le côté angoisse.

même impression, et je n'aime pas avoir peur lol! je pense que les romans de Philip K Dick sont plus angoissants pale et souvent plus incompréhensibles Rolling Eyes

toxicangel a écrit:

J'espère vous avoir donné envie de découvrir cette adaptation
Tout à fait, mais comment fais-tu pour regarder des émissions de la BBC ?
Revenir en haut Aller en bas
toxicangel
Snails Huntress
avatar

Nombre de messages : 6230
Age : 40
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: H.G. Wells, chroniques et essais   Ven 21 Déc 2012 - 0:08

Rosalind a écrit:
toxicangel a écrit:

J'espère vous avoir donné envie de découvrir cette adaptation
Tout à fait, mais comment fais-tu pour regarder des émissions de la BBC ?
Dans le cas présent c'est très simple : j'ai acheté le DVD ! lol!
Et comme cette adaptation date de 2010, ça n'a pas été une ruine : Arrow
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
ekaterin64
Queen of Nanars
avatar

Nombre de messages : 17275
Age : 44
Localisation : Glancing through the Skies of Pern
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: H.G. Wells, chroniques et essais   Dim 11 Juin 2017 - 18:37

Je sors ce topic des bas fond de l'Auberge pour une info qui finalement va avoir l'effet d'un pétard mouillé lol!

Cette année abc a sorti Timer after Time l'adaptation en série de Si c'était demain, roman de Kevin Williamson que j'avais présenté plus haut. j'avais beaucoup aimé le livre, j'avais beaucoup aimé à l'époque le film qui en avait été tiré et je me faisais un plaisir de voir la série. Dommage pour moi, puisque la chaine a décidé d'arrêter les frais seulement après 5 épisodes Crying or Very sad



Dans les rôle principaux, il y avait Freddie Stroma, Joshua Bowman et Genesis Rodriguez. Pour cette dernière je l'ai déjà vu jouer il y a plusieurs années dans des telenovelas de Telemundo. A l'époque elle jouait comme un pied Razz bon elle s'est un peu améliorée depuis (mais cela ne pouvait pas être pire) mais c'était pas non plus une trop grande réussite. Par contre j'ai bien aimé, du peu que j'ai vu bien sur Freddie Stroma et Joshua Bowman.
Je me suis posée la question d'en parler ou pas vu que la série a été annulée. mais comme j'aime cette histoire je me suis dit allons-y quand même Razz
J'ai bien aimé le pilote, c'était pas extraordinaire mais ce n'était pas non plus catastrophique. Je pense malgré tout qu'à la longue l'intrigue aurait fini par s’essouffler. Je trouve dommage que l'on ai pas eu droit du coup à une fin.


Arrow

_________________

Quand la tempête t'encercle, hisse la voile et suis les traces du Dieu Dragon. En avant, en avant ! Car qui
hésite perd, plutôt être mort qu'esclave de la peur Lady companion of the Most Noble Order of the Lycans
Devoted to Loulou "Obi Wan Sheen OBE I" In Life and Death
Revenir en haut Aller en bas
Marganne
Lioness of Brittany
avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 48
Localisation : Aboard the Charlotte Rhodes
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: H.G. Wells, chroniques et essais   Dim 11 Juin 2017 - 18:54

Merci pour l'info. Quel dommage confused J'ai évoqué le film Time after Time dans le topic David Warner que j'ai créé, un très bon film Wink
Revenir en haut Aller en bas
ekaterin64
Queen of Nanars
avatar

Nombre de messages : 17275
Age : 44
Localisation : Glancing through the Skies of Pern
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: H.G. Wells, chroniques et essais   Dim 11 Juin 2017 - 19:00

Oui je suis d'accord avec toi, je l'ai revu il n'y a pas si longtemps et j'ai pris autant de plaisir qu'il y a quelques années

_________________

Quand la tempête t'encercle, hisse la voile et suis les traces du Dieu Dragon. En avant, en avant ! Car qui
hésite perd, plutôt être mort qu'esclave de la peur Lady companion of the Most Noble Order of the Lycans
Devoted to Loulou "Obi Wan Sheen OBE I" In Life and Death
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: H.G. Wells, chroniques et essais   

Revenir en haut Aller en bas
 
H.G. Wells, chroniques et essais
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Auteurs anglo-saxons divers (XIXème siècle et antérieurs)-
Sauter vers: