Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Les leçons de tante Jane

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Fée clochette
Soul dancing on the breeze
avatar

Nombre de messages : 22545
Age : 73
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Jeu 8 Juil 2010 - 23:05

Margause a écrit:
Mrs Woodhouse et Lady Elliot sont des saintes mères qui n'ont eu d'autre défaut que le choix de leur mari..
.

Choix qui a dû être fait par les familles.... à cause de la dot. Petit détail qui compte à cette époque. les mariages sont affaires de finances dans la Gentry. C'est la même chose chez nous.
Revenir en haut Aller en bas
MissAcacia
DerbyCheshire Cat
avatar

Nombre de messages : 7086
Age : 45
Localisation : Perched on a hot sound tree
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Jeu 8 Juil 2010 - 23:57

D'accord avec vous à ceci près que Mrs Woodhouse et Lady Elliot ont pour leurs filles le grand désavantage d'être mortes alors que leurs filles étaient à un âge relativement tendre. Et ça, au vu des pères qui leur échoient, ça s'appelle de la désertion caractérisée Razz .

Je mettrai Mrs Morland un cran au-dessus de Mrs Dashwood, qui pour être affectueuse, serait tout de même une catastrophe ambulante sans Elinor. Imaginez qu'elle doive gérer sa maison toute seule... la ruine en trois mois assurée.
Mrs Morland, c'est le bon sens et l'esprit pratique près de chez vous, une bonne ménagère. C'est juste que confier sa fille à Mrs Allen, ben... ce n'était pas l'idée du siècle Rolling Eyes

Mais bon on sort du sujet... mais on a matière à en créer un autre Wink .
Revenir en haut Aller en bas
Aislynn
Ready for a strike!
avatar

Nombre de messages : 943
Age : 51
Localisation : En mer, sous les étoiles
Date d'inscription : 06/12/2009

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Ven 9 Juil 2010 - 19:06

margause a écrit:
En matière de mauvaise mère de l'héroïne, seule Madame Bennet est vraiment une mauvaise mère. Mrs Morland et Mrs Dashwood sont des bonnes mères à côté de la plaque, Mrs Woodhouse et Lady Elliot sont des saintes mères qui n'ont eu d'autre défaut que le choix de leur mari...

Ah oui, reste Mansfield Park avec la mère naturelle qui est une très mauvaise mère, la mère d'adoption qui est une femme indifférente qui s'interresse plus à Fanny qu'à ses propres filles...Pas des modèles quoi...

Dans l'ensemble, 2 excellentes mères décédées, 2 bonnes mères vivantes, et 2 mauvaises mères sur 6 romans. Assez équilibré tout ça.

Ce qui me frappe plus, c'est la faiblesse des pères. Et dire qu'on est dans une société patriarcale...


J'ai trouvé que dans Persuasion, la soeur, Mary, était une mère permissive et égoïste exactement semblable à celles que j'avais trouvées dans les précédents ouvrages.

Enfin... j'ai beau lire vos posts avec attention, concernant les romans -ceux que j'ai lus bien sûr- j'ai l'impression d'avoir lu sans fin la même histoire avec les mêmes personnages. J'avais certes bien aimé M. Bennett, bien qu'il soit un peu léger comme père de famille, mais j'ai mis ça sur le compte de l'impossible grognasse dont il est obligé de partager la vie...

Je suppose qu'en fait, je n'arrive tout simplement pas à entrer dans l'univers austenien No
Revenir en haut Aller en bas
Fée clochette
Soul dancing on the breeze
avatar

Nombre de messages : 22545
Age : 73
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Ven 9 Juil 2010 - 19:20

Mary ! n'est pas permissive, elle est frivole, elle n'est pas mère du tout, elle a mit au monde des enfants, c'est tout. Elle a accomplit son devoir de femme et le monde doit lui tourner autour. Son statut d'épouse lui permet en outre de mépriser sa soeur Anne vieille fille, de mépriser son époux, enfin, elle méprise la terre entière sauf elle ! la vraie fille de son père.

Elle joue la mère parfaite de temps en temps en minaudant, puis a mal à la tête (elle est la spécialiste) ce qui fait dire aux Musgrove qu'ils auraient bien préféré Anne pour belle-fille lol! lol! lol! puisqu'elle a toujours ses neveux dans les pattes.

Merci à l'Inn qui m'a mis au pied du mur pour lire Persuasion, sinon je ne serai pas arrivé au bout.... mais là c'est bien parti, je ne compte plus, je dépasse les dix doigts de la main et en plus j'adore plus à chaque fois.
Revenir en haut Aller en bas
Aislynn
Ready for a strike!
avatar

Nombre de messages : 943
Age : 51
Localisation : En mer, sous les étoiles
Date d'inscription : 06/12/2009

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Ven 9 Juil 2010 - 20:20

Bon... eh bien c'est une cause perdue lol! Nous ne serons jamais du même avis.

Enfin bon, j'aurais essayé de lire Austen, au moins je sais à présent de quoi il est question.
Revenir en haut Aller en bas
Fée clochette
Soul dancing on the breeze
avatar

Nombre de messages : 22545
Age : 73
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Sam 10 Juil 2010 - 9:14

Very Happy Les causes ne sont jamais perdues, j'en suis la preuve, Aislynn j'ai vraiment été provocatrice sur Persuasion et reçu nombre boulets de canon, de cageots de tomates (j'en ai encore pour la salade^^), parce que je ne comprenais pas du tout l'engouement pour l'histoire, j'ai persévéré dans la lecture et j'avoue m'être trompée, et bien été obligée de passer sous les fourches caudines : le livre est le meilleur, même si Orgueil plait davantage à cause d'un héros qui est singulièrement absent dans le livre, mais qui a l'avantage de se prendre un râteau en direct. Persuasion n'est pas dans la même veine... pas de dispute, mais une série de portraits précis, vitriolés et une histoire d'amour en sourdine.

Cela signifie que Jane Austen n'est pas si facile à lire.

Par contre, j'ai l'impression que tes goûts te portent à plus d'actions, plus de sentiments déclarés et que face aux Brontë, tu préfères les deuxièmes.

Je vais mettre en frontale Jane Austen avec un cinéaste Français, car je trouve leur approche de l'amour et de la vie dans leur siècle similaires.

Si tu n'aimes pas Jane Austen, aimes-tu le cinéma d' Eric Rohmer ? J'aime follement, je trouve qu'au delà des siècles, il est le pendant masculin de Jane. Dans ses films que l'on pourrait trouver plats et sans ressort, j'accroche à fond, car les héros comme chez Jane, ils ont des états d'âmes, nous pénétrons dans l'intime doucement, sans heurt... tranquille, tellement tranquille que certains fuient.... comme pour Tante Jane.

Relis Jane dans 10 ans lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Aislynn
Ready for a strike!
avatar

Nombre de messages : 943
Age : 51
Localisation : En mer, sous les étoiles
Date d'inscription : 06/12/2009

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Sam 10 Juil 2010 - 13:37

Citation :
Par contre, j'ai l'impression que tes goûts te portent à plus d'actions, plus de sentiments déclarés et que face aux Brontë, tu préfères les deuxièmes.


Ton impression -tes impressions- plutôt sont parfaitement fondées, Fée Clochette.
Je préfère l'action à la romance et à coup sûr le seul Jane Eyre à tout Austen tongue

Je suis encore étonnée moi-même d'avoir tellement accroché à Twilight (je parle des romans), qui à priori n'était pas du tout dans mes goûts. (mais je trouve que c'est un vrai roman d'action comparé à Jane Austen, c'est dire).


Pour Eric Rohmer, euuh... je suis obligée d'avouer mon ignorance ! Je recherche dans le cinéma la même chose que dans les romans : une histoire et des personnages, mais surtout une histoire. Si bien que je ne retiens pas le nom des acteurs ou des auteurs, qui ne m'intéressent somme toute pas, et alors pas DU TOUT celui des réalisateurs !

Je retiens très bien les noms des personnages, par contre lol!

Enfin, je dois avouer que le cinéma français n'est pas ma tasse de thé, à quelques exceptions près. Moi j'aime les grosses machines américaines, si je puis dire lol!

J'ai donc été voir sur google qui était ce monsieur Eric Rohmer. Houlà là.... Embarassed Embarassed Embarassed je n'ai même jamais entendu parler de ses films ! Embarassed

Revenir en haut Aller en bas
Fée clochette
Soul dancing on the breeze
avatar

Nombre de messages : 22545
Age : 73
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Sam 10 Juil 2010 - 14:03

J'aurais dû écrire certitude connaissant tes choix généraux sur le forum en fait rien n'empêche d'être éclectique, mais si un jour tu as l'occasion... essaie un Rohmer... comme tu as essayé Jane Austen
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23956
Age : 61
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Sam 10 Juil 2010 - 14:45

Pour Persuasion, Ayslinn, je crois que tu as oublié quelques mères ou ne t'es rappelé que des mauvaises, en tout cas. lol! Car il y a aussi Maman Musgrove, qui semble remplir son job plus ou moins correctement, ainsi que la femme du capitaine Harville, une mère dévouée.

Aislynn a écrit:
- l'héroïne est toujours parée de toutes les vertus féminine de l'époque et honnêtement, j'ai eu l'impression que c'était du "send-in", que Jane se racontait elle-même à l'infini.
C'est drôle mais je n'ai jamais eu l'impression que Jane Austen se racontait dans ses héroïnes, alors très rarement. scratch Déjà parce que je peine à voir en quoi Anne Elliot ressemble à Lizzy Bennet, ou Marianne Dashwood à Emma Woodhouse, par exemple. C'est d'ailleurs en admirant ce rendu subtil des caractéristiques de chacune de ces personnalités que j'apprends énormément en lisant Austen. Quant à être parées de toutes les vertus, j'en doute un peu, je dois dire. scratch Même Elinor et Lizzy, qui sont, je pense les plus parfaites d'entre les héroïnes austéniennes, ont leurs petits travers, orgueil pour l'une et peut-être un certain manque de courage pour l'autre. Ensuite il est vrai qu'aucune d'entre elle n'est une fille perdue ou indisciplinée ou une pauvresse ou une aventurière. Je pense qu'Austen n'avait pas l'intention de faire un tableau complet de l'Angleterre de son temps, j'ai l'impression qu'elle s'intéressait à l'écriture plus pour le fun et l'art de manier les mots que pour laisser un témoignage sur son temps ou mener un projet à la Balzac ou Zola.

Citation :
- il y a quelques petits, tout petits heurts dans la romance en court, mais si légers qu'on ne doute pas un instant du final néanmoins.

Je pense qu'on ne doute pas parce qu'on connaît la réputation de la romancière. Mais je crois me rappeler qu'en découvrant ses romans, il y a quelques dizaines d'années, je n'avais pas pu prédire la fin, du moins pas pour les deux ou trois premiers que j'ai lus. Et même pour Mansfield Park, lu plus tardivement, je n'étais sûre de rien. Ce roman, aussi bien queEmma ou Persuasion, par exemple, pourrait très bien finir plus mal sans que cela soit incohérent.

Mais il est tout à fait vrai que les romans d'Austen sont faits de petits riens, de little bits of ivory. Ce n'est pas très spectaculaire, et comme le dit très bien Fée Clochette, cela nécessite peut-être pour certains une deuxième lecture pour mieux en profiter. Mais soyons clairs, je trouve tout à fait normal que tout le monde n'apprécie pas Austen ou ne la considère par comme une romancière majeure, ce serait vraiment bizarre si ce n'étais pas le cas. Very Happy

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Panda
Un beau geste, j'espère.
avatar

Nombre de messages : 4903
Age : 32
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Sam 10 Juil 2010 - 15:48

cat47 a écrit:
Aislynn a écrit:
- l'héroïne est toujours parée de toutes les vertus féminine de l'époque et honnêtement, j'ai eu l'impression que c'était du "send-in", que Jane se racontait elle-même à l'infini.
C'est drôle mais je n'ai jamais eu l'impression que Jane Austen se racontait dans ses héroïnes, alors très rarement. scratch Déjà parce que je peine à voir en quoi Anne Elliot ressemble à Lizzy Bennet, ou Marianne Dashwood à Emma Woodhouse, par exemple. C'est d'ailleurs en admirant ce rendu subtil des caractéristiques de chacune de ces personnalités que j'apprends énormément en lisant Austen. Quant à être parées de toutes les vertus, j'en doute un peu, je dois dire. scratch Même Elinor et Lizzy, qui sont, je pense les plus parfaites d'entre les héroïnes austéniennes, ont leurs petits travers, orgueil pour l'une et peut-être un certain manque de courage pour l'autre.

Lizzie n'était-elle pas impertinente pour l'époque ? Je me rappelle avoir lu sur ce forum des réponses de Damien Tilney (si ma mémoire est bonne) qui expliquait que, justement, Lizzie n'avait rien d'une « héroïne » pour l'époque, que ce n'était pas une jeune fille complètement accomplie (notamment au piano) et qu'elle n'était pas la douce jeune fille dont on rêvait (cf. sa sœur Jane, qui devait bien répondre à ces critères).

D'ailleurs, je suis en pleine lecture de Emma, cette dernière n'a pas l'air très accomplie non plus lol!

Enfin, tout dépend de ce qu'on appelle les vertus de l'époque, également. Il est vrai que les véritables héroïnes du roman connaissent les limites à ne pas dépasser pour garder de sa superbe dans les hautes sphères de la société.

Je n'ai pas encore lu Persuasion, donc je ne connais pas encore toute l'œuvre de Austen, ni le portrait de toutes les mères de ces demoiselles... je peux néanmoins dire qu'aucune des héroïnes n'est parfaite, qu'elles ont toutes des défauts différents (notamment Emma, ohlala) et que, formellement non, aucune est interchangeable.

Comment imaginer la douce Fanny à la place d'une Elizabeth Bennet ? Son père la traiterait avec moins de respect, Darcy ne se serait sans doute pas intéressé à elle, et même si ça avait été le cas, elle n'aurait jamais fait le poids face à une Lady Catherine de Bourg énervée (ou non énervée, d'ailleurs). Pour Emma, je ne dis pas, elle aurait été tout à son aise dans ce roman, folle de joie à l'idée de marier Jane et Charles Bingley
lol!

Mais de la même façon, je n'imagine pas une Marianne à la place de Jane : elle se serait jeté dans les bras du beau Charles (qui assuré de son amour, ne serait parti à Londres), une Elinor pleine de bon sens à la place d'Emma, un Edmond ennuyant et moralisateur à la place d'un Henry Tilney à la répartie divine (pauvre Catherine Morland, sans Henry à qui rêver, elle se serait retrouvée mariée à un Thorpe sans comprendre ce qui lui arrive ! affraid ).

Non, non ! Si les trames de fond se ressemble certainement (mais n'est-ce pas le cas de toute histoire, finalement ? Dans les grandes lignes, tout de même...) les héroïnes (et héros) sont bien des individus à part !
Revenir en haut Aller en bas
Aislynn
Ready for a strike!
avatar

Nombre de messages : 943
Age : 51
Localisation : En mer, sous les étoiles
Date d'inscription : 06/12/2009

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Sam 10 Juil 2010 - 20:55

Ma foi... il ne me reste plus, je crois, qu'à suivre le conseil de Fée Clochette : laisser passer quelques années et tenter une nouvelle lecture.

Pour le moment je ne suis pas d'accord avec vous, mais peut-être n'étais-je pas prête pour la rencontre ( et peut-être que rien ne changera, ça on ne peut pas savoir à l'avance).
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23956
Age : 61
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Sam 10 Juil 2010 - 21:02

Sale Panda a écrit:
Comment imaginer la douce Fanny à la place d'une Elizabeth Bennet ? Son père la traiterait avec moins de respect, Darcy ne se serait sans doute pas intéressé à elle, et même si ça avait été le cas, elle n'aurait jamais fait le poids face à une Lady Catherine de Bourg énervée (ou non énervée, d'ailleurs). Pour Emma, je ne dis pas, elle aurait été tout à son aise dans ce roman, folle de joie à l'idée de marier Jane et Charles Bingley
lol!

Mais de la même façon, je n'imagine pas une Marianne à la place de Jane : elle se serait jeté dans les bras du beau Charles (qui assuré de son amour, ne serait parti à Londres), une Elinor pleine de bon sens à la place d'Emma, un Edmond ennuyant et moralisateur à la place d'un Henry Tilney à la répartie divine (pauvre Catherine Morland, sans Henry à qui rêver, elle se serait retrouvée mariée à un Thorpe sans comprendre ce qui lui arrive ! affraid ).

Non, non ! Si les trames de fond se ressemble certainement (mais n'est-ce pas le cas de toute histoire, finalement ? Dans les grandes lignes, tout de même...) les héroïnes (et héros) sont bien des individus à part !

Sale Panda, j'adore ta façon de jouer aux chaises musicales avec les héroïnes austéniennes, ça donne presque envie de créer un topic. Very Happy

Et tu as tout à fait raison, j'avais oublié de citer l'impertinence de Lizzy, qui ne traite pas Lady Catherine avec tout le respect dû à son rang et à son âge. lol!

Aislynn, j'espère sincèrement qu'un jour tu trouveras autant de plaisir que nous à cette lecture. sunny Mais en attendant, je te remercie d'avoir provoqué ce débat, très intéressant. Cool

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Fée clochette
Soul dancing on the breeze
avatar

Nombre de messages : 22545
Age : 73
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Sam 10 Juil 2010 - 21:17

Very Happy Sale Panda, grâce à toi j'imagine effectivement une ronde ou l'on élimine les prétendants au fur et à mesure... J'aime beaucoup ta conclusion elle est inattendue mais tellement vraie. Chacun a sa chacune et ils ne peuvent absolument pas être interchangeables.

Elisabeth Bennet avec Charles Musgrove qu'est-ce que cela donne ??? lol! lol! Lydia avec le révérent Colins ? lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
chamcham
Extensive reading
avatar

Nombre de messages : 232
Age : 39
Localisation : Bonn
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Dim 11 Juil 2010 - 10:48

Aislynn, tu n´es pas la seule à te demander pourquoi un tel engouement pour Jane Austen.

Enfin... j'ai beau lire vos posts avec attention, concernant les romans -ceux que j'ai lus bien sûr- j'ai l'impression d'avoir lu sans fin la même histoire avec les mêmes personnages.

J´ai moi-même eu la même impression, surtout que j´ai enchaîné la lecture d´environ 4 ou 5 oeuvres en vo...

Je ne parle pas des détails mais vraiment de la trame générale qui me paraissait fortement copier/coller...

C´est pourquoi quand je viens à l´auberge, je lis tous les posts SAUF la catégorie sur Jane Austen. Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed

Et tout comme toi, je pense que toute l´oeuvre d´Austen ne fait pas le poids contre le seul Jane Eyre .

Mais Fée Clochette a très bien expliqué la chose, je pense qu´il s´agit aussi d´une histoire de goûts et de couleurs... "le genre/style " d´Austen et ses préoccupations ne nous parlent pas plus que ca. C´est tout.

Lâchez les tomates, j´ai mis ma bache tranparente, je suis prête à encaisser. lol! lol! lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Panda
Un beau geste, j'espère.
avatar

Nombre de messages : 4903
Age : 32
Date d'inscription : 28/11/2009

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Dim 11 Juil 2010 - 11:24

Merci Cat47 et Fée Clochette cheers

chamcham a écrit:

Je ne parle pas des détails mais vraiment de la trame générale qui me paraissait fortement copier/coller...

Sur ça, je ne peux pas vraiment critiquer. Évidemment, il y a des changements, mais en fin de compte, de nombreux éléments reviennent continuellement (comme le « voyage iniatiaque » de l'héroïne, qui lui permet de tempérer quelque peu ses défauts, d'évoluer, de prendre du recul, de murir et de convoler vers le bonheur).

Mais comme tu le conclus si bien, je crois que c'est une question de goût et de couleur, effectivement. Si Jane Austen se résumait à ça, je ne crois pas que j'aurais acheté tous ses livres (ni même que je serais sur ce forum), mais, heureusement, elle éparpille d'autres ingrédients dans ses livres (les critiques sous-jacentes, des personnages colorés et surtout un humour corrosif !) qui font que... si ça nous parle, on fini accro !
Pour moi, bien des histoires sont universelles et « les trames générales » se retrouvent bien souvent dans divers films ou livres. La grande différence réside dans la manière de traiter l'histoire ou dans la manière de nous la raconter et c'est bien pour cela que le choix des mots, du ton (des acteurs ou des réalisateurs d'une manière plus large) est important. Mais là encore, vous avez raison, ça joue surtout sur nos goûts et nos attentes personnelles !

Cela dit, je n'ai pas encore lu Jane Eyre, peut-être que je changerais d'avis plus tard et que je critiquerai Jane et sa trame redondante Twisted Evil

(Tu vois, pour ma part, je n'avais pas beaucoup de tomates à lâcher ! lol!)
Revenir en haut Aller en bas
chamcham
Extensive reading
avatar

Nombre de messages : 232
Age : 39
Localisation : Bonn
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Dim 11 Juil 2010 - 11:43

Sale Panda (j´adooooooooore ton pseudo), j´ai aussi acheté tous les bouquins d´Austen à l´époque (Pinguin Classics à 10 francs) car je voulais me faire une idée vraiment précise de l´auteur pour comprendre le phénomène et ne pas me fonder sur les deux seuls romans que le monde entier a lus!

Effectivement, il y a des trames universelles mais chez certains auteurs, cela me saute plus aux yeux...

Surtout que je lis toujours si possible 3 ou 4 bouquins à la suite du même auteur donc les similitudes me sautent encore plus aux yeux!

Cela dit, je pense en relire certains dans quelques années.

Peut-être que j´aurai alors mûri et les verrai d´un oeil différent! Wink
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23956
Age : 61
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Dim 11 Juil 2010 - 11:52

Sale Panda a écrit:
Cela dit, je n'ai pas encore lu Jane Eyre, peut-être que je changerais d'avis plus tard et que je critiquerai Jane et sa trame redondante Twisted Evil

Dépêche-toi de lire Jane Eyre, Sale Panda, tu devrais aimer puisque tu y trouveras une trame tout à fait similaire à celle des livres de Jane Austen. Wink

Mais Rochester n'a rien d'un héros austénien, lui.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Fée clochette
Soul dancing on the breeze
avatar

Nombre de messages : 22545
Age : 73
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Dim 11 Juil 2010 - 12:14

lol! La trame d'un roman d'amour lol! n'est jamais différente de celle de Jane Austen, elle a créé le genre. Ne change que la sauce lol! (terme très cuisine)

Jane Eyre, elle-même : la gouvernante amoureuse du maître qui veut l'épouser qui se croit au-dessus des hommes ...... ( c'est aussi à peu de chose près le scénario de Rebecca)homme hélas mal marié il veut entraîner Jane dans sa vie....... Vous y trouvez autre chose, mais ne change que la sauce...

Alors préférez qui vous voulez, d'Austen, Gaskell, Brontë et Daphnée du Maurier, et je ne vais pas faire une liste d'épicerie lol! Austen reste tout de même le chef de file pour plusieurs générations de femmes, issues pour les trois premières de familles de pasteurs... elles étaient donc instruites et avaient l'esprit curieux, certaines l'esprit cartésien et réaliste, les autres flamboyant et gothique, ce qui donne pour certaines aimant les grandes envolées de sentiments une préférence marquée...

Dans ce sens là, Catherine Morland de Northanger Abbey devrait tout de même vous séduire.

Je ne vais jamais sur les Brontë parce que même si j'apprécie à leur juste mesure, l'écriture des romans, leur imagination échevelée ne m'emballe pas du tout.... et j'ai lu et vu les romans et adaptations sans trouver un intérêt excessif aux histoires. Tout est affaire de sensibilités et de goûts. Leurs livres me laissent assez amère, tout comme chez Daphné du Maurier. Leurs histoires ne m'emballent pas elles sont mêmes déprimantes pour moi.

Alors que chez Austen, c'est frais, distancié, ironique, non grandiloquent, chez Gaskell aussi.C'est la vie et le comportement des vrais gens de ce siècle alors que chez les deux autres tout me paraît impossible. Mais on peut aimer les mauvais garçons... alors je vous les laisse, chacun ses rêves.

Maintenant à vos cageots de tomates, mais nous sommes dans un topic Tante Jane, je préfère des bonbons lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Aislynn
Ready for a strike!
avatar

Nombre de messages : 943
Age : 51
Localisation : En mer, sous les étoiles
Date d'inscription : 06/12/2009

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Dim 11 Juil 2010 - 14:30

chamcham a écrit:
Aislynn, tu n´es pas la seule à te demander pourquoi un tel engouement pour Jane Austen.

Enfin... j'ai beau lire vos posts avec attention, concernant les romans -ceux que j'ai lus bien sûr- j'ai l'impression d'avoir lu sans fin la même histoire avec les mêmes personnages.

J´ai moi-même eu la même impression, surtout que j´ai enchaîné la lecture d´environ 4 ou 5 oeuvres en vo...

Je ne parle pas des détails mais vraiment de la trame générale qui me paraissait fortement copier/coller...

C´est pourquoi quand je viens à l´auberge, je lis tous les posts SAUF la catégorie sur Jane Austen. Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed

Et tout comme toi, je pense que toute l´oeuvre d´Austen ne fait pas le poids contre le seul Jane Eyre .

Mais Fée Clochette a très bien expliqué la chose, je pense qu´il s´agit aussi d´une histoire de goûts et de couleurs... "le genre/style " d´Austen et ses préoccupations ne nous parlent pas plus que ca. C´est tout.

Lâchez les tomates, j´ai mis ma bache tranparente, je suis prête à encaisser. lol! lol! lol! lol! lol!


ça va, elles sont gentilles avec les tomates, elles visent à côté exprès Razz

Ca me rassure un peu, je ne suis pas la seule à avoir eu ces impressions, d'autant que comme toi j'ai lu les 4 bouquins en question de manière plutôt rapprochées.

Fée Clochette : je dois aimer les mauvais garçons, tu as raison, c'est même logique pour une fan de pirates des Caraïbes

Ou plutôt, comme Leïa dans La guerre des étoiles : les gentils vauriens
Revenir en haut Aller en bas
chamcham
Extensive reading
avatar

Nombre de messages : 232
Age : 39
Localisation : Bonn
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Dim 11 Juil 2010 - 19:50

Fée Clochette, effectivement, tout ce qui ne t´emballe pas chez Bronte est PILE POIL ce que moi j´adore cheers cheers cheers cheers cheers

J´avais adoré Rebecca aussi (qui pour moi est un plagiat de Jane Eyre... Un peu comme la Bicyclette Bleue et Autant en emporte le vent)

Par contre, dire que Austen a créé le genre du roman d´amour...
C´est de l´ironie? Embarassed Embarassed Embarassed


Dernière édition par chamcham le Dim 11 Juil 2010 - 20:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fée clochette
Soul dancing on the breeze
avatar

Nombre de messages : 22545
Age : 73
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Dim 11 Juil 2010 - 20:03

Suspect le roman réaliste AVEC la trame amoureuse, elle est tout de même née avant elles toutes. Certes, il y a eut des prédécesseurs dont les romans de femmes du 18e, mais je les trouve plus pompeux et hasardeux dans leur trame moins ironique et moins bien écris. Quand à Mlle Scudéry chez nous, c'est audacieux et je ne comparerai pas les deux, c'est un peu long et surtout risqué et c'est loin. lol! mais tu as toute latitude pour nous démontrer qu'elle n'est pas ce que je dis Tante Jane.

Ce qui est génial sur ce forum, c'est que j'apprends tous les jours. sunny

Il y a eu Mrs Radcliffe, mais je n'aime pas plus que je les Brontë lol! c'est en continuité, et lorsque Aislynn est emballée par Pirates des Caraïbes, autant dire que je ne tiens pas 5 minutes... les goûts, et les goûts des autres... Wink

Chez elle, il me semble que Jane est classée dans les Domestics Novels pas les romances, ni les gothiques, mais je peux me tromper.


Dernière édition par Fée clochette le Dim 11 Juil 2010 - 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
chamcham
Extensive reading
avatar

Nombre de messages : 232
Age : 39
Localisation : Bonn
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Dim 11 Juil 2010 - 20:08

A quoi fais-tu référence en disant "elles toutes"?
Revenir en haut Aller en bas
Fée clochette
Soul dancing on the breeze
avatar

Nombre de messages : 22545
Age : 73
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Dim 11 Juil 2010 - 20:10

Jane Austen est l'aînée des quatre auteures que j'avais cité, sauf Mrs Radcliff
Revenir en haut Aller en bas
chamcham
Extensive reading
avatar

Nombre de messages : 232
Age : 39
Localisation : Bonn
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Dim 11 Juil 2010 - 20:18

D´accord. Je comprends mieux.

Je n´ai pas ta connaissance sur le sujet alors au vu de la chronologie, je peux seulement dire que certains auteures nées APRÈS se sont peut-être appuyées sur la trame amoureuse d´Austen mais ont traité le sujet avec un peu plus de passion...

Personnellement, je trouve Gaskell (plus exactement North and South) encore plus ennuyeux et plat qu´Austen...

Donc si elle est arrivée après, elle n´a pas amélioré la chose... Au contraire...

J´ai remis ma bache, envoyez!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Fée clochette
Soul dancing on the breeze
avatar

Nombre de messages : 22545
Age : 73
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   Dim 11 Juil 2010 - 20:49

Very Happy Very Happy sauf que Jane Austen, n'est pas du tout intéressée par la passion lol! lol! lol! c'est même très loin d'elle.

J'ai comme l'impression qu'elle s'est bien gardée de toute passion, un peu trop bien d'ailleurs. Mais sa peinture de sa toute petite société est fort intéressante malgré tout...

Certes pas de grandes déclarations, (la plus torride est celle de Wentworth^^) à part le respect amoureux convenablement endigué par le protocole de l'époque dans ce milieu. Si grandes déclarations, il y avait (peut-être, Jane n'était pas au courant. Le milieu des femmes était si protégé, elles étaient confinées dans le gynécée et avaient des activités étrangères à celles de ces Messieurs, tous puissants, libres comme l'air qui se permettaient tout.

As-tu pensé un seul instant qu'elles ne voyaient jamais un homme que moins de 5 minutes afin qu'il se déclare. Ce que nous apprenons elles n'avaient pas le droit de savoir, car il fallait les maintenir dans l'ignorance, (on ne sait jamais, elles auraient pu être mieux que le mâle à qui les parents la destinaient, d'ailleurs chez nous, notre George Sand s'est révoltée.... voilà ce qui attendaient les maris si elles avaient été plus instruites et raisonneuses). C'est un monde que nous ne connaissons plus. Je parle du milieu de Jane, lorsqu'elles devenaient gouvernantes, elles tombaient en bas de l'échelle et c'était la débrouille. Les hommes à ce moment là .... n'étaient plus aussi respectueux.. lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les leçons de tante Jane   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les leçons de tante Jane
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les leçons de tante Jane
» Duel Jane Austen n°8 - Jennifer Ehle vs Keira Knightley
» Mariage thème Jane AUSTEN
» Mary C. Jane, auteur de la série Secret (Bibliothèque Rose)
» Humour et ironie chez Jane Austen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Jane Austen :: In Jane We Trust-
Sauter vers: