Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Journal d'Hélène Berr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Framboise
Intendante de Pemberley


Nombre de messages : 557
Age : 32
Date d'inscription : 05/12/2009

MessageSujet: Journal d'Hélène Berr   Mer 3 Fév 2010 - 22:02

Hélène Berr mérite bien sa place à l’auberge, je me dépêche de réparer cet oubli!
Son journal est exceptionnel, on en peut pas le lire sans y laisser un bout de soi-même. Il y a peu de livre qui marquent à ce point...



Hélène Berr, jeune fille juive de 21 ans, agrégée d’anglais à la Sorbonne Wink , commence à écrire son journal en 1942. Elle se sent poussée à le faire:
Citation :
« Je me force à le faire, parce que je veux me souvenir de tout. Je note les faits, pour ne pas les oublier, parce qu’il ne faut pas oublier »
C’est une jeune fille intelligente, pleine de joie de vivre malgré la guerre. Elle décrit, avec une pudeur et une sensibilité extrêmes, son quotidien de jeune juive parisienne: les amitiés nouées et la découverte de l‘amour, les cours à la Sorbonne, les belles journées d’été à la campagne.

Le port de l’étoile jaune, l’application des lois anti juives et la peur des rafles envahissent progressivement sa vie. Mais elle reste, parce qu’elle sent que c’est son devoir.
Citation :
La lucidité et le talent littéraire d’Hélène Berr font de ce témoignage un document exceptionnel. Une voix tiraillée entre un irrésistible désir de bonheur et la conscience de la tragédie en cours d’accomplissement.

Comme le dit Modiano, on sent chez Hélène le goût du bonheur, l’envie de se laisser glisser sur la douce surface des choses, un tempérament à la fois artiste et d’une très grande lucidité. Elle possède une grande confiance dans l’homme, malgré sa compréhension étonnante des événements en cours.

Citation :
"En ce moment nous vivons l’histoire. Ceux qui la réduiront en paroles … pourront bien faire les fiers. Sauront’ ils ce qu’une ligne de leur exposé recouvre de souffrance individuelle?"
Une fille totalement lucide, qui a conscience de ce qui est en train de se passer.

On a beaucoup parlé dans le topic du "cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates" d’Elisabeth, qui était presque trop parfaite.
Eh bien, on retrouve chez Hélène Berr une force de caractère, une délicatesse et une lucidité impressionnantes, avec une humanité et un amour de la vie tellement intenses…
J’ai eu l’impression, en refermant ce journal, d’avoir perdu une véritable amie, une amie exceptionnelle.

J’ai été émue aux larmes par ce journal, et j’avoue que j’ai du mal à en parler sans émotion, même par écrit.
Je n’ai qu’un conseil à vous donner: lisez le…
Une voix et une présence qui vous accompagneront toute votre vie
Revenir en haut Aller en bas
lady Clare
Lily-white Doe


Nombre de messages : 9869
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Journal d'Hélène Berr   Mer 3 Fév 2010 - 22:04

Merci framboise!!!!!!!!!!!! cheers
J'ai entendu justement à ce sujet une émission passionnante sur RFI à ce sujet!!!!! Une comédienne a lu plein d'extraits du Journal...très très beau texte, et quel destin tragique... Sad
Revenir en haut Aller en bas
nathy's
Feedle-Dee-Dee!


Nombre de messages : 8529
Age : 26
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: Journal d'Hélène Berr   Jeu 4 Fév 2010 - 19:28

J'en avais entendu parler je ne sais plus où mais là tu me donnes très envie de le lire, très belle présentation! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Framboise
Intendante de Pemberley


Nombre de messages : 557
Age : 32
Date d'inscription : 05/12/2009

MessageSujet: Re: Journal d'Hélène Berr   Ven 12 Fév 2010 - 15:45

J'espère bien vous donner envie de le lire!! cheers
Ce que j'apprécie également, dans ce journal, ce sont les impressions de lecture d'Hélène.
Pendant toute la période où elle tient son journal, elle parle de ses lectures, donne son avis sur certains romans lus, compare les situations qu’elle vit avec celles dont elle a lu les descriptions…
On a à la fin du livre la liste des romans ou poèmes lus, et j’avoue que j’ai pas mal pioché dedans: Hélène avait de bonnes lectures (parfois très lambtoniennes, on y retrouve en vrac Thomas Hardy, Elisabeth Goudge, Lewis Carroll, que de beau monde!) sunny sunny

Elle surnomme également ses amis de noms de héros de romans, en fonction de leurs caractères. On trouve ainsi un Sparkenbroke, un Lancelot du Lac, une Charlotte Brontë… Elle avait de l'imagination! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Dulcie
Ville du Nord...


Nombre de messages : 753
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Re: Journal d'Hélène Berr   Ven 12 Fév 2010 - 17:18

J'avais entendu parler de ce livre à sa sortie (dans un magazine, à moins que je n'ai aperçu la couverture dans une librairie à l'époque) et ça m'avait eu l'air bien.
Je ne l'aurai pas acheté, mais j'ai vu que ma bibliothèque avait eu la bonne idée de l'acquérir (je l'ai déjà un peu feuilleté la dernière fois que j'y suis allée).
Donc, je me laisserai probablement tenter dans pas longtemps. study
Revenir en haut Aller en bas
Dulcie
Ville du Nord...


Nombre de messages : 753
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Re: Journal d'Hélène Berr   Mer 3 Mar 2010 - 19:32

J'ai terminé la lecture du Journal d'Hélène Berr. Je ne sais pas trop comment en parler, c'est délicat de critiquer un texte de ce genre.

Je retiens d'un côté la douceur, la fraîcheur, la joie de vivre d'Hélène, dans des pages ensoleillées, souvent très poétiques.
Mais aussi le constat terrible, et comme l'a déjà précisé Framboise complètement lucide des évênements de la guerre, et bien sûr de la situation des juifs, qu'elle analyse avec une remarquable intelligence, une vraie sincérité de coeur et d'esprit.
Plusieurs fois, Hélène écrit qu'elle s'oblige à noter ce qui se passe, pour s'en rappeler, pour informer les autres, lorsque la guerre sera finie. Son témoignage se transmet maintenant, c'est important pour nous, mais je vois ça également comme une "bonne chose" pour elle, puisque c'était apparemment son souhait.

Grâce à ce qu'elle a écrit, on assiste, on "revit" avec elle certains des moments importants de sa vie. Le bonheur et l'exaltation lorsqu'elle tombe amoureuse (accompagnés d'hésitations et de questionnements, car si j'ai bien compris, elle était déjà liée à un autre garçon). Tout ce qui est poignant, à cause de la guerre : l'arrestation de son père en particulier. Le sort de tous les gens qu'elle connaît, l'incertitude. Aussi la colère, l'indignation devant les Allemands. Au fil des années, le ton du journal se fait plus dur et désespéré. Horrible de s'apercevoir qu'elle perd sa confiance, que les pages où l'enthousiasme réussissait malgré tout à émerger se font de plus en plus rares, avant de disparaître presque complètement.

Je n'ai pas été bouleversée comme Framboise, et je me suis parfois ennuyée face à la relation d'évênements trop nus, trop factuels. C'est néanmoins une très belle lecture, qui vaut autant pour sa qualité littéraire qu'historique.

Merci quand même à toi pour ce topic (et donc de m'avoir rappelé cet ouvrage). Smile
Lorsque j'avais 14, 16 ans, j'ai lu énormément ce genre de documents sur la 2e Guerre, sur les juifs en particulier, mais ça faisait maintenant plusieurs années que j'avais cessé complètement d'en lire.
Ca me donne envie de relire bientôt un autre journal semblable, celui d'Hetty Hillesum, une juive néerlandaise d'Amsterdam, qui a hélas subi le même sort qu'Hélène Berr. Il y aussi ses lettres du camp de Westerbork. Je crois savoir (me souvenir) que son témoignage, avec de sensibles différences, est tout aussi vif et saisissant.
Revenir en haut Aller en bas
Framboise
Intendante de Pemberley


Nombre de messages : 557
Age : 32
Date d'inscription : 05/12/2009

MessageSujet: Re: Journal d'Hélène Berr   Sam 6 Mar 2010 - 16:10

Merci de ton avis Dulcie. Tout comme toi, j'ai lu plusieurs témoignages sur la seconde guerre mondiale, il y a quelques année, mais je n'avais jamais été touchée comme je l'ai été par le journal d'Hélène Berr.
Citation :
Je retiens d'un côté la douceur, la fraîcheur, la joie de vivre d'Hélène, dans des pages ensoleillées, souvent très poétiques.
Citation :
Horrible de s'apercevoir qu'elle perd sa confiance, que les pages où l'enthousiasme réussissait malgré tout à émerger se font de plus en plus rares, avant de disparaître presque complètement.
En effet ce contraste entre l'ombre et la lumière se ressent très fortement.

Hélène a une personalité joyeuse, solaire, pleine de vie et de gaité, et on sent qu'au fur et à mesure elle réalise l'horreur de cette guerre, et du sort réservé aux juifs. Je n'ai pas eu l'impression qu'elle perdait confiance en elle, mais plutôt qu'elle ne comprenait plus le monde dans lequelle elle vivait. Elle a perdu sa croyance en la bonté de l'homme, et ce constat la rend assez amère.
Quelle époque affreuse...
Revenir en haut Aller en bas
MD
British countryside addict


Nombre de messages : 828
Age : 31
Date d'inscription : 28/01/2010

MessageSujet: Re: Journal d'Hélène Berr   Mar 30 Mar 2010 - 18:37

Déterrage de sujet ! J'ai finalement lu ce petit journal d'Hélène Berr.
Merci Framboise pour cette découverte. Ca ne sera pas mon coup de cœur de l'année, mais c'est une lecture bouleversante à bien des points de vue.

Beaucoup de choses, auxquelles je souscris, ont déjà été dites.
Bien sur, le dégradé qui va du plus clair au plus sombre de l'histoire est effrayant.

Deux parties finalement assez nettes :
On commence par entrer dans le quotidien parisien d'une jeune étudiante. Petite vie tranquille où la guerre est presque absente.
L'université, les WE à la campagne, la musique ..etc ; une vie normale entre amis.
Bon, Hélène qui semble être une fille intelligente et cultivée a une propension certaine à se créer des petits problèmes. Des questionnements métaphysiques de filles mêlés à des extases sur la couleur de l’herbe d’Aubergenville , qui finalement en font une fille ultra-sympathique!

Dans cette première partie (en fait il y a une période pendant laquelle Hélène n'écrit pas dans son journal), on voit déjà pointer les vrais problèmes (Port de l'Etoile et arrestation du père entre autres), qui même s'ils constituent des injustices révoltantes ne semblent pas entamer immédiatement la joie de vivre et les espoirs à long terme d'Hélène.

La transition se fait "doucement" et c'est dans la "seconde partie" que l’on sent Hélène perdre "sa croyance en la bonté de l'homme" je trouve.
Elle garde cependant une très belle dignité, mais on la découvre fataliste.
Dans la « première partie » on va crescendo dans le pire et Hélène, qui finalement découvre l'instant en même temps que nous, écrit très bien et à chaud ce qu’elle ressent.

Un exemple qui m'a frappé : l'arrestation du père pour une étoile mal-cousue !
Injuste bien entendu et révoltante toujours, mais c'est déjà presque la fin du monde quand on lit Hélène.
On a l'impression que cela réduit son père à l'état de bête. En fait, il est enfermé dans une cellule pourrie, avec rien à faire de ses journées que d’attendre, de jouer aux dames, etc.
La vie dans une prison en gros. Quiconque a déjà lu un autre bouquin traitant de la Shoah se dit finalement qu’il y a pire.
Vu que l'on connait la suite, nous, on serait tenté de se dire qu'elle exagère.
Du coup j'ai trouvé que ça redonnait une perspective à des évènements que l'on pourrait avoir tendance à relativiser au vu de ce que l'on sait.

Un journal touchant d’une histoire qu’auront vécue bon nombre de ses contemporaines.

Tout le peu d’espoir qui lui restait, elle l’a mis dans ce journal.
Je ne crois pas qu’il faille le lire pour l’avoir lu …
Ne le lisez pas si c’est pour un quelconque devoir de mémoire, elle vaut mieux que ça !
Je trouve ce concept ridicule et hypocrite. La mémoire ne se contraint pas.

Libre à ceux qui souhaitent découvrir le quotidien d’une jeune fille intelligente, sensible, heureuse et belle ... qui finalement avait tout pour elle ... d’ouvrir ce livre pour l’accompagner dans sa descente aux enfers.
Revenir en haut Aller en bas
Framboise
Intendante de Pemberley


Nombre de messages : 557
Age : 32
Date d'inscription : 05/12/2009

MessageSujet: Re: Journal d'Hélène Berr   Mer 31 Mar 2010 - 23:18

Merci MD, je ne vois pas trop quoi ajouter...

MD a écrit:
On commence par entrer dans le quotidien parisien d'une jeune étudiante. Petite vie tranquille où la guerre est presque absente.
L'université, les WE à la campagne, la musique ..etc ; une vie normale entre amis. Bon, Hélène qui semble être une fille intelligente et cultivée a une propension certaine à se créer des petits problèmes. Des questionnements métaphysiques de filles mêlés à des extases sur la couleur de l’herbe d’Aubergenville, qui finalement en font une fille ultra-sympathique!


Je reviens juste là-dessus, parce que j’ai bien ri en lisant ton commentaire. Laughing et que je me rend compte que je n'ai pas assez développé le côté joyeux d'Hélène.

Pour les extases à la campagne, c’est vrai qu’elle est très douée pour ça. Je vous cite une page (entière!) où elle raconte sa journée. sunny

"Pensons à autre chose.
A la beauté irréelle de cette journée d’été à Aubergenville (la maison de campagne familiale à côté de Paris)
Cette journée s’est déroulée dans sa perfection, depuis le lever du soleil plein de fraîcheur et de promesse, lumineux, jusqu’à cette soirée si douce et si calme, si tendre, qui m’a baignée tout à l’heure lorsque j’ai fermé les volets.
Ce matin, en arrivant, après avoir épluché les pommes de terre, je me suis sauvée au jardin, sûre de la joie qui m’attendait.
J’ai retrouvé les sensations de l’été dernier, fraîches et neuves, qui m’attendaient comme des amies.
Le foudroiement de lumière qui émane du potager, l’allégresse qui accompagne la montée triomphante dans le soleil matinal, la joie à chaque instant renouvelée d’une découverte, le parfum subtil des buis en fleur, le bourdonnement des abeilles, l’apparition soudaine d’un papillon au vol hésitant et un peu ivre.
Tout cela, je le reconnaissais, avec une joie singulière.
Je suis restée à rêver sur le banc là haut, à me laisser caresser par cette atmosphère si douce qu’elle faisait fondre mon cœur comme de la cire; et à chaque moment je percevait une splendeur nouvelle, le chant d’un oiseau qui s’essayait dans les arbres encore dénudés, et auquel je n’avais pas encore fait attention, et qui soudain peuplait le silence de sa voix, le roucoulement lointain des pigeons, le pépiement d’autres oiseaux; je me suis amusée à observer le miracle des gouttes de rosée sur les herbes, en tournant un peu la tête, je voyais leur couleur changer du diamant à l’émeraude, puis à l’or rouge.
L’une d’elle est même devenu rubis, on aurait dit des petits phares. drunken

Brusquement, en renversant la tête, pour voir le monde à l’envers, j’ai réalisé l’harmonie merveilleuse des couleurs du paysage qui s’étendait devant moi, le bleu du ciel, le bleu doux des collines, le rose, le sombre et les verts embrumés des champs, les bruns et les ocres tranquilles des toits, le gris paisible du clocher, tout baignés de douceur lumineuse.
Seule l’herbe fraîche et verte à mes pieds mettait une note plus crue, comme si elle seule était vivante dans ce paysage de rêve.
Je me suis dit: « Sur un tableau on croirait ce vert irréel, avec tous ces coloris de pastel. »

Mais c’était vrai." cheers


On croirait presque lire un petit poème en prose! cheers (et à priori elle ne fumait rien de particulier Suspect )

Elle réussit tout de même à exprimer quelque chose d'assez indéfinissable, quand on se sent rattrapé par la beauté et la joie de vivre. sunny
C'est ce genre de page qui permet de mieux comprendre son tempérament de "douée pour l'émerveillement", et qui éclaire la suite du journal, plus sombre.

J'ai trouvé en relisant ce journal (pas tout quand même Embarassed ), une phrase qui résume assez bien l'état d'esprit qu'Hélène s'efforce de garder malgré la guerre et les déportations.
Citation :
Il y a du beau mêlé au tragique. Une espèce de resserrement de la beauté au coeur de la laideur. C'est très étrange.
Revenir en haut Aller en bas
MD
British countryside addict


Nombre de messages : 828
Age : 31
Date d'inscription : 28/01/2010

MessageSujet: Re: Journal d'Hélène Berr   Jeu 1 Avr 2010 - 16:13

Framboise a écrit:
... je me suis amusée à observer le miracle des gouttes de rosée sur les herbes, en tournant un peu la tête, je voyais leur couleur changer du diamant à l’émeraude, puis à l’or rouge.
L’une d’elle est même devenu rubis, on aurait dit des petits phares.

J'avais aussi beaucoup aimé ces trois lignes. J'imaginais parfaitement Hélène avec ses gouttes de rosée.
Ca dit tout sur sa personne !
Revenir en haut Aller en bas
Lunaë
Blue Dreams Faërie


Nombre de messages : 2937
Age : 33
Localisation : Lost in a world full of books and faëries
Date d'inscription : 17/01/2008

MessageSujet: Re: Journal d'Hélène Berr   Lun 13 Sep 2010 - 21:26

Je viens de finir ce journal et je dois dire que j'ai eu du mal avec la première partie, trop factuelle à mon goût. On se perd un peu avec tous les noms.
Par contre, j'ai littéralement dévoré les pages à partir de l'année 1943, où le journal devient moins factuel et où Hélène nous livre ses pensées. Certains passages sont vraiment poignants. Et quelle lucidité elle a. Comment ne pas être d'accord avec elle quand elle dit que si le Pape avait pris position, beaucoup de choses auraient été évité.
J'ai vu il y a quelques mois le film "La rafle", et en lisant ce texte, des images du film me revenait. Et un sentiment de malaise car malheureusement les Français ont également beaucoup de torts. A chaque fois que je côtoie cette période de l'histoire, je ne peux m'empécher de me demander si j'aurai eu le courage et la force de caractère pour résister et aider les gens qui en avaient besoin.

Un livre que j'ai emprunté à la bibliothèque et que je compte bien acheter!

Si j'avais le courage, j'enchainerais avec un livre que possède mon chéri: "Une femme à Berlin : Journal 20 avril-22 juin 1945", pour avoir un témoignage de l'autre côté, mais je pense laisser passer un peu de temps pour digérer cette lecture-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Framboise
Intendante de Pemberley


Nombre de messages : 557
Age : 32
Date d'inscription : 05/12/2009

MessageSujet: Re: Journal d'Hélène Berr   Mer 15 Sep 2010 - 15:20

Merci pour ton avis Lunaë! Ravie que tu aie aimé ce journal cheers au point de l'acheter!!

C'est drôle, à la première lecture, j'étais comme toi: la première partie du journal m'avait parue complexe. Hélène parle de sa vie, de ses amitiés; et je n'avais pas toujours compris les liens entre les différentes personnes. Mais, à la relecture, c'est devenu la partie que je préfère! sunny
Cela éclaire la suite du journal, et permet de mieux comprendre cette plongée dans l'horreur qu'a ressenti Hélène.
Mais c'est sûr qu'on doit par moment lire un peu entre les lignes pour comprendre certaines relations, ce qui rend peut être la lecture difficile au premier abord.
Je n'ai pas vu le film dont tu parles.
Par contre, j'avais été étonnée de voir qu'Hélène n'avait aucun ressentiment vis à vis des francais: elle les juge surtout stupides et abrutis par leur sentiment du devoir.
Entre autres, elle raconte l'histoire d'un gendarme venu arrêter des enfants orphelins, qui répond à la directrice "mais que voulez vous, madame, je fais mon devoir." Hélène commente alors:
Citation :
C'est la preuve la plus navrante de l'état d'abrutissement, de la perte totale de conscience morale où nous sommes tombés. Qu'on soit arrivé à concevoir le devoir comme une chose indépendante de la conscience, indépendante de la justice, de la bonté, de la charité, c'est là la preuve de l'inanité de notre prétendue civilisation
Sévère, mais assez juste. (bon, je m'arrête, mais ce livre m'avait plongée dans de grandes réflexoins métaphysiques sur le libre arbitre lol! )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal d'Hélène Berr   Aujourd'hui à 18:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal d'Hélène Berr
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journal d'Hélène Berr
» journal de campagne d'une armée de cadian dans la boue
» hors série du journal "L'Alsace Le Pays" sur les 25 ans du festival Bédéciné à Illzach
» Quel journal ou magazine d'actualité lisez-vous ?
» Une piplette dans le journal du jour lol

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Autres auteurs (divers) :: Auteurs francophones-
Sauter vers: