Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Jacqueline de Romilly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rosalind
Lady of Damerosehay


Nombre de messages : 7176
Localisation : entre Rohan et Ruatha ...
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Jacqueline de Romilly    Lun 20 Déc 2010 - 0:36

Jacqueline de Romilly est décédée hier.

Doyenne de l'Académie Française, hélléniste renommée, elle fut la première femme professeur au Collège de France.

Arrow http://www.lepoint.fr/culture/jacqueline-de-romilly-pour-l-eternite-19-12-2010-1277263_3.php

La liste de ses oeuvres et de ses distinctions est impressionnante.
Arrow http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacqueline_de_Romilly#.C5.92uvres


Je dois reconnaître à ma grande honte que je n'ai lu aucun de ses ouvrages sur la Grèce Antique, mais seulement ses deux recueils de nouvelles : Les oeufs de Pâques et Laisse flotter les rubans, qui m'ont séduite par leur grande délicatesse.






Revenir en haut Aller en bas
serendipity
Aurora Borealis Chaser


Nombre de messages : 8071
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Jacqueline de Romilly    Lun 20 Déc 2010 - 14:36

Rosalinde, merci d'avoir ouvert ce topic.
Une grande disparition en effet, mais quelle longévité et quelle vivacité d'esprit dans le grand âge !
J'ignorais que J. De Romilly avait signé des recueils de nouvelles Very Happy tu m'a donné envie de m'y intéresser de plus près Wink
Revenir en haut Aller en bas
Camille Mc Avoy
Bits of Ivory


Nombre de messages : 11979
Age : 31
Localisation : in Highbury
Date d'inscription : 10/02/2006

MessageSujet: Re: Jacqueline de Romilly    Lun 20 Déc 2010 - 22:52

Merci pour le topic Rosalinde. J'ai surtout lu des écrits de Jacqueline de Romilly où elle défendait l'enseignement du grec. Ce n'était pas une matière facile et j'étais loin d'y exceller ( l'optatif m'a TUER Smile ) mais je suis tout de même très heureuse d'avoir eu la chance d'en faire un peu pendant quelques années !

Et puis bon, ça en jette toujours de déchiffrer des bouts de texte dans des musées, même sans savoir ce que ça veut dire, les gens te prennent pour le traducteur de la pierre de Rosette lol!
Revenir en haut Aller en bas
http://cuirderussie.hautetfort.com
cat47
Master of Thornfield


Nombre de messages : 23541
Age : 59
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Jacqueline de Romilly    Mar 21 Déc 2010 - 19:08

Merci pour ce topic, Rosalinde. cheers Je n'ai lus aucune de ses oeuvres, fiction ou non, mais j'admirais le parcours de cette pionnière et son combat pour la défenses de la culture classique.

J'ai parcouru la liste de ses oeuvres, c'est impressionnant, pas de doute. Je me laisserais bien tenter par Le jardin des mots. Il est malheureusement épuisé en poche pour le moment mais je le note pour un futur achat. Merci encore pour les liens. Very Happy

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Mannick
Extensive reading


Nombre de messages : 242
Age : 58
Localisation : France
Date d'inscription : 04/01/2011

MessageSujet: Re: Jacqueline de Romilly    Dim 31 Juil 2011 - 15:25

Je suis très contente de découvrir ce topic sur Jacqueline de Romilly d'une part j'admirais cette grande dame de la langue française, quel talent à ce niveau Rolling Eyes et de plus, elle a réussi pas mal de choses qui pour son époque paraissait improbable pour une femme.

Première femme enseignante au Collège de France, académicienne, et surtout grand hélleniste en effet study study study

Je viens de terminer son livre, paru très récemment, livre entièrement consacré à une autre grande dame : sa maman dont le livre porte le prénom "Jeanne", et franchement, je voudrais vous le conseiller, il n'est pas bien long, mais très touchant. Quand on a une maman, on oublie parfois de bien la regarder vivre, de profiter d'elle le plus possible, elle le dit bien dans son livre, mais avec ses mots à elle qui sont autrement plus beaux que les miens pale

Je n'ai hélas pas lu ses ouvrages sur la Grèce Antique, sur la culture hellène, et je ne pense pas pouvoir le faire un jour, ce n'est pas vraiment ma tasse de thé, mais on ne peut pas dire jamais sans avoir au moins essayer.

Une grande linguiste en tout cas, et l'écouter parler, même dans son plus grand âge, a toujours été un plaisir immense pour moi, le plaisir des mots tout simplement study study study

EDIT :

En tout cas le topic m'aura donné bien envie de lire ses autres livres, nouvelles notamment bounce
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield


Nombre de messages : 23541
Age : 59
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Jacqueline de Romilly    Dim 31 Juil 2011 - 15:37

Mannick, je viens de rassembler tes deux messages. N'oublie pas que tu peux utiliser la fonction Editer quand tu veux ajouter quelque chose à l'un de tes posts si personne n'a posté après toi. Wink

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Mannick
Extensive reading


Nombre de messages : 242
Age : 58
Localisation : France
Date d'inscription : 04/01/2011

MessageSujet: Re: Jacqueline de Romilly    Dim 31 Juil 2011 - 15:46

Ah d'accord merci beaucoup cat Rolling Eyes j'ai encore du chemin à faire je crois Rolling Eyes excuses-moi surtout !
Revenir en haut Aller en bas
Rosalind
Lady of Damerosehay


Nombre de messages : 7176
Localisation : entre Rohan et Ruatha ...
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Re: Jacqueline de Romilly    Sam 6 Aoû 2011 - 23:11

Je viens de lire Sous des dehors si calmes et sans surprise je me suis retrouvée sous le charme de l'écriture de Jacqueline de Romilly, toujours d'une justesse bouleversante.

C'est un recueil de nouvelles, mais à la différence des deux autres recueils que j'ai déjà lus (Les oeufs de Pâques et Laisse flotter les rubans) celui-ci possède une unité, de lieu et de personne.

Une femme en vacances dans sa maison du Lubéron évoque des moments tristes ou heureux de sa vie. Ces récits, partis d'un petit détail, déclenchent une cascade de souvenirs, puis mènent à une analyse très juste des situations. Ce pourrait paraître banal ou ennuyeux, mais il n'en est rien. C'est palpitant car tout est chargé d'émotion et de passion, même si les descriptions sont d'une netteté quasi photographique.

J’aimerais vous faire profiter de quelques passages. Difficile de faire un choix…

D’abord un extrait de la préface, de Jacqueline de Romilly herself :

Citation :
Alors, dans le silence, on s'ouvre tout naturellement aux méandres et aux surprises de la vie intérieure. Il peut s'agir de presque rien, d'une menue découverte, de brusques réactions d'angoisse ou bien d'espoir, que l'on n'explique pas, mais qui soudain paraissent importantes. Ces impressions s'aggravent, ou s'allègent; et tout change très vite. J'avais même songé à appeler ce livre "Dérapages" ; j'y ai renoncé, parce que le mot semblait un peu trop brutal. Mais il exprimait bien la nature de ces émotions, qui me paraissent sourdre et évoluer d'elles-mêmes à propos de minces détails. Ces émotions m'ont souvent frappée et émerveillée ; et surtout, j'ai eu le sentiment - il me faut l'avouer - que ces dérapages intérieurs entraînaient comme des révélations et que, de façon sûre mais imprécise, elles menaient un peu plus loin vers l'essentiel. On se sent alors au bord de quelque chose que l'on ne peut pas exactement définir, mais qui correspond à une vision élargie.

Il en est un peu comme du simple fait de regarder le ciel. Si jamais on lève les yeux dans la nuit parisienne, on voit tout juste un coin du ciel, rendu lointain par le contraste des lumières et souillé par les fumées de la ville : on ne distingue que deux ou trois étoiles, qui sont peut-être des avions. Au contraire, quand, sur une terrasse bien dégagée, en pleine campagne, on lève les yeux vers le ciel étoilé et vers cette immensité tout à coup révélée, on est saisi d'étonnement et d'une sorte de timidité devant l'univers. Eh bien, pour la vie intérieure, il en va un peu de même. Là aussi, totu apparaît soudain à une plus vaste échelle, avec un sens qui nous sollicite. Et chaque petit détail évoque alors, de proche en proche, des échos imprévus.
Et un extrait de la nouvelle « le treillis jaune »
La narratrice, après la mort de son mari, se remémore la pose d’un treillis qui sert de moustiquaire. Elle accroche sa manche à un clou, et aussitôt tout lui revient en mémoire…

Citation :
Voici que toute cette scène me redevient présente et me mord le cœur. Tout nous avait unis ce jour-là, le travail en commun, la commune maladresse, l’effort pour nous entraider, et le sentiment aussi que nous travaillions à protéger notre maison, à nous construire un abri, pour nous et à nous.
…/…
Ce souvenir m’arracha une brusque exclamation de douleur : je me jetai, la tête cachée, sur le canapé et je me mis à pleurer sans retenue. Je pleurais parce que Richard n’était plus là, parce que le temps nous avait tout dérobé et que le plastique jaune restait à me narguer, inchangé. Il me semblait que je n’avais jamais assez apprécié tout le bonheur qui m’avait été donné, que je n’avais jamais rien ressenti assez intensément : d’un coup, était entrée en moi, de toute sa force, une pensée que chacun devrait avoir et que l’on ne veut jamais garder sous les yeux – le fait que tout passe, et si vite. Il me semblait que toute ma confiance s’écoulait hors de moi, comme du sang, indéfiniment, m’ôtant, peu à peu, toutes mes forces.
…/…
Je ne regrettais ni d’avoir retrouvé ce souvenir si vivant, ni d’en avoir souffert, ni d’en avoir finalement compris le sens. Cela m’avait enrichie ; blessée, mais enrichie.
…/…
Le bonheur ne rayonne jamais autant que lorsqu’il a échappé à la fuite des jours et à l’urgence de la vie réelle, pour reparaître soudain enveloppé, non plus dans un treillis de plastique jaune, mais dans une impalpable résille d’or.
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield


Nombre de messages : 23541
Age : 59
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Jacqueline de Romilly    Dim 7 Aoû 2011 - 15:25

Merci Rosalinde, tu sais donner envie. Je viens de mettre ce livre sur ma liste à acheter. cheers

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Mannick
Extensive reading


Nombre de messages : 242
Age : 58
Localisation : France
Date d'inscription : 04/01/2011

MessageSujet: Re: Jacqueline de Romilly    Dim 7 Aoû 2011 - 15:51

Rosalinde, c'est magnifique ces passages, le second m'émeut au plus haut point, merci à toi de nous avoir fait partager ce coup de coeur et comme je suis une fan de madame de Romilly, je vais moi aussi l'ajouter à mes projets de lecture I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jacqueline de Romilly    Aujourd'hui à 8:45

Revenir en haut Aller en bas
 
Jacqueline de Romilly
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jacqueline de Romilly, helléniste et académicienne...
» Jacqueline de Romilly
» Jacqueline de Romilly
» [Harpman, Jacqueline] Le Passage des éphémères
» [Auteur] Jacqueline Bellon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Autres auteurs (divers) :: Auteurs francophones-
Sauter vers: