Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Henri Vincenot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lorelei
Extensive reading


Nombre de messages : 249
Age : 27
Localisation : Vaucluse
Date d'inscription : 04/10/2011

MessageSujet: Henri Vincenot   Mer 12 Oct 2011 - 0:17

Je m'excuse par avance auprès des modératrices si Vincenot a déjà sa chambre à l'auberge, mais le moteur de recherche ne le trouve pas Embarassed .

Une petite introduction (merci Wiki) pour le contexte!

Citation :
Henri Vincenot est un écrivain français, également peintre et sculpteur, né à Dijon le 2 janvier 1912 et mort à Dijon le 21 novembre 1985.

Henri Vincenot a passé son enfance dans une famille d'employés du chemin de fer, plus précisément de la compagnie du PLM. Son père était ingénieur à la voie, son grand-père paternel mécanicien, son grand-père maternel était garde-barrière à Mâlain (à 16 km à l'ouest de Dijon). Henri Vincenot a grandi dans le quartier cheminot de Dijon, le quartier des Perrières, proche de la gare de Dijon-Ville et du dépôt de Dijon-Perrigny.

Diplômé de l'ESC Dijon et d'HEC, il a travaillé aux chemins de fer, puis comme journaliste au journal La Vie du Rail (anciennement nommé Notre Métier), dont il fut pendant plus de vingt ans l'un des principaux rédacteurs. À la fin de sa vie, il s'est retiré à Commarin (Côte-d'Or) où il a écrit la plupart de ses ouvrages.

L'œuvre d'Henri Vincenot est profondément marquée par son attachement à la Bourgogne. Il remet en valeur les anciennes pratiques païennes celtiques, tout en montrant à quel point elles sont intégrées dans la culture populaire catholique. Ses personnages, souvent truculents, parlent un langage fortement imprégné de bourguignon-morvandiau qui, d'après Vincenot, dérive tout droit du celtique. Les romans d'Henri Vincenot ne peuvent cependant le placer dans le groupe des écrivains du terroir tels que ceux de l'école dite de Brive. En effet, il développe dans chaque œuvre une réflexion sur la tradition, la civilisation, l'Histoire, qui ouvrent ses perspectives bien au-delà de la seule réalité bourguignonne qu'il se plaît tant à décrire. Henri Vincenot s'est fait le chantre de la civilisation lente, cette manière de vivre antérieure aux chemins de fers et à l'automobile. Certains de ses romans quittent l'univers bourguignon pour la Bretagne ou le Sahara.

Une autre partie de son œuvre, non moins importante, est consacrée aux chemins de fer, qui constituent son univers familial, univers dans lequel il a grandi à Dijon. En effet, il ne fréquentait étant jeune que des cheminots et enfants de cheminots comme son ami Marcel Dulot. Tous ses parents travaillaient à la compagnie du PLM.

J'ai découvert cet auteur suite aux conseils d'un ami qui m'a presque mis entre les mains Les Etoiles de Compostelle, écrit en 1982. J'ai eu un véritable coup de coeur pour cet ouvrage, malgré le style de Vincenot qui à première vue peut décontenancer.

Les Etoiles de Compostelle, c'est l'histoire de Jehan le Tonnerre, qui, simple "escarteur" jusqu'alors, tombe par hasard sur un chantier de construction d'une abbaye cistercienne. De là, il va petit à petit s'enrôler auprès des Compagnons Constructeurs et découvrir le monde des bâtisseurs de cathédrales.
Mieux encore, c'est l'histoire d'une initiation tant technique que symbolique du jeune Jehan, qui découvre bien plus que le seul art de bâtir des cathédrales.

Il est difficile de ne pas être transporté dans l'histoire, notamment grâce à la maîtrise de la langue médiévale de l'auteur, mais aussi grâce aux multiples allégories que l'on peut retrouver au fil des pages. Le jeune Jehan n'est pas seulement initié, en effet, à la construction des édifices, mais aussi à la construction de soi, notamment..

Je n'ai lu que cet ouvrage de lui pour le moment, donc je ne me prononcerai pas sur les autres, dont j'ignore les histoires et le style, mais je suis très curieuse d'avoir les avis de lecteurs qui ont un jour croisé la route de Vincenot Very Happy .
Revenir en haut Aller en bas
http://collectifcckl.wordpress.com/
Rosalind
Lady of Damerosehay


Nombre de messages : 7161
Localisation : entre Rohan et Ruatha ...
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Re: Henri Vincenot   Mer 12 Oct 2011 - 0:33

J'ai lu Les étoiles de Compostelle il y a assez longtemps et mes souvenirs sont assez diffus je me rappelle seulement avoir beaucoup aimé

Un autre livre de Vincenot que j'avais bien aimé c'était Souvenirs d'un enfant du rail dans lequel il raconte ses souvenirs de cheminot et fils de cheminot, avec des descriptions impressionnantes de locomotives ! il savait différencier à l'oreille la Pacific 231 et la Pacific 330... pas sûre des numéros lol!

Et je crois qu'il aimait la chasse pale j'avais lu La billebaude mais là aussi souvenirs très confus silent

Revenir en haut Aller en bas
 
Henri Vincenot
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DT de navarre - Henri IV - CGKL.230
» Les Cerises noires, Henri Debluë
» [Loevenbruck, Henri] La Moïra - Tome 5: La légende des Druides
» [Troyat, Henri] Les Semailles et les moissons - Série
» Etude des supports textiles du peintre Henri Martin . (fibre, identification, tissage)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Autres auteurs (divers) :: Auteurs francophones-
Sauter vers: