Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Mary Barton : A Tale of Manchester Life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Mer 20 Déc 2006 - 0:00

J'ai passé ces dernières semaines en compagnie d'Elizabeth Gaskell et des protagonistes de son premier roman, Mary Barton, publié en 1848 et qui lui apporta d'emblée la célébrité, pour la qualité de l'écriture mais surtout parce qu'il créa la sensation : jamais auparavant la rude condition des ouvriers du textile de Manchester n'avait été décrite avec autant de réalisme.

Ce roman annonce North and South par son thème, les relations difficiles entre ouvriers et propriétaires de manufactures. Le Milton de John et Margaret n'est autre que Manchester, mais il semble que la critique sociale faite par l’auteur dans Mary Barton avait causé suffisamment de remous pour qu’elle décide de ne pas pousser plus loin la polémique et qu’elle situe l’action de N&S dans une ville imaginaire. On retrouve donc dans Mary Barton des personnages proches de héros que nous connaissons déjà, mais plutôt côté Higgins que côté Thornton.

Le père de Mary, un ouvrier modèle, finit par se laisser séduire par les doctrines socialistes les plus virulentes après avoir fait partie d’une délégation qui a essayé sans succès de présenter les doléances des travailleurs auprès du parlement à Londres. Les malheurs qui ont accablé sa famille et ses amis ainsi que la misère qui s’abat sur le monde ouvrier lorsque le marché du coton connaît de grosses difficultés contribuent à durcir sa position. Dans ce contexte, la dernière chose que souhaite sa fille serait qu’il apprenne qu’elle a accueilli de manière très favorable les avances du fils d’un des principaux entrepreneurs de la ville alors qu’elle repousse régulièrement Jem Wilson, le fils du meilleur ami de son père. Le père et la fille, malgré l’affection profonde qui les lie, en particulier depuis la mort de Mrs Barton alors que Mary était âgée de moins de treize ans, ont de sérieux problèmes de communication. Ils ne feront donc pas front ensemble lorsqu’un meurtre les touchant de très près viendra semer le doute et le chagrin dans leur petit monde.

J’ai apprécié de retrouver dans ce livre une histoire bien construite, un suspens en bonne partie basé sur un événement que l’on ne s’attend pas à retrouver chez Gaskell mais peut-être plutôt chez Fred Vargas et des personnages secondaires très attachants : Margaret, l’amie de Mary, devient aveugle mais s’épanouit en mettant en valeur son don pour le chant, Job, le grand-père de Margaret, naturaliste autodidacte et dont le savoir universel rend les conseils très recherchés, Alice Wilson, tante de Jem et amie de la famille Barton, qui a consacré sa vie aux autres et n’a qu’un désir, revoir son village natal avant sa mort, tous forment un tableau plein de vie. Malgré leur pauvreté, une grande chaleur humaine les lie et ça fait du bien de se retrouver dans une atmosphère aussi positive. Même si la pauvreté fait des ravages, on est loin de Dickens. Difficile de décrire les héros sans trop déflorer l’histoire mais sachez qu’on y retrouve une jolie histoire d’amour dont les protagonistes inspirent une grande sympathie. Mary me touche par son désarroi et son désir de bien faire. Malgré son manque d’expérience, elle se transforme en femme d’action au lieu de se laisser terrasser par le malheur. On a envie qu’elle réussisse. Quant à son amoureux, intelligent, courageux et droit, comment lui résister?

Je pense que ce bouquin pourrait être adapté avec bonheur à l’écran. De nombreuses scènes me semblent pouvoir donner un effet visuel intéressant, le suspens lié à l’intrigue criminelle pourrait faire l’objet d’un très bon découpage en épisodes et les interactions entre les personnages sont suffisamment nombreuses et intéressantes pour donner corps à des dialogues substantiels. Ah! quel dommage que les producteurs et adaptateurs travaillent régulièrement avec les mêmes livres et n’aient pas l’audace de sortir parfois des sentiers battus. Mais qui sait, peut-être qu’un jour…

Deux thèmes familiers aux lecteurs de Gaskell sont traités dans Mary Barton. Les relations filiales, non seulement entre Mary et John Barton, mais aussi entre Margaret et son grand-père ainsi qu'entre Jem et sa mère. L’autre thème, traité ici en profondeur, c’est l’analyse des méfaits du capitalisme et du contraste choquant entre la pauvreté extrême de certains et le train de vie des patrons, qui ne semblent pas vraiment souffrir, contrairement à ce qu’ils affirment, des aléas du marché. Elizabeth Gaskell décrit avec précision et nuances les causes des mouvements ouvriers, qui peuvent pousser les plus amers à la violence. Job Legh, dans la bouche duquel EG met une bonne partie de son message, affirme qu’il n’est pas très doué en économie politique. Mais EG semble l’être, elle expose avec une grande aisance (qu’on retrouvera d’ailleurs dans North and South) les arguments des patrons et ceux des syndicats. Son message semble empreint de bon sens mais tout de même un peu candide : une meilleure compréhension et plus de confiance entre patrons et ouvriers, voilà la solution.

Malheureusement, il n’existe pas à connaissance d’édition de ce livre en français. Pour ceux qui seraient tentés par la VO, il faut savoir qu’une partie des dialogues est écrite en dialecte du Lancashire ce qui est un peu déroutant au premier abord. Il vaut mieux avoir une bonne édition avec des notes détaillées, en particulier sur les caractéristiques régionales de la langue. On s’habitue cependant rapidement et après quelques chapitres, une phrase telle que « Han they ever seen a child o’ their’n die for want o’food » ne pose plus aucun problème !

Un reproche toutefois : l’excès de bons sentiments, en particulier sur la fin. J’imagine que les convictions religieuses d’Elizabeth Gaskell la poussent à croire que la rédemption est possible pour chacun mais le livre me semble manquer de réalisme à ce niveau. Je suis pourtant loin de m’en plaindre : cette vision résolument positive aide à faire passer la pilule de la réalité tout de même très dure décrite dans le roman.

Je me suis un peu laissée aller, désolée pour la longueur, vous aurez certainement compris que j'ai beaucoup aimé ce livre et que j'ai eu du plasir à en parler! Embarassed

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Clelie
Irene Adler's Secret
avatar

Nombre de messages : 6427
Age : 34
Localisation : 221b Baker Street NW1
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Mer 20 Déc 2006 - 10:36

En effet, on voit que tu as profondément apprécie le livre, Cat, et tu m'as communiqué l'envie de lire ce livre. Les thèmes abordés sont ceux qui m'ont tant plu dans N&S. Dommage qu'il n'existe pas en VF, car j'ai un peu peur d'aborder la VO, mais qui tente rien n'a rien ! Je vais donc sans doute me l'offrir bientôt !

Merci de nous faire découvrir ce roman, Cat cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://litteranet.blogspot.com
Camille Mc Avoy
Bits of Ivory
avatar

Nombre de messages : 11979
Age : 32
Localisation : in Highbury
Date d'inscription : 10/02/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Sam 20 Jan 2007 - 23:12

il n'y a pas une adaptation avec romola garai ?
Revenir en haut Aller en bas
http://cuirderussie.hautetfort.com
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Sam 20 Jan 2007 - 23:27

Non, non, non, selon imdb, une seule adaptation, datant de 1964. Par contre, dans le topic des livres que nous souhaiterions adapter, j'avais parlé de Mary Barton et évoqué l'idée de Romola Garai pour ce rôle. Je vois que cela a fait du chemin dans ton inconscient! lol!

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Camille Mc Avoy
Bits of Ivory
avatar

Nombre de messages : 11979
Age : 32
Localisation : in Highbury
Date d'inscription : 10/02/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Sam 20 Jan 2007 - 23:46

sans doute... ou c'est ^peut être à cause de Mary Bryant, ou elle joue je crois...
Revenir en haut Aller en bas
http://cuirderussie.hautetfort.com
mimidd
Aki no Hoshizora
avatar

Nombre de messages : 15733
Localisation : with a Japanese man singing for Rotterdam
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Dim 21 Jan 2007 - 18:45

Comme Clélie, ton enthousiasme m'a donné envie de lire ce roman, mais j'ai un peu peur pour la vo. Dans N&S, le parler ouvrier m'avait déjà posé quelques problèmes, alors là ... scratch

cat47 a écrit:

Il vaut mieux avoir une bonne édition avec des notes détaillées, en particulier sur les caractéristiques régionales de la langue. On s’habitue cependant rapidement et après quelques chapitres, une phrase telle que « Han they ever seen a child o’ their’n die for want o’food » ne pose plus aucun problème !
Est ce que tu aurais une édition précise en tête ?

_________________

ずっと続く道  これからも変わらずに  同じことで笑っていよう  一人じゃないよ  アホな仲間と
=☆= In a road that keeps going without change, let’s keep laughing about the same things. =☆=
=☆=☆=☆= You’re not alone. You’ve got this stupid friend with you
(道, 丸すばる) =☆=☆=☆=
Revenir en haut Aller en bas
http://www.librarything.fr/profile/mimidd
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Mar 23 Jan 2007 - 23:30

Oups, désolée, je n'avais pas vu ta question. Oui bien sûr, j'avais une édition précise en tête, celle que je possède : Oxford World's Classics.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
lesezeichen
Riche célibataire
avatar

Nombre de messages : 135
Localisation : Düsseldorf (Allemagne)
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Dim 9 Mar 2008 - 19:26

Voilà je viens de finir la lecture de Mary Barton et j'en suis ravie... cheers

Voici ma note de lecture:

Ce livre publié en 1848 nous raconte l'histoire de la jeune et jolie Mary Barton, fille d'ouvriers de l'industrie textile près de Manchester. Grandissant dans ce milieux extrêmement pauvre, ravagé par la faim et le désespoir, et ayant perdu sa mère à un très jeune âge, il n'est pas surprenant que Mary se sente flattée par les attentions du jeune Harry Carter, fils du patron de son père, qu'elle rêve d'un avenir avec un peu d'aisance et lde luxe, même si elle aime en réalité son "childhood sweetheart", Jem. Suite à un meurtre, la situation culmine...

Grâce entre autre aux merveilleuses adaptations réalisées par la BBC à partir de ses oeuvres ses dernières années Elizabeth Gaskell est de plus en plus considérée comme un auteur en par avec ses collègues Jane Austen et George Eliott (la télévion peut être bonne à quelque chose!). Elle est d'ailleurs une des premières à mettre le sort de la classe ouvrière au premier plan de ses livres et là je parle de vraie pauvreté, faim, maladie, désespérance dont la seule sortie sont le plus souvent les drogues (l'opium!), l'alcool et la prostitution. Comparés au problème de Mary et sa famille, les soucis éprouvés par les familles Bennett et Dashwood, genre 2 servants au lieux de 10, sont très vite relativisés

Mais si affligées qu'elle soit du sort de ces gens Ms. Gaskell ne commet pas l'erreur de prendre aveuglement leur parti: lors des négotiations en connexion avec un grève elle montre soigneusement les erreurs commis par les uns et les autres qui évitent qu'on arrive à un accord. Par ailleurs, ces négotiations m'ont fait remarquer un autre point fort de cet auteur qui m'avait déjà frappée dans ses autres livres: l'actualité et l'intemporalité de ses propos. Pas mal de choses qu'elle démontre dans la relation patronat/ouvriers sont encore si vraies aujourd'hui. Heureusement il n'y va plus de notre vie.

Cette perspicacité se poursuit aussi dans la peinture des personnages qui sont tous complexes, Mary en est un bon exemple: si elle est à la base du drame par étourderie et par vanité, elle fait preuve par la suite d'une incroyable volonté et détermination afin de réparer ses erreurs.

En dépit du ton sombre de cette histoire il s'agit quand même un très beau livre non dépourvu d'espoir et de poésie, il est parsemé de chansons et de poèmes et à cçté de la très belle histoire d'amour il y a plein de petits moments d'amitié, de solidarité, de générosité et de dévouement. J'ai beaucoup, beaucoup aimé.


On est donc pas mal d'accord Very Happy

Et je suis tout à fait d'accord sur trois points supplémentaires que tu relèves:

- je partage tes petites reserves concernant la fin en ce qui concerne les "bons sontiments" et la rédemption. Tous les fils sont un rien trop "rangés" à la fin. Mais ce sont des mini-reserves qui ne reduisent en rien mon apprétiation du livre!

- D'accord aussi pour le dialecte. On s'y habitue très vite et c'est par sa douceur même (entre autre) que la rigeur du récit est atténuée

- D'accord aussi sur le fait que également les caractères secondaires sont très bien travaillés, qu'ils ont tous droit à leur propre histoire, la tante Esther en est un bon exemple. Et comme on a pu voir dans Cranford ça fait pour une adaptation excellente. Very Happy

Le seul problème que je vois pour une éventuelle réalisation, c'est la représentation du milieu très pauvre de Mary et sa famille. Si on s'en tient aux faits, ça risque d'être insupportable et d'inviter un certain voyeurisme, si on fait des compromis on risque de tomber dans une "pauvreté pittoresque"...

Mais tant pis: vivement une adaptation bounce
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Dim 9 Mar 2008 - 19:41

Contente que tu aies apprécié le livre, Lesezeichen.

Tu as tout à fait raison de soulgner qu'Elizabeth Gaskell a une vision très nuancée des rapports entre patrons et ouvriers et que sur ce point, ses propos sont particulièrement intemporels.

Pour la représentation de la pauvreté dans une adaptation, je ne me ferais pas trio de souci. Après tout, Dickens a été beaucoup adapté, je pense qu'il est possible de trouver le ton juste, surtout que Gaskell donne dans Mary Barton donne une vision plus positive tout de même que celle de son célèbre contemporain et ami.

J'espère que grâce au succès de Cranford, d'autres membres de notre forum se laisseront convaincre de découvrir ce livre. Si seulement un éditeur pouvait avoir l'idée d'une traduction française.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Nelly8
Crimson Rose of Hamley
avatar

Nombre de messages : 2245
Age : 71
Localisation : Savoie
Date d'inscription : 17/02/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Lun 10 Mar 2008 - 15:11

Oh oui, nous ne demandons que ça, un version française de Mary Barton
la tentation est trop grande lol!
Revenir en haut Aller en bas
Miss Bell
Intendante de Pemberley
avatar

Nombre de messages : 576
Age : 31
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Dim 4 Mai 2008 - 21:38

Je viens de finir Mary Barton. Et j'ai passé un vraiment bon moment. certes je trouve le livre un peu lent à démarrer, mais une fois que l'action commence vraiment elle ne s'arrête plus ! Et j'ai suivi, haletante, les tribulations de cette pauvre Mary dans l'espoir de sauver son Jem (heureusement que j'avais survolé la fin avant de commencer le livre ... Je n'aurai pas tenu le choc sinon ! lol! ).
Elizabeth gaskell prouve une fois encore qu'elle est la reine de la dramatisation: elle a l'art des grandes scènes et des mouvements de foules; j'en veux pour preuve la scène de l'incendie et celle du procès. Par ailleurs, elle maitrise parfaitement le suspense: la course-poursuite avec le navire de Will a fait battre mon petit coeur effarouché à cent à l'heure: le rattrapera-t-elle oui ou non ?
Les personnages sont véritablement attachants, principalement les personnages secondaires. Je retiens notamment la vieille Alice exemplaire de dévouement et pourtant très humaine dans ses doutes. Sa fin est extrêmement touchante . John Barton est quant à lui un Higgins en négatif, en creux. Pourtant, malgré ses fautes, on ne peut s'empêcher de le comprendre, et de se sentir ému à son parcours. En effet, Gaskell ne va jamais dans la caricature, dans le manichéisme. Aussi, les maitres et les ouvriers ont tous droit de cité et ni les uns ni les autres ne sont diabolisés: la conduite de Mr Carson est ainsi sans cesse explicitée; même son fils n'est pas entièrement détestable: c'est plus un jeune fat imbu de lui-même en raison de son succès qu'une mauvaise personne.
Ce qui est également très intéressant c'est qu'en lisant ce livre on a l'impression que la plupart des romans de Gaskell s'y trouvent déjà en germe. Je ne dévelloperai pas pour N&S c'est trop évident. Mais il y a comme des allusions à W&D par l'intermédiaire du personnage de Job Legh et de sa passion naturaliste (j'adore d'ailleurs la touche d'humour finale !). De même Mary qui a perdu sa mère se retrouve dans la même situation que Molly Gibson: sans autre chaperon qu'un père qui peut avoir ses faiblesses.Quant à l'histoire de la tante Esther, elle me fait penser à Ruth.

Enfin bref comme Cat je me demande: "A quand une adaptation ???" Il me semble que le livre a le potentiel qu'il faut pour cela; il y a de nombreuses scènes extrêmement visuelles et intenses... Et il y aurait de quoi nous faire passer quelques heures très divertissantes ...
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Dim 4 Mai 2008 - 23:31

Encore une adepte, je suis contente.

Tu as tout à fait raison sur les nuances que Gaskell sait apporter à sa présentation de la situation des ouvriers et des patrons, ainsi que sur le suspens et les scènes spectaculaires.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Scarlett Unnie
Lost in hangeul melody
avatar

Nombre de messages : 37654
Age : 70
Localisation : In the land of the morning calm
Date d'inscription : 03/10/2007

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Sam 3 Jan 2009 - 11:09

Si ce livre pouvait être traduit en français, je suis certaine que je serai une adepte de plus Quant à une adaptation, je suis pour à 100% Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Bexounet
The Admin's Worshipper
avatar

Nombre de messages : 1940
Age : 42
Localisation : Lyon, derrière un bouquin... ou un clavier
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Dim 3 Jan 2010 - 1:21

M'étant procurer un exemplaire de Marie Barton, j'ai commencer sa lecture. Oui, le "ie" est expliqué par le fait qu'il s'agit d'une traduction française faite par une Mlle Morel qui daterait selon la bibliothèque nationale de 1865 (ce qui est compatible avec l'état du livre en question).

Je n'ai lu que 21 pages pour l'instant et je n'ai donc pas lu entièrement le premier post de Cat (qui mériterait peut-être une balise "spoiler", non ??? je lis lentement moi...).

C'est clair, j'aime beaucoup. Je sens que ça va pas être un roman drôle drôle mais bon, c'est le cas de tout ce que j'ai lu de Gaskell pour l'instant.

Je comprends que ce livre aie choqué à son époque. Voir dans un roman une tirade d'une demi-page avec un exposé d'idée quasi communiste appuyée en plus une référence à l'aspect condamnable d'un point de vue religieux de la conduite des riches ! Pour l'époque ça devait décoiffer le bon bourgeois capable de s'acheter des bouquins comme ceux là !!!

En tout cas, pour l'instant (en 20 pages sur 261 je le rappelle) le personnage de John Barton me plais assez. Je ne sais pas trop pourquoi encore, mais le personnage de la "petite Marie" m'agace...

M'enfin, je vous en dirais quand je l'aurais fini.

Bexounet
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Dim 3 Jan 2010 - 11:00

261 pages, c'est court scratch , il me semble que ma version anglaise est beaucoup plus longue. Suspect

En tout cas, je suis contente que tu trouves cela intéressant pour le moment. Je me réjouis de pouvoir discuter avec toi des positions de Gaskell sur la conditions ouvrière, c'est un des aspects que je trouve les plus intéressants dans ses livres.

Pour la balise spoiler, j'hésite. Je peux t'assurer que ce que je dévoile dans mon premier post n'est pas plus spoiler que ce qu'on trouve en moyenne sur une quatrième page de couverture. Il n'est pas facile dans un post de présentation de trouver le bon équilibre entre donner envie avec un petit résumé et ne pas dévoiler les surprises de l'intrigue qui font tout le plaisir de la lecture. Neutral D'autres avis sur la questions afin que je puisse voir ce que je dois faire? Very Happy

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa


Dernière édition par cat47 le Dim 3 Jan 2010 - 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bexounet
The Admin's Worshipper
avatar

Nombre de messages : 1940
Age : 42
Localisation : Lyon, derrière un bouquin... ou un clavier
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Dim 3 Jan 2010 - 15:02

Tu sais, une vieille traduction, ce n'est pas forcement la traduction la plus respectueuse... Il y a peut-être des coupes. Mais je ne me sens pas le courage de comparer avec une version anglaise.

Cependant, Je dois quand même reconnaître que mon édition n'a pas une police de caractère très grosse.

[Edit]Et... je n'ai pas de quatrième de couverture...[/Edit]

Bexounet
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Dim 3 Jan 2010 - 15:13

Ce qui serait intéressant, ce serait de comparer ta traduction avec la version électronique, celle qui doit se trouver sur le site de la Bibliothèque Nationale.

Et du coup je me souviens soudain que j'avais déjà fait une remarque à ce sujet lorsque Muezza nous avait mis ce lien. Arrow Je cours vérifier.

EDIT : je m'auto-cite. désolée.

cat a écrit:
Merci pour ces trésors, Muezza. J'espère cependant que les traductions ne sont pas trop fantaisistes, et surtout, qu'il n'y a pas trop de coupes. Lorsque je vois que Mary Barton fait 266 pages alors que mon édition, écrite en caractères assez petits, en fait 379, je me fais un peu de souci. (...)

J'ai lu en diagonale le premier chapitre de Mary Barton et l'ai comparé à la VO. Je n'y ai pas trouvé de charcutage flagrant, c'est bon signe.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Muezza
Almost Unearthly Thing
avatar

Nombre de messages : 3229
Age : 43
Localisation : Levallois
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Dim 3 Jan 2010 - 15:28

Je pense que c'est la même version qu'a Bexounet. J'ai vérifié et le roman s'arrête à la page 261. Et la taduction est aussi de Mlle Morel Wink Cela n'a rien d'étonnant, je ne pense pas qu'on traduisait beaucoup un même livre au 19e
Revenir en haut Aller en bas
Bexounet
The Admin's Worshipper
avatar

Nombre de messages : 1940
Age : 42
Localisation : Lyon, derrière un bouquin... ou un clavier
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Dim 3 Jan 2010 - 15:42

Je confirme, c'est la même édition même si ce n'est pas le même imprimeur et qu'elle n'est pas datée.

Bexounet
Revenir en haut Aller en bas
marie21
Lost in RA Sunbae
avatar

Nombre de messages : 16564
Age : 38
Localisation : somewhere near Taipei, Matsu Island, Seoul and Tokyo
Date d'inscription : 25/09/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Dim 3 Jan 2010 - 18:04

Bonne lecture Bexounet. J'ai lu ce livre à la fac en anglais et je me rappelle avoir beaucoup aimé cette histoire. En plus, j'avais une bonne prof de littérature anglaise qui nous avait bien parlé d' Elizabeth Gaskell, si bien que le parcours (et le mouvement très "éclairé" auquel elle appartenait) de cette auteur m'avait beaucoup intéressée. Smile

Cela dit, même si j'avais bien aimé ce roman, cale ne m'avait pas poussé à lire d'autres romans d'elle et donc je n'avais pas encore eu vent de North and South à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Mer 20 Oct 2010 - 17:38

Ce n'est pas souvent que j'ai l'occasion de faire remonter ce topic, alors j'en profite, même si le commentaire que vous pourrez trouver dans ce lien n'est pas très détaillé. Arrow

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Selenh
Méchante Femme Savante
avatar

Nombre de messages : 5198
Age : 57
Localisation : Aquitaine.
Date d'inscription : 24/02/2010

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Lun 21 Mai 2012 - 18:04

Bonne nouvelle, le roman a été enregistré (en version française) en tant qu'audiolivre gratuit téléchargeable sur le site Littérature audio, ICI.
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Lun 21 Mai 2012 - 19:12

Oh, merci pour cette info, Selenh! Je vais me le télécharger immédiatement.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Selenh
Méchante Femme Savante
avatar

Nombre de messages : 5198
Age : 57
Localisation : Aquitaine.
Date d'inscription : 24/02/2010

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Dim 24 Juin 2012 - 18:17

Et je vois que je n'avais pas été exhaustive, en fait il existe aussi les livres gratuits à télécharger pour ceux qui pratiquent le livre électronique:
en anglais: Arrow
en français: Arrow
Revenir en haut Aller en bas
M.J
Riche célibataire
avatar

Nombre de messages : 132
Age : 25
Date d'inscription : 26/07/2012

MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   Mer 9 Jan 2013 - 19:08

J'ai terminé Mary Barton le mois dernier et je publie mon avis avec un petit peu de retard!

J'ai beaucoup aimé ce roman. Les personnages sont attachants et l'intrigue est vraiment très bien faite. Les relations entre les personnages sont intéressantes, et on se plait à les voir évoluer.
Pour ma part j'ai eu un peu de mal à m'attacher au personnage de Mary au début du roman, mais cela a bien vite changé ! Very Happy

J’apprécie particulièrement le coté "engagé" de Gaskell, qui sans critiquer véritablement un parti, présente la situation parfois bien dure...

La petite difficulté réside dans le " langage familier" (ou le sociolecte, je sais pas trop ) , d'autant plus quand on est pas une lumière en anglais! Huhum... Mais on s'habitue rapidement et finalement la lecture est assez simple. [Et l'édition anglaise est tellement belle qu'il serait vraiment dommage de ne pas se la procurer! Wink (avec un joli portrait dedans!! ) ]
C'est donc un très bon roman, qui demanderai à être traduit en français pour pouvoir connaitre plus de lecteurs ^^


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mary Barton : A Tale of Manchester Life   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mary Barton : A Tale of Manchester Life
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mary Barton : un projet d'adaptation
» Mary Barton : bientôt une adaptation pour la BBC
» Mary Barton - nouvelle traduction chez Fayard (mars 2014)
» Les autres livres d'Elizabeth Gaskell
» Pourquoi North&South n'est pas un classique ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Elizabeth Gaskell-
Sauter vers: