Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Howards End (1910)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dulcie
Ville du Nord...
avatar

Nombre de messages : 753
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Howards End (1910)   Mar 9 Aoû 2011 - 20:50

Howards End est donc le second roman de Forster que je découvre (après Route des Indes). Je l'ai terminé ce matin.

J'ai trouvé ce roman extrêmement enthousiasmant. cheers

Derrière sa façade austère se cache une pulsion de vie qui court du début à la fin ; ce n'est pas un roman figé mais au contraire rempli d'énergie, de mouvement. Un foisonnement qu'on trouve partout : dans les caractères des personnages, leurs actions, les divers voyages qu'ils font, les maisons qu'ils occupent.
Les personnages vont sans cesse de l'avant, ce qui est plutôt triste en fait, car ils donnent ainsi l'impression de passer leur temps à fuir, par choix ou par contrainte, de façon délibérée ou de manière plus souterraine.
Tout cela évidemment mis en opposition avec une tradition victorienne répressive, toute faite de chuchotements, d'élans qu'on s'empresse de placer sous couvercle, sans que cela n'annihile cependant désirs et besoins, même pour ceux qui voudraient s'en garder, tel les Wilcox par ex.

Forster gouverne son récit magnifiquement : les personnages sont dans l'ensemble intéressants, les dialogues vifs et incitant souvent à la réflexion, il n'y a pas trop de passages à tendance 'philosophique' bizarre Razz ; par contre d'assez nombreuses descriptions des comtés ruraux ou quelques unes de Londres, non seulement belles mais d'une portée symbolique et spirituelle marquante.
L'ouverture par lettres est excellente et inattendue, la chronologie sur plusieurs années très bien menée, et même si ce n'est pas le 'point fort' du roman, quelques péripéties dans le cours de l'histoire réservent malgré tout leur lot de surprises et autre retournement de situation.

Il y a la vie publique et privée, les deux s'entrechoquent souvent (surtout lorsqu'on met en présence des gens apparemment aussi dissemblables que les Schlegel et les Wilcox), d'où cette notion du visible et de l'invisible + l'impossibilité d'un quelconque lien entre eux, à laquelle Forster se réfère abondamment (et mentionnée avec justesse dans la préface de l'ouvrage).
Egalement les hommes et les femmes, où l'on sent bien et très cruellement le fameux "double standard" qui est à la base de beaucoup de choses dans la société de cette époque, et qui reste souvent passionnant dans les romans.

Les personnages ne sont pas forcément agréables, mais je n'ai pas ressenti autant de dédain à leur égard de la part de l'auteur que dans Route des Indes, même pour les plus mal lotis d'entre eux, comme Charles ou Dolly.
Cependant, même Margaret et Helen ne m'apparaissent pas comme des héroïnes auxquelle on se plaît réellement à s'attacher. Un effet sans doute de la sécheresse forsterienne, c'est comme ça... Surprised
Mrs Wilcox (mère) n'est pas non plus très bien dessinée, j'ai trouvé qu'il y avait disparité entre la manière dont elle est décrite de son vivant, et la quasi sanctification dont elle bénéficie après sa mort. L'effet est bon, le contraste, la signification, mais le personnage en pâtit quelque peu.

Une lecture simple mais puissante, pour de bon excellente. sunny
Revenir en haut Aller en bas
misshoneychurch
Poppy dream by the Arno
avatar

Nombre de messages : 5527
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Howards End (1910)   Mer 10 Aoû 2011 - 12:33

Il faut absolument que je relise ce livre. Twisted Evil Je l'ai lu il y a longtemps, et ton avis me prouve que je ne l'ai pas apprécié à sa juste valeur. En plus, je compte lire De la beauté de Zadie Smith assez prochainement, qui y fait, paraît-il, fortement référence. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Howards End (1910)   Mer 10 Aoû 2011 - 19:54

Merci pour cet avis détaillé, Dulcie. sunny

Je trouve que ce serait une bonne occasion de créer un nouveau topic consacré uniquement à Howards End à partir de ton message. C'est bon pour toi?

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Dulcie
Ville du Nord...
avatar

Nombre de messages : 753
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Howards End   Mer 10 Aoû 2011 - 21:50

cat47 a écrit:


Je trouve que ce serait une bonne occasion de créer un nouveau topic consacré uniquement à Howards End à partir de ton message. C'est bon pour toi?

Oh si tu veux, cat. Wink (et pour info, j'ai reparcouru le topic, je n'ai pas trouvé bcp de messages sur ce roman ou le film). Smile
Revenir en haut Aller en bas
clinchamps
Oshaberi Sensei
avatar

Nombre de messages : 50449
Age : 74
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Howards End (1910)   Dim 21 Aoû 2011 - 15:38

J'avais d'abord vu le film, et même plusieurs fois, et je l'avais profondément aimé. Les histoires de maisons qui ont une sorte de charme magique m'ont toujours fascinée (d'où mon amour pour Elisabeth Goudge qui en est un chantre enthousiaste) et j'étais donc curieuse de lire le roman dont Ivory avait fait l'adaptation. Celle-ci est remarquable de fidélité et cependant je dirais que le cinéaste a comme répandu un éclairage plus moelleux sur l'histoire, adoucissant les personnages, les rendant plus proches et plus faciles à aimer. Car je rejoindrai Dulcie : j'ai ressenti comme une barrière entre eux et moi, car inconsciemment je cherchais les émotions du film, et elles n'y étaient pas. Il y a de la dureté dans tous les personnages, et quand Margaret dit aimer Henry, je ne vois pas d'amour dans son attitude, elle le dit, mais je ne le ressens pas. La relation entre Hélène et Leonard est plus sous-entendue que vue. L'auteur préfère à tout instant l'intellectuel au factuel
Spoiler:
 
mais il se plonge et nous avec dans les méandres des réflexions intérieures. En un mot je n'en ai trouvé aucun de sympathique. MrsWilcox est pour le moins bizarre, comme détachée et même on se demande si elle comprend ce qui l'entoure, mais nous ne la voyons qu'en fin de vie, l'amour et le respect que lui port sa famille laisse entendre qu'elle devait avoir une personnalité plus riche qu'il n'y paraît. La relation entre les deux sœurs est compliquée, contradictoire, mais n'est-ce pas le cas des relations familiales ? Là encore je retrouve ce déni du romanesque (comme l'est la relation fraternelle dans le film)pour le choix d'une réalité plus véridique. La famille Shlegel n'est pas si chaleureusement liée que cela, ce qui en fait une cellule unique c'est son originalité due à une éducation hors norme. Mais chacun suit sa propre route, et par moment en dépit des autres.
Les Wilcox sont moins originaux, ils représentent la bourgeoisie d'argent que Forster aime à égratigner et que l'on peut déjà croiser dans la saga des Forsythe (j'ai beaucoup pensé à Soames Forsythe en lisant ce roman).
J'ai trouvé très habile la façon dont la maison finit par revenir à Margaret, et dont la façon dont ce qu'elle représente (la liberté de penser, de vivre) a finalement remporté la victoire sur ce que représentent les Wilcox, soit le conformisme et l'arrogance de classe.
Revenir en haut Aller en bas
Ju
Gone With The Books
avatar

Nombre de messages : 10312
Age : 26
Localisation : In the Tardis, with Ten
Date d'inscription : 15/05/2010

MessageSujet: Re: Howards End (1910)   Dim 16 Sep 2012 - 21:56

J'ai fini ce roman aujourd'hui, et j'ai bien aimé (même si je n'ai pas adoré non plus^^).
Le rythme est lent, il ne se passe pas grand chose mais c'est sympa, j'ai apprécié Smile
J'avais oublié que j'avais vu le film (il n'y a pas si longtemps d'ailleurs Embarassed ) mais c'est revenu petit à petit au fil de ma lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Howards End (1910)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Howards End (1910)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Auteurs anglo-saxons divers (XXème et XXIème siècles) :: E.M. Forster-
Sauter vers: