Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Natsume Sôseki (1867-1916)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MissAcacia
DerbyCheshire Cat


Nombre de messages : 6276
Age : 43
Localisation : Perched on a hot sound tree
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Natsume Sôseki (1867-1916)   Mar 30 Nov 2010 - 0:14

Comme promis, je me lance à ouvrir un sujet sur Natsume Sôseki, souvent appelé Sôseki tout court. Une grande figure (pour ce que j'en ai lu car je suis loin d'être une spécialiste) de la littérature japonaise, à la charnière du XIXème et du XXème (ère Meiji).



Il fut professeur puis écrivain à plein temps. Il n'est pas éloigné de nos préoccupations puisqu'il a passé trois ans à Londres au tout début du XXème siècle et était un spécialiste de la littérature anglaise (toutélié), qu'il a enseignée à l'Université de Tokyo.

Sa première oeuvre, et la plus connue est le roman Je suis un chat, paru en 1905. Je ne vous en dirai rien puisque je ne l'ai pas lu, essentiellement parce que je ne l'ai pas encore trouvé. Mais ce fut un succès.

Son deuxième roman, Botchan est un classique de la littérature jeunesse au Japon (pour que ce je m'en suis laissé dire). Et je l'ai lu, donc je vais essayer d'en parler. Botchan (qui, je crois veut dire "Jeune maître") est un jeune orphelin, assez doué pour se mettre dans l'embarras et s'attirer des inimitiés. Originaire d'Edo, il paye ses études avec l'argent hérité de son père. Sa seule compagnie est une vieille servante du nom de Kiyo. Diplôme en poche, il lui faut travailler. On lui propose une place de professeur de mathématique dans un collège de l'île de Shikokku. Il se retrouve dans l'ambiance assez confinée d'une petite ville de province très traditionnelle et dans le microcosme du collège, avec ses jeux de pouvoirs entre professeurs et entre professeurs et élèves. Un rude contraste pour Botchan le tokioïte habitué à une vie libre et plus raffinée et surtout peu enclin à se plier au cadre rigide qu'on veut lui imposer.
Les portraits (de Botchan, de Kiyo, des professeurs, des logeurs...) sont d'une grande finesse et forment une galerie très intéressante. Botchan n'est pas vraiment un personnage sympathique, il est trop froid et trop caustique pour ça. Cependant, j'ai suivi ses aventures avec beaucoup d'intérêt et même souffert un peu en lui voyant commettre faux-pas et maladresses dans son nouvel environnement policé mais hostile. Il finira par ouvrir les yeux sur les personnes qui l'entourent et reconnaître le mérite de certains qu'il n'avait pourtant pas épargnés.

J'ai ensuite lu Clair-Obscur, qui est le dernier roman de Sôseki, laissé inachevé par sa mort. J'ai lu que beaucoup de connaisseurs le considérait comme son chef d'oeuvre. J'ai été surprise par ce roman, qui, même inachevé, est assez épais. En effet, l'histoire tient en deux pages. Il ne s'y passe absolument rien (même notre chère Jane passerait pour une écrivaine épique à côté) mais l'analyse des sentiments, des relations entre les personnages, de leurs difficultés, de leurs faiblesses et de leurs manoeuvres est menée avec une subtilité et une précision portées à leur paroxysme.
En deux mots: Tsuda est marié avec Nobuko depuis six mois. Il doit subir une opération chirurgicale, ce qui pose un problème d'argent une fois le congé nécessaire accordé de mauvaise grâce par son employeur. Le père de Tsuda, qui lui versait une somme tous les mois, a cessé son aide, par suite d'une indélicatesse de son fils. Car Tsuda se laisse un peu porter, un peu dorloter et sa famille n'apprécie pas. Sa femme, la trop jolie Nobuko, habituée à une vie facile ne serait-elle pas responsable ? Celle-ci a librement choisi Tsuda, un cas rare dans la société de l'époque, mais l'aime-t-il ? comment savoir sans poser la question directement, en demeurant l'épouse irréprochable qu'elle se doit à elle-même d'être ? comment faire quand on doit montrer a sa famille et à ses relations l'image d'une entente parfaite ? Et quelques grains de sable ne seraient-ils pas déjà en train de gripper les rouages... incompréhension et malentendus.
Le rythme est très lent, l'analyse extrêmement fouillée, à la limite de la dissection. J'avoue que j'ai un peu décroché à certains moments mais j'ai globalement apprécié ce roman, lucide et sans complaisance.
Comme dans Botchan, j'ai eu beaucoup de mal à sympathiser avec Tsuda mais j'ai une certaine empathie avec Nobuko. Les portraits sont là aussi très fins (notamment les femmes, plus ciselées que les hommes: tantes, belles-soeurs, amies, cousines).

Entre les deux, il y a tout ça:

  • 1906 : Oreiller d'herbe (Kusamakura - 草枕)
  • 1906 : Le 210e jour (二百十日)
  • 1907 : Le mineur (Kōfu - 坑夫)
  • 1908 : Dix rêves (夢十夜), dans Anthologie de nouvelles japonaises contemporaines Tome II
  • 1909 : Petits contes de printemps (Eijitsu shōhin - 永日小品)
  • 1909 : Sanshirô (三四郎)
  • 1909 : Et puis (Sorekara - それから)
  • 1910 : La porte (Mon - 門)
  • 1910-1911 : Choses dont je me souviens (Omoidasukoto nado - 思い出す事など)
  • 1911 : La civilisation japonaise moderne (Gendai Nihon no Kaika - 現代日本の開化), dans Cent ans de pensée au Japon Tome I
  • 1911 : Haltes en Mandchourie et en Corée
  • 1912 : À l'équinoxe et au-delà (Higansugi made 彼岸過迄)
  • 1913 : Le voyageur ou L'homme qui va (Kōjin - 行人)
  • 1914 : Le pauvre cœur des hommes (Kokoro - こころ)
  • 1914 : Mon individualisme (Watashi no kojinshugi - 私の個人主義)
  • 1915 : À travers la vitre (Garasudo no naka - 硝子戸の中)
  • 1915 : Les herbes du chemin (Michikusa - 道草)
suivant Wikipedia.

J'ai commencé les Petits Contes du Printemps, courtes nouvelles évoquant des souvenirs, des bribes de quotidiens, des insignifiances dont je reviendrai sans doute parler.

Sôseki, que je ne connais pas beaucoup, n'est certes pas un écrivain épique. Il manierait plutôt son petit pinceau sur de minuscules morceaux d'ivoire...


Dernière édition par MissAcacia le Mar 30 Nov 2010 - 20:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
lady Clare
Lily-white Doe


Nombre de messages : 9869
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Natsume Sôseki (1867-1916)   Mar 30 Nov 2010 - 0:23

Oh Miss Acacia!!!!!!!!!!!!! merci pour ce topic! J'ai lu Je suis un chat il y a quelques années drunken Pour ceux qui aiment les chats c'est un texte jubilatoire, on se met facilement à la place de ce petit animal, taquin et très très malin... je me souviens que c'était très plaisant à lire... drunken & puis on apprend pas mal de choses sur la société japonaise de l'époque. Un grand livre!
Revenir en haut Aller en bas
Galy
Witty Blossom Indeed!


Nombre de messages : 6074
Localisation : dans la piscine du réacteur n°4 de Fukushima-Daiichi
Date d'inscription : 10/05/2007

MessageSujet: Re: Natsume Sôseki (1867-1916)   Mar 30 Nov 2010 - 1:07

Ouaouh merci Miss Acacia pour cette présentation!!
Je ne connaissais que de nom mais je n'en ai jamais lu *honte/va se cacher*
Je lirais volontiers Botchan!!! sunny
Revenir en haut Aller en bas
mimidd
Aki no Hoshizora


Nombre de messages : 15733
Localisation : with a Japanese man singing for Rotterdam
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Natsume Sôseki (1867-1916)   Mar 30 Nov 2010 - 9:43

Merci pour cette présentation, Miss Acacia ! cheers
Inconnu au bataillon pour moi Embarassed , mais ce que tu en dis me parait très intéressant bounce

_________________

ずっと続く道  これからも変わらずに  同じことで笑っていよう  一人じゃないよ  アホな仲間と
=☆= In a road that keeps going without change, let’s keep laughing about the same things. =☆=
=☆=☆=☆= You’re not alone. You’ve got this stupid friend with you
(道, 丸すばる) =☆=☆=☆=
Revenir en haut Aller en bas
http://www.librarything.fr/profile/mimidd
clinchamps
Oshaberi Sensei


Nombre de messages : 46673
Age : 73
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Natsume Sôseki (1867-1916)   Mar 30 Nov 2010 - 10:11

Merci MissAcacia !! Mon libraire m'en avait parlé !! Je le note car ce que tu en dis me donne envie d'aller un peu voir ce qu'il en est ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
MissAcacia
DerbyCheshire Cat


Nombre de messages : 6276
Age : 43
Localisation : Perched on a hot sound tree
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Natsume Sôseki (1867-1916)   Mar 30 Nov 2010 - 20:29

Lady Clare, tu me donnes encore plus envie de trouver Je suis un chat. Very Happy Je sens que je vais passer en phase active.

J'ai découvert Sôseki grâce au rayon "Japon" de la bibliothèque municipale, assez fourni je dois dire. Botchan est court et plaisant à lire, c'est un bon roman pour aborder cet auteur, je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei


Nombre de messages : 8823
Age : 39
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Natsume Sôseki (1867-1916)   Mar 30 Nov 2010 - 20:38

Merci pour cette présentation MissAccacia.... je me suis dit qu'il faudrait que je lise Sôseki depuis que j'ai lu "Au temps de Botchan", un manga qui nous parle de Natsume Sôseki (et qui devrait plaire à ceux qui aiment le style de Taniguchi par exemple ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
MissAcacia
DerbyCheshire Cat


Nombre de messages : 6276
Age : 43
Localisation : Perched on a hot sound tree
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Natsume Sôseki (1867-1916)   Jeu 2 Déc 2010 - 13:41

Kusanagi: cet ouvrage de Taniguchi me tente diablement, je dois dire...

Je suis dans mes petits contes du printemps et je ne résiste pas à la tentation de vous mettre une petite citation:

Citation :
Nous avons traversé le pont et pris tout de suite à gauche. Les méandres se faufilaient en zigzag jusque dans le riz en herbe. Nous avons longé pendant environ deux cent mètres le cours tortueux de l'eau, sans savoir jusqu'où il se prolongeait. Et nous nous sommes retrouvés tous les deux, perdus au milieu d'une vaste rizière, comme abandonnés. Le regard ne distingue rien d'autre que la pluie. Mon oncle soulève légèrement le bord de son chapeau et lève la tête vers le ciel. Le ciel est austère, fermé comme le couvercle d'une jarre de thé. De cette surface hermétiquement close tombe la pluie, interminablement. Quand on se tient debout, le bruit est assourdissant. Crépitement des gouttes qui rebondissent sur le chapeau et le manteau de paille. Ruissellement de l'eau qui tombe des nuages aux quatre coins de la rizière. S'y mêle aussi, semble-t-il, le lointain retentissement de la pluie sur la forêt entourant le sanctuaire de Kiô qu'on aperçoit de l'autre côté.

Le serpent. Petits contes de Printemps.

Voilà, voilà...
Revenir en haut Aller en bas
clinchamps
Oshaberi Sensei


Nombre de messages : 46673
Age : 73
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Natsume Sôseki (1867-1916)   Jeu 2 Déc 2010 - 15:01

"Au temps de Botchan" me tente énormément !!! J'ai un souvenir délicieux de l'homme qui marche !! Wink
Revenir en haut Aller en bas
MissAcacia
DerbyCheshire Cat


Nombre de messages : 6276
Age : 43
Localisation : Perched on a hot sound tree
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Natsume Sôseki (1867-1916)   Mar 21 Aoû 2012 - 13:51

Je réactive le topic de Sôseki pour parler de Je suis un chat, que je viens de terminer.

Une petite présentation (de l'éditeur) pour commencer:

Citation :
Mort en 1916 à quarante-neuf ans, Natsume Sôseki vécut aux confins de la psychose la déchirure dont pâtirent tous les intellectuels nés avec la révolution industrielle, politique et culturelle du Meiji. Formé aux lettres classiques chinoises, au haïku, mais envoyé en Angleterre de 1900 à 1903 pour pouvoir enseigner ensuite la littérature anglaise, il s'imprégna si profondément du ton de Swift, de Sterne et de De Foe que, sans nuire à tout ce qu'il y a de japonais dans Je suis un chat, cette influence nous impose de penser au voyage de Gulliver chez les Houyhnhnms; sans doute aussi d'évoquer Le chat Murr d'Hoffmann. C'est pourquoi le traducteur peut conclure sa préface en affirmant que Je suis un chat «suffit amplement à démentir l'opinion si répandue selon laquelle les Japonais manquent d'humour». Ni Hegel, ni Marx, ni Darwin, qu'il a lus, ne lui ont fait avaler son parapluie.
La gouaille, voire la désinvolture apparente, n'empêchent pas les chapitres de s'organiser, cependant que tous les styles (jargon des savants et du zen, ou argot d'Edo, ancien nom de Tôkyô) se mêlent pour présenter la satire désopilante d'une société en transition, et même en danger de perdition. Kushami-Sôseki se demande parfois s'il n'est pas fou, mais c'est la société d'alors qui devient folle, elle qui déjà enferme en asile ceux qui la jugent. Le chat ne s'y trompe jamais, lui : aucun ridicule n'échappe à ce nyctalope. Alors que peut-être on en devrait pleurer, on rit follement. Si vous voulez comprendre le Japon, identifiez-vous au chat de Sôseki.

Oui, l'éditeur est bavard.

J'ai mis beaucoup de temps à terminer ce livre, non qu'il m'ait déplu, loin de là mais j'ai été surprise par la densité du texte. Impossible de lire plus d'une dizaine de pages d'affilée, je saturais. Et pourtant j'ai apprécié ma lecture, la saveur du regard ironique que porte le chat (il n'a pas de nom, petite bête abandonnée qui s'est incrustée chez le Pr Kushami) sur les exemples humains qui se présentent sous son regard félin. La mise en perspective de nos travers (il y a une portée universelle dans la peinture que fait Sôseki de la société qui tourne autour de son autoportrait Kushami) au travers du regard d'un chat fort peu impliqué et assez méprisant ne manque certes pas de saveur.
Par ailleurs, il y a un côté "chronique de quartier" racontée par le menu dans ce roman : les repas, le soin de la maison, les soucis d'argent, le couple Kushami, les enfants, la bonne, les voisins... mais aussi un certain nombre de digressions plus sociales ou philosophiques qui émaillent le récit, souvent à l'occasion des visites que font ses amis (plus étonnants les uns que les autres: Meitei, Kangetsu, Tôju) à Kushami.
L'autoportrait que Sôseki fait au travers de Kushami raconté par son chat est plutôt vitriolé,
Spoiler:
 
Bref, je me suis promenée lentement mais avec plaisir dans ce roman assez complexe.
La fin est surprenante, je ne m'y attendais pas.
Ceci dit, je pense que le terme de désopilant donné par l'éditeur est quand même très excessif.
Et ça m'a donné envie de lire le Chat Murr d'Hoffmann.

Les premières lignes:
Citation :
Je suis un chat. Je n'ai pas encore de nom.
Je n'ai aucune idée du lieu où je suis né. La seule chose dont je me souvienne est que je miaulais dans un endroit sombre et humide. C'est là que pour la première fois j'ai vu un être humain. En plus, comme je l'ai appris par la suite, il appartenait à l'espèce des étudiants à demeure, la plus féroce parmi les hommes. Il paraît que ces étudiants nous attrapent parfois, puis nous cuisent et nous mangent.

Le chat regarde son maître:
Citation :
C'est un imbécile et un malade, mais c'est mon maître. Il y a des poêtes qui font grand cas de la reconnaissance due à celui qui leur permet de manger; même un chat peut alors penser à son maître.
Revenir en haut Aller en bas
Acubens
Ville du Nord...


Nombre de messages : 773
Age : 45
Date d'inscription : 05/05/2010

MessageSujet: Re: Natsume Sôseki (1867-1916)   Sam 25 Aoû 2012 - 12:17

Est-ce-que vous avez vu ce documentaire sur Arte ?

Il s'agit d'une sorte de conte philosophique, sous forme de dessin animé, dans lequel une femme suit la trace de ses deux chats à travers le temps pour comprendre l'évolution de la relation entre les chats et les humains. Au cours de son périple, elle rencontre tout un tas de célébrités du XIXème siècle (auteurs, peintres, philosophes), qui vont chacun lui donner leur point de vue sur la question.

Ca n'a pas l'air de la perturber tant que ça de se retrouver à la même table que Théophile Gauthier, Mark Twain ou Victor Hugo, mais elle reste éblouie lorsqu'elle se retrouve en présence de Natsume Sôseki et quand il lui demande si elle n'a pas vu son stylo, comme une vraie fangirl, elle lui sort : "Mais, vous êtes Natsume Sôseki ! J'ai adoré votre roman Je suis un chat..." La suite de la conversation est carrément marrante, avec "gaffe temporelle" à la clé.

Bref, un documentaire super sympa à regarder, je vous le conseille.
Revenir en haut Aller en bas
Lady A
The Lady of Shalott


Nombre de messages : 2079
Localisation : France
Date d'inscription : 05/05/2012

MessageSujet: Re: Natsume Sôseki (1867-1916)   Mer 27 Fév 2013 - 14:03

Je ne découvre ce topic que maintenant et le documentaire dont a parlé Acubens n'est apparemment plus référencé sur le site...

Et je confirme, Botchan c'est de la littérature jeunesse mais ce n'est peut-être pas explicite si on le lit en français(?). En japonais, le style d'écriture et la narration sont vraiment empreints de quelque chose d'enfantin. Et on retrouve la plume piquante de Natsume Sôseki !
Revenir en haut Aller en bas
http://lesreinventions.wix.com/lesreinventions
MissAcacia
DerbyCheshire Cat


Nombre de messages : 6276
Age : 43
Localisation : Perched on a hot sound tree
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Natsume Sôseki (1867-1916)   Jeu 19 Déc 2013 - 21:04

Kusanagi a écrit:
De mon côté, j'ai lu Botchan de Natsume sôseki, grand classique du roman moderne japonais publié en 1906.

J'ai bien aimé, c'est un récit de forte inspiration autobiographique et un roman d'apprentissage, qui suis Botchan, jeune tokyoïte envoyé comme professeur dans un collège de province... et qui devra affronté ses collègues, ses élèves et la vie à la campagne.

Rien de triste dans tout cela, vu le caractère de tête à claque du héros, un parfait Edoko* (et manifestement un Edoko est un décalque parfait du Parisien, si vous voyez ce que je veux dire lol! )

Je m'attendais à un style plus lourd, vu l'époque d'écriture, et en fait, ça se lit vite, c'est frais, c'est rapide...bref, je vais m'attaquer à la montagne Sôseki d'un peu plus près moi ^^.

*Un Edoko, c'est un habitant de Tokyo, anciennement Edo, qui est réputé vaniteux, à la fois dépensier et radin et grande gueule... lol! (si vous regardez Tigre &Dragon le drama, ils en parlent souvent dans les histoires de rakugo ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei


Nombre de messages : 8823
Age : 39
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Natsume Sôseki (1867-1916)   Jeu 19 Déc 2013 - 21:25

Merci MissA... j'avais complétement oublié ce topic ^^

Pour revenir sur la littérature jeunesse de Botchan, c'est vrai que le style est assez léger, mais je ne suis pas sûre que ce soit un roman jeunesse... bon après, il est étudié à l'école au japon (mais tous les romans étudiés à l'école ne sont pas jeunesse à la base...)

Maintenant j'ai envie de lire Je suis un chat ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
MissAcacia
DerbyCheshire Cat


Nombre de messages : 6276
Age : 43
Localisation : Perched on a hot sound tree
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Natsume Sôseki (1867-1916)   Jeu 20 Fév 2014 - 13:33

Clinchamps a écrit:
Eh bien, je fais un bon up parce que justement je viens de lire un petit livre de Sôseki (le premier pour moi) "Une journée de début d'automne" Very Happy 
Ce sont de couts textes, on ne peut parler de nouvelles, il ne s'y passe pas grand chose, tout est dans l'atmosphère et la légèreté du trait. On pense aussitôt à un sumi-e, ces dessins où l'auteur, en 3 coups de pinceau et une trace d'ancre de chine pose un oiseau vivant ou un poisson frétillant, un bouquet de bambou dans la brise ou un pin sur un rivage...    
J'aime particulièrement le récit : "le moineau au bec rose". il s'en dégage une extrême poésie en même temps qu'un réalisme teinté d'amertume sur la nature humaine... 131 pages, une approche délicate d'un auteur que j'ai envie d'explorer plus avant !  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Natsume Sôseki (1867-1916)   Aujourd'hui à 16:37

Revenir en haut Aller en bas
 
Natsume Sôseki (1867-1916)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Natsume Sôseki (1867-1916)
» Natsume Sôseki (Japon)
» Cameroun 1916
» du 155 mle 1916 en 40?
» Fantassin Français 1916

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: And what do you do when you are not reading? :: Télévision :: Prawniverse, an aquarium from Asia-
Sauter vers: