Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Clive OWEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
AuteurMessage
austen94
Victorian Time Lady


Nombre de messages : 3181
Age : 48
Localisation : Vincennes
Date d'inscription : 22/05/2012

MessageSujet: Re: Clive OWEN   Mer 26 Déc 2012 - 18:36

Merci Kusanagi Very Happy Cette affiche me donne toujours un air béat Razz
Revenir en haut Aller en bas
ludi33
Fairest of all elves


Nombre de messages : 14105
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 21/06/2012

MessageSujet: Re: Clive OWEN   Mer 26 Déc 2012 - 18:37

Kusanagi, merci beaucoup pour cette affiche, qui subitement, me donne envie d'attendre un peu plus le bus lol!
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei


Nombre de messages : 8823
Age : 39
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Clive OWEN   Mer 26 Déc 2012 - 18:47

Mais de rien les filles c'est toujours un plaisir d'offrir Clive à Noël santa lol! I love you

Et puis la citation du parfum lui va si bien.... "Masculine Charisma".... C'est tout à fait ça....
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
cat47
Master of Thornfield


Nombre de messages : 23541
Age : 59
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Clive OWEN   Sam 19 Jan 2013 - 23:22

Clive Owen parle de Shadow Dancer et de la manière dont il a pu se sentir concerné par les événements évoqués dans le film.

Arrow

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Lily of the valley
Sherlock's Blue Scarf


Nombre de messages : 5876
Age : 47
Localisation : Pile entre Honoré (de B) et George (S)...
Date d'inscription : 29/06/2012

MessageSujet: Re: Clive OWEN   Dim 10 Fév 2013 - 10:06

Je me suis RE-GA-LEE hier avec Shadow Dancer...
Non mais c'est pas humain d'avoir des yeux comme ça...
Punaise, ce film a dû me faire monter la tension à 22 !!!
La comédienne est aussi formidable !
Mais dur de s'en remettre de ce film quand on en sort !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bravigou.canalblog.com
cat47
Master of Thornfield


Nombre de messages : 23541
Age : 59
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Clive OWEN   Mer 13 Mar 2013 - 14:39

Mit pilosité faciale... et sunglasses. drunken Désolée si vous le préférez sans.lol!

Arrow

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei


Nombre de messages : 8823
Age : 39
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Clive OWEN   Mer 13 Mar 2013 - 14:42

La pilosité c'est la vie cheers drunken

Merci Cat sunny
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
toxicangel
Snails Huntress


Nombre de messages : 6219
Age : 39
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Clive OWEN   Lun 3 Juin 2013 - 20:48

De nouvelles infos sur les projets à venir de Clivounet : il devrait prochainement être à l'affiche de la première série TV du réalisateur Steven Soderbergh (Traffic, Erin Brokovich...) : Deadline
Citation :
L'histoire se déroule dans le New York de 1900, période marquée par de grands changements et progrès. Des chirurgiens et infirmières de l'hôpital Knickerbocker doivent repousser les limites de la médecine dans un monde où le taux de mortalité est à son maximum et où les antibiotiques n'existent pas.
Un peu plus de détails ici : Arrow

J'avoue que je ne sais pas trop quoi penser de ce projet. Le sujet en lui-même ne m'inspire pas forcément des masses mais avec Soderbergh et Clive Owen, je dis pourquoi pas. Maintenant, avec une diffusion sur HBO, j'imagine qu'il faut aussi s'attendre à pas mal de galipettes Razz
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
Dérinoé
Ready for a strike!


Nombre de messages : 1084
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Clive OWEN   Jeu 28 Aoû 2014 - 1:30

Je passe en coup de vent sur le topic de Clive Owen pour signaler une excellente surprise cinématographique découverte récemment et qui, je crois, a déjà été mentionnée à plusieurs reprises par les habitués des lieux: Intruders, réalisé en 2012 par l'Espagnol Juan Carlos Fresnadillo et réunissant un casting international trois étoiles avec, entre autres, Clive Owen, Carice van Houten, Pilar Lpoéz de Ayala, Kerry Fox et Daniel Brühl.

Voici deux affiches du film:





D'après ce que j'ai compris, le film est généralement vendu comme une oeuvre très typée, à mi-chemin entre le conte horrifique et le thriller. Or, bien qu'il repose en effet en équilibre parfait entre ces deux genres coutumiers des séries B et autres productions bancales comme un canard à trois pattes, le film réussit le tour de force d'échapper à tout cliché de genre pour basculer avec intelligence vers un thème universel finement traité: les terreurs de l'enfance.

L'histoire repose sur deux trames parallèles, l'une se déroulant en Espagne, l'autre en Angleterre.

Deux enfants qui ne se connaissent pas sont assaillis par des visions nocturnes où un être dépourvu de forme, "Sans-Visage" (ou "Hollow Face" dans la version originale), les attaque violemment jusque dans leurs lits. L'un est un charmant petit garçon espagnol âgé d'une dizaine d'années, Juan (Izan Corchero), vivant seul avec sa mère, une femme aimante mais très anxieuse, dans une banlieue espagnole marqué par le Catholicisme. L'autre est une petite fille vive et intelligente, Mia (Ella Purnell), menant une existence heureuse auprès de ses parents, un couple solide et uni.


Juan et sa mère, Luisa, interprétés par Izan Corchero et Pilar Lopéz de Ayala.


Mia et son père, John, interprétés par Ella Purnell et Clive Owen.

Juan et Mia, à la suite d'évènements fort différents, se font attaqués dans leurs chambres par un être terrifiant ne possédant ni forme, ni nom, ni parole et qui, échappé des profondeurs d'une prison souterraine, poursuit les enfants afin de s'emparer de leur visage. L'histoire prend une tournure tragique lorsque les parents des deux enfants commencent eux aussi à voir "Sans-Visage": ce que Luisa (Pilar Lpoéz de Ayala), la mère de Juan, et John (Clive Owen), le père de Mia, prenaient initialement pour un cauchemar d'enfant sans gravité finit par s'imposer à eux comme un être opaque et malfaisant persécutant les leurs sous le toit familial dès la nuit tombée, et ce à la barbe et au nez des autorités.

Alors que Luisa, de plus en plus désespérée, cherche de l'aide auprès d'un jeune prêtre de sa Paroisse (Daniel Brühl), plein de compassion mais désemparé face à une situation qu'il ne comprend pas, Mia entame quant à elle une thérapie dans un centre spécialisé où une psychiatre, intelligente et efficace (Kerry Fox), tente par tous les moyens d'apaiser ses angoisses. Hélas, les efforts conjugués des uns et des autres ne suffisent pas à repousser les visites, de plus en plus pressantes, du monstre "Sans-Visage".

Il est difficile d'aller plus avant dans le résumé sans révéler des éléments importants de l'intrigue: je laisse donc le suspens, réellement palpitant, aux éventuels intéressés.

Outre son excellent casting bilingue, le film brille par une ambiguité permanente, laquelle fait osciller chaque scène entre un surnaturel onirique et une interprétation rationnelle des faits. En outre - et c'est la raison qui m'a poussée à proposer ici un petit compte-rendu -, il est l'un des rares films de genre que j'ai vus dont la fin évite les écueils par trop courants du pétard mouillé ou de l'explosion atomique brouillant toutes les pistes esquissées sans en exploiter aucune. La chute - et quelle chute! - offre au spectateur un twist tout à fait étonnant que, pour ma part, je n'avais pas vu venir et, accessoirement, le délice d'une explication sensée et complète de tous les mystères accumulés durant le récit. Plaisir malheureusement trop rare, comme en conviendront certainement les amateurs du genre.

L'intelligence d'un scénario bluffant est ici renforcé par des dialogues fort convaincants, lesquels tendent à faire trop souvent défaut dans des films d'horreur prompts à exploiter le moindre ressort dramatique pour nous monter une ficelle en pelote. (Vous savez, ces films où, un groupe d'adolescents enfermés dans un manoir hanté, un soir d'ouragan tropical, décident avec beaucoup d'à propos de se séparer pour former quatre groupes de un - dont, bien évidemment, un claustrophobe sévère, un diabétique malvoyant et un fumeur de bédots en pleine crise d'hallucinations - pour explorer les coins les plus reculés du manoir et arrêter, dans sa folie meurtrière, le psychopathe qui a décimé leurs dix copains durant les trois premières minutes du film. Le psychopathe n'étant, pour sa part, ni claustrophobe, ni malvoyant mais carburant à l'eau claire dès le petit jour, on se dit que ces quatre abrutis méritent bien de se faire zigouiller la tête et c'est non sans un zeste d'empathie pour le tueur à la hache que l'on assiste à un carnage haché-menu dont on n'est pas mécontent de voir ressortir l'assassin heureux et triomphant. Ah! L'amour du travail bien fait! Je pense sincèrement que les producteurs américains devraient soustraire quelques millions au budget des effets spéciaux et engager, à l'occasion, l'un ou l'autre scénariste sobre capable de déceler qu'une stupidité trop profonde finit par retourner l'empathie du spectateur à la faveur du cruel dépeceur. Bref!)

Ici, rien de tout ça: les dialogues sont, comme je l'ai écrit, convaincants, les personnages bien ficelés, le scénario très prenant et le twist final extrêmement bien pensé. Wink
Revenir en haut Aller en bas
MissAcacia
DerbyCheshire Cat


Nombre de messages : 6282
Age : 43
Localisation : Perched on a hot sound tree
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Clive OWEN   Jeu 14 Jan 2016 - 13:49

J'ai fait un peu de spéléologie pour exhumer ce bon vieux Clive de son linceul de poussière lambtonienne. Il fait partie du projet d'adaptation cinématographique des aventures de la BD de Christin et Mézières, Valérian, agent spatio-temporel.

Ce film, qui devrait être réalisé par Luc Besson ( Suspect ... à voir. Il est fan de l'univers de Mézières qu'il avait associé au 5ème élément mais je ne suis pas fan de ce qu'il est devenu notamment dans la partie production) sortira en 2017.

Malheureusement, Clivy drunken est a little bit too "experienced" No pour prendre le rôle de notre agent spatio-temporel de choc. Un petit jeunot (Dane DeHaan) s'y collera, d'après Allociné. D'après la photo, il fait un peu juvénile mais bon, on verra bien... ou pas car on peut aussi décider le relire les BD Twisted Evil


Et sinon, comme je suis à la ramasse totale (BAU), je viens de voir que Clive avait joué dans une série américaine, The Knick, qui se passe dans les hôpitaux new-yorkais du début du XXème siècle. Démarrée en 2014, deux saisons et peut-être une troisième en préparation. Elle a d'excellentes critiques et un topic à l'auberge (ouvert par Blue) Arrow

Revenir en haut Aller en bas
toxicangel
Snails Huntress


Nombre de messages : 6219
Age : 39
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Clive OWEN   Jeu 14 Jan 2016 - 19:42

J'avoue honteusement avoir moi aussi un peu relégué ce bon vieux Clive parmi les antiquités et préféré dernièrement des spécimens plus jeunes... que moi affraid

N’empêche que l'honneur est sauf, j'ai au moins regardé la saison 1 de The Knick (que j'ai bien aimée, sans pour autant devenir accro) et je confirme qu'il y est très bien.

Une adaptation de Valerian par Luc Besson me laisse assez songeuse. D'un côté j'adore Luc Besson en interview, lorsqu'il parle de son amour du cinéma. Mais de l'autre, je ne suis pas fan de ses films et surtout pas des derniers (et ouaip, en tant que producteur, les Transporteurs, Yamakazi & co, euh, pas mon trip Rolling Eyes ).
Après, j'ai déjà vu Dan DeHaan aux cotés de Daniel Radcliffe dans Kill your darlings et il était très bien, donc pourquoi pas (même si moi aussi j'aurais vu un acteur avec tout de même quelques années de plus).
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Clive OWEN   Aujourd'hui à 9:32

Revenir en haut Aller en bas
 
Clive OWEN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 17 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
 Sujets similaires
-
» CLIVE OWEN
» [Jeu] Devine qui vient dîner ce soir!
» Réinventons le cast...
» Un réalisateur pour Highlander
» Quelles adaptations d'Austen dans votre vidéothèque?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: And what do you do when you are not reading? :: Acteurs-
Sauter vers: