Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Mary Elizabeth BRADDON

Aller en bas 
AuteurMessage
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23875
Age : 61
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Mary Elizabeth BRADDON   Mer 30 Aoû 2006 - 12:40

Femme de lettre très prolifique, puisqu'elle a écrivit près d'une centaine de livres, Mary Elizabeth Braddon (1835-1915) est une pionnière du roman à suspens, au même titre que Wilkie Collins qu'elle reconnaît par ailleurs comme son maître en littérature. Fille d’un avocat, enfant de parents séparés (situation peu fréquente pour son époque), elle démontre son anticonformisme en choisissant d’abord d’être actrice tout en commençant à écrire des poèmes et des pièces. Elle quitte la scène en 1860 et publie peu après en feuilleton dans des magazines les deux romans qui la rendront célèbre : Le secret de Lady Audley et Aurora Floyd. Elle se met en ménage avec son éditeur, lui-même séparé de sa femme et père de 6 enfants, et lui donne 6 autres enfants. Elle ne pourra l’épouser qu’à la mort de sa femme, en 1874. Le scandale continue donc, amplifié par le fait que l’immoralité des situations présentés dans ses livres lui est reproché. Mais plus tard (après son mariage!), ses talents d’écrivain la feront tout de même accepter dans la bonne société.

J’ai tiré ces éléments biographiques du site http://www.sensationpress.com/mainindex.htm, où plusieurs pages très bien documentées lui sont consacrées. J’ai trouvé que cette existence hors norme était aussi intéressante que le bouquin dont je voulais vous parler!

Lucy Graham est une ravissante jeune femme dont la beauté a conquis le riche Lord Audley, qui en a fait sa seconde épouse, au grand déplaisir de sa fille. Le neveu de Lord Audley, Robert, retrouve par hasard son ami George Talboys, qui revient d’Australie et s’impatiente à l’idée de retrouver la jeune épouse qu’il abandonnée en quittant l’Angleterre pour chercher fortune à l’autre bout du monde. Ses recherches tournent malheureusement court puisqu’il apprend rapidemesnt que sa femme est décédée. Robert, jeune dilettante sans grande motivation dans l’existence, décide de s’activer pour une fois et d’emmener son ami dans sa famille pour lui changer les idées. Ces deux situations, apparemment sans lien, vont se nouer lors de la soudaine disparation de George Talboys et de l’enquête menée par Robert Audley pour comprendre ce qui lui est arrivé.

Le livre vaut surtout par son intrigue, bien menée, avec de nombreux retrournements, dont certains sont tout de même prévisibles. Même si une partie du dénouement se devine assez vite, le suspens est bien mené et le retournement final plutôt malin. L’incertitude réside plus dans la probabilité qu’aura l’enquêteur de prouver sa théorie que dans la résolution du mystère lui-même, tout ceci rendu encore plus intéressant par le fait qu’à cette occasion, Robert Audley change complètement et sort de son indolence habituelle car il s’est enfin fixé un objectif, ce qui le rend attachant. C’est malheureusement le seul personnage qui le soit, l’une des deux faiblesses du livre, l’autre étant un style relativement quelconque (pas mauvais non plus, d’ailleurs, mais par rapport à la référence Wilkie Collins, le style de Braddon paraît simplement banal). J’ai eu cependant du plaisir à le lire, et j’ai envie d’en essayer un autre à l’occasion, peut-être en anglais cette fois-ci.

Intégrale du roman en anglais : http://www.litrix.com/laudley/laudl001.htm

Une adaptation télévisuelle en a été tirée en 2000, avec Steve Macintosh (Our mutual friend, The Jacket).
Revenir en haut Aller en bas
Clelie
Irene Adler's Secret
avatar

Nombre de messages : 6434
Age : 36
Localisation : 221b Baker Street NW1
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Mer 30 Aoû 2006 - 13:32

Merci pour ce précieux commentaire, Cat. Voilà plusieurs semaines que Lady Audley me fait de l'oeil dans les rayonnages de ma bouquinerie préférée, dans la même collection "Labyrinthes" que la plupart des ouvrages de Wilkie Collins que je possède. Ton avis m'enthousiasme, et j'ai très envie de me laisser tenter !
Revenir en haut Aller en bas
http://litteranet.blogspot.com
Muezza
Almost Unearthly Thing
avatar

Nombre de messages : 3230
Age : 44
Localisation : Levallois
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Mer 30 Aoû 2006 - 16:21

Merci Cat d'avoir ouvert ce topic...
J'ai lu tous les ME Braddon disponibles actuellement : mes préférés restent "Aurora Floyd" (qui vient jsute de sortir en poche d'ailleurs !) et "Les Oiseaux de proie" suivi de "L'Héritage de Charlotte". Mais on passe également un bon moment de lecture avec "La Femme du docteur" (on n'est pas loin du thème de Madame Bovary) et "Henry Dunbar". Je laisserais de côté "Lady Lisle" qui d'une part est beaucoup trop court et n'est guère emballant...

"Le secret de Lady Audley" est le premier que j'ai lu, pour cause de Mr Wilkie Collins. Ca n'a pas soulevé mon enthousiasme pour les raisons que tu cites Cat. Ce qui m'a surtout plu est le jeu du chat et de la souris qui se crée...
Ci-dessous la critique du Monde/France Inter que l'on retrouve sur alapage :
Le Monde a écrit:
Nous sommes en 1862, l'auteur a tout juste vingt-cinq ans et son livre, le premier d'une longue carrière, lui assurera une renommée considérable. Le lecteur, quant à lui, tombe des nues : comment ! ce récit haletant était donc l'oeuvre d'un écrivain qui comptait à peine un quart de siècle ? ... A la réflexion, pourtant, quelques réactions radicalement héroïques ou mauvaises des personnages pouvaient mettre sur la voie d'une certaine jeunesse. Le fait, aussi, que presque tous les acteurs de premier plan soient âgés de moins de trente ans. Mais les qualités d'écriture, de construction et l'analyse des tourments des individus, renvoient à une maturité qui rend fort plaisante la lecture de ce récit paru d'abord en feuilleton ... SPOILER :Lady Audley, la blonde, la très douce et très admirée, cache un secret qui la conduira aux pires agissements. Le plus terrible, d'ailleurs, n'est pas le secret lui-même, mais la férocité de celle qui veut éviter à tout prix sa divulgation ... Très habilement et non sans humour, Mary Elizabeth Braddon lâche de faux indices, atermoie et se paie le luxe, à mi-parcours, de faire croire que tout va s'arrêter là faute de combattants. Tout continue, bien sûr, et sans que rien n'y manque. Il y a des contretemps, des malentendus, des machinations, des haines mortelles et des amours démesurées.

Le Monde - Raphaëlle Rérolle
Aujourd'hui, c'est un peu la honte : je suis incapable de vous poster l'histoire d'Aurora (les chevaux sont assez présents...) et des autres... (sauf Henry Dunbar parce que là le retournement marque). Je les ai lus il y 3-4 ans et c'est déjà sorti de mon esprit . plus qu'à me relancer dedans (je les ai lu en 1 semaine la dernière fois : c'est facile et très distrayant).
Revenir en haut Aller en bas
Susan
Extensive reading
avatar

Nombre de messages : 216
Localisation : Pas très loin de la ville lumière..
Date d'inscription : 07/09/2006

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Sam 8 Déc 2007 - 16:55

Je ne résiste pas au plaisir de faire remonter ce topic après ma récente lecture de ce délicieux roman ; je dis délicieux parce que loin d'être un monument de la littérature comme tu l'as dit Cat, il a ce "petit quelque chose" bien agréable et tous les ingrédients des "crime novels" que personnellement j'adore..
Ce qui pour moi le met un peu "à part" c'est ce « personnage », inhabituel de femme non seulement complexe, mais
Spoiler:
 
J'ai trouvé cela passionnant et cruel, et en tout cas bien éloigné des personnages de femmes romanesques qui peuplent habituellement ce genre de roman.
Pour revenir sur l'adaptation TV, je n'ai trouvé que le dvd région 1 ; il n'existe pas en région 2 ?

Susan
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23875
Age : 61
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Dim 9 Déc 2007 - 19:22

Susan, j'ai mis une partie de ton message en spoiler, au cas où...

Je trouve ton analyse très intéressante, en particulier si je la mets en parallèle avec la discussion en cours dans le forum de JA sur la complexité des personnages chez Jane Austen. Il est clair que Lady Audley n'a rien d'une Lizzie Bennet ou d'une Anne Elliot. lol!

Quant à ta question, on ditait en effet que le dvd n'existe que région 1.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Rebecca
Extensive reading
avatar

Nombre de messages : 230
Age : 39
Localisation : Quelque part au Québec...
Date d'inscription : 18/06/2008

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Ven 18 Juil 2008 - 14:04

Merci Cat pour ces informations sur l'auteur! C'est d'ailleurs très intéressant quand on pense qu'à l'époque, une fille de parents divorcés était rare et que d'autant plus, elle se met en ménage avec un homme pas encore veuf ou séparé! Pour l'époque, ce devait être une femme de tête!

Je n'ai encore jamais lu Braddon, mais j'ai mis la main sur un tout petit livre, qui est en fait une longue nouvelle: Le secret de la Ferme-Grise. C'est un livre que j'avais reçu gratuitement, lors d'une promotion. Je verrai si ça me plaît et à partir de là, je tenterai peut-être d'autres livres d'elle!

Je me demande s'il existe une biographie d'elle, en français... confused Ce serait intéressant à lire il me semble Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Sunjin
Manteau de Darcy
avatar

Nombre de messages : 70
Age : 48
Localisation : Mars
Date d'inscription : 29/08/2008

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Jeu 23 Oct 2008 - 12:14

Aurora Floyd


Bon je rejoins beaucoup l'avis de Cat47 bien que ce ne soit pas le même livre lol...

Je gardais de Miss Braddon un souvenir flamboyant, à la hauteur de Wilkie Collins et bien, ça ne devait pas être ce livre...

Car en terme d'écriture et même de rebondissements on est très très loin de la flamboyance et de la brillance de Wilkie Collins Sad

Je n'ai pas aimé l'écriture que j'ai trouvé un soupçon condescendante par ailleurs avec un je ne sais quoi de diffus qui m'a mise mal à l'aise... L'impression que les nobles sentiments ne sont réservées qu'aux nobles, et les viles sentiments et autres actions méprisables aux gens du peuple : entre headgraves, Mrs Powell, James Conyers, le marchand de chiens, on a un sacré florilège... Ce sont les "petites remarques" de la voix off qui ont creusé ce malaise doucement, mais surement.

La condition sociale détermine-t-elle à ce point le caractère ? En même temps que ce soit Mrs Powell ou même Conyers, ils ne viennent pas non plus de la "grande pauvreté" et Mrs Powell ets un modèle du genre dans le genre "le mal pour le mal, juste pour détruire"... De ce point de vue les motivations de Heardgraves seraient plus louables, lol !

La narration qui se fait "à postériori" mode deux ex machina" des évènements est agréable mais ne suscite pas appréhension voir terreur comme chez Wilkie Colllins.

Par contre, à presque une semaine d'avoir terminé le livre, ses personnages sont magnifiquement rendus, et restent "vivants en mémoire : Talbot déjà dont les tiraillements intérieurs entre convenances et sentiments sont magnifiquement rendus, et le personnage est un des plus intéressants je trouve. John Mellish ensuite, qui se révèle également au fur et à mesure et m'a surpris. Ces deux personnages se dévoileront et vont révèleront à proprement parler avec le meurtre...

Je suis plus ambivalente sur Aurora : on a tout d'abord le portrait d'un personnage féminin singulier, très masculin même, jusqu'à cette passion pour le monde des courses et puis, pouf retour de Paris et là seule la dimension charmante, séduisante (c'ets une beauté hors norme) demeure... Le personnage semble rangée, décidée à assumer sa position sociale et sa position de femme de la "bonne société"...

Là aussi malgré les origines "plébéiennes" et inhabituelles d'Aurora, on voit que l'éducation la hisse (la tire?) de son condition : serait-ce ce qui a manqué à Heardgrave, Mrs Powell, Conyers. Une éducation dans un milieur favorisé ??

J'aurai aimé avoir au moins par rétrospective quelques éléments de sa "déchéance" : ses sentiments et comment son cœur peut, ou non battre. Là, seule la peur d'être découverte et par ricochet de blesser son père l'animera...

Ainsi, j'étais très surprise qu'elle surprise qu'elle accepte la demande en mariage de Talbot : pourquoi donc ? Rien ne laisse à penser qu'elle tienne à lui, ou a John d'une façon quelconque, ni même qu'un des deux l'intéresse. Je ne sens chez elle que le désir de se racheter, de tenir son rang. Ce qui est fort intéressant aussi !

Car loin d'un romantisme austenien où les sentiments se disputent à la raison, ici les convenances sont pesantes et dictent leur loi ! Et cela n'empêche pas le bonheur comme les deux unions du livre nous le montrent ! Talbot et Lucy ainsi que John et Aurora forment des couples harmonieux et heureux alors que les inclinaisons premières ne les poussaient pas les uns vers les autres...

J'aime cet aspect : que le cœur s'emballe et se trompe et conduit à des choix qui ne sont pas toujours les meilleurs (et par deux fois dans le cas d'Aurora, enfin à supposé qu'elle fuit amoureuse de Talbot, ce dont je doute...). M. E. Braddon nous parle ici des harmonies : Lucy et Talbot ont en tant en commun, dans leur façon de vivre, leurs attentes respectives, idem pour John et Lucy et bien que l'amour réciproque ne soit pas la base de leurs unions : cela fonctionne, à merveille !

Je ne sais pas ce qu'il faut en conclure, mais j'adore la façon dont tout cela est traité, posé et vraiment à contre-courant du romantisme du XIXème il me semble ! Et de ces couples ont seuls un des deux (Lucy et John) est passionnément épris) et bien cela suffit...

Je regrette par contre l'impasse totale faite sur la sexualité au moins d'Aurora : premier mariage, d'amour au début, puis second par rédemption, et rien sur cela : arf, ce manque m'est cruel, vraiment ! Une ou deux phrases voilées m'auraient satisfaites...

En conclusion, un roman dont l'écriture n'a pas répondu à mes attentes et un peu délayé en terme d'intrigues mais qui pose cependant des personnages principaux forts et attachants (les secondaires ne sont pas assez fouillées , comme l'oncle prodder que j'ai trouvé génial par exemple) et le fait bien et nous donne une vision de la société de l'époque intéressante et originale me semble-t-il malgré tout... Neutral

Et je vais continuer à lire cette auteure Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://www.doctor-who.fr/
lorelai59
Beautiful pianoforte
avatar

Nombre de messages : 636
Age : 34
Localisation : Lille
Date d'inscription : 03/07/2007

MessageSujet: Mary Elizabeth BRADDON   Ven 24 Oct 2008 - 14:06

J'ai lu il y a quelques semaines La trace du serpent. Sur le thème un peu équivalent du Comte de Monte Cristo, un roman policier dans l'Angleterre victorienne avec moultes rebondissements jusqu'à la moitié du livre. Ensuite, l'intérêt du livre réside dans la maniére dont le détective prouvera l'innocence de celui condamné à tort pour meurtre.
J'ai beaucoup aimé autant l'histoire melant secrets, mensonges, meurtres et complots que le style de Braddon. Je pense que je vais me laisser tenter par un autre de ses romans Razz
Revenir en haut Aller en bas
Natacha Rostov
Hungry Bookwolf
avatar

Nombre de messages : 3011
Age : 38
Localisation : Au fond des bois
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Jeu 6 Nov 2008 - 13:35

J'ai lu Aurora Floyd il y a quelque temps et dans l'ensemble j'en garde un très bon souvenir. J'ai passé des moments agréables de lecture, même si effectivement le dénouement est relativement prévisible. A l'occasion, je relierais volontiers un ouvrage de ME Braddon.
Revenir en haut Aller en bas
Clelie
Irene Adler's Secret
avatar

Nombre de messages : 6434
Age : 36
Localisation : 221b Baker Street NW1
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Mar 10 Mar 2009 - 12:07

J'ai lu Henry Dunbar il y a quelques semaines, donc pardonnez-moi si mon avis n'est pas très précis, ni très long. Embarassed

Globalement, j'ai été assez déçue par ce livre. Dans les 100 premières pages, l'auteur lâche des indices si flagrants que cela en a gâché ma lecture. J'aime quand les auteurs d'intrigues conservent un certain mystère et une certaine incertitude jusqu'au bout (sans pour autant présenter des pirouettes dénuées de logique...). Et là, j'ai eu l'impression que l'auteur, au bout du compte, révèle un secret qui n'en est plus un.

C'est assez dommage, parce que j'attendais beaucoup de ce livre, un peu trop peut-être.

J'ai toujours le secret de Lady Audley dans ma PAL, et je compte bien le lire également, malgré mon sentiments plus que mitigé sur Henry Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
http://litteranet.blogspot.com
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23875
Age : 61
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Mar 10 Mar 2009 - 23:04

Merci pour cet avis, Clélie. Je ne suis pas très étonnée de la faiblesse que tu soulignes car dans Le secret de Lady Audley une bonne partie de l'intrigue était assez prévisible également. J'espère que malgré tout tu y trouveras plus de plaisir qu'à la lecture de Henry Dunbar.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
majeanne
Ready for a strike!
avatar

Nombre de messages : 1115
Age : 58
Localisation : le Sud
Date d'inscription : 25/05/2008

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Jeu 16 Avr 2009 - 15:29

J'ai lu avec beaucoup de plaisir "Le secret de Lady Audley" et "Henry Dunbar". J'aime l'écriture simple et prévisible de Braddon qui me renvoie aux joies de mes lectures d'enfant.
Le lecteur sait tout de suite où elle veut en venir mais je pense que là n'est pas l'important pour elle. Ce qui compte c'est l'éveil progressif de ses personnages à la vérité.
Tout rentre dans l'ordre à la fin, un peu comme dans un conte et je trouve cela très reposant.
J'avoue pourtant qu'il y a un moment dans "Henry Dunbar" où je me suis laissée prendre
Spoiler:
 
J'envisage avec plaisir la lecture d'autres romans de cet auteur et merci à the Inn de me l'avoir fait connaître.
Revenir en haut Aller en bas
Lily of the valley
Sherlock's Blue Scarf
avatar

Nombre de messages : 6358
Age : 48
Localisation : Pile entre Honoré (de B) et George (S)...
Date d'inscription : 29/06/2012

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Sam 6 Oct 2012 - 19:51

Je viens d'acheter la trace du serpent, je lirai vos commentaires après l'avoir lu, mais j'ai hâte de le commencer !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bravigou.canalblog.com
Flo18
Pauvre gouvernante
avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 20/08/2012

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Mar 9 Oct 2012 - 19:23

lorelai59 a écrit:
J'ai lu il y a quelques semaines La trace du serpent. Sur le thème un peu équivalent du Comte de Monte Cristo, un roman policier dans l'Angleterre victorienne avec moultes rebondissements jusqu'à la moitié du livre. Ensuite, l'intérêt du livre réside dans la maniére dont le détective prouvera l'innocence de celui condamné à tort pour meurtre.
J'ai beaucoup aimé autant l'histoire melant secrets, mensonges, meurtres et complots que le style de Braddon. Je pense que je vais me laisser tenter par un autre de ses romans Razz

Ah j'allais justement demander si quelqu'un a lu ce livre-là (parce que je viens de l'acheter) et si c'est un bon début pour connaître Mary Braddon. Est-ce que cela vaut un Collins?


Sunjin a écrit:
Aurora Floyd

Bon je rejoins beaucoup l'avis de Cat47 bien que ce ne soit pas le même livre lol...

Je gardais de Miss Braddon un souvenir flamboyant, à la hauteur de Wilkie Collins et bien, ça ne devait pas être ce livre...

Car en terme d'écriture et même de rebondissements on est très très loin de la flamboyance et de la brillance de Wilkie Collins Sad

Wink

MINCE! De quel livre parles-tu Sunjin?
Revenir en haut Aller en bas
Zakath Nath
Romancière anglaise
avatar

Nombre de messages : 3428
Age : 35
Date d'inscription : 04/11/2007

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Sam 17 Nov 2012 - 22:14

Je viens de finir La Trace du Serpent et les 600 pages filent à toute vitesse. Il faut dire que l'auteure ne recule devant aucun rebondissement extraordinaire et les met à la suite sans faiblir. Au bout de 50 pages, on a déjà deux meurtres, un innocent accusé à tort, un sociopathe diabolique, un suicide, un détective super doué mais muet (ce qui ne l'empêche pas de faire de long "discours"), et ça continue comme ça tout le long du livre, on aura droit
Spoiler:
 

Braddon semble d'ailleurs consciente des ficelles qu'elle utilise quand le personnage du marquis de Cévennes fait remarquer qu'on est quand même en plein mélodrame. Il y a des incohérence comme un personnage qui change de prénom ou de nom à un moment, je ne sais pas si c'est dû à la traduction ou non. Mais au final c'est vraiment du roman à sensations où les retournements de situation les plus énormes se succèdent, et du coup je me suis bien amusée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://zakath-nath.joueb.com
Illusions
Riche célibataire
avatar

Nombre de messages : 111
Age : 28
Date d'inscription : 26/08/2012

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Sam 25 Mai 2013 - 13:24

Vous m'avez donnée envie de la lire !
Allez encore des bouquins à acheter .
Revenir en haut Aller en bas
serendipity
Aurora Borealis Chaser
avatar

Nombre de messages : 9105
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Mar 27 Aoû 2013 - 21:26

Pour celles qui ont aimé "Lady Audley's Secret", je signale que la BBC (Radio 4) diffuse actuellement cette histoire en feuilleton radiophonique.

Chaque épisode dure 15 minutes et c'est ici Arrow 
Revenir en haut Aller en bas
Zakath Nath
Romancière anglaise
avatar

Nombre de messages : 3428
Age : 35
Date d'inscription : 04/11/2007

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Mar 3 Juil 2018 - 22:12

J'ai terminé Lady Audley's Secret. Les péripéties s'enchaînent à un rythme moins soutenues que dans La Trace du Serpent, mais cela se suit bien même si j'ai trouvé la dernière partie
Spoiler:
 
un peu plus longuette.

En tout cas, même si l'on voit venir les révélations, cela ne manque pas de rebondissements. Cela étant ce qui m'a le plus marquée c'est que le personnage du titre a beau être machiavélique, je ne trouve pas que Braddon la condamnait tant que ça face à des protagonistes qu'elle ne rend pas attachants. Un peu comme si elle se sentait obligée de
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://zakath-nath.joueb.com
esperluette
Magnolia-White Ampersand
avatar

Nombre de messages : 7954
Age : 27
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Mar 24 Juil 2018 - 13:56

Je suis en train de lire Aurora Floyd et après un début sympathique, me voici en train de m'enliser au milieu du livre...  Sleep

J'ai tout d'abord été séduite par la légèreté de ce roman, j'ai retrouvé le plaisir de me vautrer dans un bon vieux pavé victorien. Mais j'avoue que je commence à me lasser d'une intrigue qui avance très peu, car à la différence d'autres auteurs de l'époque, je ne trouve pas l'écriture de Braddon (en traduction) brillante (même si quelques traits d'humour me font sourire) et ses personnages me semblent manquer d'épaisseur.
Je me retrouve aussi dans ces commentaires postés ici même il y a dix ans. Laughing

Sunjin a écrit:
L'impression que les nobles sentiments ne sont réservées qu'aux nobles, et les viles sentiments et autres actions méprisables aux gens du peuple : entre headgraves, Mrs Powell, James Conyers, le marchand de chiens, on a un sacré florilège... Ce sont les "petites remarques" de la  voix off qui ont creusé ce malaise doucement, mais surement.

Sunjin a écrit:
Je suis plus ambivalente sur Aurora : on a tout d'abord le portrait d'un personnage féminin singulier, très masculin même, jusqu'à cette passion pour le monde des courses et puis, pouf retour de Paris et là seule la dimension charmante, séduisante (c'ets une beauté hors norme) demeure... Le personnage semble rangée, décidée à assumer sa position sociale et sa position de femme de la "bonne société"...

Tout cela fait que je commence à me lasser et que j'attends impatiemment un rebondissement. Mais

Spoiler:
 

Ce qui me gêne surtout énormément, c'est que je trouve la narration "malhonnête", en tout cas le suspense est ménagé de manière un peu artificielle et maladroite. En effet on a affaire à un narrateur plutôt omniscient, qui nous donne énormément d'informations et notamment sur les pensées et ressentis des personnages, mais qui n'a pas voulu nous révéler la teneur de la discussion très importante d'Aurora avec son père au début du livre. Je crois que cela manque de finesse à mon goût et m'empêche d'adhérer vraiment au mystère.

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Juliette2a
Tenant of Hamley Hall
avatar

Nombre de messages : 16001
Age : 21
Localisation : Entre la Suisse et l'Angleterre :) At Thornfield Hall, with Jane Eyre and Edward Rochester !
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Mar 24 Juil 2018 - 17:34

Merci pour ton commentaire, Esperluette ! Wink Aurora Floyd ne fait pas partie des livres de Mary-Elizabeth Braddon que je souhaite découvrir Razz
Revenir en haut Aller en bas
esperluette
Magnolia-White Ampersand
avatar

Nombre de messages : 7954
Age : 27
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Mar 31 Juil 2018 - 12:01

Je suis venue à bout de ce livre, et c'est une déception. No

Si le début était plutôt agréable à lire, l'intrigue s'enlise totalement ensuite. L'auteure se répète et entretient un suspense assez artificiel (et on se doute de toute façon assez vite du secret d'Aurora).

Les personnages sont tous "trop", même si certains m'ont semblé plus intéressants (les personnages masculins, Talbot et John, ainsi que l'oncle capitaine, plutôt haut en couleurs). Mais Mrs Powell est trop haineuse, Aurora trop flamboyante (son personnage est assez mal dépeint d'ailleurs, l'auteur nous assène en permanence qu'elle est la fierté incarnée et n'a peur de rien, puis nous explique quelques pages plus loin qu'elle est très impressionnable), Lucy trop soumise et effacée (la description de sa vie de couple est à pleurer Laughing ).

Et puis il y a un manichéisme fatigant entre les riches/nobles, droits et intègres, et les pauvres/domestiques, qui peuvent être gentils mais sont toujours assez bêtes et limités, ou alors sont totalement malfaisants.

Je pense que si l'histoire avait été plus prenante, ces défauts m'auraient moins dérangée, mais je me suis ennuyée et n'ai pas réussi à me sentir en empathie avec les états d'âme des personnages (répétés et re répétés Sleep ). Malgré quelques traits d'humour ou d'esprit qui m'ont fait sourire parfois, j'ai trouvé l'ensemble assez convenu, et ne m'étonne plus tellement que le nom de MEB ne soit pas un des plus connus de la littérature victorienne. (J'ai d'ailleurs été étonnée d'apprendre que Wilkie Collins ou Henry James l'admiraient).

J'ai sûrement fait une mauvaise pioche mais pas sûre de relire Braddon de sitôt. scratch
Revenir en haut Aller en bas
MissAcacia
DerbyCheshire Cat
avatar

Nombre de messages : 7024
Age : 45
Localisation : Perched on a hot sound tree
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Mar 31 Juil 2018 - 13:57

Merci pour ton avis Esperluette.
J'ai lu trois ou quatre romans de Mary Elizabeth Braddon et le seul qui ne m'a pas déçue est Le secret de Lady Audley. Je ne me prononcerai pas sur l'ensemble de son oeuvre mais elle m'a donné l'impression d'avoir produit ses livres assez rapidement, sans doute poussée par la nécessité. J'essaierai peut-être la trace du serpent, s'il croise ma route.


Dernière édition par MissAcacia le Mar 31 Juil 2018 - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
esperluette
Magnolia-White Ampersand
avatar

Nombre de messages : 7954
Age : 27
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Mar 31 Juil 2018 - 14:43

J'ai l'impression que Le Secret de Lady Audley récolte des avis généralement positifs, si je retente un jour, ce sera avec ce titre. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Juliette2a
Tenant of Hamley Hall
avatar

Nombre de messages : 16001
Age : 21
Localisation : Entre la Suisse et l'Angleterre :) At Thornfield Hall, with Jane Eyre and Edward Rochester !
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   Mar 31 Juil 2018 - 18:00

Merci pour ton avis complet, Esperluette ! cheers Comme toi, Le Secret de Lady Audley est celui qui me tente le plus ! bounce
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mary Elizabeth BRADDON   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mary Elizabeth BRADDON
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mary Elizabeth BRADDON
» Mary Elizabeth Braddon
» QUEEN MARY 1936 et QUEEN ELIZABETH 1938 .
» Les autres livres d'Elizabeth Gaskell
» Le RMS Queen Mary.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Auteurs anglo-saxons divers (XIXème siècle et antérieurs)-
Sauter vers: