Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
mimidd
Aki no Hoshizora


Nombre de messages : 15733
Localisation : with a Japanese man singing for Rotterdam
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Jeu 4 Mar 2010 - 15:23

Comme promis, j'ouvre un topic consacré à Osamu Dazai ainsi qu'à ses oeuvres, en particulier Ningen Shikkaku, qui a fait l'objet d'une adaptation ciné sortie le mois dernier au Japon et dont je bassine tout le monde avec  Laughing



Osamu Dazai, c'est ce monsieur :




Né en 1909 et mort en 1948, Osamu Dazai, de son vrai nom Shuji Tsushima, est l'un des écrivains emblématiques du mouvement littéraire connu (ou pas ^^) sous le nom de "watakushi shōsetsu"

mon ami wiki a écrit:
Watakushi shōsetsu ou shishōsetsu (私小説, Watakushi shōsetsu ou shishōsetsu) est un style littéraire japonais où les romans (小説, shōsetsu) sont à la première personne (私, watakushi), incorporant des éléments d'autobiographie. Ce style fut fondé sur la version japonaise du naturalisme créé pendant l'ère Taishō. Le style reflète une plus grande individualité et présente une méthode d'écriture moins forcée.

Les premiers exemples de ce style sont peut-être Hakai (1906), de Tōson Shimazaki, et Futon (1907), de Katai Tayama. Dans Hakai, Shimazaki décrit un homme né dans une famille de burakumin, rejeté par le reste de la société japonaise, et sa décision d'aller à l'encontre des ordres de son père de ne jamais révéler ses origines. Dans Futon, Tayama avoue son amour pour une de ses élèves. Dès ses origines, donc, le roman watakushi shōsetsu exposait le côté obscur de la société ou de la vie de l'auteur.

Il y a plusieurs règles générales pour la création d'un roman watakushi shōsetsu. L'histoire doit se dérouler dans un milieu naturel et doit être complètement réaliste. L'idée était de montrer que la langue n'est pas transparente, et qu'on peut décrire un vrai évènement avec cette langue. La formule du protagoniste doit être « auteur > protagoniste > héros », donc l'auteur est obligatoirement le protagoniste de l'histoire. Le roman doit aussi montrer une grande connaissance de la littérature et faire référence à beaucoup d'œuvres en relation avec les sentiments, les pensées du personnage. Le style ne doit également pas être trop lourd.

Si vous voulez connaître en détail la vie d'Osamu Dazai, je vous invite à regarder sa page wiki : Arrow , mais ce qu'il faut en retenir, c'est qu'il est né dans une riche famille provinciale, et qu'en dehors de çà, il n'a connu que des malheurs : élevé par les serviteurs de la maison puis envoyé dans divers pensionnats, il sombre rapidement dans le vice (alcool, femmes et marxisme, le cocktail détonnant ^^), il est rejeté par sa famille et tentera à de nombreuses reprises de se suicider. Ajoutons à cela une dépendance à la morphine suite à une opération de l'appendicite, un enfermement dans un hopital psychiatrique pour se désintoxiquer (pendant que sa femme le trompait avec son meilleur ami), la tuberculose, et j'en passe ...
Je vous avais prévenus que sa vie n'était pas super rose  Laughing . Bref, il finit par se donner la mort en 1948 ...

Côté littéraire, je redonne la parole à wiki :

Citation :
Le style d'Osamu est surtout marqué par son utilisation de la première personne. Toutes ses œuvres sont plus ou moins autobiographiques, mais pouvaient être écrites en tant qu'extrait de journal intime, essai, lettre, journalisme ou soliloque.

Son style est aussi très pessimiste, reflétant sa propre personnalité. Les personnages de ses romans trouvent souvent que le suicide est la seule manière d'échapper de leurs existences infernales, mais échouent souvent dans leurs tentatives par pure apathie envers leur propre existence, le fait de survivre ou pas leur étant parfaitement égal.

Ses œuvres oscillent entre le drame et la comédie, la mélodrame et l'humour, et il change son vocabulaire selon le style choisi.

Parmi ses oeuvres les plus connues et traduites en français : La femme de Villon (Viyon No Tsuma), Pays Natal, Soleil Couchant (Shayō), Cents vues du mont Fuji (Fugaku Hyakkei), Mes dernières années (Bannen) ...
(pour une petite présentation de ses différentes oeuvres : http://www.shunkin.net/Auteurs/?author=17)



Et bien sûr, La déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku) ...

Citation :
Présentation de l'éditeur

«Je suis devenu bouffon. C'était mon ultime demande adressée aux hommes. Extérieurement, le sourire ne me quittait pas; intérrieurement, en revanche, c'était le désespoir.» Ainsi se présente Yôzô, né dans une famille riche du nord du Japon, qui veut être peintre, abandonne ses études au lycée de Tôkyô pour travailler dans des ateliers, mais s'initie plus vite au saké et aux filles qu'au dessin et à la peinture. D'amours malheureuses en amours malheureuses, après n'avoir été qu'un médiocre caricaturiste de revues de second ordre, il échoue à vingt-sept ans, malade, tel un vieillard, dans une vieille chaumière, irréparable d'où il rédige l'histoire de sa vie, «vécue dans la honte», et alors qu'il ne connaît plus désormais ni le bonheur ni le malheur.

Alors, ce roman m'a laissée très ... perplexe  Razz . D'une part, parce que je n'ai pas tout compris  Embarassed . Je ne sais pas si c'est le style de l'auteur, la pensée japonaise en général, la traduction ou mon neurone unique, mais certains passages m'ont paru incompréhensibles   . Ce qui explique pourquoi j'ai mis aussi longtemps à lire les 180 pages du roman ^^. Au delà des références culturelles et littéraires qui m'ont échappées, il y a beaucoup de non dits, de pudeur, de passages du coq à l'âne, qui rendent difficiles la compréhension. Le fait que le héros soit aussi le narrateur ne facilite pas les choses, on n'a que sa vision des événements, et comme il a tendance à faire le bouffon (= à dissimuler et à mettre à distance ses sentiments), il faut arriver à faire la part du vrai et du faux, et c'est assez destabilisant quand on ne connait pas les codes littéraires qui régissent le roman  pale  

Sauf que. J'ai été touchée par cette histoire, et par le personnage de Yozo. D'une certaine façon, çà m'a fait penser au Sous Sol de Dostoievski (en plus, à un moment, le héros fait référence à Crime et Chatiment  cheers ) ou encore à L'oeuvre de Zola (peut être uniquement parce que le héros est un peintre raté  scratch )  I love you
Paradoxalement, même si ma lecture a un peu été difficile, elle m'a fortement donné envie de me pencher sur les autres oeuvres d'Osamu Dazai  . Et je pense que je relirai le roman après avoir vu l'adaptation, histoire de bien tout comprendre.

En parlant d'adaptation, je vous laisse sur le trailer de Ningen Shikkaku (titre anglais : The Fallen Angel) réalisé par Genjiro Arato, avec Tomaaaaaaaa dans le rôle titre, mais aussi Satomi Ishihara (Voice) et d'autres acteurs que je ne connais pas  Embarassed


Le site officiel (en japonais  Neutral ) : http://www.ns-movie.jp/ (y'a des zolis fonds d'écran si vous arrivez à les trouver ^^)

Je me répète, mais je veux troooooop voir ce film   , et en attendant, la bo tourne en boucle sur mon ordi depuis hier, je l'adore  

Et parce qu'il est trooooooo boooooo et qu'il faut bien alléger le caractère hautement déprimant de ce post Laughing :

Spoiler:
 

_________________

ずっと続く道  これからも変わらずに  同じことで笑っていよう  一人じゃないよ  アホな仲間と
=☆= In a road that keeps going without change, let’s keep laughing about the same things. =☆=
=☆=☆=☆= You’re not alone. You’ve got this stupid friend with you
(道, 丸すばる) =☆=☆=☆=


Dernière édition par mimidd le Ven 18 Juil 2014 - 13:42, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.librarything.fr/profile/mimidd
cat47
Master of Thornfield


Nombre de messages : 23541
Age : 59
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Jeu 4 Mar 2010 - 15:29

Pourrais-tu STP arrêter, Mimidd? Parce qu'à ce rythme, je vais finir par craquer pour les crevettes, et que là, je ne réponds plus de rien. pale rendeer Razz lol!

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
marie21
Lost in RA Sunbae


Nombre de messages : 15319
Age : 37
Localisation : somewhere near Taipei, Matsu Island, Seoul and Tokyo
Date d'inscription : 25/09/2006

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Jeu 4 Mar 2010 - 15:42

Bravo Mimidd pour l'ouverture de ce topic. Moi aussi, je veux voir ce film car ton Toma a l'air époustouflant comme le montre l'interview réalisée sur lui en plein tournage! Si le réalisateur (qui a l'air très exigeant) dit qu'il est génial, c'est qu'il doit vraiment l'être! Smile

Cat, tu vas craquer, tu vas finir par craquer pour les crevettes! lol! Twisted Evil lol! en même temps, je comprends ta crainte, si tu commences un drama, tu ne pourras plus t'arrêter! lol!
Revenir en haut Aller en bas
ekaterin64
Queen of Nanars


Nombre de messages : 16722
Age : 43
Localisation : Glancing through the Skies of Pern
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Jeu 4 Mar 2010 - 16:27

Je suis curieuse Cat, qu'est-ce qui t'attire ici le sujet ou Tomaaaaaaaaaaaa lol!

Sinon, comme suis au boulot Embarassed je prendrais plus le temps ce soir de lire ton post Mimiid

_________________

Quand la tempête t'encercle, hisse la voile et suis les traces du Dieu Dragon. En avant, en avant ! Car qui
hésite perd, plutôt être mort qu'esclave de la peur Lady companion of the Most Noble Order of the Lycans
Devoted to Loulou "Obi Wan Sheen OBE I" In Life and Death
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield


Nombre de messages : 23541
Age : 59
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Jeu 4 Mar 2010 - 16:38

ekaterin64 a écrit:
Je suis curieuse Cat, qu'est-ce qui t'attire ici le sujet ou Tomaaaaaaaaaaaa lol!

Ce sont les arguments constructifs de Midmidd. Razz Je suis une fille très sérieuse, môaaaa.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
ekaterin64
Queen of Nanars


Nombre de messages : 16722
Age : 43
Localisation : Glancing through the Skies of Pern
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Jeu 4 Mar 2010 - 16:42

Tu ne sais pas ce que tu perds alors Razz




Parce que Tomaaaaaaaaaaaaaaa il est trop bôoooooooo drunken



ok je sors
Je reviendrai que j'aurais quelque chose de contructif à dire Wink

_________________

Quand la tempête t'encercle, hisse la voile et suis les traces du Dieu Dragon. En avant, en avant ! Car qui
hésite perd, plutôt être mort qu'esclave de la peur Lady companion of the Most Noble Order of the Lycans
Devoted to Loulou "Obi Wan Sheen OBE I" In Life and Death
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield


Nombre de messages : 23541
Age : 59
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Jeu 4 Mar 2010 - 16:49

J'ajouterais bien quelque chose mais je crains de pourrir totalement le topic de Mimidd.pale Qui au demeurant va finir dans les topics populaires, si on continue.



_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
ekaterin64
Queen of Nanars


Nombre de messages : 16722
Age : 43
Localisation : Glancing through the Skies of Pern
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Jeu 4 Mar 2010 - 16:52

Si c'est pour critiquer son mari tu fais bien de courir lol!


Sans rire, Toma surnommé Tomaaaaaaaaaaaa en plus d'être trop bô, est un très bon acteur. Dans Maou il dégage une très grande souffrance pour son rôle. Je ne doute pas que dans ce film il soit comme toujours parfait

_________________

Quand la tempête t'encercle, hisse la voile et suis les traces du Dieu Dragon. En avant, en avant ! Car qui
hésite perd, plutôt être mort qu'esclave de la peur Lady companion of the Most Noble Order of the Lycans
Devoted to Loulou "Obi Wan Sheen OBE I" In Life and Death
Revenir en haut Aller en bas
mimidd
Aki no Hoshizora


Nombre de messages : 15733
Localisation : with a Japanese man singing for Rotterdam
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Jeu 4 Mar 2010 - 17:14

ekaterin64 a écrit:
Si c'est pour critiquer son mari tu fais bien de courir lol!
Toutafé tongue . Cours, Cat, cours Twisted Evil

Et je plussoie sur le fait que mon mari est un excellent acteur

Si on revient à l'adaptation, je suis d'autant plus curieuse qu'il n'y a pas beaucoup d'action dans le roman, ce sont surtout des réflexions sur la vie, donc je me demande ce que çà va donner à l'écran. J'avais un peu d'appréhension mais elle s'est en grande partie envolée quand j'ai vu le trailer (les scènes qui y sont montrées ont l'air trèèès fidèles) et le reportage ...

Et non, on ne pourrit pas le topic d'Osamu Dazai si on y parle de Toma d'abord Laughing . A l'occasion de la sortie du film, une maison d'édition a réédité tous les romans de l'écrivain (pas seulement Ningen Shikkaku) avec Toma en couverture, et il parait que les ventes s'envolent. J'aimerai bien trouver l'édition de Ningen Shikkaku rendeer , mais çà me fait quand même un peu de peine pour l'écrivain que la vente de ses romans soit boostée par le changement de couverture. D'un autre côté, si çà peut le faire connaître à un nouveau public de cette manière Rolling Eyes

_________________

ずっと続く道  これからも変わらずに  同じことで笑っていよう  一人じゃないよ  アホな仲間と
=☆= In a road that keeps going without change, let’s keep laughing about the same things. =☆=
=☆=☆=☆= You’re not alone. You’ve got this stupid friend with you
(道, 丸すばる) =☆=☆=☆=
Revenir en haut Aller en bas
http://www.librarything.fr/profile/mimidd
Elisha
Ready for a strike!


Nombre de messages : 1311
Age : 28
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Jeu 4 Mar 2010 - 19:06

C'est grave si je ne fais pas mention de Toma dans mon post? Razz (ah mince, trop tard ^^ )

Trêve de plaisanteries (enfin si j'y arrive Razz), ton post m'a donné très envie de découvrir le roman. Je serais pas trop capable de dire pourquoi, mais tu m'as intriguée Very Happy

Et tu as gagné mon coeur avec cette phrase:

mimidd a écrit:
D'une certaine façon, çà m'a fait penser à L'oeuvre de Zola (peut être uniquement parce que le héros est un peintre raté scratch ) I love you

Je vais donc me pencher sérieusement sur la question! (Les 180 pages étaient aussi un bon argument en passant Laughing )
Revenir en haut Aller en bas
clinchamps
Oshaberi Sensei


Nombre de messages : 46665
Age : 73
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Jeu 4 Mar 2010 - 19:27

Comme je l'ai dit ailleurs, j'ai commandé le roman, il existe chez Gallimard. Il y a d'ailleurs pas mal d'autres œuvres de lui qui sont encore éditées chez Picquier Poche.
Mais après la (re re)vision de l'interview, autant vous dire qu'il me sera totalement impossible de ne pas "voir" Tomaaaaaaaa dan le personnage !!... cheers cheers Il n'est pas près d'être sorti de sa place N°1 de mon top 10 de crevettes !!! Si seulement Clint Eastwood pouvaitt refaire un film sur le Japon avec lui pour qu'il arrive jusqu'ici !!! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei


Nombre de messages : 8823
Age : 39
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Jeu 4 Mar 2010 - 20:13

Il donne envie, ce film... par contre,je ne sais pas si je me jetterais sur l'oeuvre d'Osamu Dazai (j'ai déjà une PAl virtuelle importante...)

Mais ne t'en fait pas Cat, tu peux te jeter dans l'aquarium japonais sans problème... les films et les dramas, c'est pas vraiment pareil...
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
Les yeux noirs
Romancière anglaise


Nombre de messages : 2794
Age : 40
Localisation : Résolument tournée vers la Terre bien installée sur mon quartier de Lune
Date d'inscription : 26/08/2009

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Jeu 11 Mar 2010 - 16:43

Je suis ravie que le topic sur la littérature japonaise ait été restructuré car je m'aperçois ainsi que j'étais complètement passée à côté de cette présentation (une semaine loin de The Inn et je râte tout!)
Merci Mimidd, ça me tente beaucoup, tant le roman que l'adaptation (Tomaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa)!
Et puis, un film de temps en temps ça change!
Tu nous donnera ton avis Clinchamps, car au rythme o`u tu vas, tu l'auras lu avant même que je ne l'aie acheté!
Revenir en haut Aller en bas
clinchamps
Oshaberi Sensei


Nombre de messages : 46665
Age : 73
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Jeu 11 Mar 2010 - 16:51

oui, je l'ai reçu ce matin !! lol! Mais là je lis "la librairie Tanabe", qui aura droit à son topic ensuite !!
Revenir en haut Aller en bas
clinchamps
Oshaberi Sensei


Nombre de messages : 46665
Age : 73
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Dim 11 Juil 2010 - 10:25

Remontage de topic : je me suis attelée à la lecture de ce livre, et attelée n'est pas un vain mot, car j'ai fait une pause, et pourtant il ne fait que 180 pages ! J'ai énormément de mal avec le style de l'auteur, qui donne une impression, voulue sans doute, de décousu, d'incohérence même : parfois le narrateur est à un endroit, puis la seconde d'après dans un autre, on ne sait pas trop comment il s'y est rendu, des personnages apparaissent qui ne semblent pas avoir de liens entre eux, car la vie même du personnage est incohérente tant il est incapable de jamais la gouverner.
Cependant il sait d'une façon remarquable nous faire sentir à quel point le mépris qu'il éprouve pour lui-même, pour son manque de personnalité, son incapacité à être sincère l'amène constamment à être "un bouffon" celui qui se cache derrière le clown qui fait rire, amuse, et divertit, boit et joue, portant toujours ce masque qui lui évite de montrer son vrai visage. Sa personnalité n'apparaît que dans ces carnets, où il ne parle de lui qu'avec dérision et mépris. Il se dégage de ce livre un sentiment quasi angoissant d'étouffement, le narrateur semble toujours pris au piège d'une vie qu'il déteste, méprise, et dont il est incapable de changer.
Bon, j'avoue tout de suite que c'est la perspective de voir Tomaaaa là dedans, après l'interview que j'ai vue de lui, qui m'a lancée dans cette expérience, et je dois avouer que tout en lisant je ne pouvais m'empêcher de le "voir" et ça me paraissait vraiment difficile à croire ! Wink J'en ai d'autant plus hâte de voir ce film, car ce devrait être une réelle performance pour lui !!! Very Happy de toutes façons il me ferait avaler n'importe quoi !!!
Revenir en haut Aller en bas
mimidd
Aki no Hoshizora


Nombre de messages : 15733
Localisation : with a Japanese man singing for Rotterdam
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Dim 11 Juil 2010 - 14:07

Copine de moi Clinchamps ^^ . Je me retrouve tout à fait dans ton avis, jusqu'à la pause dans la lecture Laughing .
C'est un roman vraiment déroutant, mais étonnamment, il m'a donné envie d'en savoir plus sur cet écrivain ...


Je suis en train de finir Soleil Couchant, et je le trouve un tout petit peu moins difficile d'accès que La Déchéance d'un homme, au sens où la ligne narratrice est plus "droite", mais on y retrouve les mêmes thèmes, en miroir, parce que cette fois ci la narratrice est une femme, et qu'elle est spectatrice de la déchéance de son frère et de l'homme qu'elle aime, et d'une manière générale, spectatrice de l'effondrement du monde qu'elle a connu.
Je posterai un avis plus détaillé quand j'aurai terminé ma lecture, et j'enchainerai avec Pays Natal, qui pour le coup, fait figure d'oeuvre à part chez Osamu Dazai, et qui d'après les extraits que j'ai pu lire, est trèèèèèès abordable et très léger sunny

_________________

ずっと続く道  これからも変わらずに  同じことで笑っていよう  一人じゃないよ  アホな仲間と
=☆= In a road that keeps going without change, let’s keep laughing about the same things. =☆=
=☆=☆=☆= You’re not alone. You’ve got this stupid friend with you
(道, 丸すばる) =☆=☆=☆=
Revenir en haut Aller en bas
http://www.librarything.fr/profile/mimidd
clinchamps
Oshaberi Sensei


Nombre de messages : 46665
Age : 73
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Mer 15 Juin 2011 - 12:55

voilà :
Autre style, j'ai aussi vu "Ningen shikakku" avec Tomaaaa et Morita Go (merci Mimidd ! Wink Petite photo pour toi :

Spoiler:
 

C'est l'adaptation du roman de Dasaï Ozamu "la déchéance d'un homme" et toute l'histoire est dans le titre. Je ne saurais dire si le film est fidèle à l'intrigue du livre, il y a un moment que je l'ai lu, cependant j'ai bien retrouvé les éléments importants des errances de cet homme qui avait au départ tout pour lui : beauté, richesse, talents et qui non seulement n'en a rien fait mais s'est détruit par l'alcool et la drogue, rongé par une dépression profonde qui le poursuit depuis l'enfance. J'ai retrouvé dans le film mon ressenti à la lecture : un sentiment de confusion dû à un récit sans réels repères chronologiques, qui crée une sensation diffuse d'angoisse et de déstabilisation qui nous fait peu à peu approcher de ce qu'éprouve le héros. Il n'y a pas une lueur d'espoir dans ce film, tout y est sombre (l'image comme l'histoire). Le scénario et la réalisation respectent parfaitement la froideur distancié du livre,
Spoiler:
 

Le film m'a paru long, mais d'un autre côté je m'étais interrompue dans la lecture et pourtant le livre est court, donc à la réflexion cette longueur est sans doute nécessaire à la fidélité de l'adaptation au climat de l'œuvre écrite. Le héros semble être dans un théâtre de marionnettes où les personnages arrivent, passent, reviennent sans avoir vraiment d'existence autre que leur influence dans sa vie propre, dans laquelle il est enfermé comme dans une bulle. Le passage du poète Sakahara en est l'exemple parfait, le temps semble immobile autour du héros, qui d'ailleurs ne vieillit pas. J'avoue qu'il y a des scènes que je n'ai pas comprises (par exemple celle où le héros et une femme apparaissent soudain en grande tenue de cérémonie de mariage : est-ce un rêve ? une imagination ? )
L'interprétation est absolument parfaite, et Tomaaaa n'est pas près de descendre de sa première place dans mon top (qu'il faut que je refasse un de ces jours !! lol!)(et bon sang ce qu'il est beau !!!! ) mais aussi celui qui interprète son mauvais ange, et Sakahara, et surtout les femmes !! Un dernier mot pour la musique : l'OST est superbe, elle a atterri tout droit sur mon ordi !!!
Pour résumer, je n'arrive pas à dire si j'ai aimé ce film, ni à dire si je ne l'ai pas aimé, mais il reste en mémoire, et en cela je pense que le scénariste/adaptateur et le réalisateur ont réussi leur coup !! Very Happy

Edit : le film n'est pas en noir et blanc, seul le générique de fin (d'où est tirée la photo ci-dessus) l'est !
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei


Nombre de messages : 8823
Age : 39
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Sam 25 Fév 2012 - 19:30

Ayééééééééé.... je viens de voir Ningen Shikkaku.

Eh ben c'était très bien.... long et parfois un peu difficile à suivre, en particulier pour l’enchaînement des évènements, mais fort bien filmé, tant au niveau de l'image que de la gestion des acteurs.

Que j'ai trouvé énormément justes dans leur rôle. Tous.
Que ce soit celui qui jouait Horiki, le mauvais génie de Yozo (je l'ai pas senti dès le début, celui-là...) aux actrices.... Morita Go, on ne le voit pas assez, mais c'est malin, j'ai envie de voir plus de trucs avec lui... et même du théâtre.
Spoiler:
 

Comme l'a déjà dit Clinchamps, l'impression de confusion qui ressort du film, de perte de repère temporel vient sans doute de l'histoire qui nous est conté ici. Parce que ça se regarde assez bien. La première partie sans doute plus facilement que la deuxième. Mais j'aime cette narration très japonaise, qui sait jouer des silences et des lenteurs sans lasser le spectateur.

Et puis il y a Toma. Qui est, excusez moi, un peu époustouflant dans ce rôle. De ce que j'ai lu ici d'Osamu Dazai, et vu donc dans l'adaptation, c'est un peu comme ci (époque et courant littéraire à part hein ^^) un jeune premier débutait au cinéma dans une adaptation de Camus, Dovstoïevski, etc.
Parce que oui, c'est le premier rôle au cinéma d'Ikuta Toma. Shocked drunken drunken Et il est un peu impressionnant, dans le rôle de ce personnage dépressif à vie, détaché de toute chose, alcoolique, puis morphinomane (Et euh, un Johnny's qui se pique à l'écran, ça fait bizarre sur le coup d'autant qu'il le joue très bien). D'ailleurs il avait gagné un prix l'année dernière pour ce rôle, comme meilleur espoir ^^

Et puis malgré son physique d'haricot vert anémique, il porte à merveille la chemise blanche, soyons honnêtes I love you I love you I love you (un peu de swoon, ça fait toujours du bien ^^)
Spoiler:
 
Oui je sais c'était le festival de la chemise blanche... mais la version dépressive avec petit pull ou junkie avec veste noir est très bien aussi...
Spoiler:
 

Bref, un très bon film.... maintenant j'ai bien envie d'essayer le roman, même si il semble un peu pas clair parfois. Et les autres oeuvres d'Osamu Dazai ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
Pandora Black
Lady Gunslinger of Gilead


Nombre de messages : 7166
Age : 35
Localisation : Dans le Tardis, entre Westeros, Arrakis et Giléad
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Sam 25 Fév 2012 - 19:54

C'est très mal de faire remonter ce topic, parce que non seulement ça me donne envie de voir ce film et d'ajouter Osamu Dazai dans ma pàl, mais ça me fait aussi finalement mettre peut-être également dans ma pàv un autre film sur lequel j'étais tombée on ne se demandera pas bien longtemps comment Rolling Eyes et qui est aussi une adaptation de cette auteur, La femme de Villon :


Film de 2009 de Negishi Kichitaro, avec Matsu Takako, Asano Tadanobu, Tsutsumi Shinichi, Tsumabuki Satoshi, Hirosue Ryoko.

Et c'est donc adapté plutôt d'une nouvelle puisque ça fait en gros 60/70 pages.

Citation :
Mme Otani est marié à un écrivain, dont elle a un fils, un enfant chétif âgé de quatre ans. Ce soir-là, son mari rentre ivre, comme à son habitude, quand il ne s’absente pas sans explication pour plusieurs jours. Peu après, des coups sont frappés à la porte : Otani aurait volé 5 000 yens dans un bar où il a déjà une ardoise considérable.

Pour éviter le scandale, Mme Onani promet de rembourser et se rend au bar le lendemain. Peu après, elle y voit son mari qui vient rendre l’argent. Mme Otani propose alors ses services de serveuse pour rembourser sa dette. Elle commence à travailler dans le bar, tandis qu’Otani publie dans une revue un texte sur François Villon. Malgré leurs difficultés pour survivre, le couple qui fréquente désormais le même bar se rapproche. Mais Mme Otani est en butte aux sollicitations des clients…

_________________
Library Thing - Listography - Tumblr - Goodreads

"Captain Cogitation" | CEO of Black Corporation | Commander of the Kraken (and other big bad ass monsters)
N°1 loyal subject of the One and Only Queen Margaret
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei


Nombre de messages : 8823
Age : 39
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Sam 25 Fév 2012 - 20:13

Citation :
Film de 2009 de Negishi Kichitaro, avec Matsu Takako, Asano Tadanobu, Tsutsumi Shinichi, Tsumabuki Satoshi, Hirosue Ryoko.

On se demande bien pourquoi... lol!

Ceci dit, ça me tente bien aussi et le film et la nouvelle.... et puis Villon qui apparait dans un texte japonais, voilà qui m'interpelle Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
Pandora Black
Lady Gunslinger of Gilead


Nombre de messages : 7166
Age : 35
Localisation : Dans le Tardis, entre Westeros, Arrakis et Giléad
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Sam 25 Fév 2012 - 20:30

Non seulement je suis prévisible, mais en plus toutélié, comment tu veux que je fasse Rolling Eyes Laughing enfin bon, il est dans ma "pàv virtuelle" celui-là, j'étais pas certaine de vouloir le voir à la base - mais bon voilà, topic qui remonte, auteur intéressant, autres adaptations, toussa toussa...

_________________
Library Thing - Listography - Tumblr - Goodreads

"Captain Cogitation" | CEO of Black Corporation | Commander of the Kraken (and other big bad ass monsters)
N°1 loyal subject of the One and Only Queen Margaret
Revenir en haut Aller en bas
mimidd
Aki no Hoshizora


Nombre de messages : 15733
Localisation : with a Japanese man singing for Rotterdam
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Sam 25 Fév 2012 - 21:54

Merci pour le remontage de topic, Kusa cheers (et j'en profite pour m'excuser auprès de Clinchamps pour n'avoir jamais répondu à son post Embarassed )
Ca fait un peu longtemps que j'ai vu le film, donc je serai absolument incapable d'en faire une critique détaillée, mais je suis tout à fait d'accord avec ce que vous avez écrit (et pour répondre à ta question, Clinchamps, je pense que la cérémonie de mariage, c'est une vraie cérémonie de mariage, entre le héros et la demoiselle ^^. Mais c'est vrai que le montage est étrange)


Je plussoie en particulier pour Morita Go (qui ne paie pas de mine, mais qui livre toujours une performance très intense I love you , dommage qu'on ne le voit pas plus souvent sur les écrans japonais), et Toma, qui effectivement, est un peu extraordinaire dans ce rôle (merciiiiii pour les caps, l'est booooo mon mari )


Ah, mais j'avais jamais tilté que Asano Tananobu jouait dans Villon's Wife Shocked. C'est lui qui joue le mari ?
Le film est dans ma PAV depuis très longtemps (j'avais été attirée par le côté "adaptation de Dazai Osamu" + Villon dans le titre ^^), j'avais même commencé à le regarder, mais faut croire qu'à ce moment là, j'étais pas trop d'humeur à regarder un truc déprimant . Et pis je voulais lire le livre avant ...

_________________

ずっと続く道  これからも変わらずに  同じことで笑っていよう  一人じゃないよ  アホな仲間と
=☆= In a road that keeps going without change, let’s keep laughing about the same things. =☆=
=☆=☆=☆= You’re not alone. You’ve got this stupid friend with you
(道, 丸すばる) =☆=☆=☆=
Revenir en haut Aller en bas
http://www.librarything.fr/profile/mimidd
Pandora Black
Lady Gunslinger of Gilead


Nombre de messages : 7166
Age : 35
Localisation : Dans le Tardis, entre Westeros, Arrakis et Giléad
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Sam 25 Fév 2012 - 22:11

Viii c'est lui le mari. On verra qui de nous deux le regardera finalement en premier Laughing cela dit je lirai bien la nouvelle avant aussi maintenant que je sais que c'est une adaptation Smile

_________________
Library Thing - Listography - Tumblr - Goodreads

"Captain Cogitation" | CEO of Black Corporation | Commander of the Kraken (and other big bad ass monsters)
N°1 loyal subject of the One and Only Queen Margaret
Revenir en haut Aller en bas
Kusanagi
Scottish Jedi Sensei


Nombre de messages : 8823
Age : 39
Localisation : lost in the wired, something better than the matrix
Date d'inscription : 20/11/2008

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Sam 25 Fév 2012 - 22:21

clinchamps a écrit:
Le héros semble être dans un théâtre de marionnettes où les personnages arrivent, passent, reviennent sans avoir vraiment d'existence autre que leur influence dans sa vie propre, dans laquelle il est enfermé comme dans une bulle. Le passage du poète Sakahara en est l'exemple parfait, le temps semble immobile autour du héros, qui d'ailleurs ne vieillit pas. J'avoue qu'il y a des scènes que je n'ai pas comprises (par exemple celle où le héros et une femme apparaissent soudain en grande tenue de cérémonie de mariage : est-ce un rêve ? une imagination ? )

mimidd a écrit:
(et pour répondre à ta question, Clinchamps, je pense que la cérémonie de mariage, c'est une vraie cérémonie de mariage, entre le héros et la demoiselle ^^. Mais c'est vrai que le montage est étrange)

C'est intéressant ce que tu dis Clinchamps sur le théâtre de marionnette, puisque Ningen Shikkaku a aussi été adapté en manga, publié en France d'ailleurs(2 tomes pour le moment), en 3 tomes... et l'illustration de couverture nous montre le héros comme une marionnette (de sa vie? Du destin?) ICI
Et je pense aussi le mariage réel. On voit une vie matrimoniale après, qu'on n'avait pas vu avec les autres femmes...

Je n'avais pas réagit, mais en effet, le temps passe et notre héros ne vieillit pas (les seuls effets visibles sur Toma sont ceux liés à la dépendance, par crise). Sauf l'image finale, qui marque bien... et nous indique que le temps est passé. Tout comme l'évènement historique qui clôt le film. La fin aussi d'une période, les années 30... je trouve d'ailleurs que Toma a la nonchalance parfaite pour interpréter un "artiste" de cette époque... c'est p'têt pour ça que la chemise blanche et le pantalon chino lui vont bien Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-et-confiture.forumactif.com/
clinchamps
Oshaberi Sensei


Nombre de messages : 46665
Age : 73
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Mar 28 Fév 2012 - 16:21

Mimidd, ce n'était pas grave !! Very Happy
Il faudrait que je le revoie, mes souvenirs sont lointains. C'est vrai que le montage était bizarre mais je crois que cela allait très bien dans le sens du roman, dont la chronologie est assez chaotique, on n'a jamais (enfin moi ! Very Happy ) l'impression que le temps passe, il n'y a pas de vraie sensation de durée. Mais comme l'auteur est mort à 39 ans et que son texte semble être le récit d'un vieillard, cette contradiction est bien rendue par la façon dont le récit est mené.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)   Aujourd'hui à 1:22

Revenir en haut Aller en bas
 
Osamu Dazai ou La Déchéance d'un homme (Ningen Shikkaku)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Aoi Bungaku
» Dazai Osamu
» DAZAI Osamu (Japon)
» Un homme de goût...
» Un homme tout nu !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: And what do you do when you are not reading? :: Télévision :: Prawniverse, an aquarium from Asia-
Sauter vers: