Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Ecris moi si tu m'aimes encore: une correspondance amoureuse du XVIIIème siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lambada
Demande enflammée
avatar

Nombre de messages : 360
Age : 27
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Ecris moi si tu m'aimes encore: une correspondance amoureuse du XVIIIème siècle   Sam 6 Mar 2010 - 20:06

J'ouvre un topic ( en espérant qu'il n'en existe pas déjà un ) sur un livre que j'ai acheté ce matin. Je l'avais déjà repéré il y a quelques semaines et je n'ai pas résisté. Je ne sais pas si certains d'entre vous l'ont déjà lu.
Je poste un résumé et une critique du Monde et j'essaierais de poster mon avis dès que je l'aurais lu.



"Présentation de l'éditeur:

Citation :
Ces lettres ne nous étaient pas destinées.
Codées, écrites à la hâte, cachées, elles disent la passion d'une jeune femme pour son cousin, à la fin du XVIIIe siècle. Un amour empêché, contrarié par le père de l'inconnue, contrarié aussi par l'enfermement de l'amoureux, par sa passion pour la boisson... Cet amour n'a pas le droit d'exister ni de se dire, seulement de s'écrire en secret. Mêlées aux papiers de cet officier, ces lettres ont sommeillé dans un carton, parmi des documents divers, dans le fonds d'archives du Châtelet de Paris.
D'une rare beauté, elles nous font partager les états d'âme de cette amoureuse et nous entraînent au plus près de son ressenti, dans un flot de mots non relus."

Citation :
LE MONDE DES LIVRES - 28.01.10. Article paru dans l'édition du 29.01.10

C'est un vrai trésor qu'a découvert Isabelle Foucher, chargée d'études aux Archives nationales : soixante-six lettres d'amour d'une inconnue, adressées à un certain Pierre Basile de Canut, lieutenant de marine. Elles sommeillaient dans un carton, au fond d'un dépôt. L'une d'elles abritait une mèche de cheveux blonds, tressée à un ruban bleu (Ecris-moi si tu m'aimes encore... Une correspondance amoureuse du XVIIIe siècle, Bayard, 350 p., 19,50 €).
Ces lettres écrites en secret, à Bayonne, entre 1783 et 1786, ont la particularité d'être cryptées. Les voyelles et certaines consonnes y sont remplacées par des chiffres, et les mots compromettants réduits à des initiales. Soit "Pt" pour "petit Canut" et "mt Ct" pour "méchant Canut".
Car l'officier en question est un sacré loustic, "un fort mauvais sujet" : colérique, parfois violent, s'adonnant à la boisson, il a eu droit à la prison puis à une résidence surveillée. Sa cousine, follement amoureuse de lui ("Dis-moi toutes tes pensées, dis-moi tout ce que tu fais, mets-moi de moitié dans tout ce qui t'arrive"), n'arrête pas de le raisonner, de le gronder, de le mettre en garde : "Vous allez boire avec les ivrognes de Saint-Martin, vous êtes encore la fable de cette paroisse... A votre place, mon cher Canut, je me mettrais dans l'impossibilité d'avoir du vin... Tu étais le plus tendre des hommes, aujourd'hui tu es l'homme le plus injuste et le plus barbare..." Tutoiement et vouvoiement alternent selon les circonstances, cohabitant parfois dans la même phrase : "Je m'attendais à cette belle lettre, ce n'est plus toi, c'est vous et ha ! mon coeur se dilate."
Le livre est intéressant à double titre. Isabelle Foucher ne se contente pas de retranscrire et de commenter ces lettres, saisies par la police après le décès de l'officier dans un duel : elle raconte aussi le travail de limier qui lui a permis de retrouver l'identité de la jeune fille et de reconstituer l'histoire.
A deux reprises, l'amoureuse omet d'effacer son prénom : elle s'appelle Rose. R4z2, selon le code. Il s'agit de Rose de Lalande de Luc, une jeune noble, que sa famille n'entend pas marier à ce Canut, qui a démissionné de son poste et envisage de partir on ne sait où...
Que de sensualité derrière ces pages si pudiques ! Rose ne parvient pas à "fixer les endroits" où la sensation passe tour à tour quand elle reçoit une lettre de l'officier. Après une rencontre clandestine, elle précise : "J'ai encore l'impression de tes caresses qui m'ont si bien pénétrée."
L'historienne Arlette Farge, qui préface le livre, y voit "un XVIIIe siècle un peu décalé entre Watteau et Fragonard". Elle retrouve dans cette correspondance tout l'esprit de l'époque : l'instabilité, la passion, le goût de la liberté, la soif du changement...
On sent que Rose étouffe, cherche à se libérer, mais craint les conséquences de son geste. En même temps, elle n'est pas mécontente de voir son amoureux sous les verrous, pour mieux le surveiller. Même la clandestinité, finalement, ne lui déplaît pas. "Plus l'amour est mystérieux, plus il a de charmes", écrit la délicieuse R4z2 au méchant Canut qui ne la méritait peut-être pas.

Robert Solé. Article paru dans l'édition du 29.01.10
Revenir en haut Aller en bas
misshoneychurch
Poppy dream by the Arno
avatar

Nombre de messages : 5437
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Ecris moi si tu m'aimes encore: une correspondance amoureuse du XVIIIème siècle   Sam 6 Mar 2010 - 21:41

J'espère que tu nous diras ce que tu en as pensé, ça a l'air passionnant !
Revenir en haut Aller en bas
Testifly
Cherry Blossom Girl
avatar

Nombre de messages : 2459
Age : 26
Date d'inscription : 09/02/2008

MessageSujet: Re: Ecris moi si tu m'aimes encore: une correspondance amoureuse du XVIIIème siècle   Lun 8 Mar 2010 - 19:35

Ce livre me titillait à Virgin, mais le prix me rebute un peu, j'ai hâte d'avoir ton avis Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://whatmariedidnext.blogspot.com/
whiterose
Coléoptère d'Afrique
avatar

Nombre de messages : 253
Age : 28
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: Ecris moi si tu m'aimes encore: une correspondance amoureuse du XVIIIème siècle   Sam 19 Juin 2010 - 20:27

je n'avais jamais entendu parler de ce livre, mais le résumé me donne très envie de le lire Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://bookscave.wordpress.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ecris moi si tu m'aimes encore: une correspondance amoureuse du XVIIIème siècle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ecris moi si tu m'aimes encore: une correspondance amoureuse du XVIIIème siècle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ne me dis plus que tu m'aimes (poème miroir)
» nouvelle position amoureuse
» [Collection] La Vie Amoureuse (Ed? Soc. Parisienne d'Imprim)
» Tu aimes les sacs de pédés !? J'en ai !!!
» [Marr, Melissa] Ne jamais tomber amoureuse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Autres auteurs (divers) :: Auteurs francophones-
Sauter vers: