Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Albert Londres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Les yeux noirs
Romancière anglaise


Nombre de messages : 2794
Age : 40
Localisation : Résolument tournée vers la Terre bien installée sur mon quartier de Lune
Date d'inscription : 26/08/2009

MessageSujet: Albert Londres   Dim 8 Nov 2009 - 21:22

J'aimerais échanger avec vous sur un homme hors du commun, Albert Londres.
Pour moi, sa vie et son oeuvre sont dignes des meilleurs romans...avec un petit plus pour ceux qui aiment l'histoire.
Son regard sur l'actualité était fin, intelligent, profondément humain...et très moderne, comme certaines enquêtes peuvent le montrer aujourd'hui encore.

Pierre Assouline lui a consacré une biographie
Albert Londres. Vie et mort d'un grand reporter (1884-1932), Balland, 1989, rééd. Gallimard « Folio »,
dont voici un extrait... car il il en parle beaucoup mieux que moi! lol!
Depuis plus d'un demi-siècle, le nom d'Albert Londres est synonyme de mythe. Ce journaliste hors pair a su donner ses lettres de noblesse à une profession qui expédie, de par le monde, charognards impénitents, vagabonds internationaux et flâneurs salariés du reportage au long cours.
En quittant Vichy pour Lyon puis Paris au début de ce siècle, alors qu'il n'avait pas vingt ans, Albert Londres voulait être poète. Il le restera toute sa vie, à sa manière. Après avoir fait ses classes comme échotier parlementaire, il signa son premier article en 1914. Ce fut le coup d'envoi d'une carrière exemplaire qui lui fit parcourir le monde en long, en large et surtout en travers.
Pendant dix-huit ans, Albert Londres n'a pas soufflé. Il ne posait sa valise que pour voir sa fille et ses parents, à Paris et à Vichy, ses escales préférées. Jusqu'au dernier voyage qui le mena en Chine en 1932 pour une enquête explosive (contrebande d'armes ? trafic de drogue ?...) dont il ne révéla rien à personne. Il a emporté son secret avec lui, sur la route du retour, en périssant lors de l'incendie du paquebot George Philippar, Albert Londres ayant été aussi parallèlement, à sa manière, " un agent de renseignements ". Son épopée est celle des chefs d'Etats et des parias, des révolutionnaires et des généraux, des rois déchus et des trafiquants.


Ce que j'ai...

Contre le bourrage de crâne

Depuis le début de la guerre de 1914-1918, Albert Londres se bat contre la censure. Le travail des correspondants de guerre est réglementé de façon tatillonne. Le reporter s’insurge et ruse autant qu’il le peut. Parfois la censure interdit en totalité certains de ses reportages.
C’est dans cet état d’esprit, rebelle et acharné à dire la vérité, que Londres couvrira jusqu’à la fin de 1918 la plupart des fronts de la Grande Guerre : France, Belgique, Italie, Allemagne bientôt occupée, etc.
Il devient bientôt « indésirable » et se retrouve en tête d’une liste noire établie par l’état-major comme « mauvaise tête » ! Le haut commandement déposera même une plainte contre lui pour « insolence » et « insubordination » auprès de la direction du Petit Journal, qui soutiendra néanmoins le grand reporter.

La guerre à Shanghai

En janvier 1932, en pleine guerre sino-japonaise, Albert Londres, installé au Palace Hotel de Shanghai, et qui télégraphie à son journal un article par jour, est loin d’imaginer que ce sera son dernier reportage. Après les vingt-six articles sur les combats, il s’intéresse de près aux trafics chinois (armes, drogue…), puis embarque sur le George-Philippar, qui, comme on le sait, sera détruit par un incendie et sombrera en mer Rouge, emportant avec lui les secrets de la dernière enquête du grand reporter…

Les forçats de la route

C’est dans ce texte mythique, souvent évoqué, qui raconte la « grande boucle » de 1924, qu’Albert Londres rend hommage aux « géants » du Tour de France.C’est la “grande boucle” de 1924 qui est ici superbement racontée, avec ses exploits, ses souffrances et ses drames

Marseille porte du sud

En 1926, Albert Londres va concrétiser un projet qu’il formait depuis longtemps : s’arrêter à Marseille – d’où il s’embarque d’ordinaire pour ses lointains reportages –, et faire le portrait de la cité déjà « multiraciale ». Ici se côtoient les immigrés, les aventuriers, les marins.

Visions orientales

Empire du soleil levant, Annam, Cochinchine, Inde millénaire...Albert Londres est parti pour son plus vaste périple. ...avant d'arriver dans une Inde « en flammes »!
Il fera la connaissance de Nehru, de Gandhi et de Rabindranath Tagore, écrivant l'histoire à mesure qu'elle se fait.

Pêcheurs de perles

Au large des côtes brûlantes de la Corne de l’Afrique, Albert Londres observe, fasciné, l’aventure de ces hommes qui plongent à la recherche des huîtres perlières, pour parer la gorge des belles Occidentales. La misère des pêcheurs, la cécité, la surdité qui les affligent, le cynisme des courtiers et des systèmes politiques, mais aussi la poésie des sambouks de la mer Rouge et des marieurs de perles, les rêves de fortune…


...dans 2 éditions, Arléa et Motifs...et je trouve chacune de leurs couvertures très belles, ce qui ne gâte rien.

+Câbles et reportages
+ la biographie d'Assouline et
Sur la mort d'Albert Londres, deRégis Debray qui a enquêté et reconstruit le scénario de la mort tragique du reporter



Ceux que j'aimerais découvrir :

 Au bagne ,
En 1923 Albert Londres s’intéresse au bagne de Cayenne, en Guyane française. – enquête qui s’achève par une lettre ouverte à Abert Sarraut, ministre des Colonies. En septembre 1924 le gouvernement décidera la suppression du bagne.

 Chez les fous ,
Après avoir dénoncé les bagnes, c’est à une autre forme d’enfermement qu’Albert Londres entend s’attaquer : les asiles d’aliénés. Il réalisera de nombreuses interviews de malades, volontairement polémistes.

 Le chemin de Buenos Aires , (sous-titre : La traite des blanches) :
C’est en 1927 que, pour la première fois, Albert Londres va concevoir une enquête comme un livre.
Quittant la France incognito pour l’Argentine, il se lance dans une minutieuse enquête sur la « traite des Blanches », prostituées venues d’Europe pour arpenter les trottoirs d’Amérique du Sud.


 L’homme qui s’évada ,
Eugène Dieudonné, jeune ébéniste parisien condamné comme complice de la bande à Bonnot, clame son innocence. Le reporter multiplie les démarches et interventions pour obtenir une révision de son procès. En désespoir de cause, Eugène Dieudonné s’évade. En 1927, Albert Londres entreprend de retrouver l’évadé dont on a perdu la trace.

 Terre d’ébène ,
1927-28, aprèsun périple de quatre mois en Afrique, il rédige ce violent réquisitoire contre la politique coloniale française.

 Le juif errant est arrivé ,
Dix-huit ans avant la création de l’État hébreux, Albert Londres écrit sur le sort des communautés juives de Palestine.

 Les comitadjis ,  : A propos de la guerre civile en Bulgarie où s'opposent révolutionnaires et ligues fascistes des Balkans. Cette enquête, préfigure le caractère inextricable des conflits dans la région.


 Dans la Russie des soviets   Surprisedù Albert Londres s'infiltre chez les soviets pendant la révolution bolchévique

 Dante n’avait rien vu , :
Albert Londres s'intéresse aux bagnes, militaires cette fois, situés en Afrique du Nord et dépendant du ministère de la Guerre. Ils seront bientôt supprimés en France.


Voili voilou, si vous en avez lu, je serai heureuse de connaître votre avis, sinon, peut-être que vous aurez à votre tour envie de le découvrir....

Notre métier n'est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie.
A. Londres
Revenir en haut Aller en bas
lady Clare
Lily-white Doe


Nombre de messages : 9869
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Albert Londres   Dim 8 Nov 2009 - 22:59

Merci pour ce fabuleux post de présentation Les Yeux noirs... J'avoue que je connais de nom (le prix Albert Londres bien sûr), et il y a eu ce téléfilm avec De Caunes, mais là, tu donnes vraiment envie de connaître cet auteur....
C'est ma pal qui va être ravie! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Les yeux noirs
Romancière anglaise


Nombre de messages : 2794
Age : 40
Localisation : Résolument tournée vers la Terre bien installée sur mon quartier de Lune
Date d'inscription : 26/08/2009

MessageSujet: Re: Albert Londres   Dim 8 Nov 2009 - 23:03

Contente que ça t'ait intéressée Lady Clare...mais pour le coup c'est moi qui te remercie, car j'étais complètement passée à côté du fait qu'il y ait eu un téléfilm avec De Caunes sur Albert Londres...

Merciiii à toi
Revenir en haut Aller en bas
lady Clare
Lily-white Doe


Nombre de messages : 9869
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Albert Londres   Dim 8 Nov 2009 - 23:08

Mais je t'en prie! Wink Je viens de vérifier, cela s'appelle Les Amants du bagne...
De Caunes y était assez bon d'après mon souvenir...
Revenir en haut Aller en bas
Les yeux noirs
Romancière anglaise


Nombre de messages : 2794
Age : 40
Localisation : Résolument tournée vers la Terre bien installée sur mon quartier de Lune
Date d'inscription : 26/08/2009

MessageSujet: Re: Albert Londres   Sam 7 Aoû 2010 - 18:49

Petit remontage de topic pour....moi même (mais peut-être qu'un jour dans une galaxie lointaine ça intéressera quelqu'un d'autre lol!)! car hier j'ai trouvé Ekat m'a déniché, perdu au fond d'un rayonnage d'une librairie un Albert Londres dont j'ignorais l'existence, intitulé...je vous le donne dans le mille Au Japon

C’est en 1922 qu’Albert Londres réalise enfin pleinement son rêve de journaliste au long cours. Mandaté par Excelsior, il part en effet pour le plus long et le plus ambitieux de ses reportages : six mois de pérégrination, soixante quinze jours d’enquête qui le mèneront au Japon, en Chine, en Indochine et en Inde.
C’est au Japon que le reporter se frotte pour la première fois à l’Asie. Il s’enthousiasme et retrouve sa meilleure veine pour décrire l’étrangeté d’un univers dont il ignorait tout. Il brosse le portrait d’un pays aux ambitions contradictoires, prêt à de profondes mutations dans la recherche d’une nouvelle légitimité internationale.
À Tokyo – qu’il qualifie de « monstre pour Barnum », tant la ville lui semble tentaculaire – il se lie d’amitié avec le nouvel ambassadeur de France, qui a pour nom Paul Claudel, lequel lui accorde une interview exclusive.




Plus que jamais, pour l'aquariophile que je suis, toutélié! Wink
Revenir en haut Aller en bas
MissAcacia
DerbyCheshire Cat


Nombre de messages : 6287
Age : 43
Localisation : Perched on a hot sound tree
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Albert Londres   Mar 2 Nov 2010 - 21:35

ça y est, je suis plongée dans Contre le Bourrage de Crâne, prêté par LYN et j'aime beaucoup pour le moment.
Il s'agit d'une série d'articles que je lis en pointillés pour ne pas saturer et tout mélanger.
Ils ont été publiés en 1917 dans Le Petit journal et concernent un suivi du front de l'Est (pour le moment du moins). Albert Londres arrive à donner une image authentique du déroulement de ces affreuses batailles et de la façon dont les poilus les ont vécues, malgré le ciseau vorace d'Anastasie-la-censure, très à cheval sur la teneur des lettres et des articles. Les batailles cessent d'être stratégiques pour devenir très simplement (et horriblement) humaines.
Il en résulte un mélange assez curieux de patriotisme relativement exalté et de réalisme boueux, sanglant et résigné.

La guerre de 14-18 me fascine depuis longtemps, j'ai beaucoup lu et vu dessus et ce recueil est une très belle découverte.

Autant te dire que je vais essayer de me procurer Au Japon (surtout avec une aussi jolie couverture) Very Happy .
Revenir en haut Aller en bas
Les yeux noirs
Romancière anglaise


Nombre de messages : 2794
Age : 40
Localisation : Résolument tournée vers la Terre bien installée sur mon quartier de Lune
Date d'inscription : 26/08/2009

MessageSujet: Re: Albert Londres   Mer 3 Nov 2010 - 17:17

Je suis ravie (et soulagée) Miss Acacia que cette lecture ne te déçoive pas. C'est tout de même particulier...
Pour ma part, j'aime beaucoup l'oeuvre d'Albert Londres, et je suis donc heureuse de pouvoir la faire partager.
Je n'ai pas encore acheté Au Japon , mais il rejoindra assurément ma collection un jour ou l'autre. Wink
Revenir en haut Aller en bas
MissAcacia
DerbyCheshire Cat


Nombre de messages : 6287
Age : 43
Localisation : Perched on a hot sound tree
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Albert Londres   Mer 3 Nov 2010 - 18:58

Eh bien, on sent que c'est une écriture contrainte. La censure ne rigolait pas à l'époque. Je trouve assez remarquable la quantité d'information authentique qu'il arrive tout de même à faire passer (du moins elles semblent telles).
C'est l'acuité du regard qu'il porte sur le quotidien de cette guerre, racontée (pour ce que j'ai lu pour le moment) à hauteur d'homme qui me donne envie de découvrir ses carnets japonais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Albert Londres   Aujourd'hui à 21:17

Revenir en haut Aller en bas
 
Albert Londres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Albert Londres
» Albert Londres
» Albert Londres
» PAL de la bibliothèque 2014
» Victoria & Albert Museum - Londres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Autres auteurs (divers) :: Auteurs francophones-
Sauter vers: