Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
misshoneychurch
Poppy dream by the Arno
avatar

Nombre de messages : 5488
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)   Jeu 2 Sep 2010 - 17:15

J’ouvre un topic sur le deuxième roman d’E.M. Forster, Le plus long des voyages, publié pour la première fois en 1907.
C’était le dernier roman de l’auteur que je n’avais pas lu Sad , et je crois que c’est aussi son plus pessimiste…

L’histoire est celle de Rickie, un jeune homme infirme, faible et orphelin (ça le travaille Twisted Evil ), mais pourtant sincère (pas spécialement attachant pour autant cependant). Il étudie à Cambridge au début du livre, où il a quelques très bons camarades, et surtout Ansell, qu’il admire, et avec lequel il entretient une relation assez ambiguë.
C’est à ce moment que débarquent un frère et une sœur amis de Rickie, les Pembroke. Le frère est plus âgé, mais Agnès, la sœur, apparaît comme une jeune femme fraîche, volontaire et progressiste. Par la suite, Rickie fait la connaissance du fiancé d’Agnès, Gerald. Il est ébloui par leur relation, l’amour absolu qui les lie. Mais un accident survient, et Gerald est tué.
Le pire survient quand Agnès et Rickie, deux ans après le drame, se fiancent, pour de mauvaises raisons, et en se persuadant eux-mêmes qu’ils sont amoureux. Leur mariage sera un désastre absolu, surtout après la révélation d’un secret qu’ils ne sauront pas gérer.

Malgré un passage très obscur au milieu du livre (je n’ai absolument rien compris à ce que je lisais Laughing ), j’ai dévoré le reste de ce roman. Par bien des aspects, il ressemble beaucoup aux autres romans de Forster : il contient une critique importante de la société, avec des personnages qui nous trompent en apparaissant modernes quand ils ne sont que des imbéciles hypocrites et réactionnaires, un héros qui est faible et bourré de défauts (comme Maurice, Lucy, …)
Spoiler:
 
une présence très grande de la sexualité (et pas seulement hétérosexuelle, même si c’est beaucoup plus discret que dans Maurice, ça saute aux yeux et explique une part non négligeable du roman), des personnages issus de différents milieux sociaux…
Le plus long des voyages, c’est celui que l’on fait en compagnie d’un compagnon morne et/ou jaloux (ces mots sont de Shelley, cités au début du roman), le compagnon qui nous bouffe la vie, nous manipule et nous prend tout ce en quoi l’on croyait.
Spoiler:
 


On prend des coups énormes avec ce texte, dans lequel tous les personnages sont finalement pathétiques :
Spoiler:
 

En fin de compte,
Spoiler:
 

Bref, j’ai beaucoup ri avec ce livre lol! (plus sérieusement, il y a des passages savoureux). Je pense qu'il va me falloir une bonne semaine pour m'en remettre, mais je vous le conseille quand même Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)   Ven 3 Sep 2010 - 18:25

misshoneychurch a écrit:
C’était le dernier roman de l’auteur que je n’avais pas lu

Me too. lol! Sauf que je ne l'ai toujours pas lu et que je le garde un peu en réserve. J'ai donc lu ton avis un peu en diagonale, pour garder l'effet de surprise totalement intact (et bien sûr je n'ai ouvert aucune spoiler Very Happy ). N'empêche que je sens que je ne vais pas résister encore très longtemps, miam. Cool

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
toxicangel
Snails Huntress
avatar

Nombre de messages : 6230
Age : 40
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)   Ven 3 Sep 2010 - 20:34

Ah, tu l'as finalement lu cheers
Bon sinon, pareil que cat, je n'ai toujours pas osé l'ouvrir (au même titre que A passage to India et le recueil de nouvelles qui traînent sur ma PAL depuis des lustres... et je me dis forsterienne Embarassed ).
Contente de lire ton avis en tout cas, même si encore comme cat, j'ai fait genre je lis vite fait et j'ouvre pas les spoilers Cool Le plus long des voyages est réputé pour être le roman que Forster préférait.
Ravie d'apprendre qu'il est follement drôle et qu'il va éclairer mes journées ! lol!
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
misshoneychurch
Poppy dream by the Arno
avatar

Nombre de messages : 5488
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)   Ven 3 Sep 2010 - 22:43

Il me reste encore les nouvelles à moi aussi, hein Wink C'est juste que comme je n'aime pas trop ce genre, je les mets à part. Surtout que je n'avais pas accroché à celles que j'ai lues de Forster (fan indigne Embarassed )...
J'ai hâte d'avoir vos avis en tout cas cheers

Maintenant, je vais chercher une biographie de l'auteur, je ne sais pas s'il en existe de bonnes Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)   Dim 7 Aoû 2011 - 18:03

Je me dépêche de poster avant Clinchamps, afin d'avoir encore quelque chose à dire. lol!

Ce livre faisaient clairement partie de ceux qui m'impressionnaient, j'aurais même pu le mettre dans le topic de Serendipity si elle l'avait ouvert avant. Je savais que c'était le moins populaire de l'auteur. Ce que je ne savais pas, c'est que c'était son préféré. Et ce paradoxe m'a finalement fait beaucoup réfléchir et apprécier assez différemment cette lecture après coup.

Une lecture qui n'a pas été évidente, car jamais je n'ai été transportée comme j'ai pu l'être dans A Room with a View, Maurice ou encore A Passage to India. Non, cela m'a plutôt rappelé mes difficultés avec Howards End, un roman qui lui aussi est plus difficile à apprivoiser. Mais si j'ai été intriguée, agacée, interpelée tout au long de cette lecture, je ne me suis jamais ennuyée, et j'en suis donc ressortie avec la forte envie de lire la préface de l'auteur (très spoiler, à ne lire qu'après coup, c'est clair) et aussi la longue postface (52 pages) d'Elizabeth Heine de mon édition Penhuin Classics. Postface qui replace admirablement le roman dans l'oeuvre de Forster et dans le contexte de sa vie (et accessoirement m'a donné envie de relire le livre Very Happy ).

Car le livre est clairement autobiographique (autant que Maurice, même si la claudication à remplacé l'homosexualité) et à ce titre, prend une substance qui le place dans le haut du panier. Et puis on y parle d'amour et on y parle de différence, difficile de faire plus intéressant comme sujet! Avec l'écueil supplémentaire de personnages vrais et malheureusement peu sympathique dans leur vérité. Mais quel voyage, quelle profondeur dans l'analyse des sentiments, quelle virtuosité dans le traitement. A tel point que j'ai parfois été interloquées : certaines ruptures dans le cours de l'action (le chapitre 10, par exemple) m'ont parfois donné l'impression de commencer une autre histoire, alors que l'auteur mettait patiemment en place un puzzle qui prend tout son sens plus tard (et c'est pour cela qu'il est très important de ne pas se spoiler avec la préface de Foster). Very Happy

Toute l'Angleterre est contenue dans ce livre : ses classes et ses pressions sociales, ses paysages, sa culture, ses contradictions et ses répressions. On comprend très bien en le lisant pourquoi l'écrivain a situé le cadre ses livres plus légers en Italie (même si aucun de ses livres n'est vraiment léger). Laughing Chaque personnage a son importance, et tous sont ciselés à la perfection, un vrai travail d'orfèvre. Conclusion : incontournable pour les amateurs de l'auteur (mais non je ne mets pas la pression, Toxic lol! ) et sans aucun doute une belle découverte pour les aventureux à la recherche de sensations fortes (n'est-ce pas Clinchamps). Cool

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
misshoneychurch
Poppy dream by the Arno
avatar

Nombre de messages : 5488
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)   Dim 7 Aoû 2011 - 21:37

Ah, ça tombe bien, j'allais te râler dessus Cat. Wink lol!

Ton avis me fait rougir, tu parles beaucoup mieux du livre que moi. Embarassed Mais je suis heureuse de voir qu'il t'a bousculée. Tu as raison, ça n'est vraiment pas une lecture agréable, mais elle est indispensable pour qui aime l'auteur. Twisted Evil

Bon, Clinchamps, tu viens nous en parler aussi ? lol!
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)   Dim 7 Aoû 2011 - 22:34

misshoneychurch a écrit:
Ton avis me fait rougir, tu parles beaucoup mieux du livre que moi. Embarassed
Tu en veux à mes chevilles? Embarassed lol!

Alors puisqu'on en est aux assauts de compliments, j'y vais tout de go. Razz Etant donné ce que tu avais écris sur le livre, j'étais sûre que tu comprendrais qu'on ne pouvais pas poster à la légère après cette lecture et que tu aurais de la compréhension pour le délai de réflexion que je me suis accordé.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa


Dernière édition par cat47 le Dim 7 Aoû 2011 - 23:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
misshoneychurch
Poppy dream by the Arno
avatar

Nombre de messages : 5488
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)   Dim 7 Aoû 2011 - 23:38

C'est sûr que c'est une lecture qui mérite réflexion, mais la patience et moi, ça fait trente-six.
Revenir en haut Aller en bas
clinchamps
Oshaberi Sensei
avatar

Nombre de messages : 49522
Age : 74
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)   Jeu 18 Aoû 2011 - 13:25

Quand j'ai reçu mon Omnibus de Forster, je l'ai ouvert à la première page et commencé par le premier roman "le plus long des voyages" sans me poser de question. Le bouquin presque fini, je me rends compte que j'ai débuté par le plus difficile. Je rejoins MissHo il y a des passages où je n'ai pas tout compris, mais je n'ai jamais rien sauté parce que toujours je tombais sur une phrase lumineuse et profonde qui me faisait adhérer encore plus au roman. C'est une histoire très triste, très amère que ce long voyage d'un être qui se perd peu à peu et
Spoiler:
 
Forster nous ouvre un théâtre sur des personnages grouillants de vie et de d'une humanité crue : médiocrité, arrivisme, bonne conscience et sottise allant jusqu'à la cruauté, ils sont là, on les voit et on les déteste tout en les reconnaissant car nous les avons tous plus ou moins rencontrés. Quelle plume !! Incisive, et claire (ce sont les idées qui ne m'ont pas paru toujours évidentes, et pas la façon dont elles sont développées).
Il est étrange de penser que Forster a interrompu l'écriture de "avec vue sur l'Arno" pour écrire "le plus long des voyages". Le premier m'a paru beaucoup plus facile, même si la satire y est plus corrosive, et la fin est nettement optimiste, bien que le couple soit banni de la famille, on pense que c'est une chance pour eux, et ne sont-ils pas à nouveau à Florence ??? Mais penser qu'il a fallu en quelque sorte cette bouffée d'air frais à Forster pour continuer ce si long voyage qu'il a imposé à Rickie m'a laissée pensive.
J'ai été frappée par une sorte de contradiction dans l'écriture de Forster : il parle souvent de la "beauté" de Stephen et pourtant ce qui transparaît de lui ne nous semble pas beau, en tous cas au sens où nous l'entendons instinctivement, ce qui nous amène à essayer de sortir de nos stéréotypes habituels sur la beauté, la bonté. De même pour Ansel, qui est l'ami de Rickie mais préfère ne plus le voir plutôt que d'essayer de le sauver, jusqu'à la rencontre avec Stephen. Mais, si nous aurions aimé que Ansel prenne parti, c'est encore une fois parce que cela entre dans le cadre romanesque de ce que l'on attend de l'ami, mais en réalité, si nous nous imaginons à la place d'Ansel, ne ferions nous pas pareil ? Aller se mettre au milieu d'un couple pour intervenir, dans la réalité, personne ne prend ce risque. C'est ce qui m'a frappé dans ce roman, la profonde connaissance de l'âme humaine par l'auteur, un savoir presque intuitif, et sa façon de cerner sans les décrire les personnages, qui pourtant sont, encore une fois grouillants de vie (c'est ce mot qui s'impose à moi)et qui surprend à tout moment.
Je dois dire aussi que si je n'avais pas su que Forster était homosexuel, je n'aurais pas vu cela dans ce livre, mais j'avoue que c'est une chose que je ne "vois" jamais !!! Mais le sachant, il est devenu évident que le personnage de Stephen correspond en lui à quelqu'un de spécial et de particulier, et certainement quelqu'un qui a compté pour lui.
Bon, j'ai fait un post énorme je m'en excuse !! Mais il y a un moment que j'y pense et voilà le résultat, j'espère n'avoir pas été trop confuse !!
Revenir en haut Aller en bas
misshoneychurch
Poppy dream by the Arno
avatar

Nombre de messages : 5488
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)   Sam 20 Aoû 2011 - 11:21

Merci pour ce post Clinchamps. cheers

C'est vrai qu'il serait intéressant de connaître les conditions d'écriture de ce roman, entremêlée avec celle d'A Room with a view. Twisted Evilil faut vraiment que je lise une bio de Forster.

Citation :
Aller se mettre au milieu d'un couple pour intervenir, dans la réalité, personne ne prend ce risque.

Ça arrive, mais le résultat obtenu est rarement celui escompté, donc tu as raison, Ansell n'y peut pas grand chose. Wink

Tu n'as pas commencé par le plus facile, c'est clair, mais je suis ravie de voir que ça ne t'a pas rebutée, au contraire. On a droit à ton avis sur les autres bientôt ? bounce
Revenir en haut Aller en bas
clinchamps
Oshaberi Sensei
avatar

Nombre de messages : 49522
Age : 74
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)   Sam 20 Aoû 2011 - 12:12

Ah oui ! j'ai fini "a room with a vue", "Howards end" et j'en suis au milieu de "passage to India", interrompue pour cause de lecture de groupe ! lol! Mais ça viendra, il faut que ça mature !! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Dulcie
Ville du Nord...
avatar

Nombre de messages : 753
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Re: The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)   Lun 9 Avr 2012 - 18:42

Je ne vois pas beaucoup à ajouter après vos brillants commentaires Smile , donc je dirai simplement que c'est un roman qui m'a beaucoup intéressée.

J'ai aimé suivre la vie difficile de Rickie, ses questionnements et ses états d'âme. L'intrigue qui tourne autour du secret familial est bien menée. Il y a une brutalité sèche très étonnante et percutante pour traiter de la mort, Forster n'y va pas par quatre chemins pour supprimer un personnage !

C'est un roman triste, étouffant, où les personnages n'ont aucune liberté de choix, ou alors ils se font exclure de la société, sont dédaignés. Il y a beaucoup de dissimulation ou d'arrangement avec la vérité. C'est très cru pour les personnages, souvent des menteurs qui n'en sortent pas grandis. L'honnêteté est une valeur difficile à tenir parmi les gens civilisés.

Il laisse pourtant une impression relativement apaisée (grâce à la fin surtout).

Un roman très riche, où il y aurait beaucoup à dire, mais en l'occurence j'ai l'impression d'avoir la tête complètement vide, alors je m'arrête là. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Longest Journey/Le plus long des voyages (1907)
» Voyages et découvertes...
» Hayley Long - Lottie Biggs n'est presque pas cinglée
» Le top 5 des mangas les plus long que vous ayez lu !
» Les voyages de Jhen à Villers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Auteurs anglo-saxons divers (XXème et XXIème siècles) :: E.M. Forster-
Sauter vers: