Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Litterature japonaise

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
clinchamps
Oshaberi Sensei
avatar

Nombre de messages : 53738
Age : 75
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Litterature japonaise   Ven 12 Mar 2010 - 5:59

Kusanagi a écrit:

Pour ajouter rapidement ma pierre aux débats sur la place du topic... c'est vrai que ça fait bizarre, la littérature sur un sous-forum télé... mais avec un sujet traceur sur le forum "source" ça devrait permettre de le faire, non?
J'en profite pour soulever le fait que les mangas (soit des livres) sont rangé dans le même sujet que les anime (soit des "films"). C'est un petit peu perturbant pour moi (qui lutte pour qu'on confonde pas les deux... )

Je n'y avais même pas pensé, pour moi le mot fédérateur c'était "Japonais" et donc direct dans l'aquarium, mais je m'aperçois à lire divers topic que le classement des sujets dans un forum, c'est bien moins simple qu'il n'y paraît ! Rolling Eyes
Pour les mangas, je suis d'accord avec toi, Kusa, que ce n'est pas les films, mais d'un autre côté pas mal de mangas sont adaptés en"films/dramas/séries/animes" alors ... et il y a aussi quelque part un sujet : films asiatiques. Notre grande gourou Galy, que pense-t-elle de l'évolution de sa création, partie du gniiiiisage sur la bogossitude et "la vraie vie des dramas" à laquelle s'ajoute à présent ce topic ? Je ne voudrais pas qu'elle pense qu'on lui dénature son œuvre Very Happy surtout que je reste une fan inconditionnelle de la bogossitude en question et du gniiiisage !! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Galy
Witty Blossom Indeed!
avatar

Nombre de messages : 6074
Localisation : dans la piscine du réacteur n°4 de Fukushima-Daiichi
Date d'inscription : 10/05/2007

MessageSujet: Re: Litterature japonaise   Ven 12 Mar 2010 - 14:56

Moi ça me va
c'est comme vous voulez!!

Bon. Ekaterin64!!!!! je suis très en colère!! Nan je déc*nne... Je t'ai offert un des romans de l'auteur présenté par Emjy vilaine!!!! Quatre Soeurs!!
M'enfin je vais pas la ramener je me suis aperçue que je n'avais jamais posté mon avis définitif dans le topic de Tanizaki!!!! Embarassed

La Pierre et le sabre je n'ai pas dépassé la moitié du premier tome... la honte... Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
ekaterin64
Queen of Nanars
avatar

Nombre de messages : 17536
Age : 45
Localisation : Glancing through the Skies of Pern
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: Litterature japonaise   Ven 12 Mar 2010 - 15:04

double Embarassed Embarassed pour toi et Emjy

Je l'ai pas encore lu, je peux pas en parler... ça te vas comme excuse rendeer

_________________

Quand la tempête t'encercle, hisse la voile et suis les traces du Dieu Dragon. En avant, en avant ! Car qui
hésite perd, plutôt être mort qu'esclave de la peur Lady companion of the Most Noble Order of the Lycans
Devoted to Loulou "Obi Wan Sheen OBE I" In Life and Death
Revenir en haut Aller en bas
Galy
Witty Blossom Indeed!
avatar

Nombre de messages : 6074
Localisation : dans la piscine du réacteur n°4 de Fukushima-Daiichi
Date d'inscription : 10/05/2007

MessageSujet: Re: Litterature japonaise   Ven 12 Mar 2010 - 15:07

ça me va!!!! lol!
et puis c'est normal c'est un mega pavé!!!
...

...
M'enfin d'ici à ce que je te punisse lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
ekaterin64
Queen of Nanars
avatar

Nombre de messages : 17536
Age : 45
Localisation : Glancing through the Skies of Pern
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: Litterature japonaise   Ven 12 Mar 2010 - 15:09

J'ai vraiment peur là affraid lol!

_________________

Quand la tempête t'encercle, hisse la voile et suis les traces du Dieu Dragon. En avant, en avant ! Car qui
hésite perd, plutôt être mort qu'esclave de la peur Lady companion of the Most Noble Order of the Lycans
Devoted to Loulou "Obi Wan Sheen OBE I" In Life and Death
Revenir en haut Aller en bas
Galy
Witty Blossom Indeed!
avatar

Nombre de messages : 6074
Localisation : dans la piscine du réacteur n°4 de Fukushima-Daiichi
Date d'inscription : 10/05/2007

MessageSujet: Re: Litterature japonaise   Ven 12 Mar 2010 - 15:10



Je peux euuuuuuh te confisquer ton lapin-cochon??? Twisted Evil lol!

et sur ces bonnes paroles j'arrête de flooder Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Fée clochette
Soul dancing on the breeze
avatar

Nombre de messages : 22566
Age : 73
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: Litterature japonaise   Sam 5 Juin 2010 - 13:50

Very Happy Coucou, c'est moi.... grande liseuse de littérature asiatique, il faudrait que je me mette aux adaptations, mais j'ai plus le temps de lire que de visionner ... j'avoue aussi que le soleil aidant, un livre se transporte, mais pas mon micro... il n'est pas minuscule.

Je veux vous parler d'un livre qui parle des Ninja pas les tortues hey ! ça c'est une transposition rigolote pour les enfants, j'ai encore les figurines à la maison.

Citation :
Natori Masazumi connaissez-vous ? c'est l'un des plus important maître des clans de Japon et il a vécu L'époque d'Edo ou période Tokugawa c'est à peu près à cette époque vers 1600 que Ieyasu Tokugawa lors de la bataille de Sekigahara prend le pouvoir. Tout se termine vers 1868 avec la restauration Meiji. Le shogunat Tokugawa domine le pays dont Edo (ancien nom de Tokyo) s'instaure la capitale. (1603-1868).

Pour ce que j'ai compris, les ninja sont l'envers des samouraïs... Avec les Samouraïs tout est clair et le code de l'honneur le bushidô avait un pendant plus secret : l'art du ninjutsu.

Les ninjas était experts en infiltration espionnage etc assassinats mais possédaient aussi un code qui se transmettait dans les écoles secrètes, et était codé.

Au départ le ninja est un marginal, rejeté de la société ou qui a préféré s'en exclure volontairement (et l'on parle de Robin Hood ^^ pas tout à fait tout de même) . Les clans ninja se sont mis au service de seigneurs, tout en étant considérés comme des hinin ("non-humains"), des parias car le ninja se bat ou pour sa survie ou par intérêt. Le seigneur confiait au ninja les missions interdites à la droiture du samouraï le ninja pouvait "tricher" et recourir à toutes les armes, toutes les méthodes, toutes les ruses, il pouvait voler et violer bref le sale travail était pour lui. Sauf qu'il ne faut pas les confondre avec de vulgaires voleurs ou malandrins. Il pouvait être garde du corps, attaché à la défense des châteaux.

leur particularité, était l'entrainement intensif qu'il devaient subir (pas nouveau ) pour vivre en milieu hostile sans se faire connaître. Bref, c'est la première fois que ce livre paraît en France, il est bien traduit et super passionnant.

Natori Masazumi avait écrit un code des ninja, pour les éduquer, si vous vous y plongez vous n'êtes pas au bout de vos surprises... Surprenant Japon, quand on pense que Takamatsu Toshitsugu (le derniers des ninjas authentiques est mort en 1972)

Voili voilou.
Revenir en haut Aller en bas
clinchamps
Oshaberi Sensei
avatar

Nombre de messages : 53738
Age : 75
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Litterature japonaise   Sam 5 Juin 2010 - 14:48

Merci, Fée Clochette !! c'est trèèèès intéressant ! cheers cheers (il faut absolument que je présente (la Pierre et le sabre", qui correspond tout à fait à l'époque de ton livre, mais du côté "samouraî" !! )
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei
avatar

Nombre de messages : 8840
Age : 41
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Litterature japonaise   Sam 5 Juin 2010 - 15:01

Merci Fée Clochette.... les ninjas, c'est très compliqué, parce que même les Japonais se perdent un peu entre réalité et légendes.

De ce que j'ai compris, ninja et samouraï ne sont pas comparable, pusique les samouraï sont des guerriers (l'équivalent de nos chevaliers...) alors que les ninjas, à l'origine sont des paysans, qui refusaient d'appartenir à un daimyo (seigneur).

Les deux clans les plus important (Iga et Koga) sont d'ailleurs deux villages/vallées aux alentours de Kyoto.
Et donc, ils proposaient leur service, ensuite au plus offrant... c'est de là qu'est venue toutes les légendes sur le fait que samouraï et ninja ne s'entendaient pas etc...
Enfin, ce n'est pas faux, mais autant que les chevaliers et les assassins/espions chez nous

Qui plus est, certains grands ninja étaient de famille samouraï (comme Hattori Hanzo), d'autres issues des grandes familles de bretteur, comme les Yagyu, dont une des branches organisa le service d'espionnage des Tokugawa.

plus sur wiki:
ici
et ici
ou encore ici et là
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
Fée clochette
Soul dancing on the breeze
avatar

Nombre de messages : 22566
Age : 73
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: Litterature japonaise   Sam 5 Juin 2010 - 15:19

Very Happy en fait, c'était un peu la force obscure, les souterrains des noires âmes lol! armée régulière le samouraï, les hommes de l'ombre : le ninja lol!

Je termine par une traduction moderne du Bushidô Shoshinshû de Taïra Shigésuké... de Thomas Cleary


qui lui nous fait lire

le code d'honneur du samouraï

mais comme j'en ai encore pas mal d'autres ce sera pour une autre fois lol!

Clincham chevaliers noirs ou chevaliers blancs
Revenir en haut Aller en bas
clinchamps
Oshaberi Sensei
avatar

Nombre de messages : 53738
Age : 75
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Litterature japonaise   Mar 8 Juin 2010 - 14:45

Une présentation que je voulais faire depuis longtemps : Eiji Yoshikawa et son œuvre maîtresse "la pierre et le sabre", et le tome 2 "la parfaite lumière"
Je dois dire tout de suite merci à Wiki à qui je dois l'essentiel de ce qui va suivre, ainsi qu'à la préface de l'édition française de Edwin O.Reischauer.
L'auteur :
Hidetsugu Yoshikawa (吉川英次, Yoshikawa Hidetsugu?) dans la préfecture de Kanagawa, actuellement une partie de Yokohama, il quitte l'école primaire à onze ans pour travailler suite à des affaires perdues par son père. A 18 ans, après avoir subi un accident où il frôle la mort, il quitte sa province natale pour rejoindre Tokyo la capitale pour suivre une formation en tant qu'apprenti dans un atelier de laquage d'or. Durant la même période il s'intéresse au haiku comique et rejoint un club de poésie au sein duquel il commence à écrire des haiku sous le pseudonyme de "Kijiro".
En 1914, avec le dit d'Enoshima, il remporte le premier prix d'un concours d'écriture et l'année suivante commence à écrire et éditer des feuilletons en commençant avec la vie de Shinran.
En 1923 année du grand tremblement de terre de Kanto, cette expérience hors du commun renforce sa volonté de faire de l'écriture sa carrière et sa vie. Se cherchant un pseudonyme adéquat il change 19 fois de noms avant de choisir définitivement Eiji Yoshikawa comme nom de plume. Ses publications devenant célèbres, un public insatiable et nombreux le reconnait désormais sous ce nom dès la parution de Naruto Hicho.
Dans le début des années 30, son écriture devient régulièrement introspective et reflète ses préoccupations personnelles. Mais en 1935 avec le début du feuilleton Musashi, romançant et célébrant la vie du célèbre rōnin Miyamoto Musashi, dans le journal Asahi, son écriture prend assurément un style de fiction historique.
Durant la conquête de la Chine par le Japon en 1937 il est dépêché sur le champ de bataille en tant qu'envoyé spécial par le journal Asahi.
A la fin de la Seconde Guerre mondiale il cesse d'écrire et s'installe à Yoshino (désormais Oumeshi) dans les périphéries de Tokyo, mais il recommence à écrire dès 1947. Son principal travail d'après guerre est l'élaboration des nouvelles chroniques du Clan Heike (1950). Il décède en 1962
Spoiler:
 

l'œuvre :
Le roman est paru initialement sous forme de feuilleton entre 1935 et 1939 dans l'Asahi Shimbun, l'un des quotidiens au plus haut tirage du Japon.
Depuis, de nombreuses éditions sous forme de livre ont été publiées. L'intégralité de la série est parue sous la forme de sept livres nommés : Terre, Eau, Feu, Vent, Ciel, Soleil et Lune, La parfaite Lumière.
La Pierre et le Sabre est le nom du premier tome de l'édition francophone regroupant les quatre premiers livres, le second étant publié sous le titre La parfaite lumière. Chaque tome compte environ 700 pages et est édité chez J'ai lu.
Miyamoto Musashi était un personnage réel mais grâce au roman de Yoshikawa, lui et les autres personnages principaux du livre sont devenus partie intégrante du folklore japonais vivant.
Cette figure, image au-delà du samouraï qui vécut réellement au XVIIe siècle, est un véritable mythe.
Le Miyamoto Musashi historique, né peut-être en 1584 et mort en 1645, était comme son père une fine lame, et dut sa célébrité au fait qu'il se servait de deux sabres. Yoshikawa nous conte l'histoire de Musashi jusqu'en 1612, année où il n'était encore qu'un jeune homme de vingt-huit ans. 
Faisant régulièrement allusion à l'un des grands livres du Bushido, "L'art de la Guerre", La Pierre et le Sabre est plus qu'un grand roman d'aventures. Il donne en outre un aperçu sur l'histoire japonaise, et sur l'image idéalisée que se font d'eux-mêmes les Japonais contemporains. 
Musashi entame son parcours dans le camp des perdants à Sekigahara, puis il fuit, et commet nombre d'erreurs, guidé par son seul instinct. Cependant, la providence place sur son chemin une autre figure historique du Japon du XVIIe siècle, le moine Takuan Par sa grande sagesse, il fait prendre conscience à Musashi de l'animalité de ses actes et de ses réactions, et le guide vers la prise de conscience de la valeur à accorder à la vie. C'est alors que Musashi va renaître, lors d'un long enfermement au château de Himeiji, au terme duquel il prend le nom de Miyamoto Musashi en lieu et place de Shimen Takezo. Il va traverser plusieurs fois le Japon, n'ayant de cesse de progresser sur la Voie du samouraï.
En contrepoint de Musashi, on rencontre deux figures, qui tiennent le rôle de doubles dégradés du héros. Tout d'abord Matahachi, ami d'enfance qui ne fait que tomber de déchéance en déchéance tout au long des épisodes, ensuite vient Sasaki Kojirô, le rival de Musashi, qui s'oppose à lui dans un terrible duel qui clôt le roman. Il poursuit avant tout la gloire, et cherche à se placer et à faire connaître son style d'escrime le Ganryû. Il finit donc par être terrassé, car il « avait placé sa confiance dans le sabre de la force et de l'adresse. Musashi dans le sabre de l'Esprit. C'était toute la différence entre eux ».
Je rajoute là une note personnelle car un autre personnage important est passé là complètement sous silence : la belle et tendre Otsu qui va suivre Musashi tout du long, sans pratiquement jamais croiser concrètement sa route, car Musashi, bien qu'il lui rende son amour, ne peut s'attacher à quelque chose d'aussi matériel qu'une épouse et une famille, sa quête l'obligeant à toujours laisser derrière lui ce qu'il a acquis pour atteindre un niveau toujours supérieur.
Symbole du chemin vers la domination de soi, et la réalisation de son potentiel, telle est la figure de Musashi dans l'œuvre de Yoshikawa. Et si, en effet, le style de Yoshikawa est radicalement différent de ceux d'auteurs tels que Kawabata ou Mishima, il n'en demeure pas moins qu'entre ces œuvres, il est possible de lancer des ponts. La nostalgie profonde qui hante Le maître (Kawabata) ou La Mer de la fertilité (Mishima)s'explique sans nul doute par la confrontation de l'image de Musashi, idéalisation de l'âme japonaise, avec les compromissions que demandaient la modernisation et de l'occidentalisation, et qui ne lui permettaient plus de se réaliser en tant que telle.
Pour avoir commencé Kawabata, je confirme que c'est infiniment moins agréable à lire que Yoshikawa, plus que de la nostalgie j'y vois une certaine morbidité, d'ailleurs ces deux auteurs se sont suicidés, ce qui semble être un trait commun à pas mal d'écrivains japonais.
Le roman a donné lieu à différentes adaptions pour la télévision, le cinéma et en bandes dessinées, notamment Vagabond , un manga de Takehiko Inoue. Une adaptation cinématographique très libre(ça on peut le dire !!! Very Happy )de Luc Besson a donné "Nikita" puis "Léon".
En 2008 : mamorou Oshii (ghost in the shell) réalise The dream of the last samouraî, anime.

Spoiler: