Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Livres - "La poupée sanglante" / "La machine à assassiner" de Gaston Leroux

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
lady Clare
Lily-white Doe
avatar

Nombre de messages : 9891
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Livres - "La poupée sanglante" / "La machine à assassiner" de Gaston Leroux   Ven 14 Mai 2010 - 2:30

La Poupée sanglante/ La Machine à assassiner sont des romans de Gaston Leroux publiés en 1923 & 1924.
Image hébergée par servimg.com
L'auteur est déjà très connu, il n'a rien à prouver et écrit sur ce qui le passionne, ici on voit bien sa fascination pour les sciences modernes, les progrès de la médecine, mais aussi son côté morbide exacerbé.
Image hébergée par servimg.com

L'histoire met en scène plusieurs personnages, dont le rôle dans l'intrigue est pour chacun primordial, on retrouve apparemment le schéma bien connu chez Leroux de la belle héroïne (Christine) désirée par un monstre - ou qui a en tout cas l'apparence d'un monstre- (Bénédict) et qui aime un jeune homme tout à fait sain. Mais l'intrigue est beaucoup plus complexe que cela en réalité, le monstre n'est pas celui que l'on croit, l'apparence est bien souvent trompeuse chez Leroux, de même que Christine n'est finalement pas une héroïne si lisse que cela...

Citation :
Christine fille d'un horloger habile et fiancée du savant Jacques Cotentin ne trouve qu'un défaut à son bel automate Gabriel : son absence d'âme. Comme elle aimerait que celui-ci ait la belle âme poétesse de son voisin Bénédict Masson ! Hélas, simple mécanique, il ne peut donner que ce que ses rouages savent du monde. Bien peu. Bénédict est lui un relieur à l'esprit fin et sensible, malheureusement affligé d'une laideur physique qui tient Christine loin des bras de la belle âme. Celui-ci ne sait la nature de cet étrange jeune homme au port et à la mine si parfaite qu'il observe de sa fenêtre visiter l'élue de son cœur. Mais voilà qu'un soir Bénédict Masson entend une dispute entre Christine et son père. Christine le supplie de ne pas "le" tuer. Mais de qui parle-t-elle ?
(wikipédia)

J'avoue que si j'aime beaucoup ce roman, bien moins que Le Fantôme de l'Opéra cependant, je préfère et de loin l'adaptation télévisée au livre... Comme souvent chez Leroux, l'intrigue est victime de digressions, de réflexion, pas toujours intéressantes pour le lecteur d'aujourd'hui. Au contraire, je trouve que le scénario de la série a su retirer l'essentiel de cette histoire pour la rendre passionnante de bout en bout.

La série télévisée

C'est un feuilleton de 6 épisodes de 52 minutes, dont la première diffusion a eu lieu sur Antenne 2, du 17 septembre au 22 octobre 1976. La réalisation est de Marcel CRAVENNE ; le scénario de Robert SCIPION, d'après les romans de Gaston LEROUX "La Poupée sanglante" et "La Machine à assassiner".

Les personnages

Jean-Paul ZEHNACKER (Bénédict Masson)

Image hébergée par servimg.com

On peut dire que c'est le personnage principal. Il est présent dans chaque épisode, et même d'une façon on ne peut plus surprenante dans la deuxième moitié de l'intrigue, qui correspond au traitement de la partie intitulée La Machine à assassiner. Amoureux fou de Christine, il cache sous son extrême laideur l'âme d'un immense poète. L'interprétation de l'acteur Jean Paul Zehnacker est absolument bouleversante. On sent le comédien de théâtre derrière son phrasé parfait.


Yolande FOLLIOT (Christine Gaillard/ Christine Norbert dans le roman )


Image hébergée par servimg.com
Le personnage de Christine me plait bien plus dans la série que dans le livre, même si dans le livre, elle est décrite comme dégourdie et plutôt intelligente (et très belle aussi), je la trouve plus moderne dans la série. Le jeu de l'actrice Yolande Folliot y est pour beaucoup, elle est Christine, tantôt fragile, tantôt mystérieuse, tantôt forte et résolue. Elle a des côtés agaçants parfois, car elle ne sait pas toujours écouter son coeur.


Dominique LEVERD (Jacques Quentin/ Jacques Cotentin dans le roman)

C'est le cousin & fiancé de Christine, j'avoue que cet aspect des choses m'a étonnée, ces deux là sont promis l'un à l'autre depuis l'enfance est semblent s'en contenter. Pas de passion entre eux mais une tendresse rassurante. Jacques est, au début du roman, un brillant étudiant en médecine, détail qui a énormément d'importance pour le reste de l'intrigue.


Ludwig GAUM (Gabriel)

Image hébergée par servimg.com

Impossible de parler de ce personnage sans spoiler, il est la clef de toute l'intrigue. Dans le film , il est interprété par un très bel acteur, détail également nécessaire à l'intrigue.


Edith SCOB (La marquise de Coulteray)

Image hébergée par servimg.com
J'aime beaucoup cette actrice, je l'ai découverte dans Les Yeux sans visage de G. Franju, un film terrifiant sur les déviances de la médecine. Elle campe une marquise très convaincante, je regrette juste qu'elle n'ait pas pris un petit accent british pour faire ce rôle, car on insiste beaucoup dans le téléfilm sur le fait que la marquise est anglaise, et qu'elle a rencontré son mari aux Indes... J'aime beaucoup ses costumes, ils ont un petit côté préraphaélite...


Georges WOD (Le marquis de Coulteray)

Le marquis est un personnage inquiétant, sous des apparences débonnaires, il cache une personnalité trouble et perturbée. Il semble dominer et terrifier constamment son épouse. D'emblée, il apporte une part de mystère, voire de fantastique à l'intrigue principale.


Julien VERDIER (M. Gaillard/ M. Norbert dans le livre)

C'est le père de Christine, je l'ai toujours trouvé horriblement égoïste, il ne pense qu'à ses expériences, je pense qu'il veut marier Christine à Jacques simplement pour ne pas perturber son petit monde.


Sacha PITOEFF (Docteur Sahib Khan)

Mystérieux médecin indien, qui a plus l'air d'un gouru, c'est un manipulateur hors pair. C'est lui qui "soigne" la marquise pour une supposée "maladie de langueur" qu'elle aurait contractée aux Indes.


Cathy ROSIER (Droga la danseuse)

C'est l'une des maîtresses du marquis, elle ne se formalise pas de le partager apparemment. Elle est une danseuse mondialement connue, on la voit danser au Musée Guimet, mais ce n'est pas l'actrice qui danse, le montage n'est pas très bien fait dans ces scènes, elles manquent d'élégance, l'actrice n'est pas toujours très juste, un des petits points faibles de la série à mon avis.


Résumé de l'intrigue dans la série télévisée : (en effet, il y a quelques variantes par rapport aux livres, notamment la fin)

Thème : dans le Paris des années 20, sur l'île Saint-Louis, le relieur et poète Bénédict Masson, à la laideur repoussante, est épris secrètement de Christine, sa belle voisine dont le père est horloger et dont le fiancé, Jacques Quentin, est spécialiste de biologie et de chirurgie.
Spoiler:
 

Je préfère donc et de loin la série télévisée au livre.. j'ai noté aussi qu'il y a pas mal de points communs avec Le Fantôme de l'Opéra, et pas seulement le fait que l'héroïne s'appelle aussi Christine, mais aussi le héros défiguré, la fascination amoureuse, "l'andouille de service" (dixit April) lol!, la relation ambiguë avec le père, les personnages secondaires hauts en couleur...
Revenir en haut Aller en bas
lady Clare
Lily-white Doe
avatar

Nombre de messages : 9891
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Livres - "La poupée sanglante" / "La machine à assassiner" de Gaston Leroux   Ven 14 Mai 2010 - 2:36

manue a écrit:
Clelie a écrit:

La synthèse et l'analyse de La Poupée sanglante est également très intéressante. Je ne connais pas très bien cette histoire, mais elle a l'air d'être du plus pur gothique...

Brouuu, je dirais même que ça fait froid dans le dos. Et comme Lady Clare, j'ai été plus impressionnée par la série TV que par le livre. C'est même, LA série qui m'a terrifiée petite. Le personnage de Bénédict est affraid affraid
Il faudrait que je la revois !!!