Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Lettres Frontière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Lettres Frontière   Jeu 18 Juin 2009 - 15:39




(Avant de commencer, je demande d'office pardon si je ne poste pas au bon endroit... J'avoue que j'ai longuement hésité. Si une de nos modos favorites passe par là, je veux bien confirmation que je suis au bon endroit. Merci !)

Je fais, depuis ce matin, officiellement partie du Comité de lecture de Lettres Frontière et j'aimerais partager cette (super) expérience de lectrice avec vous.
Je vous propose donc, en premier lieu, une présentation de l'association, puis des posts réguliers à propos des livres de la sélection, avec mes impressions, et bien sûr, les résultats, qui seront connus en novembre.


Lettres Frontière est une association transfrontalière dont le but est d’initier et de développer des échanges littéraires entre la région Rhône-Alpes et la Suisse Romande.

Tous les ans, dix ouvrages (cinq de Rhône Alpes et cinq de Suisse romande) sont sélectionnés par un jury composé de bibliothécaires, de libraires, d'enseignants et d'étudiants français et suisses. Ces dix livres (romans, nouvelles, recueils de poésie ou pièces de théâtre) doivent être écrits par des auteurs Rhône-Alpins ou Suisses romands et/ou édités à compte d’éditeur dans l’une de ces deux régions. Ces dix ouvrages constituent la Sélection Lettres Frontière, présentée dans un livret édité en juin.

Parmi les 10 livres de la sélection, les lecteurs des bibliothèques et librairies partenaires en Rhône-Alpes et en Suisse Romande attribuent un coup de cœur suisse et un coup de cœur français. Ces deux prix « coups de cœur » sont décernés lors de la journée Lettres Frontière en novembre (le 13, cette année).

Palmarès de la 15ème édition (2008/2009) :
* Coup de cœur sélection livres de suisse romande : La vallée de la jeunesse d’Eugène, éd. La joie de lire, 2007
* Coup de cœur sélection livres Rhône-Alpes : Mon traître de Sorg Chalandon, éd. Grasset, 2007 (que je n'ai pas lu)

Cette année, la sélection (qui nous a été présentée ce matin) compte 8 romans, un recueil de nouvelles et un de poésie, tous publiés entre le 1er janvier et le 31 décembre 2008. Les thèmes récurrents sont la filiation, la mémoire, les difficultés de communication avec l'entourage familial, la guerre et le secret.

Tous les ans, un appel est lancé auprès d'illustrateurs pour l'affiche de l'édition en cours. Voici celle qui a été retenue pour cette année :



Site officiel de Lettres Frontière : Arrow

Les membres du Comité de lecture doivent au choix lire les 10 livres, les 5 français ou les 5 suisses et voter pour leur(s) coup(s) de cœur fin octobre.
Les livres nous sont prêtés une semaine, afin de permettre à tous les membres de les lire au cours des 4 mois dont nous disposons.

Je suis repartie avec La Fanée, publié chez G d'Encre (éditeur régional),de Thomas Sandoz (prononcez "Sando"), épistémologue et Dr en psychologie suisse (l'auteur, pas la psycho Wink ), auteur, notamment, de Gerb (chez l'Âge d'homme).

Je serai ravie de lire vos commentaires si certains d'entre vous ont déjà lu des ouvrages de cette sélection 2009/2010 et plus encore si j'arrive à vous convaincre d'en lire quelques-uns ! (Et puis, ça m'évitera de poster toute seule Very Happy. J'espère que ce topic vivra un chouilla !)
Revenir en haut Aller en bas
Clelie
Irene Adler's Secret


Nombre de messages : 6427
Age : 34
Localisation : 221b Baker Street NW1
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Jeu 18 Juin 2009 - 16:34

Cecilou, quelle présentation enthousiaste !

Je ne connais malheureusement aucun auteur de la sélection, mais je vais parcourir le site officiel avec attention Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://litteranet.blogspot.com
cat47
Master of Thornfield


Nombre de messages : 23541
Age : 59
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Jeu 18 Juin 2009 - 17:11

Cécilou, je te rassure, tu as choisi le bon endroit. Very Happy Mais si tu comptes en fait poster des commentaires sur les divers livres, le forum "Autre auteurs" serait peut-être plus approprié, maintenant que j'y pense. scratch

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Jeu 18 Juin 2009 - 17:28

cat47 a écrit:
Mais si tu comptes en fait poster des commentaires sur les divers livres, le forum "Autre auteurs" serait peut-être plus approprié, maintenant que j'y pense. scratch

C'est bien pour ça que je me posais la question, en fait !
Je te laisse y songer et déplacer le topic, si tu crois que c'est mieux. Merci !Wink
Revenir en haut Aller en bas
nathy's
Feedle-Dee-Dee!


Nombre de messages : 8529
Age : 26
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Jeu 18 Juin 2009 - 17:35

Je ne connais aucun des auteurs, mais j'ai essayé de chercher quelques résumés des romans: je les ai pas tous trouvés, mais en tout cas Twist me tente bien, j'attendrais donc ton avis dessus! Smile
Revenir en haut Aller en bas
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Sam 20 Juin 2009 - 17:15

J'ai fini La Fanée, de Thomas Sandoz (sur qui vous pouvez apprendre tout plein de choses là : Arrow ).

Citation :
Un jour, elle perd l'équilibre. Elle tente de s'agripper aux murs de
pierres sèches, mais ses ongles s'échaudent au grain du calcaire. Ses traits se figent dans les gravats d'une existence qu'elle ne comprend plus.

Il s'agit d'un très beau roman, assez dur, très fort, qui raconte le mal-être profond, la détresse affreusement lourde, d'une adolescente dont on ignore beaucoup, jusqu'à son prénom. Une jeune fille en souffrance, sans mère, et qui peine à vivre avec celui qu'on connaît sous les termes "le père" ou simplement "il". Entre elle et lui, après de trop lourds silences, la guerre s'installe, tout comme entre elle et elle.
Citation :
Elle voudrait savoir aimer.
Elle s'auto-mutile
Citation :
Les maux du sang ne sont rien comparés au déclin de ses rêves.
, délaisse les études, s'abandonne à des corps étrangers.
Citation :
Elle n'est qu'un astérisque au crayon rouge dans un agenda saturé



Citation :
Le silence paraît encore plus pesant quand les vents glacés mordent à pleines dents les joues des perdants.

Le texte a été illustré par Catherine Louis Arrow , connue pour ses illustrations pour enfants. Les dessins soulignent très bien le texte, faisant de ce livre un bel objet, dont on a bien envie de garnir sa bibliothèque ! tongue

J'ai beaucoup aimé. L'écriture est très belle et sait émouvoir le lecteur, qui souffre avec cette fille perdue, sans pour autant tomber ni dans le pathos ni dans la dépression.



Deuxième lecture de la sélection : L'Ange hurleur, d'Anne Richter.


Dernière édition par cecilou41 le Dim 15 Nov 2009 - 10:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Mer 1 Juil 2009 - 17:41

[Merci l'orage, je dois retaper tout mon post... Mad]

J'ai donc lu la semaine dernière L'ange hurleur, d'Anne Richter, nouvelliste, essayiste et anthologiste belge, paru chez L'Age d'Homme, éditeur suisse.



Ces 9 contes pour adultes parlent d'un quotidien qui devient fantastique et révèle bien des angoisses. Les 3 dernières nouvelles de ce recueil sont autobiographiques.
La préface de Georges Thinés, dont l'extrait suivant constitue la quatrième de couverture, l'avant-propos de Jean-Baptiste Baronian, et la note de l'auteur, permettent de se "conditionner" avant de se lancer dans la lecture.

Citation :
Dans L'Ange hurleur,
titre de la première nouvelle de ce recueil, Clara porte, blotti sous
le sein droit, un renard qui lui mord le coeur et lui inflige de
cruelles souffrances. Ces morsures la font hurler de douleur, aux
moments les plus inopportuns. Fille d'un pianiste mort prématurément,
Clara garde aussi en elle le souvenir des thèmes musicaux associés aux
exécutions de l'artiste disparu. L'ange qui hurle sera-t-il apaisé par
la musique qui vit en elle, au voisinage de l'animal mystérieux qui la
torture ? L'art et l'amour triompheront-ils de la douleur ?
L'art et l'amour traversent les pages de ce livre, tour à tour dramatiques ou ludiques. L'Ange hurleur
donne son titre à l'ensemble du recueil, car les thèmes de ces neuf
nouvelles gravitent autour des angoisses d'une conscience qui se
cherche un monde habitable : tentative sans cesse renouvellée de
maîtriser par une parole claire et insurgée le caractère imposée d'une
réalité injuste que l'on refuse de subir. Ici, par sa vertu propre,
l'étrange éclaire l'ambiguïté du quotidien.

Citation :
La vie, l'amour, les livres : ils se mêlent parfois en des noces insolites et cruelles. Ici, presque chaque vie conduit à un écrit et tout écrit ramène à la vie
Anne Richter

* L'ange hurleur - nouvelle la plus longue du recueil, elle nous livre les sentiments et la vie de Clara, dont un renard rouge ronge le coeur, dont le mariage et l'exil sont une fatalité et une erreur et dont la grand-mère en sait bien long sur l'amour véritable.

* Le crime - nous parle d'un homme mort qui observe sa famille délabrée.

* Où est Mia ? - dans cette nouvelle, qui m'a beaucoup touchée, Gilda s'occupe des enfants de sa soeur Jennifer, star de cinéma égoîste, entre deux lectures des lettres de son amant, Clovis, écrivain un peu râté, surnommé "le poête".

* Olga et le catobarian - cette nouvelle est une histoire d'écriture ou plutôt une histoire de lecture... C'est l'histoire d'une femme et d'un homme, d'une légende amazonienne, du poids des larmes et des chagrins.

* L'enfer en pente douce - Peut-être ma nouvelle préférée du recueil, elle raconte l'histoire de jumelles très différentes, Mélancolie et Consolation, que la vie sépare puis rassemble, après des années de correspondance. C'est une histoire de déclin aussi....

* Maison folle - sans doute la nouvelle que j'ai le moins aimée. Elle parle d'Arthur et de son étrange relation aux maisons. C'est peut-être aussi une histoire de fuite.

* La bibilothèque insurgée - cette nouvelle parle à nos âmes lambtoniennes !! J'ai beaucoup apprécié Very Happy. Autobiographique, cette nouvelle parle de la bibilothèque de l'auteur, de son bébé bibliophage. Elle parle du rapprot aux livres et à la vie, à l'aide de nombreux extraits.

* Anne et Anna - cette nouvelle m'a permis de découvrir le nom d'Anne Géramys, auteure et amie d'A. Richter. Elle raconte sa relation à l'écriture.
Citation :
Ecrivait-elle parce qu'elle vivait seule ? Ou à l'inverse, l'écriture lui avait-elle imposé la solitude?

* Conversation impromptue au café procope - Dédicacée à et inspirée par Thomas Owen, elle raconte une rencontre avec une vieille dame, héroine de la nouvelle Coeur de Jade d'Owen.
Revenir en haut Aller en bas
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Ven 3 Juil 2009 - 14:06

Dans la sélection française, je viens de terminer Laisse les hommes pleurer d'Eugène Durci, paru chez Actes Sud.



E. Durci est dramaturge. Il a publié son premier roman, Sale temps pour les vivants, en 2001, chez Flammarion, et un recueil de nouvelles, De plus en plus de gens deviennent gauchers, en 2004, aux éditions Actes Sud.


Laisse les hommes pleurer est un très beau roman, court, au rythme rapide. Une histoire qui mêle souvenirs, recherche, souffrance et dépression. Une histoire qui affiche violence, dureté, injustice et sexe.

Citation :
Léonard est un ancien « populart », un pupille de l'Etat, à ne pas confondre avec un pupille de la nation qui, lui, a mérité de la patrie, précise-t-il. Père de 4 enfants d'un premier mariage, il vit à présent avec une nouvelle compagne, Hélène. Gardien de prison, il est blâmé pour éprouver un peu trop de compassion pour un détenu. Il se sent déprimé dans sa vie comme dans son couple. Il ressent alors le besoin profond de partir à la recherche de celui qui fut son quasi frère, un enfant placé comme lui, Sammy, un petit gamin tout droit arrivé dans la Creuse depuis l'île de la Réunion, comme c'était fréquent dans les années 60 de faire venir ces enfants en Creuse et de promettre à leurs familles une meilleure vie. Meilleure vie, tu parles. Larbins à la ferme, traités comme des chiens, mais dans l'adversité, le soutien moral et l'amitié de ces deux gamins se forgeront à toute épreuve.

Léonard remonte ses souvenirs d'enfance en même temps que la route qui lui permettra de retrouver Sammy, à qui la vie n'a pas tellement réussi. Rudesse d'une famille d'accueil au comportement inhumain, un environnement qui fait penser à ceux de Patrice Juiff ; réconfort d'une famille des environs avec qui ils auront sympathisé, l'espoir se mêle à la détresse, et la vie continue, malgré tout.

Un voyage intérieur autant que réel pour tenter de finir de se reconstruire, si c'est encore possible, une belle quête de cette amitié inoubliée. Même si la fin est un peu trop ouverte à mon goût, Eugène Durif offre là un roman humain et chaleureux, une histoire tout à la fois simple et forte.

Le style de l'auteur est assez particulier. Les dialogues sont, le plus souvent, retranscrits sans guillemets ni tirets. Tout s'enchaîne, presque sans ponctuation parfois, ce qui accélère nettement la lecture.

Je vous poste la première phrase du roman, pour vous mettre en appétit Wink :

Citation :

Un jour, je ne pouvais plus. Peut-être que c’était là depuis longtemps et que je ne m’en étais pas rendu compte. Enchaîné aux circonstances, aux événements, à la suite des jours, et voilà qu’on se retrouve un matin à ne plus savoir quoi faire, à ne plus pouvoir continuer. Vingt-cinq années avaient passé, la succession des jours les uns après les autres. Et un jour, je ne pouvais plus. Quand ou comment ça a commencé, je ne sais pas si c’est le plus important. J’étais devenu vulnérable, moi qui avais réussi à ne
pas être touché. Tout devenait possible, même le pire.

Bonne lecture ! Cool
Revenir en haut Aller en bas
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Dim 12 Juil 2009 - 10:21



Pour le moment, mon coup de coeur de la sélection : Tébessa, 1956, roman de Laurent Cachard, auteur Lyonnais, publié aux Editions Raison et Passions.

Citation :
Gérard a vingt ans quand il se retrouve coincé dans une embuscade à Djeurf, dans le canton de Tébessa, en AFN, ce 5 avril 1956. [...] Au moment même où il perd la vie, c'est la mémoire qu'il ravive, qui le ramène sur les pentes de son quartier natal, à la Croix-Rousse : un peu comme si le temps avait le culot de s'arrêter.


Citation :
C’est de la guerre d’Algérie dont parle Laurent Cachard dans son roman « Tébessa, 1956 ». De la guerre, du contingent, de ces gones* venus de Villeurbanne ou de la Croix-Rousse, partis au départ pour 18 mois, peut-être trente voire quarante-huit comme disait alors la rumeur.

Dix jours pour arriver à Marseille sans passer par la case « Bonne Mère », Alger, la casbah, la mort et juste avant la mort la mémoire en désordre. Celle de la guerre. Les cours d’horticulture avec Monsieur Perroud. Michèle Ferrara à la J.O.C. Lendroit qui passe l’arme à gauche et à qui on ne pourra pas rembourser cette dette de mille Francs. Le souvenir de Louise qui habitait rue Dumenge. Dormir. Mourir.

Les gradés pensaient parfois qu’il s’appelait Bernard et non Gérard. Il avait vingt ans. C’était à Djeuf, canton de Tébessa, en AFN comme on disait à l’époque, un 5 avril 1956. Tombé au combat.




Il s'agit d'un roman court (je l'ai lu en à peine une heure et demie), écrit comme on parle et cependant regorgeant de poésie. Les propos sont justes et percutants, les sentiments de Gérard sont vrais, sincères et parfaitements retranscrits.



Citation :
J'ai toujours pensé que tout fonctionnait par paire dans la vie, que pour une personne rencontrée puis perdue on trouvait ou trouverait son double au moment où on pensait définitivement l'avoir oubliée.



Citation :
ca aussi, tiens, c'en est une bonne, ,de dire qu'ici c'est pas la vraie guerre, que ce n'est rien par rapport à 40, qu'était déjà rien par rapport à 14 ! Elle fera moins mal la balle que je vais prendre en pleine poitrine ? Je serai pas autant mort que ceux qui sont mrots en ces temps-là ?



Citation :
ce n'est pas moi que je sauve, c'est tout ce que je dois devenir.



Malgré les thèmes abordés (la guerre, les combats, le souvenir), le livre est loin d'être glauque ou triste. Bien sûr, il laisse un goût d'amertume devant l'injustice du décès d'un jeune homme qui avait encore tant à vivre, mais l'écriture est telle que l'ambiance n'est jamais lourde ou trop noire.



Le seul petit point qui m'a (passablement) énervée (il m'en faut peu !) est que l'auteur ponctue toutes les interrogations indirectes par un point d'interrogation...



Tébessa, 1956 est dédié à Fred Vanneyre, dont un magnifique extrait de Nocturne est cité :

Citation :
Je crois aux mots violents

qui n'ont de sens qu'en aimant

Je crois aux coeurs souffrants

qui n'ont paix qu'en partageant.

Je crois innocemment

à l'éternité du temps

Et langoureusement

au vertige des amants


Le livre prend fin avec l'inventaire de ce que contient la valise de Gérard, remise à sa famille après sa chute au combat. C'est un document émouvant et j'ai eu besoin d'un petit temps de silence et d'immobilité avant de pouvoir passer à autre chose...



J'ai vraiment été conquise par ce livre, dont je vous recommande chaudement la lecture !



* gone = enfant dans le parler lyonnais.
Revenir en haut Aller en bas
mimidd
Aki no Hoshizora


Nombre de messages : 15733
Localisation : with a Japanese man singing for Rotterdam
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Dim 12 Juil 2009 - 11:56

Ce livre m'a l'air trèèèèèès intéressant cyclops
Les autres aussi ^^, mais les thèmes abordés dans ce dernier me parlent tout particulièrement Very Happy
A rajouter dans ma liste de livres à acheter, donc Wink

_________________

ずっと続く道  これからも変わらずに  同じことで笑っていよう  一人じゃないよ  アホな仲間と
=☆= In a road that keeps going without change, let’s keep laughing about the same things. =☆=
=☆=☆=☆= You’re not alone. You’ve got this stupid friend with you
(道, 丸すばる) =☆=☆=☆=
Revenir en haut Aller en bas
http://www.librarything.fr/profile/mimidd
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Dim 12 Juil 2009 - 13:34

Chouette !

J'ai oublié de dire que c'est très sympa quand on connaît Lyon de lire l'histoire de Gérard, qui parcourt ses souvenirs dans cette ville. J'en ai appris un peu plus sur le quartier de la Croix-Rousse. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Dim 2 Aoû 2009 - 12:17

nathy's a écrit:
Je ne connais aucun des auteurs, mais j'ai essayé de chercher quelques résumés des romans: je les ai pas tous trouvés, mais en tout cas Twist me tente bien, j'attendrais donc ton avis dessus! Smile

Le voici ! Wink

Roman de la sélection Rhône-Alpes, écrit par la lyonnaise Delphine Bertholon et publié chez JC Lattés, Twist est un roman à 3 voix, qui parle d'amour, de (privation de) liberté, de manque et d'écriture.


Citation :
Par une journée particulièrement pluvieuse, Madison se fait interpeller par le conducteur d’une Volvo noire qui, apparemment, cherche la route qui le conduira rapidement chez le vétérinaire pour y faire soigner sa
chatte. Émue, la collégienne accepte de monter dans cette Volvo pour y diriger directement son conducteur. La voiture démarre, le piège se referme sur Madison. Personne n’entendra plus jamais parler d’elle.
« Maman me l’avait assez répété, de ne pas parler aux inconnus, de faire
attention avec tous ces « détraqués » qui courent dans la nature mais
là, pas une seconde ça ne m’avait traversé l’esprit. A cause de la
bonne tête de R. avec sa chevelure d’éponge, sa voiture brillante, la
jolie chatte à trois couleurs dans la petite caisse, l’orage dément qui
me coulait dessus et surtout – surtout – à cause de Stanislas. »
En deux phrases confiées à son cahier quémandé à R., Madison, Twist comme aimait à la surnommer son grand-père pour la taquiner, révèle sa
disparition, son « enlèvement » comme elle le croit au début et sa séquestration au fond d’une cave pendant des mois, de longs mois qui,
au fil du temps, vont se transformer en années.

Roman à trois voix, disais-je : celle de la mère d'abord à travers des lettres - toutes très émouvantes et criantes d'amour et de souffrance - qu'elle écrit désespérément à sa fille, en continuant d’espérer, envers et contre tout, son retour.
Celle de Stanislas ensuite, jeune prof de tennis de Madison, monté à Paris pour ses études de lettres. Il va vivre une histoire d’amour passionnée mais difficile avec Louison dont la présence ou l’absence, un geste ou un mot le ramèneront au souvenir de sa petite élève disparue.
Et celle de Madison, finalement, qui nous est livrée à travers son journal intime. Enfermée dans sa "pièce", elle remplit des cahiers de ses pensées plus intimes, poussée et soutenue par ce qu'elle appelle son "GRAND PROJET". On suit ainsi son évolution, ses émotions parfois contradictoires, au fil de ces années de séquestration.

Les 3 personnages ont chacun leur style et l'écriture de Delphine Bertholon est toujours fluide et soignée. J'ai particulièrement apprécié le ton des comparaisons choisies par l'auteure :
Citation :
une humeur de goulag
Citation :
bronzé comme une olive
ou l'extrême poésie de certains passages :
Citation :
à regarder ces gamines bronzées sauter dans le sable, si gaies, si libres et si vivantes, mon coeur se remplit d'écume
Citation :
écouter le temps qui coule comme la pluie mais sans faire de bruit
Citation :
Quelquefois, il suffit de regarder les choses en face pour qu'elles commencent à exister.
Quelquefois, ce qui semble impossible est à portée de main

D. B a inclut la liste des références littéraires qu'elle a utilisé à la fin du livre. Ça va m'éviter de la faire ! Wink

Elle a été interviewé par Michel Field et elle en parle beaucoup mieux que moi ! La vidéo est disponible sur Youtube, mais je n'arrive pas à l'intégrer dans mon post. Elle disparaît !

EDIT :
* Le roman est une illustration parfaite du syndrome de Stockholm Arrow et a été inspiré par un fait divers.
* D.B. fait référence à la photographe américaine Sally Mann, dont je ne peux que vous recommander les clichés Arrow et à Punky Brewster, série télévisée dont je ne me souvenais pas, mais qui en fait a fait partie de mon enfance :
Revenir en haut Aller en bas
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Ven 7 Aoû 2009 - 17:20

Next one: sélection suisse, publié chez Gallimard, La main de Dieu de Yasmine Char, administratrice d'un théâtre, née au Liban et exilée en Suisse depuis 12 ans.



Bon, soyons honnête, c'est loin d'être le meilleur que j'ai lu pour Lettres Frontière, mais on y découvre l'ambiance de la guerre qui déchire le Liban, qui oppose Chrétiens et Musulmans, et dans laquelle une jeune fille tente de connaître l'amour sous les bombes. Rien de gnagnan ni de cucul Smile , le style est rapide mais un peu décousu. Yasmine Char passe du "Je" au "Elle" sans qu'on sache trop pourquoi et c'est parfois déroutant.
On découvre l'amour d'un père qui sombre suite au départ brutal de sa femme, une grand-mère obèse qui protège, des tantes à la langue de vipère qui sont (trop) soucieuses du respect des traditions et soumise à la gente masculine et l'importance d'aller au lycée dans la vie pertubée d'une jeune libanaise de 15 ans.
Un court roman, assez sympa, qui se lit vite mais qui ne laisse pas un souvenir impérissable.

Citation :
Il y a une jeune fille, quinze ans, qui court le long d'une ligne de
démarcation. Il y a le Liban, ce pays depuis si longtemps en guerre
qu'on oublie parfois que la guerre est là. Et puis dans la guerre, il y
a l'amour. L'amour de la jeune fille, pur comme un diamant : pour le
père, pour l'amant, pour la patrie. Grande absente, la mère ne sait
rien de cet amour. Elle est partie sans laisser d'adresse. La jeune
fille ne sait pas comment faire pour grandir là, tiraillée entre deux
cultures, happée par la violence. Alors elle court. C'est l'histoire
d'une fille en robe verte qui virevolte dans les ruines, qui se jette
dans les bras d'un étranger, qui manie les armes comme elle respire.
L'histoire d'une adolescente qui tombe et qui se relève toujours.

Je n'ai pas (encore) vu ce film mais il paraît que La main de Dieu est un parallèle à Valse avec Bachir. Ca mérite inspection ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
nathy's
Feedle-Dee-Dee!


Nombre de messages : 8529
Age : 26
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Sam 8 Aoû 2009 - 17:04

Merci pour l'avis sur Twist cécilou! Very Happy C'est celui qui me tente le plus avec Tebessa et Laisse les hommes pleurer pour l'instant!
Revenir en haut Aller en bas
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Dim 9 Aoû 2009 - 11:39

nathy's a écrit:
Merci pour l'avis sur Twist cécilou! Very Happy
Tout le plaisir est pour moi ! Wink

Pour continuer avec la sélection suisse : Douchinka de Dominique de Rivaz, diplômée en lettres de l'Université de Fribourg, scénariste et cinéaste (Aélia, Le Jour du Bain, Mein Name ist Bach - Grand Prix du Cinéma Suisse 2004 - et Luftbusiness). Douchinka est son premier roman et s'inspire de ses nombreux séjours en ex-URSS.



Douchinka, c'est l'histoire emmêlée de 4 Russes, après le Grand Dégel, c''est l'histoire d'une exposition anatomique - qui m'a immédiatement fait penser à l'exposition controversée OUR BODY Arrow - et de ses conséquences dramatiques, c'est l'histoire d'un homme qui vend son âme et d'une femme qui se met à sa recherche. Une centaine de pages pour cette fable russe, qui se lit facilement, mais dont le rythme est parfois un peu lent.
Revenir en haut Aller en bas
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Ven 21 Aoû 2009 - 10:07

Sélection Suisse, un recueil de poèmes cette fois :
Dans un ciel de février,Prix de Poésie de la Vocation 2008, une récompense décernée par la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet, présidée par la philosophe féministe française Elizabeth Badinter. Il s’agit du premier livre publié par Julie Delaloye, diplômée de médecine de l'Université de Lausanne. Boursière du Fonds National Suisse de la Recherche, et actuellement en préparation d’un doctorat en sciences bio-médicales.



Le recueil, publié chez Cheyne Editeur, est dédié à la mère disparue de Julie Delaloye. Elle dit avoir été particulièrement marquée par l’écriture de Maurice Chappaz.

Citation :


« Dans un ciel de février,

neige sur les cimes,

lumière qui se creuse

je crie un adieu » :

Il flotte, sur ce volume, l’ombre discrète d’une mère disparue, un deuil blanc éblouissant, une fraîcheur, une grâce qui couvre l’instant et une gravité aux échos d’universel. Rien de funèbre, entre « L’éveil blanc » et la « Treizième saison », se déroulent « Les heures limpides » et « L’éblouissement de l’été ». Le retour dans le souvenir, dans l’enfance, la montagne, la neige, le sapin. Le majestueux et le familier. Des échos de l’exquise mélancolie des poèmes valaisans de Rilke, ces échanges subtils avec une nature mystérieuse : « Dans les cerisiers en fleurs,/ j’ai senti vieillir l’œil ébloui du passé./ Un visage se penche, en robe brodée de soie claire,/ et l’enfance longtemps, l’écorce, attendant la mer. »

Une force du classique nourrit l’image éveillant des musiques lointaines : « tandis que sur le visage et le flux des miroirs,/ court le parfum fidèle, froissé, des sels dorés. »

Dans un registre délicat, léger, Julie Delaloye installe ses choses de la vie et de la mort nimbées d’une douce sérénité sous un ciel de février si chargé, autrement...



J’ai lu deux fois le recueil, à la recherche de cette fameuse ombre maternelle… que j’ai eu bien du mal à détecter ! Cela dit, j’ai apprécié la plupart des poèmes, très courts et bien écrits.

Voici mes deux préférés :

Citation :
J’ai ton absence,

couleur cendre,

sur la langue





Citation :


Donne-moi ton sourire,

que ma vie s’y forme,

que ma peur s’y fige

Revenir en haut Aller en bas
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Dim 20 Sep 2009 - 17:52

Avant dernier livre de la sélection Rhône-Alpes (et de la sélection tout court d'ailleurs..) : Le Baiser de la Nourrice de Christian Chavassieux, édité chez Jean-Pierre Huguet (éditeur régional).



Dans un livre court (157 pages d'une écriture serrée), Chavassieux dépeint la transformation d'Azert, petit facturier appliqué à la vie insipide et dont la principale activité hors de son travail consiste à faire maniaquement brillé ses souliers, en un bourreau monstrueux, travaillant pour un petit dictateur.
Un roman au rythme très rapide, avec peu de ponctuation, qui nous entraîne dans le brouillard d'une ville où règne la terreur.
J'ai eu du mal à démarrer, pour être honnête, mais une fois prise dedans, j'ai vraiment voulu connaître la suite de l'évolution d'Azert et j'ai eu du mal à reposer le livre.
J'ai immédiatement pensé à 2 livres en commençant ma lecture : Le passeur de Lois Lowry (cf le topic École des Loisirs) et Frère Animal d'Arnaud Cathrine (cf son topic), en raison des univers hyper réglementés et sans issue qui y sont dépeints. L'ambiance y est un peu la même, à mon avis.
Les critiques parlent d'insipiration Kafkaïenne et parfois même de Vian. Je ne sais pas si j'y aurais pensé toute seule, mais il y a sans doute du vrai !

Pour lire un extrait de presse, c'est par là :
Revenir en haut Aller en bas
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Jeu 24 Sep 2009 - 22:46

Eh bien, ça y est ! J'ai fini de lire la sélection Lettres Frontière et j'ai terminé par un vrai délice : Les déferlantes de Claudie Gallay.



C'est l'histoire de cette ornithologue, partie à La Hague pour travailler mais surtout pour oublier un homme qu'elle a perdu, un amour qui la hante. Elle se retrouve là, entre les landes et la mer, à compter les oiseaux et surtout, malgré elle, à devenir témoin et actrice, en quelque sorte, d'une histoire passée, dramatique, dont les ficelles s'emmêlent et se démêlent pour notre plus grand plaisir. On se prend vraiment d'affinité pour Lambert, mystérieux, blessé et tendre, pour Lily et son bar, pour la Cigogne qui apprend à tracer de jolis bâtons sur son cahier, pour Théo, l'ancien gardien de phare et l'ami des chats, pour Max amoureux de Morgane et du dictionnaire, pour Raphaël et ses sculptures, pour M. Anselme et feu son ami Prévert (le vrai !!) et enfin pour la vieille Nan (spéciale dédicace à LMM - ha ha ha !! - comme quoi, c'est vrai : toutélié !! ) qui ne perd peut-être pas autant l'esprit qu'on pourrait/voudrait le penser. Bref.. c'est 525 pages de tempête et.. ça coule !

Citation :
(.. .) Claudie Gallay confirme son talent pour insuffler de l'âme à des êtres en fuite, entravés de tourments muets. Elle sait déchiffrer les multiples nuances du silence puisque jamais ses personnages abîmés ne s'épanchent ni ne se confessent.
Livres Hebdo - véronique Rossignol

Citation :
Claudie Gallay excelle à créer des atmosphères enfermant lecteur et personnage dans des secrets bousculés à coups de phrases courtes, jetées plutôt que prononcées par des 'taiseux'.
Le Magazine littéraire - Aliette Armel

Je retrouve les autres membres du jury mercredi soir pour une dernière réunion de partage avant celle du vote. Soirée qui promet de belles discussions et réflexions.
Je reposterai donc fin octobre pour vous donner le résultat.
Pour le moment, je vais devoir laisser tout ça reposer pour savoir ce que je vais voter !

En attendant, j'espère avoir réussi à convaincre quelques-uns d'entre vous à lire au moins un des livres dont j'ai parlé et j'attends vos opinions !
Revenir en haut Aller en bas
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Jeu 29 Oct 2009 - 12:12

Je continue mon monologue



Dernière réunion de mon comité de lecture hier soir pour le vote final (et un petit apéro ), dont je vous livre les résultats :

Coup de cœur suisse : La main de Dieu de Yasmine Char
n° 2 : Douchinka de Dominique de Rivaz
n° 3 : La Fanée de Thomas Sandoz (c'était mon coup de cœur personnel)
n° 4 : Dans un ciel de février de Julie Delaloye
n° 5 : L'Ange hurleur d'Anne Richter

Coup de cœur rhône-alpin : Tebessa, 1956 de Laurent Cachar (vas-y Mimidd, lance-toi ! )
n° 2 : Twist de Delphine Bertholon (mon coup de cœur)
n° 3 : Les déferlantes de Claudie Gallay
n° 4 : Le Baiser de la nourrice de Christian Chavassieux
n° 5 : Laisse les hommes pleurer d'Eugène Durif

Les différents comités de lecture se réunissent mardi prochain à Archamps, en Suisse, pour combiner les votes et débattre. Je ne peux malheureusement pas y aller.

Conclusion des festivités le vendredi 13 novembre à Genève et là, j'en serai et toute la journée !!
Je vous poste le programme (si mes amis suisses veulent se joindre à moi, ce sera avec plaisir) :




Revenir en haut Aller en bas
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Dim 15 Nov 2009 - 10:42

Alors, ça y est, cette chouette aventure est terminée... Vendredi dernier a eu lieu la Journée LF, au Palais Eynard de Genève (un peu kitsch mais très beau, soit dit en passant ). C'était tout simplement génial !!! J'ai assisté aux lectures de Claudie Gallay, Thomas Sandoz (qui ne sait pas lire....), Delphine Bertholon (qui se la pète un peu et qui avait un rhume carabiné), Yasmine Char et Christian Chavassieux. J'ai également suivi deux tables rondes.
Entendre les auteurs parler de la genèse de leurs œuvres, de leurs objectifs et envies d'écritures, de la façon dont les personnages prennent vie et s'imposent à leurs créateurs, apporte véritablement une autre lumière, un éclairage différent sur les livres et m'a donné envie de relire La main de Dieu et Le baiser de la nourrice, notamment.
Les auteurs étaient tous très accessibles et ouverts à la discussion et c'était formidable de voir C. Gallay parler de La Hague avec tant de passion et je suis tombée amoureuse de Chavassieux . Je l'aurais volontiers invité à prendre un verre de vin rouge à la maison...

La journée était aussi l'occasion de remettre le prix Coup de cœur à un lauréat suisse et à un lauréat rhône-alpin : Yasmine Char et Delphine Bertholon. Autant dire que je suis ravie que l'auteur de Twist ait reçu le prix, puisqu'elle était mon coup de cœur français.
Le prix a été remis par le lauréat de la sélection suisse de l'an passé : Eugène, récompensé pour sa superbe Vallée de la Jeunesse (que je vous recommande).

Il ne me reste donc qu'à vous pousser à lire les romans de cette sélection et à venir poster vos avis ici ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Sam 27 Mar 2010 - 11:33

J'ai participé hier à une rencontre avec Yasmine Char, coup de cœur de notre comité Lettres Frontière et de la sélection suisse 2009. Elle a avec d'entrain (trop) parlé de sa biographie (née au Liban d'une mère française et d'un père libanais, elle avait 9 ans lorsque la guerre a éclaté. Elle a quitté le Liban à 24 ans pour partir en missions humanitaires avec le CICR pendant 7 ans. Elle s'est ensuite installée en Suisse où elle est administratrice et programmatrice d'un théâtre), de sa (petite) bibiographie et de son livre, La Main de Dieu. C'est un roman en partie autobiographie (dans les passages rédigés avec le "Je", contrairement à ceux rédigés avec le "Elle" - utilisé pour désigner le personnage principal lorsqu'elle rencontre un homme). Il est publié chez Gallimard et vient de sortir en Folio. Il s'est déjà vendu à 9 500 explempaires et a remporté une foule de prix.
Je ne m'attarderai pas sur le dîner qui à suivi (nous étions 4 : 2 employées de la médiathèques/membres du comité de lecture, Yasmine Char et son mari et moi-même), car son attitude m'a assez déçue. Ils sont partis avant le dessert après avoir trouvé une excuse bidon !!
Revenir en haut Aller en bas
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Ven 14 Mai 2010 - 15:08

Me revoici pour boucler la boucle de cette édition de Lettres Frontière. J'ai assisté il y a peu à une (nouvelle) rencontre avec Claudie Gallay, pour son roman Les déferlantes. Toujours aussi calme, douce et sympathique, elle a parlé avec plaisir de tous ses romans, de son manière d'observer le monde et les gens et de remplir ainsi des carnets avant de faire connaissance pendant quelques semaines avec ses personnages de roman puis de passer à l'écriture du roman à proprement parler, de son rapport à la mer mais PAS de son roman en cours . Elle nous a appris que Les déferlantes ont été achetées par Éléonore Faucher, réalisatrice des Brodeuses, et que le film devrait sortir en septembre 2011, si je ne dis pas de bêtise.

Je quitte la région dans une quinzaine de jours et ne serai donc pas en mesure de participer au Comité de cette année mais je compte bien lire les ouvrages qui seront sur la liste (5 Suisses romands et 5 Rhône-Alpins, je le rappelle). Si vous voulez en faire de même (ou n'en lire que quelques-uns, voire juste consulter la liste), vous pouvez consulter le site , dès le 13 juin.

Bonne lecture !!
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield


Nombre de messages : 23541
Age : 59
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Mar 18 Mai 2010 - 21:25

Merci pour ces commentaires. J'ai suivi avec attention, même si je n'ai pas encore trouvé le temps de jeter un coup d'oeil sur ce qui m'a le plus intéressée. Les Déferlantes avait déjà attiré mon attention, tu as réussi à me faire franchir le pas de la commande.

Je t'envie pour les rencontres avec les auteurs, je pense que vous avez pu avoir un réel échange, même si ça ne s'est pas toujours bien passé, malheureusement.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
cecilou41
Lover's Lane Wanderer


Nombre de messages : 2194
Age : 32
Localisation : Lost in translation
Date d'inscription : 03/07/2008

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Mer 19 Mai 2010 - 8:22

Mais de rien ! Cette expérience a vraiment été passionnante.
J'attendrai (patiemment) tes impressions alors !
Revenir en haut Aller en bas
nathy's
Feedle-Dee-Dee!


Nombre de messages : 8529
Age : 26
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Mer 19 Mai 2010 - 11:08

J'ai aussi suivi ce topic attentivement, j'attends de diminuer un peu ma PAL pour m'attaquer à Twist, le seul que j'ai repéré pour l'instant à ma bibliothèque Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lettres Frontière   Aujourd'hui à 10:59

Revenir en haut Aller en bas
 
Lettres Frontière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lettres Frontière
» découpe de contour de lettres
» Mémoires de nos pères / Lettres d'Iwo Jima
» George Sand et Musset (film, romans, théâtre et lettres)
» decoupe grandes lettres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Le plaisir de la lecture-
Sauter vers: