Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Oliver Goldsmith : le Vicaire de Wakefield

Aller en bas 
AuteurMessage
pouchkinet
Intendante de Pemberley
avatar

Nombre de messages : 563
Age : 44
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Oliver Goldsmith : le Vicaire de Wakefield   Mer 26 Jan 2011 - 14:44

Pardonnez-moi si le sujet existe déjà sur ce forum, mais je ne l'ai pas trouvé.

Dans La Maison de Claudine, l'auteur Colette nous parle de sa "soeur aux longs cheveux", une jeune fille férue de lecture.
Extrait :
"— Qu’est-ce que tu lis, Juliette ?… Dis, Juliette, qu’est-ce que tu lis ?… Juliette !…

La réponse tardait, tardait à venir, comme si des lieues d’espace et de silence nous eussent séparées.

— Fromont jeune et Risler aîné.

Ou bien :

— La Chartreuse de Parme.

La Chartreuse de Parme, le Vicomte de Bragelonne, Monsieur de Camors, le Vicaire de Wakefield, la Chronique de Charles IX, la Terre, Lorenzaccio, les Monstres parisiens, Grande Maguet, les Misérables… Des vers aussi, moins souvent. Des feuilletons du Temps, coupés et cousus ; la collection de la Revue des Deux Mondes, celle de la Revue Bleue, celle du Journal des Dames et des Demoiselles, Voltaire et Ponson du Terrail… Des romans bourraient les coussins, enflaient la corbeille à ouvrage, fondaient au jardin, oubliés sous la pluie. Ma sœur aux longs cheveux ne parlait plus, mangeait à peine, nous rencontrait avec surprise dans la maison, s’éveillait en sursaut si l’on sonnait…"

Ce vicaire de Wakefiel m'a longtemps intriguée.
J'ai tenté de lire une version en poche, traduction de Forgues, mais en comparant avec un exemplaire en anglais, j'ai vu qu'il y avait des COUPES dans le texte. Chez moi c'est rédhibitoire. Alors j'ai vu qu'il existait une traduction par Charles Nodier, qui me semble meilleure et plus complète.

Ce livre, qui devait être un classique même dans la Bourgogne profonde en 1884 puisque la soeur de Colette le lisait, semble assez difficile à trouver, du moins, j'ai beaucoup de mal à le trouver à bon prix (c'est à dire pas une édition Hetzel à 250€, vous voyez).


Ca raconte l'histoire du curé de Wakefield (c'est lui le narrateur), sur lequel s'abat un tas de poisse absolue, comme à Job, et qui va surmonter tous ses malheurs avec beaucoup de foi.
Je n'ai lu que les premiers chapitres avant d'être dégoûtée par la traduction, mais on décèle de l'ironie et de l'humour, ça me dirait bien de poursuivre.

Est-ce que quelqu'un l'a lu?
Revenir en haut Aller en bas
Miss Halcombe
Wandering White Soul
avatar

Nombre de messages : 3837
Age : 68
Localisation : Bourbonnais
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Oliver Goldsmith : le Vicaire de Wakefield   Mer 26 Jan 2011 - 16:47

Je l'ai lu en juillet dernier, Cat, m'avait demandé mes impressions sur ce roman, je te copie/colle ce que je lui avait répondu alors :

"J'ai achevé de le lire cet après-midi, et ce roman a été une grande déception pour moi . Sans doute parce que j'en attendais trop ou que je n'étais pas dans l'état d'esprit voulu pour ce genre d'histoire. Ce titre m'avait fait rêver dans ma jeunesse, allez savoir pourquoi, il me plaisait. J'imaginais que c'était l'histoire poétique d'une famille anglaise. Après bien des recherches, je l'avais enfin trouvé dans une brocante, dans une jolie édition, et , depuis, il attendait sagement que je veuille bien le lire. Eh bien , je n'ai pas du tout accroché, je me suis ennuyée tout le long de ma lecture, je n'ai éprouvé de sympathie pour aucun des personnages "

Revenir en haut Aller en bas
pouchkinet
Intendante de Pemberley
avatar

Nombre de messages : 563
Age : 44
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: Oliver Goldsmith : le Vicaire de Wakefield   Jeu 27 Jan 2011 - 10:34

Merci pour ton avis Miss Halcombe.
Apparemment tu as eu aussi quelque mal à te le procurer.
Revenir en haut Aller en bas
Miss Halcombe
Wandering White Soul
avatar

Nombre de messages : 3837
Age : 68
Localisation : Bourbonnais
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Oliver Goldsmith : le Vicaire de Wakefield   Jeu 27 Jan 2011 - 11:10

Oui, je l'avais longtemps cherché et trouvé un jour tout à fait par hasard, dans la traduction de Charles Nodier. J'espère que mon avis peu enthousiaste ne va pas te décourager de le lire lorsque tu auras trouvé une édition qui te convienne : ce n'est que mon opinion, après tout !
Revenir en haut Aller en bas
pouchkinet
Intendante de Pemberley
avatar

Nombre de messages : 563
Age : 44
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: Oliver Goldsmith : le Vicaire de Wakefield   Lun 31 Jan 2011 - 14:57

On a le droit de ne pas aimer un livre, d'être déçu etc... et de pouvoir l'exprimer. Ce qui est important, c'est de l'avoir lu pour se faire sa propre opinion.
(et pas faire comme les enfants : les courgettes, j'aime pas ; j'ai pas goûté mais je sais que j'aime pas...)
Revenir en haut Aller en bas
pouchkinet
Intendante de Pemberley
avatar

Nombre de messages : 563
Age : 44
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: Oliver Goldsmith : le Vicaire de Wakefield   Lun 19 Mar 2012 - 10:39

Ayant fini par trouver une édition à l’ancienne, avec des pages non découpées ! et surtout traduite par Charles Nodier, j’ai enfin lu mon Vicaire de Wakefield.

Le pauvre homme, honnête et candide ministre du culte, chargé de famille, est un poissard comme on en rencontre peu. Ruiné par un homme d’affaires véreux, il pourrait vivre heureux dans un modeste cottage si lui et les siens n’étaient pas nés pour être les dupes des méchants.
Tombant de Charybde en Scylla, il lui arrive les pires vilenies jusqu’à l’article de la mort. Mais se plaint-il en lançant des imprécations au ciel ? Que nenni car il a sa conscience pour lui et l’amour des siens ; plus la conduite d’autrui est ignoble, plus il est digne dans l’adversité.

C’est un livre qui condense tous les ressorts du roman ou de la farce : intrigues amoureuses, retrouvailles inopinées, faillite, fausse identité, voleurs, valets etc…
Je n’ai pu m’attacher aux personnages, car je suis trop vieille et moderne pour avoir de la compassion envers les jeunes oiselles qui s’enfuient avec un roué puis le regrettent amèrement, surtout quand le roué en question porte une pancarte lumineuse marquée : attention danger, dépravé at work, pucelles s’abstenir.

Mais il faut lire ce livre au troisième degré, ne serait-ce que parce que Goldsmith ne prend pas non plus au sérieux toute sa petite galerie de personnages. Leurs péripéties ne sont que prétextes à ironie.

Par contre, j’ai sauté sans remords quelques pages barbantes où l’auteur étale ses pensées morales et philosophiques, qui avaient peut-être du sens à l’époque de la parution, mais plus beaucoup d’intérêt aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23671
Age : 61
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Oliver Goldsmith : le Vicaire de Wakefield   Ven 23 Mar 2012 - 20:06

Merci pour cet avis, Pouchkinet. Il me donne quelques pistes pour aborder ce roman, qui traine depuis suffisamment longtemps sur ma PAL pour que je me sente poussée à le lire assez rapidement. Very Happy

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Leibgeber
Subtil compliment


Nombre de messages : 185
Age : 40
Localisation : Faisant la manche à Scarborough
Date d'inscription : 13/06/2013

MessageSujet: Re: Oliver Goldsmith : le Vicaire de Wakefield   Lun 9 Juin 2014 - 18:20

pouchkinet a écrit:
Par contre, j’ai sauté sans remords quelques pages barbantes où  l’auteur étale  ses pensées morales et philosophiques, qui avaient peut-être du sens à l’époque de la parution, mais plus beaucoup d’intérêt aujourd’hui.

  Pour ma part, je trouve tout à fait actuel le discours d’Oliver Goldsmith sur la perversité de mauvaises conditions d’emprisonnement et sur les vertus de prévenir le crime. De même quant à ses réflexions politiques sur la concentration des richesses et le repliement des classes fortunées sur elles-mêmes qui conduisent à des régimes oligarchiques et démagogiques. Celles-ci auraient peut-être de quoi renvoyer carrément à la prochaine coupe du monde au Brésil ! Ou bien pas si loin...
  Par contre, il est certain qu’il faut être croyant pour trouver du réconfort au discours sur le bonheur sans fin attendant le misérable après la mort. Toutefois, on remarquera qu’Oliver Goldsmith ne fait pas patienter jusque-là les personnages qu’il accable dans son roman puisque c’est ici-bas qu’il procède à une rétribution quasi à la livre sterling près des méchants et des bons : aucun tort fait à la famille du vicaire ne se voit pas réparé finalement.
   Aussi ai-je apprécié le début du Vicaire de Wakefield, par son ton drôle et la conduite (bonté, charité, pardon, etc.) à laquelle invite Oliver Goldsmith. Ensuite, j’ai trouvé roboratif, pour ne pas dire sadien, l’enchaînement des malheurs du vicaire et de sa famille. Enfin, j’ai été donc agacé par leur retournement complet et invraisemblable.
Revenir en haut Aller en bas
http://thewandererofthemoors.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oliver Goldsmith : le Vicaire de Wakefield   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oliver Goldsmith : le Vicaire de Wakefield
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oliver Goldsmith : le Vicaire de Wakefield
» Oliver Chad - Les vents du temps
» Expo photos : Expo-photo Yves Oliver à Charleroi
» Oliver Lightload et Ben Crankleshaft
» La famille Goldsmith

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Auteurs anglo-saxons divers (XIXème siècle et antérieurs)-
Sauter vers: