Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Gustave Flaubert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Emjy
Angel of Temptation


Nombre de messages : 6308
Age : 33
Localisation : entre Lark Rise et Candleford
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Dim 23 Mar 2008 - 17:58

C'est sûr et certain, j'irai voir ce film ! On a trop peu la chance de pouvoir voir des adaptations de grands classiques au cinéma pour s'en priver^^ Et puis, j'aime beaucoup le casting féminin principal.
J'ai lu Un coeur simple il y a des années, je dois dire que j'ai oublié l'histoire. Embarassed Il faut à tous prix que je le relise !
Revenir en haut Aller en bas
http://emjy.wordpress.com/
cat47
Master of Thornfield


Nombre de messages : 23541
Age : 59
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Lun 24 Mar 2008 - 11:51

Merci pour cette présentation, Damien, cela donne effectivement très envie. Je ne sais pas si le film sera diffusé par ici mais je me réjouis en tout cas de suivre vos dicussions et si vous l'appréciez, je trouverai bien un moyen de le voir.

J'aime beaucoup les propos Marion Laine sur le sujet de l'adaptation. Very Happy

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Mr Damien Tilney
The Knight of Irony


Nombre de messages : 3466
Age : 32
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Lun 24 Mar 2008 - 21:56

Voici quelques critiques pour vous donner envie d'aller voir le film :

àVoir-àLire :
Citation :
Portrait touchant et sensible de deux femmes que tout oppose, mais qu’un lien invincible et invisible va lier, peint par deux actrices françaises dont le talent indéniable nous fait vibrer.

L’argument : Félicité est une femme qui consacre sa vie aux autres. Sans abnégation mais avec l’amour immense dont elle est dotée et qu’elle offre à ceux qui ont la chance de la croiser et de la comprendre. Elle aimera successivement et avec une même intensité Théodore qui la trahira, Clémence dont l’affection lui est interdite, Victor qui va disparaître, Dieu qu’elle découvre tardivement et pour finir Loulou, un perroquet. Au centre de cet univers se tient Mathilde, sa maîtresse, la clé de voûte d’une vie qu’elle se construit avec détermination.

Notre avis : Les auteurs du XIXe siècle sont à l’honneur en ce mois de mars, après Chateaubriand, dont le dernier amour nous est dévoilé dans le trop fade métrage L’occitanienne de Jean Périssé, Marion Laine adapte très librement le conte un cœur simple de Gustave Flaubert. Là ou le premier s’empêtre dans les conventions et une réalisation sans éclat, Marion Laine fait sauter corsages et baleines, et nous livre une œuvre personnelle, portée par un duo impeccable d’actrices.
Félicité, jouée avec une férocité animale par Sandrine Bonnaire, est une fille simple de la campagne qui a besoin de peu pour vivre. En quête d’amour sous toutes ses formes, elle en donne facilement aux autres, même si aucune peine ne lui sera épargnée. Elle n’a pas forcément les mots pour exprimer sa colère et sa souffrance, mais à coups de cris violents ou de blessures dans sa chair, elle se fait comprendre.
Par opposition, sa maîtresse, Mathilde, interprétée tout en retenue et froideur par Marina Foïs (qui confirme ici son talent de comédienne : on n’oubliera pas de sitôt son époustouflante prestation dans Darling ), est incapable du moindre geste de tendresse, même pour ses enfants. Elle vit emmurée dans ses souvenirs et ses contradictions. Seule, la présence rêvée de son défunt époux lui donne un peu d’humanité.
Loin d’une réalisation scolaire, que l’on pouvait craindre pour ce genre d’adaptation, Marion Laine donne de l’âme à sa mise en scène, filmant au plus près des sentiments de ces deux protagonistes. Lumière, décors et costumes, s’unissent dans une harmonie parfaite, livrant une photographie soignée.
Embarqué dans le tumulte des sentiments des différents personnages, on se laisse porter tout le long de ce métrage, si on excepte le final. On peut en effet déplorer la dernière partie où les cris deviennent hystériques, et l’amour pour un perroquet, mystique. Nos oreilles ont un peu de mal à supporter cette montée en décibels. Dommage, cette surenchère gâche un peu de notre plaisir qui était intact jusque là.

Mcinéma.com :
Citation :
LE SOUFFLE INTERIEUR
Dès la première scène d’UN CŒUR SIMPLE, le ton est donné. Une jeune femme bat la campagne, intense, décidée, bouleversée. Félicité est une créature aux émotions entières, ultrasensible et proche de la terre, de la nature, des animaux et de la jeunesse. Avec son premier long métrage, Marion Laine bâtit ainsi le parcours atypique d’une femme asservie et pourtant libre, et de sa relation avec sa maîtresse. Fuyant les fioritures du film d’époque, la réalisatrice saisit avec une force rare l’incandescence du don de soi et de l’amour pur, dans un temps dominé par les conventions, les restrictions et la discipline. Le souffle romanesque n’en est que plus intense, avec l’image et les cadres précis de Guillaume Schiffman, le battement du vent et des vagues, la rigueur des intérieurs bourgeois, et la portée universelle de l’absolu de Félicité, dévastée par les abandons. Pour donner chair et âme à son héroïne, Marion Laine a choisi Sandrine Bonnaire. L’actrice trouve enfin un nouveau rôle à la hauteur de son talent. Solide, gourmande ou éperdue, elle porte le film avec sa grâce sans chichis, et trouve en Marina Foïs une partenaire en or. Leur duo brut et meurtri reste en mémoire, longtemps après la projection.

Studiomagazine :

Citation :
Pour son premier long, Marion Laine a choisi d'adapter librement Un cœur simple de Flaubert. Et ce mot "librement" est ici essentiel. Comme dans Lady Chatterley, de Pascale Ferran, on ne sent jamais la réalisatrice corsetée par la lourdeur théorique d'un film en costumes. En nourrissant le récit de Flaubert d'éléments extérieurs, empruntés tant à la correspondance de l'auteur qu'aux obsessions de la réalisatrice, l'austérité du roman vole en éclats pour laisser place à un récit fiévreux, lyrique et passionnel. La quête amoureuse jamais récompensée de son héroïne n'a, du coup, rien de pathétique. Son côté petit soldat ne renonçant jamais à donner de l'affection se révèle à la fois digne et bouleversant. Dans ce rôle de simplette au grand cœur, Sandrine Bonnaire livre une prestation étourdissante, à mille lieues de tout cabotinage. Face à elle, dans le rôle de sa maîtresse au cœur de pierre incapable de signes de tendresse, Marina Foïs confirme la formidable impression laissée par son interprétation de Darling. Et autour, les seconds rôles – Pascal Elbé, Johan Libéreau, Thibaut Vinçon… – se glissent parfaitement dans cette ronde des sentiments, mise en images avec virtuosité et énergie. Une réussite majeure.

Elles sont très bonnes, vous ne trouvez pas ? Les actrices ont l'air d'être à la hauteur.
Revenir en haut Aller en bas
Tizzie
Ready for a strike!


Nombre de messages : 1102
Age : 29
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Sam 29 Mar 2008 - 22:13

Je reviens tout juste de voir Un Coeur Simple. Probablement pas un film dont j'achèterai le DVD, mais un très joli film tout de même, lent, simple, touchant et silencieux, à l'image du personnage de Félicité.
Un personnage très attachant, qui répond bien au titre, entière dans son amour et en même temps obéissante, qui éponge le temps et les souffrances en criant quand ça fait trop mal, pour que ça sorte. On l'aime dès les toutes premières scènes -que j'aime particulièrement-, et on l'admire jusqu'au bout du film pour la simplicité de son coeur. J'ai aimé ce personnage, je m'y suis un peu retrouvée, et le regard de Sandrine Bonnaire est à la hauteur.

Le personnage de Mathilde, sa maîtresse (Marina Foïs), est au premier abord assez déstabilisant; elle a le regard froid d'une femme hautaine, mais la voix plutôt douce d'une enfant perdue, j'ai mis un peu de temps à m'y faire. Mais dans le fond, c'est probablement ce qu'elle est, une femme perdue (depuis la mort de son mari?), qui ne sait pas aimer ses enfants, ou du moins pas le leur montrer, et ne supporte pas que d'autres y arrivent à sa place. Elle paie le prix fort, mais cela la grandit, et elle apprend à aimer, j'ai trouvé cela très beau, même si beaucoup de passages sont tristes. Sad

Les costumes, décors, lumières m'ont beaucoup plu, rien d'artificiel, et bien sûr dès qu'il y a du XIXe et des jupes à carreaux je suis heureuse (et il y avait même un cochon, mais ce ne doit pas être Paul! Razz).

Un seul regret: le tout dernier plan, qui m'a fait partir dans un fou-rire alors que vraiment, ça n'était pas le ton du reste du film. No

En conclusion, un film dont on ressort un peu triste et un peu rêveur, que je suis contente d'avoir vu Very Happy!
Revenir en haut Aller en bas
sophinette
Préceptrice


Nombre de messages : 41
Age : 47
Localisation : entre Seine et forêt
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Mer 2 Avr 2008 - 22:19

--------------------------------------------------------------------------------

le cinéma français adapte parfois des classiques et c'est parfois réussi!

Un coeur simple, réalisé par Marion Laine, et adapté librement d'un conte de Flaubert (Trois contes), est une petite merveille. Sandrine Bonnaire est magnifique et excellente comme d'habitude.

L'histoire se passe en Normandie. Félicité, une fille de ferme, abandonnée par l'homme qu'elle aime, se fait embaucher par une jeune veuve qui a deux jeunes enfants, comme bonne à tout faire. C'est une fille simple qui donne son amour sans réfléchir, qui vit en harmonie avec les animaux, avec la nature. Elle est en complète opposition avec la mère dure et sévère qui est incapable de témoigner son amour à ses enfants et qui est incapable de sortir du carcan social pour être heureuse. Ce sont deux mondes qui se côtoient sans jamais se rencontrer. Félicité se voit même dénier les sentiments humains.

Les deux actrices sont excellentes. Sandrine Bonnaire excelle dans un jeu vrai et nuancé. Petit à petit les deux femmes qui ont souffert vont apprendre à s'apprécier. La peinture de cette société est sans concession; l'état des domestiques, à peine plus que des animaux aux yeux des maîtres, le carcan de la religion, de la société sont terribles.
On souffre pour ces deux femmes qui sont en fait toutes les deux des victimes.

Si vous avez la possibilité d'aller voir ce film, n'hésitez pas une seconde! La musique, de plus, est très belle.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mr Damien Tilney
The Knight of Irony


Nombre de messages : 3466
Age : 32
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Mer 2 Avr 2008 - 23:45

Merci Tizzie et Sophinette pour vos critiques. J'ai vraiment envie d'aller voir ce film. Je pense que ce sera fait cette semaine Razz.
Revenir en haut Aller en bas
Emjy
Angel of Temptation


Nombre de messages : 6308
Age : 33
Localisation : entre Lark Rise et Candleford
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Jeu 3 Avr 2008 - 0:03

J'ai vu le film hier. J'ai beaucoup aimé Very Happy
Voici la critique que j'ai écrite pour mon blog Wink :

Adapté d'un conte célèbre de Flaubert (extrait de Trois Contes), ce long-métrage est un premier film élégant, saisissant et soigné où la réalisatrice réussit le pari de rester continuellement au contact aussi bien de la nature que de ses personnages.La mise en scène aurait pu basculer dans la débauche d'effets ou au contraire, dans l'austérité. Le conte de Flaubert s'y prêtait sans doute un peu ... Au final, tout est savamment dosé et ajusté.
Les deux actrices principales, la remarquable Sandrine Bonnaire, dans le rôle de notre "héroïne", cette servante, fille de ferme, qui aime sans retenue au point de se détruire et Marina Foïs, admirable de bout en bout, qui campe une veuve bourgeoise froide et sévère. L'une s'abandonne sans retenue aux élans de son coeur. L'autre, au contraire, se montre avare en caresses et en témoignages d'affection, même envers ses propres enfants. Ce sont deux portraits d'une grande subtilité qui nous sont offerts dans ce film. Celui de deux femmes que tout oppose mais que les aléas de la vie rapprocheront peu à peu.
L'oeuvre de Flaubert, par sa propension à décrire le malheur, est difficile à adapter. Pour moi, Marion Lane est parvenue à rendre intacte la force du récit et à rendre hommage à deux protagonistes féminins complexes et ambigus.
Félicité aime avec générosité, risque son coeur. Les scènes où elle cajôle, câline la fille unique de Mme Aubain, Clémence sont d'une justesse et d'une émotion rares. La réalisatrice ose être lyrique et sensible sans tomber dans le ridicule. Sandrine Bonnaire ose elle aussi, en exprimant devant la caméra des émotions exaltées, heurtées, troublées d'une jeune femme qui aime sans compter, au point d'atteindre parfois une douce folie. Elle déborde de sentiments. Ce sont des êtres forts qui hantent ce film.

La puissance du drame est présente du début à la fin. Armée de sa caméra, la réalisatrice ose une amplitude des mouvements et une peinture des sentiments crédible et juste. Dénué de toute sécheresse, ce film rend, selon moi, parfaitement hommage à la prose de Flaubert.
Qui a dit que les français ne savaient pas adapter les classiques ? ^^

En bref, c'est pour moi une adaptation réussie ! Le seul bémol que j'aurais à formuler (le seul et unique !) est le même que celui de Tizzie : la fin, qui n'est sans doute pas à la hauteur du reste du film ...
Néanmoins, cette adaptation vaut largement le détour ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://emjy.wordpress.com/
Morwen
Manteau de Darcy


Nombre de messages : 99
Age : 29
Localisation : région parisienne
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Dim 6 Avr 2008 - 12:57

Cela m'intéresserait beaucoup de le voir, d'autant plus que j'ai étudié Trois Contes l'année dernière, et que j'aime bien Marina Foïs (vraiment trop poignante dans Darling...).
D'après ce que vous en dites, il y a des chances que ce film passe dans un petit cinéma d'art et d'essais, ça tombe bien, j'en fréquente un ! Very Happy Sinon il doit passer à Paris, je vais me renseigner Arrow
Revenir en haut Aller en bas
http://pharaons.highforum.net
Emjy
Angel of Temptation


Nombre de messages : 6308
Age : 33
Localisation : entre Lark Rise et Candleford
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Dim 6 Avr 2008 - 20:38

J'espère que tu auras l'occasion de le voir, Morwen Very Happy . Et si tu y parviens, n'oublie pas de revenir sur ce topic poster ton avis ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://emjy.wordpress.com/
LadyM
Manteau de Darcy


Nombre de messages : 94
Age : 28
Localisation : qq part entre Mr THORNTON et Mr DARCY
Date d'inscription : 15/01/2008

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Jeu 17 Avr 2008 - 19:20

Merci pour l'information. Je l'ai étudié quand j'étais en 3° et je l'avais apprécié. J'espére que c'est réussi car je suis tenté de le voir Smile
Revenir en haut Aller en bas
Jane
Ville du Nord...


Nombre de messages : 706
Age : 22
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Mer 31 Déc 2008 - 13:37

Je commence ma lecture aujourd'hui...et j'ai intérêt à en être ravie d'après mon père (c'est son livre favorit). Je viendrai poster ma réponse une fois ma lecture terminée.
Alors à bientôt.
Jane
Revenir en haut Aller en bas
Liewen
Stubborn creature


Nombre de messages : 2658
Age : 36
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Jeu 1 Jan 2009 - 20:12

Je devrais m'obliger à relire ce livre, car je suis sûre qu'aujourd'hui je l'apprécierai... mais rien à faire, je ne garde pas un bon souvenir du tout de la lecture "forcée" faite pour le lycée il y a quelques années, d'abord à cause du personnage d'Emma Bovary et ensuite parce que c'était justement une lecture forcée et que je déteste ça No

A la même époque j'ai découvert (toute seule cette fois) Balzac et Zola, qui m'ont tout de suite bien plus "happée".

J'admets cependant ma partialité totale concernant cet auteur, et te souhaite une très bonne lecture, Jane Smile

Je suis d'ailleurs forcée de me prosterner très humblement devant la virtuosité dont fait preuve Flaubert dans son écriture. J'ai lu quelque part qu'il pouvait passer des heures à travailler une phrase, sa sonorité notamment... Et c'est vrai que si l'histoire en elle-même ne m'a guère passionée, l'écriture est très belle. J'ose le grand écart mais à la lecture ça m'a un peu rappelé la musicalité qu'on trouve chez Racine.

Sinon j'ai paradoxalement adoré l'adaptation de Chabrol (paradoxalement car elle est pourtant très fidèle au livre), qui a mieux réussi à me faire passer le personnage d'Emma... mais ça c'est parce que c'est Isabelle Hupert qui joue le rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Nora26
One love, One life


Nombre de messages : 2204
Age : 34
Localisation : Au château de Kellynch !
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Jeu 1 Jan 2009 - 20:26

je suis d'accord avec toi, Liewen, j'ai subis aussi beaucoup de forcing quand j'etais au lycée et lire devenait un vrai calvaire. Madame Bovary faisait partie du programme et j'avais eu du mal quand j'avais 17 ans. Je l'ai relue depuis et je ne suis pas déçue du tout


Dernière édition par Nora26 le Jeu 1 Jan 2009 - 23:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mr Damien Tilney
The Knight of Irony


Nombre de messages : 3466
Age : 32
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Jeu 1 Jan 2009 - 21:51

Je sais que c'est un peu hors sujet mais je ne peux pas ne rien dire... Je suis prof de français et je me pose une question depuis un bon moment, surtout en lisant le topic Flaubert. Comment le prof de lettres doit-il faire pour faire découvrir les grands classiques ? Deux postes à la suite avec des "récriminations" contre les lectures forcées. Je connais cette sensation mais je connais également l'autre position, celle du prof qui doit faire son cours... S'il faut attendre le bon vouloir des élèves, le cours n'avancerait jamais... Je pense que je vais ouvrir un topic là dessus pour lancer le débat.

En tout cas je vous conseille de le relire maintenant que vous ne sentez plus la pression d'un méchant prof Smile (quoique mon conseil peut être également mal perçu Smile). Ce n'est pas un de mes romans préférés, mais je comprends tout à fait qu'il soit l'un des chef d'œuvre de la littérature française (et je dirais même mondiale).

Edit : j'ai lancé un débat sur les cours de lettres et la lecture forcées. Me voilà à nouveau respectueux des lois du forum Smile.
Revenir en haut Aller en bas
Popila
Free Spirit of Longbourn


Nombre de messages : 2073
Age : 32
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Jeu 1 Jan 2009 - 23:43

J'ai revu le film de Chabrol il y a quelques jours, et finalement je ne le trouve pas si mal que ça... même si je ne vois toujours pas Isabelle Huppert en Emma Bovary, et pourtant, Dieu sait si j'admire cette actrice. I love you

Le DVD comporte des bonus intéressants, en particulier, le cinéaste commente cinq scènes importantes du film : le bal, la scène des comices, la dernière entrevue entre Emma et Rodolphe... entendre Chabrol nous parler de son métier et de Flaubert, c'est tout simplement passionnant.

Voilà, c'était le post constructif du jour. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://www.misspopila.blogspot.com/
Mr Damien Tilney
The Knight of Irony


Nombre de messages : 3466
Age : 32
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Sam 3 Jan 2009 - 17:58

@ Popila. J'ai le DVD de Chabrol depuis un moment mais je n'ai jamais pris le temps de le voir. Il faudrait que je m'y mette.

Une autre adaptation (mentionnée dans ce topic) me parait également intéressante. C'est celle de Vincente Minnelli. Le film a été tourné en 1949 et, d'après ce que j'ai lu, est fortement influencé par les grands films hollywoodiens de l'époque.



Ce qui m'intrigue beaucoup, c'est que Flaubert y apparait en tant que personnage. L'auteur doit en effet défendre son roman lors du fameux procès que le livre à connu au moment de sa parution. Des scènes du procès s'intercalent avec des scènes du roman. Le film aborde des sujets toujours tabous pour la société américaine du XXe siècle. Le réalisateur a donc choisi d'utiliser la mise en scène du procès pour défendre une nouvelle fois Madame Bovary !
Revenir en haut Aller en bas
Jane
Ville du Nord...


Nombre de messages : 706
Age : 22
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Sam 3 Jan 2009 - 18:09

J'ai littéralement adoré l'adaptation de Chabrol car je trouve qu'elle a très bien montré l'athmosphère du roman (et les fameux contrastes dont tu parlais Damien).

Je n'ai jamais osé investir dans l'adaptation de Minelli (je crois que j'ai un peu peur de la vision hollywoodienne, mais...ce ne sont, peut être, que des préjugés.
Jane
Revenir en haut Aller en bas
Mr Damien Tilney
The Knight of Irony


Nombre de messages : 3466
Age : 32
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Sam 3 Jan 2009 - 18:34

Je n'ai pas encore vu la version de Minelli, donc je ne n'oserais pas te la recommander avec enthousiasme. Je trouve cependant sa démarche plutôt intéressante.

Il existe également une adaptation plus récente de la BBC. Il faudrait voir également ce qu'elle donne.
Revenir en haut Aller en bas
Jane
Ville du Nord...


Nombre de messages : 706
Age : 22
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Sam 3 Jan 2009 - 18:37

Mais j'avoue, pour le moment, que je préfère bien étudier le livre avant de voir plein d'adaptations: je regrette déjà un peu d'en avoir vu une...mais, après, je regarderai, surtout que le BBC...Merci.
Jane
Revenir en haut Aller en bas
Jane
Ville du Nord...


Nombre de messages : 706
Age : 22
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Sam 7 Fév 2009 - 19:59

Bon, voilà...J'ai terminé ma lecture (je sais, j'ai mis du temps, mais un vampire est intervenue et je commence tout juste à m'en remettre lol! ).

Je dois admettre que, parfois, il m'a été difficile de tout saisir: les évènements comme la psychologie des personnges. Je suis allé jusqu'à recopier des passages pour être sûre d'avoir bien tout compris et d'avoir analysé correctement.

Je dois dire que c'est un livre extrêment complexe...Je pense qu'il est très facile de ne pas l'apprécier justement en raison de cette très grande compléxité.

Je dois dire que j'ai été, personnellement, transportée dans l'univers de Flaubert: je pense avoir réussi à saisir la raison d'être du livre. Cet espèce de reproche qu'il fait au romantisme est, d'abord, l'espérance qu'il procure, les rêves que l'on est amené à faire et la déception qui conduit à toutes ces scènes tragiques et tellement "fortes".
C'est pour cela qu'il met en scène un personnage plutôt "bannal" qui, justement, se veut romanesque, époustouflant. Qui a des émotions qui ne sont pas à la hauteur de sa vie...comme tout le monde ne fait. On a tous un côté Emma Bovary plus ou moins important.

Je me suis énormément retrouvée dans cette héroïne qui est, justement, antihéros. Je suis cela, toute entière: je rêve d'une vie haute en couleur du genre: je tombe du haut d'une falaise et je me retrouve les quatres fers en l'air au pied de mon lit. Je suis capable de faire des déclarations à un poster et je m'écris des lettres à moi même sous le prétexte de voir comment cela fait quand on les ouvre...je sais, c'est une vision un peu simpliste, pourtant, je crois que c'est ce que vis Emma: ces déceptions permanentes dûs à une trop grande confiance en l'avenir.

Ses histoires d'amour sont toutes peuplées de visages qui lui crient d'ouvrir les yeux. Elle se conforte dans un idéal merveilleux qui la laisse tomber de très haut quand elle est, à nouveau, confronté à la réalité...

J'ai vraiment adoré...J'ai trouvé cela grandiose, merveilleux. D'une finesse extraordinaire.

Jane
Revenir en haut Aller en bas
Witherwings
Subtil compliment


Nombre de messages : 170
Age : 26
Localisation : Second to the right, and straight on till morning!
Date d'inscription : 01/02/2009

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Sam 7 Fév 2009 - 20:21

J'ai dû le lire cet été, pour la prépa... J'avoue que je n'avais compris qu'un centième du livre avant de l'étudier en cours.

J'ai bien aimé, mais ce roman est loin de m'avoir entraînée dans son univers. Comme le dit Julien Gracq, quand on ouvre un roman de Stendhal, on entre en Stendhalie, mais quand on ouvre un roman de Flaubert, on ne se sent pas accueilli. Et pour cause.

Flaubert se fiche éperdument de ses lecteurs, il écrit avant tout pour lui, pour son idéal du livre sur rien. On ne se sent pas accompagné dans de tels romans. En outre, Flaubert avoue dans sa Correspondance avoir détesté écrire Madame Bovary, et qu'il a écrit contre lui-même, sur ce monde haïssable qu'est la bourgeoisie (cf son Dictionnaire des idées reçues: "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement") .

Je pense que j'apprécierai sûrement mieux Flaubert quand je lirai la Tentation de Saint Antoine, son roman par excellence, dans le sens où celui-là correspond réellement à ce qu'il avait envie d'écrire.

Mais évidemment, ce roman n'est pas à délaisser pour autant, c'est véritablement un pilier de la littérature française. Et comment ne pas s'identifier à cette Emma qui rêve de l'amour tel qu'il est décrit dans les livres, et qui est déçue par ce pastiche quasi-parodique qu'est la réalité?
Revenir en haut Aller en bas
Jane
Ville du Nord...


Nombre de messages : 706
Age : 22
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Sam 7 Fév 2009 - 21:31

J'avoue que c'étais la première fois que je lisais Flaubert, ainsi, je ne connais pas son oeuvre et je ne sais pas quelle place a Madame Bovary dans son estime...Pourtant, ce que je peux dire, c'est que et je prend un exemple parmis d'autres, un musicien virtuose fait passer plus d'émotions quand il est tendu et mécontent de sa prestation que quand il est satisfait. Alors, à partir de là, on peut bien dire que Flaubert n'étais pas à l'aise dans Madame Bovary il n'empêche que la vision qu'il essaie de transmettre est bourrée de talent et de vérité: j'y ai trouvé une grande élégance, énormément de finesse, pour moi c'est un des plus grands livres que l'on ait écrit. En étant brutal avec lui même, je pense qu'il est d'autant plus convaincant dans sa critique qui est; forcément ne serait ce que pour lui, violente.

Je pense que je ne reprendrai pas sa prose avant un moment: le temps de réfléchir...Il n'empêche que cela a été l'une des lectures les plus merveilleuses de ma vie...au moins très constructive. Il m'a permis de m'ouvrir un peu l'esprit ce dont on a tous, à un moment de sa vie, grand besoin...un chef d'oeuvre.
Jane
Revenir en haut Aller en bas
Witherwings
Subtil compliment


Nombre de messages : 170
Age : 26
Localisation : Second to the right, and straight on till morning!
Date d'inscription : 01/02/2009

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Sam 7 Fév 2009 - 21:54

Ah tu dis fort vrai, c'est en se contraignant qu'on arrive à de tels chefs-d'œuvre. Après, comme tout œuvre, qu'elle soit musicale, picturale ou littéraire, il y a une grande part d'affect dans le jugement qu'on en donne. Toutefois, ton jugement sur le livre est assez juste, je trouve.

C'est moi qui suis subjective dans le mien, par rapport à d'autres livres, celui-là m'a peu touchée. Passionnant, très bien écrit, mais pas assez parlant. J'ai tendance à préférer les livres où l'on me prend la main plutôt que ceux où on me la lâche.

Tu dois être très brillante pour avoir réussi à percer l'univers flaubertien, et à te frayer un chemin dans toute sa complexité... Félicitations Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Popila
Free Spirit of Longbourn


Nombre de messages : 2073
Age : 32
Date d'inscription : 27/07/2007

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Sam 7 Fév 2009 - 22:40

J'ai fait étudier Madame Bovary à mes élèves de seconde, et curieusement, ils ont adoré !

Je dis curieusement, parce que j'ai découvert ce roman à peu près au même âge que Jane, et je l'ai beaucoup apprécié, mais quand j'ai étudié ce livre ensuite, Flaubert barbait la plupart de mes condisciples !

Vos deux points de vue sont tous les deux vraiment intéressants, bien qu'opposés.

Pour moi, Madame Bovary, c'est une oeuvre originale et forte, parce que précisément dérangeante : elle nous dit beaucoup de la complexité de l'être humain, et son ton est unique : les personnages sont particulièrement pathétiques, mais l'ironie de Flaubert est toujours présente, tellement féroce qu'on a envie de rire et de pleurer tout à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.misspopila.blogspot.com/
Witherwings
Subtil compliment


Nombre de messages : 170
Age : 26
Localisation : Second to the right, and straight on till morning!
Date d'inscription : 01/02/2009

MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Sam 7 Fév 2009 - 22:51

Oui, voilà qui est bien résumé. L'ironie de Flaubert imprègne chaque page.

Après, faire de ce roman un condensé de complexité humaine et de vérité, après l'avoir étudié... Je suis sceptique. Suspect

Flaubert exècre le réel, il n'a donc aucune intention de le décrire vraiment. Il le prend comme cadre, parce qu'il le faut. Je ne pense donc pas que Madame Bovary soit un traité de psychologie. Par ailleurs, "Il l'ouvrit et ne trouva rien." résume bien la manière d'écrire de Flaubert: des personnages vides, sans aucune complexité justement. Quoiqu'Emma échappe quelque peu à la règle, il est vrai.

Son ironie est dévastatrice, peut-être trop à mon goût justement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gustave Flaubert   Aujourd'hui à 20:45

Revenir en haut Aller en bas
 
Gustave Flaubert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Gustave Flaubert
» SALAAMBO de Gustave Flaubert
» Pont Gustave Flaubert Rouen.
» MADAME BOVARY de Gustave Flaubert
» FLAUBERT, Gustave

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Autres auteurs (divers) :: Auteurs francophones-
Sauter vers: