Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Sur la route de Madison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Clelie
Irene Adler's Secret


Nombre de messages : 6427
Age : 34
Localisation : 221b Baker Street NW1
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Sur la route de Madison   Ven 29 Sep 2006 - 15:49

Après avoir discuté de ce film dans un autre sujet avec Nephtis et Nelly, je me permets de l'ouvrir de manière officielle et indépendante dans ce topic Cinéma.

Tout d'abord, un petit résumé :

Christopher et Caroline Johnson reviennent dans la ferme de leur enfance afin de régler les obsèques de leur mère, Francesca. C'est en se replongeant dans ses effets personnels, que sa fille va découvrir son journal intime. Elle va apprendre au fil des pages la rencontre de sa mère avec Robert Kincaid, un photographe de passage, et toute la passion et tout l'amour qu'ils ont éprouvé l'un pour l'autre durant quelques jours, et qui ont boulversé le reste de leur vie.

Le film de Clint Eastwood, présent également au casting, en compagnie de la sublime Meryl Streep, est certainement l'un des films les plus romantiques et les plus émouvants que j'aie jamais vu. Je crois que je le regarde chaque fois en pleurant... Les images sont magnifiques, les sentiments sont traités tout en délicatesse et en subtilité, et le coeur me serre rien que de penser à l'histoire toute simple de ces deux êtres faits l'un pour l'autre mais qui se recontrent trop tard...

Quelques photos :



Si vous êtes fan de cher Clint, un très beau site sur : http://www.clinteastwood.net/

Vos avis les filles, vos avis !


Dernière édition par le Ven 29 Sep 2006 - 15:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://litteranet.blogspot.com
séli
Countryside Lady


Nombre de messages : 2237
Age : 60
Localisation : Au pied de la Chaîne de l'Etoile...
Date d'inscription : 19/07/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Ven 29 Sep 2006 - 15:55

J'ai beaucoup aimé ce film très émouvant, mais à chaque fois, la fin m'énerve : quand l'amour passe et qu'il a les traits de Clint Eastwood, on ne le laisse pas partir!
Revenir en haut Aller en bas
Clelie
Irene Adler's Secret


Nombre de messages : 6427
Age : 34
Localisation : 221b Baker Street NW1
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Ven 29 Sep 2006 - 15:58

Bien dit, Séli ! Je suis tout à fait de cet avis ! On ne laisse pas partir Clint Eastwood comme ça ! lol!

Je crois que le film n'aurait pas pu se terminer autrement d'un côté... Tout le romantisme reste, mais c'est vrai que c'est terriblement triste...

J'ai oublié de dire dans le message précédent qu'il s'agit aussi d'un roman de Robert Waller.
Revenir en haut Aller en bas
http://litteranet.blogspot.com
nephtis
Ethereal Wings on the Nile


Nombre de messages : 8204
Age : 52
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Ven 29 Sep 2006 - 17:42

Ce film est un déchirement, une réussite totale.

A la première vision, j'ai été estomaqué par l'analyse si fine de cette histoire d'amour. CE a fait preuve d'une sensibilité toute féminine pour raconter ce trouble des sentiments et des sens, cette passion qui naît entre eux, cette conscience aigue que cette passion ne peut être dans la réalité de tous les jours. Mon Dieu, qu'il est terrible ce renoncement à l'amour fou pour cette vie rangée, raisonnable,elle renonce surtout pour épargner enfants et mari, pour leur épargner le chagrin, la honte.
Le sacrifice est il le propre de la femme ?

J'adore l'éclat de rire de MS quand elle lui avoue sa blague sur les fleurs "empoissonnées", c'est naturel, et tout simplement beau.
Et la dernière scene me dechire le coeur, ce chagrin qu'elle cache, le desespoir qu'il ya en elle, elle se bat ( c'est physique) contre ce vide que Robert va laisser. Cela m'a toujours fait penser à la chanson de JBrel "Orly", chanson sur les adieux, le vide laissé par l'autre.

Au fait, j'ai lu le roman, et bizarrement l'impact a été moins fort, je pense que tout simplement CE a été genial en metteur en scene et acteur, et Que MS est plus que parfaite.

Je pense à autre chose dans le "sacrifice de la femme ", la scene de ET dans Love Actually, quand aprés avoir ouvert son cadeau, dans sa chambre elle éclate en sanglot, anéantie par ce qu'elle vient de comprendre et qu'ensuite pour ne perturber personne elle revient faire "bonne figure" . Alors je repose ma question le sacrifice : le propre de la femme?
Revenir en haut Aller en bas
séli
Countryside Lady


Nombre de messages : 2237
Age : 60
Localisation : Au pied de la Chaîne de l'Etoile...
Date d'inscription : 19/07/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Ven 29 Sep 2006 - 17:54

Je crois que c'est surtout une question d'éducation, voire même de conditionnement au cours des siècles. Il était clair que la femme devait se "sacrifier" sur l'autel de l'amour, la piété filiale et autres préchi-précha. Je n'ai pas vocation au sacrifice et encore moins à la sainteté alors je dirais que je ne me sacrifierais que pour une seule personne (et là sans l'ombre d'un regret) , ma fille, "the apple of my eyes" . Sinon, nada, niet, c'est moi d'abord selon ce bon vieux principe : "Charité bien ordonnée commence par soi-même"
Revenir en haut Aller en bas
nephtis
Ethereal Wings on the Nile


Nombre de messages : 8204
Age : 52
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Ven 29 Sep 2006 - 18:05

Justement, le sacrifice est le propre de la femme ! elle se sacrifiera toujours pour ses enfants.
Les 2 exemples cités plus haut concernent des femmes qui renoncent pour épargner essentiellement leurs enfants.

Je suis comme toi, le sacrifice, le renoncement uniquement pour mon fils !
Femme moderne mais préhistorique concernant les valeurs maternels .....mais j'assume !
Revenir en haut Aller en bas
Clelie
Irene Adler's Secret


Nombre de messages : 6427
Age : 34
Localisation : 221b Baker Street NW1
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Ven 29 Sep 2006 - 18:20

Le sacrifice, le propre de la femme ? Je dis : entièrement d'accord... Même sans enfant, c'est d'elle qu'on attend le sacrifice de soi. Je suis entièrement révoltée par ces idées toutes faites. Mais, je m'étendrai un peu plus sur le sujet lundi, car les portes de la boîte vont fermer... je n'ai pas envie de rester là tout le weekend !...
Revenir en haut Aller en bas
http://litteranet.blogspot.com
nephtis
Ethereal Wings on the Nile


Nombre de messages : 8204
Age : 52
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Ven 29 Sep 2006 - 18:35

Pour faire plus léger quand je pense à ce ténébreux cavalier solitaire et peu causant qu'était Clint ( voir mes délires sur Ces hommes qui nous font rêver.....), avec l'âge il est toujours aussi craquant ! Qu'est ce que j'aime son sourire !
J'avais prévenu, c'est nettement plus léger .... Wink Désolée !!!
Revenir en haut Aller en bas
Bexounet
The Admin's Worshipper


Nombre de messages : 1940
Age : 41
Localisation : Lyon, derrière un bouquin... ou un clavier
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Ven 29 Sep 2006 - 19:06

Eh bien, mesdames, il ne fait pas bon être un homme dans ce topic; et même que je vais intervenir malgré tout en essayant de pas être trop polémique.

J'ai adoré ce film que j'ai en DVD. Moi j'aurais plutôt tendance à dire que quand l'amour porte le visage de Meryl Streep, je ne vois pas comment on peut avoir la force de partir... Mais c'est une question de point de vue je pense !

Mais... je ne souscris pas à ce que dit Nephtis et Clelie :

nephtis a écrit:
CE a fait preuve d'une sensibilité toute féminine pour raconter ce trouble des sentiments et des sens, cette passion qui naît entre eux, cette conscience aigue que cette passion ne peut être dans la réalité de tous les jours.

nephtis a écrit:
Justement, le sacrifice est le propre de la femme ! elle se sacrifiera toujours pour ses enfants. ?

Clelie a écrit:
Le sacrifice, le propre de la femme ? Je dis : entièrement d'accord... Même sans enfant, c'est d'elle qu'on attend le sacrifice de soi.


En vous lisant mesdames, je serais presque tenter par pure provocation de plaider pour le retour de la femme à la maison...

Soyons moderne que diable !
On ne peut pas demander aux hommes l'égalité entre hommes et femmes, demander à ces messieurs qu'ils deviennent de la génération des nouveaux pères et considérer que le sacrifice envers les enfants est l'apanage des seules femmes !

Je trouve ces propos parfaitement sexistes et machistes affraid ! Mais bon... J'ai le point de vue d'un homme... On ne se refait pas. Very Happy Je concède volontier qu'il y a encore pas mal de chemin à faire, mais depuis le temps de nos arrières-grands-pères, il y a des progrès qui ont été fait et qui à mon avis réclament plus d'égard que les propos qui ont été tenu ici.

Les hommes de notre génération, eux aussi se sacrifient pour leurs enfants !
Je suis tout prêt à débattre de la question... (En bon fils d'une femme fermement féministe, j'adore débattre de ses questions...)

M'enfin... j'm'emporte, on dirait... Pour l'absence de polémique, je crois que c'est raté...
Promis... je recommencerais plus...

Bexounet


Dernière édition par le Sam 30 Sep 2006 - 23:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
séli
Countryside Lady


Nombre de messages : 2237
Age : 60
Localisation : Au pied de la Chaîne de l'Etoile...
Date d'inscription : 19/07/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Ven 29 Sep 2006 - 19:30

nephtis a écrit:
Justement, le sacrifice est le propre de la femme ! elle se sacrifiera toujours pour ses enfants.
Les 2 exemples cités plus haut concernent des femmes qui renoncent pour épargner essentiellement leurs enfants.

Je suis comme toi, le sacrifice, le renoncement uniquement pour mon fils !
Femme moderne mais préhistorique concernant les valeurs maternels .....mais j'assume !

Tu as tout à fait raison Nephtis, dans ce cas-là, c'est notre cerveau reptilien qui prend le dessus avec sa fonction :" Houga, Bouga, protéger petit!"
Revenir en haut Aller en bas
Nelly8
Crimson Rose of Hamley


Nombre de messages : 2245
Age : 70
Localisation : Savoie
Date d'inscription : 17/02/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Ven 29 Sep 2006 - 21:58

quel magnifique film et quelle force dans les sentiments et la passion.

mais je crois que ce film ne serait pas ce qu'il est s'il y avait eu une fin différente, je crois que l'histoire même est basée sur la fin. Lorsque je vois un film comme celui-ci, à la fin, je me fais encore tout un cinéma dans ma tête. J'imagine des suites ou des fins que me conviennent et après tout, comment peut on être sûre que l'on peut tout envoyer promener, après une rencontre qui va vous marquer pour la vie, mais qui n'aura duré que 3 jours scratch j'avoue que je serais effrayée.

Je me dis que ces histoires si intenses, ne peuvent laisser que des souvenirs merveilleux, qui sait si leur passion aurait résisté au temps Question
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield


Nombre de messages : 23541
Age : 59
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Dim 1 Oct 2006 - 16:49

Tout comme vous j'ai beaucoup aimé ce film et je ne reviendrai pas trop sur ce vous en avez dit puisque je partage vos impressions.

Je voudrais plutôt répondre aux propos d'un homme courageux, qui n'a pas hésité à descendre dans la fosse aux lionnes :
Bexounet a écrit:
Soyons moderne que diable !
On ne peut pas demander aux hommes l'égalité entre hommes et femmes, demander à ces messieurs qu'ils deviennent de la génération des nouveaux pères et considérer que le sacrifice envers les enfants est l'apanage des seules femmes !

Je trouve ces propos parfaitement sexistes et machistes affraid ! Mais bon... J'ai le point de vue d'un homme... On ne se refait pas. Very Happy Je concède volontier qu'il y a encore pas mal de chemin à faire, mais depuis le temps de nos arrières-grands-pères, il y a des progrès qui ont été fait et qui à mon avis réclament plus d'égard que les propos qui ont été tenu ici.

Les hommes de notre génération, eux aussi se sacrifient pour leurs enfants !
Je suis tout prêt à débattre de la question... (En bon fils d'une femme fermement féministe, j'adore débattre de ses questions...)
Bexounet, je suis ravie que les commentaires de clélie et de nepthis t'aient interpellé et que tu n'ais pas hésité à jeter ce pavé dans la mare. C'était une vraie prise de risques dans ce forum essentiellement féminin!
Very Happy

Mais je dois pourtant bien avouer que je partage les sentiments de clélie et de nephtis. Je pense que la sensibilité et le sens du sacrifice sont des traits plus spécifiquement féminins. Entendons-nous bien : je n'affirme pas que que les hommes ne sont jamais sensibles ou qu'ils sont incapables de se sacrifier pour leurs enfants, ni que toutes les femmes font preuves de ces qualités. Mais je pense tout de même ques ces traits de caractères se retrouvent plus souvent chez les femmes que chez les hommes.

Et je ne suis pas du tout convaincue que cette affirmation relève du sexisme. Selon moi, le sexisme consiste à vouloir prouver que l'un des sexes est supérieur à l'autre, pas qu'ils sont différents. Le féminisme ne représente pas pour moi un combat pour que les femmes soient reconnues semblables aux hommes mais pour qu'elles aient les même chances à qualités égales, ce qui n'est pas du tout la même chose. Autrement dit, les femmes et les hommes peuvent s'enrichir par leur complémentarité et la société peut s'améliorer en reconnaissant que les valeurs parfois différentes défendues par les femmes sont aussi importantes que les valeurs véhiculées par une société patriarcale.

Tu parlais des progrès effectués : le droit de vote, la reconnaissance dans le monde du travail, le partage des tâches, etc, c'est plutôt une question de justice sociale que de féminisme à mes yeux, même si c'est gâce aux "féministes" que nous les avons obtenus. Wink

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
toxicangel
Snails Huntress


Nombre de messages : 6219
Age : 39
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Dim 1 Oct 2006 - 18:17

Alors c’est ici que le débat est lancé. Bien, OK, préparons nos arguments.
Evidemment, vous vous doutez bien que si je ramène ma fraise par ici, c’est parce que je ne suis pas tout à fait d’accord avec ce qui a été dit (ben oui, de toute façon quand je suis d’accord, on me demande toujours si je suis pas malade Rolling Eyes ).

Tout d’abord, sur le film Sur la route de Madison, je l’ai vu il y a quelques années à la télévision et en fait, je n’ai pas aimé plus que ça. Très beau duo d’acteurs, certes, Meryl Streep radieuse, OK mais film génial… mouais, y a mieux quand même, non ?
Oh oui vous pouvez bien me
Mais ce mélo ultra classique ne m’a pas émue plus que cela. Sans cœur je suis ? Faut pas exagérer Maître Ioda mais dans le rayon mélo tire larmes, celui là n’a pas atteint l’échelle Paquet de Kleenex comme a pu le faire dernièrement, au hasard, N’oublie jamais de Nick Cassavetes.
Bon déjà, ça y est, les armes sont sorties.

Ensuite, le sacrifice propre du féminin ?
Certes, par réflexe, je serais tentée de dire oui. Car après tout, les statistiques le prouvent : le taux de suicide est moins important chez les femmes car elles ne veulent pas abandonner leur enfant et inutile de vous rappeler qui laisse sa part de gâteau le dimanche pour que les enfants aient leur part de rab : c’est maman, c’est pas papa. OK ?
Mais tout dépend de ce qu’on entend également par sacrifice car n’oublions pas non plus qu’en cas de naufrage, qui c’est qui reste sur le bateau qui coule pendant que Madame prend ses mouflets sous le bras dans le canot de sauvetage : c’est papa, c’est pas maman. OK ?

Bien. J’en arrive maintenant à cette interrogation qui me trotte dans la tête depuis que j’ai posé sur les yeux sur ce topic (attention, je rentre dans le philosophique, tout le monde s’accroche aux branches) : ce sens du sacrifice féminin est-il véritablement inné (je cite Séli : « ouga bouga protéger petit ») ou ne nous est-il pas imposé depuis des générations comme étant le propre de la femme et surtout de la mère ?
Oui cette image de la mère aimante et charitable, véhiculée depuis plus de 2000 ans par notamment cette chère Marie et ses innombrables représentations (rien que celles de la National Gallery, j’en ai fait une indigestion Rolling Eyes ).
Car avouons le mesdames, malgré nos beaux discours sur le féminisme, notre jugement est sans appel envers celles d’entre nous qui feraient passer leurs intérêts personnels avant ceux de leur enfant Evil or Very Mad . Si je reprends l’exemple de Meryl Streep, peut être n’est-ce pas tant la perte de ses enfants qui l’attriste, mais les commentaires que les gens et en premier lieu ceux des femmes, que ses enfants auraient été obligés de supporter : comment, ils ont été abandonnés par leur mère, quelle honte !
La mère a encore aujourd’hui cette image de déesse de l’amour et du renoncement et trahir cette image c’est s’exposer aux foudres du monde. On commence seulement à aborder aujourd’hui le fait que l’instinct maternel n’est pas forcément quelque chose de systématique ou que les femmes qui ne souhaitent pas avoir d’enfants ou n’ont pas une vénération de la couche culotte ne sont pas des monstres.
Et là oui bien sûr je n’ai pas d’enfant donc je ne sais forcément pas de quoi je parle (je croirais entendre mes collègues féminines quand elles s'extasient à la cantine sur les exploits du petit dernier qui fait désormais caca au pot et que je prends naturellement mon air d'ennui profond).

Alors après je ne dis pas qu’une femme est une affreuse calculatrice qui pense à sa renommée avant le bien être de ses enfants, mais avouez quand même que nous avons des millénaires de conditionnement derrière nous…
Qu’est-ce que vous en dites ?
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
Bexounet
The Admin's Worshipper


Nombre de messages : 1940
Age : 41
Localisation : Lyon, derrière un bouquin... ou un clavier
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Dim 1 Oct 2006 - 21:33

Bon, pour répondre à Cat, pour l'accusation de sexisme, je me suis peut-être un petit peu emporté. Néanmoins, je ne suis pas complètement sûr de vouloir me rétracter. J'avoue que le "Houga, Bouga, protéger petit!" ne m'encourage pas des masses...

Cependant, mon propos n'est pas une affirmation qu'un homme c'est comme une femme. Non, nous sommes effectivement différent, d'autant plus que nous sommes conditionné pour l'être par une société qui a su y trouver un certain équilibre dynamique.

Par contre, je suis persuadé que l'instinct maternel n'est que l'aboutissement d'un conditionnement ou plus probablement une vaste supercherie. Je me souviens toujours des cris scandalisés à la suite d'un livre de Brigitte Bardot (qui n'est pas vraiment une femme que je porte dans mon coeur) où elle expliquait que son rôle de Mère, elle l'avait subit, et que non, elle n'avait pas appréciée l'expérience. Dans ce bouquin, elle tenait d'autre propos absolument scandaleux sur d'autres sujets que je n'aborderais pas. Et dans ce bouquin, qu'a-t-on retenu ? Bardot la mère indigne, rien d'autre.

Non, en fait, ce qui m'a fait sortir de mes gonds (et pourtant, je vous assure que j'ai pris un petit peu de temps pour essayer de faire un post qui reste un peu diplomate) c'est l'absence de place faite aux hommes quant aux qualités de sensibilité et de sacrifice, notamment envers les enfants. J'avoue, en toute franchise, sur le coup, avoir trouvé ça un peu insultant. Très certainement ces propos n'étaient pas tournés dans ce sens, j'en ai aucun doute. Par contre, je pense que ces phrases relèvent du léger dérapage "verbal" commun dans des assemblées massivement féminines. (Oui, il n'y a pas de raisons que cela ne cause pas, là aussi, quelques débordements dans la mesure où quand c'est une assemblée massivement masculine on a tendance à retrouver un paquet de gros bourrin...). En effet, je maintiens que ces phrases sous-entendaient que la sensibilité est féminine et pas masculine (une femme qui me bat au bras de fer est-elle forcement masculine ?) et que le sacrifice envers les enfants n'est pas masculin. Je ne peux que combattre violement cette dernière idée, même quand elle s'échappe au détour d'une phrase malheureuse. Le sacrifice des hommes pour leurs épouses et leurs enfants est d'un autre nature. Lui aussi, il est l'aboutissement d'un conditionnement très long. Que les sacrifices concédés par les uns et les autres ne soient pas perçu à leur juste valeur par les uns et les autres n'implique pas que ces sacrifice n'existent pas. Croyez-vous que l'homme qui se fait engueler par sa chère et tendre parce qu'il n'est pas là pour le diner du petit dernier car il doit rester au bureau n'a pas le coeur briser ? Franchement ? Vous croyez vraiment que c'est pour les beaux yeux de son barbu de chef qu'il fait ça ? Non, c'est pour les 2 amours de sa vie : son épouse et son gamin. Sauf que son epouse ne le comprendra jamais à sa vrai mesure. Et pourtant, pour l'observer autour de moi au quotidien, je vous assure que je suis dans le vrai.

Alors quelques soient les reproches que la partie masculine de l'humanité puisse encourir... Par pitiée. Ne nous donnez pas de leçon de sacrifice, c'est vraiment déchirant à entendre.

Voila... c'est encore arrivé... je me suis encore emporté.... Désolé... J'arrête donc pour aujourd'hui...

Bexounet
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield


Nombre de messages : 23541
Age : 59
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Dim 1 Oct 2006 - 22:29

Ah, j'étais sûre que nous trouverions facilement un terrain d'entente. Tu ne t'es pas laissé emporté, Bexounet, tu as fait preuve de beaucoup de sensibilité, c'est tout! Wink

Le problème vient certainement des généralisations. Et je suis sûre que lorsque Clélie et nephtis ont démontré un peu de lyrisme sur ce point, elles ne laissaient pas entendre que les hommes n'étaient jamais capables de se sacrifier pour leur famille.

Toxic, Bexounet, je suis d'accord avec vous, il y a une part de conditionnement dans nos attitudes. Je ne suis pas non plus une adepte de la notion d'instinct maternel. Je pense que l'instinct parental existe avec plus ou moins de vigueur chez chaque individu, et qu'ensuite les circonstances font le reste. L'instinct parental est nécessaire pour la survie de l'espèce, désolée d'être aussi terre-à-terre. Mais il ne doit en aucun cas être assimilé à un devoir de reproduire certains schémas imposés, car dans ce cas on assiste à une perversion qui va finalement produire l'effet inverse.

Je dirais tout de même que si à la base, la femme s'est laissé imposer ce conditionnement, c'est que son attitude par rapport à sa progéniture était plus protectrice, ceci étant peut-être dû au fait que pendant les premiers mois de la vie (dans un cadre naturel, avant l'avènement des sociétés évoluées), sa présence auprès de l'enfant était nécessaire pour des raisons de survie puisque c'est elle la nourricière. Mais je concéderai volontiers que les dérives de séparation artificielle des rôles auxquelles nous sommes arrivés à un certain moment n'étaient pas le reflet fidèle de ce qu'à voulu Dame Nature!

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
séli
Countryside Lady


Nombre de messages : 2237
Age : 60
Localisation : Au pied de la Chaîne de l'Etoile...
Date d'inscription : 19/07/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Lun 2 Oct 2006 - 9:45

Bexounet, tu es un homme et donc nos points de vue sont forcément différents mais...
... je suis sûre que l'instinct maternel, malgré tous les efforts déployés dernièrement pour nous prouver le contraire, a été, est et sera toujours. Il n'y a qu'à voir les animaux : ce sont toujours les femelles (et là on ne peut pas parler d'acquis ou de conditionnement) qui s'occupent, soignent et protègent leurs petits. Et l'espèce humaine, qui fait elle aussi partie du grand règne animal, ne déroge pas à la règle. OUI, les femmes sont naturellement plus portées à se dévouer, voire même à se sacrifier pour leurs enfants et ce n'est pas avec des arguments tels que le pauvre homme débordé au travail (parce que sa femme, elle, bien entendu, elle ne fait rien. C'est vacances toute l'année) que l'on me convaincra du contraire. Tu ne me tireras pas une larme à l'évocation du pauvre mâle qui se "sacrifie" poour sa femme et ses enfants en restant au bureau jusqu'à plus d'heures... La femme, elle, pour permettre à son homme de briller au bureau, aura "séché" une réunion qui lui aurait pourtant permis de faire avancer sa carrière et, sereine et l'esprit reposé (elle est toujours en vacances, j'vous dis) elle n'aura plus qu'à : faire les courses en courant, récupérer les enfants, faire à diner en surveillant les devoirs, faire diner tout son petit monde, baigner, raconter des histoires, bisouter et remplir le dernier verre d'eau. Puis, toujours libre et reposée, elle n'aura plus qu'à ranger un peu le bazar du matin, faire la vaisselle, tenir au chaud le repas du héro qui, fatigué mais heureux d'avoir pu se sacrifier pour tout son petit monde, s'écroulera dans un fauteuil en éparpillant joyeusement autour de lui ses attributs de guerrier moderne (chaussures, veste, cravate, attaché-case) et pourra s'exclamer : tu ne peux pas savoir comme je suis crevé! l Non, c'est sûr, cette heureuse, libre et reposée jeune femme ne le saura jamais, chanceuse comme elle est...
Revenir en haut Aller en bas
Clelie
Irene Adler's Secret


Nombre de messages : 6427
Age : 34
Localisation : 221b Baker Street NW1
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Lun 2 Oct 2006 - 10:26

Ohlala, je crois qu'on a soulevé une sacrée polémique avec Nepthis !!! Et j'ai manqué ça !

Enfin, je voulais quand même approuver ce que Cat dit plus haut. Il ne faut jamais faire de généralités. Les hommes sont capable de sacrifices immenses pour leur famille, ils peuvent faire des choses incroyables pour assurer à leur petit monde le confort et le bonheur. Je sais de quoi je parle, puisque c'est ce que j'ai vécu toute mon enfance. Mais voilà, d'autres n'ont absolument pas le sens du sacrifice, et vous ne m'en ferez pas démordre. Ne me dites pas que vous n'avez jamais eu d'exemples sous les yeux... (si, si, cherchez bien !)

Ce que Séli évoque, c'est un quotidien comme on en vit partout, et c'est tellement vrai !

Citation :
s'écroulera dans un fauteuil en éparpillant joyeusement autour de lui ses attributs de guerrier moderne (chaussures, veste, cravate, attaché-case) et pourra s'exclamer : tu ne peux pas savoir comme je suis crevé! l

lol! Ca m'a bien fait rire...

Sans rancune, Bexounet ! Tu es un homme et nos points de vue seront différents. Il faudrait simplement que les hommes se mettent à notre place pendant deux secondes, ça ferait déjà avancer le schmilblik...
lol!
Revenir en haut Aller en bas
http://litteranet.blogspot.com
Bexounet
The Admin's Worshipper


Nombre de messages : 1940
Age : 41
Localisation : Lyon, derrière un bouquin... ou un clavier
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Lun 2 Oct 2006 - 11:34

Clelie a écrit:
Il faudrait simplement que les hommes se mettent à notre place pendant deux secondes, ça ferait déjà avancer le schmilblik...
lol!

tout ce que je viens de lire me fait dire que l'inverse est plus vrai. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Clelie
Irene Adler's Secret


Nombre de messages : 6427
Age : 34
Localisation : 221b Baker Street NW1
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Lun 2 Oct 2006 - 11:43

Cher Bexounet, nous pourrons en discuter pendant 1000 ans, je crois que le problème restera entier... Les hommes et les femmes ne sont pas pareils, c'est absolument indéniables. Il est inutile de dire aux hommes de se mettre à la place des femmes et inversément. Ca ne marche jamais. Et croyez-moi, j'en sais quelque chose. lol!

Sur ce, il me semble qu'on s'écarte un peu du film, non ?
Revenir en haut Aller en bas
http://litteranet.blogspot.com
Bexounet
The Admin's Worshipper


Nombre de messages : 1940
Age : 41
Localisation : Lyon, derrière un bouquin... ou un clavier
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Lun 2 Oct 2006 - 11:58

Yep... On s'écarte effectivement... et c'est d'autant plus dommage que le film est excellent.
Revenir en haut Aller en bas
séli
Countryside Lady


Nombre de messages : 2237
Age : 60
Localisation : Au pied de la Chaîne de l'Etoile...
Date d'inscription : 19/07/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Lun 2 Oct 2006 - 14:55

Tu as très bien parlé , Clelie et c'est vrai qu'il faut à présent se recentrer sur "La Route de Madison" qui est un film film magnifique à tous les points de vue : les sentiments entre Méryl Streep et Clint Eastwood, la découverte par les enfants de Francesca que leur mère a vécu une histoire d'amour passionnée, le désarroi et l'impuissance de Robert à convaincre celle qu'il aime. Je suis bien sûr fan de Clint acteur mais je dois dire que j'ai été épatée par ses talents de réalisateur que ce soit (entre autres) de romance comme Sur la Route de Madison ou une étude psychologique comme Million $ Baby.
Revenir en haut Aller en bas
Clelie
Irene Adler's Secret


Nombre de messages : 6427
Age : 34
Localisation : 221b Baker Street NW1
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Lun 2 Oct 2006 - 15:15

Merci, Séli !

Découvrir Clint dans un rôle requerrant tant de sensibilité et de finesse me paraissait complètement impossible...avant de voir ce film.
Je ne connaissais celui-ci que derrière le gros flingue de l'Inspecteur Harry, alors qu'il est plus qu'excellent dans le rôle de Robert Kincaid.
Cette image de Clint sous la pluie, regardant Francesca dans sa voiture alors qu'elle attend son mari, m'a fait verser toutes les larmes de mon corps... En fait, le film en entier est boulversant.

Vous avez néanmoins une scène qui vous a davantage marqué dans le film ?
Revenir en haut Aller en bas
http://litteranet.blogspot.com
séli
Countryside Lady


Nombre de messages : 2237
Age : 60
Localisation : Au pied de la Chaîne de l'Etoile...
Date d'inscription : 19/07/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Lun 2 Oct 2006 - 15:28

Quand il la photographie près du pont. On voit l'amour dans son regard et j'adore la petite gêne de Francesca puis les poses qu'elle prend. Décidément, Méryl Streep c'est vraiment une grande actrice.
Revenir en haut Aller en bas
Jafean
Delightful Quill


Nombre de messages : 2119
Age : 26
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 02/02/2006

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Jeu 1 Fév 2007 - 19:56

Ce film..Ma mere a tellement pleuré devant qu'elle n'a jamais voulu le revoir. C'est pourquoi...je ne l'ai toujours pas vu Mais je viens de l'enregistrer alors je pense que ce sera bientot chose faite !
Revenir en haut Aller en bas
http://jafean.deviantart.com
clinchamps
Oshaberi Sensei


Nombre de messages : 46763
Age : 73
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Mer 14 Fév 2007 - 23:57

je tombe sur ce topic, et je ne peux m'empêcher d'y mettre mon grain de sel : il n'y a pas de sacrifice, mais une grande lucidité qui fait que Frances sait que l'amour mourra sous les coups du chagrin de perdre ses enfants, du chagrin causé à un mari qui n'a rien à se reprocher, du quotidien qui use,et elle reste autant pour conserver cette parenthèse enchantée que par devoir. Mais que de larmes quand les cendres sont dispersées sur le pont !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur la route de Madison   Aujourd'hui à 21:18

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur la route de Madison
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sur la route de Madison
» Bons films à la télé...
» Cormac McCarthy, La route
» FORSTER sans Ivory: A Passage to India (La Route des Indes)
» [News] Barres anti-roulis pour une meilleure tenue de route

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: And what do you do when you are not reading? :: Cinéma-
Sauter vers: