Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Robert McLiam Wilson : Eureka Street

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
toxicangel
Snails Huntress
avatar

Nombre de messages : 6230
Age : 40
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Dim 9 Avr 2006 - 19:44

Alors je vous préviens, je n’ai pas lu la moitié des auteurs cités ici (au moins ça va me donner de l’occupation pour les 50 prochaines années) study .
Par contre j’en ai lu 1 qui a semble t-il échappé à votre perspicacité Shocked . Comme il a en plus écrit un roman qui figure dans mon Top 3 (les 2 autres étant P&P et La maison du sommeil), je ne pouvais pas le laisser plus longtemps dans l’oubli.

Robert McLiam Wilson est donc un auteur contemporain Irlandais qui a écrit plusieurs romans dont « Ripley Boggle » (l’histoire d’un SDF, entre burlesque et tragédie) et « La douleur de Manfred » (l’histoire d’un homme qui bat sa femme, roman très dur à ce qu’il paraît mais que je n’ai pas encore lu).

RMLW a surtout écrit « Eureka Street » cheers , un pavé de 540 pages en poche comme on les aime, bourré d’humour et d’humanité. Ce livre s’intéresse au parcours de Jake Jackson (un dur au cœur tendre) et à toute une clique de personnages hauts en couleur dont : Chuckie (meilleur ami de Jake, gros poussif aux idées débiles), la mère hurluberlu de Chuckie, Max (la copine américaine de Chuckie), Aoirghe (la colocataire nationaliste de Max), Roche (le gavroche irlandais, ultra vulgaire mais pas le mauvais bougre)…
Mon personnage préféré restant bien évidemment Jake , l’éternel cœur d’artichaut brisé, qui a en plus la particularité d’avoir un chat avec lequel il vit une cohabitation épique Evil or Very Mad (en fait quand j’étais plus jeune et que n’avais pas encore fait la connaissance de Mr Darcy, je rêvais de rencontrer un jour mon Jake Jackson).
Le tout se passe dans une Irlande encore en proie aux attentats et sur les murs de laquelle fleurissent tous les jours des sigles nationalistes de 3 lettres, dont un qui suscite l’interrogation de tout le monde : OTG Question Question Question

Alors je ne sais pas si ce long laïus vous aura donné envie de découvrir ce livre et son auteur mais sachez que quand je l’ai lu, j’ai alterné fou rire et larme à l’œil avant de terminer avec un sourire béat. Laughing Crying or Very sad sunny

Allez, une petite citation signée Roche pour vous donner le ton : « Ta queue est-elle assez longue pour toucher ton cul ? Si oui, tu pourras aller te faire enculer plus facilement. »
lol!
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23544
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Dim 9 Avr 2006 - 22:21

ok, toxicangel, au moins, nous avons une idée du style! Je ne connais pas du tout cet auteur, mais malgré la crudité du vocabulaire, tu m'as donnée envie de le lire. lol!

A mettre sur ma liste en tant que pavé à prévoir pour les prochaines vacance!
Revenir en haut Aller en bas
toxicangel
Snails Huntress
avatar

Nombre de messages : 6230
Age : 40
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Lun 10 Avr 2006 - 19:44

Ah oui mais ça ce n'était que l'aperçu le plus anecdotique du style, sinon autant lire je sais pas moi ... San Antonio part en Irlande
lol!

En voici donc un 2ème :
"Quand ma peau a touché la sienne, j'ai compris que je ne me suiciderais pas ce mois-ci, que la vie était une sacrée belle marchandise lorsqu'elle incluait une fille comme Mary. Et quand elle m'a touché, elle a touché ma fibre intime. Elle m'a touché jusqu'au coeur."


Tout ça pour dire que vraiment j'adore Eureka Street.
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23544
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Mar 11 Avr 2006 - 21:24

Merci pour ce nouvel extrait, c'est vrai que le style est différent Laughing , j'ai encore plus envie de le lire.
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23544
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Sam 18 Nov 2006 - 17:14

Attention, amateur du monde policé de Jane Austen ou du lyrisme de Charlotte Brontë, on n’est clairement pas dans le même registre. Mais voilà tout de même un livre qui vous laisse sur les genoux, à moins d’être complètement insensible. A réserver aux âmes pas trop sensibles, à cause du langage souvent cru mais surtout de certaines scènes à la limite du soutenable.

Voyons tout d’abord ce héros qui plait tant à Toxic. Voilà un homme plein de paradoxes, comme je les aime, à la fois concerné et détaché, altruiste mais effrayé par les autres, surtout les femmes. Un homme tout cabossé de l’intérieur, qui doute et qui pourtant ne pense qu‘à une choses : trouver l’amour. Dans ses relations avec les femmes, même type de paradoxe : il tombe amoureux au premier regard, mais il pense à chaque fois qu’il va se planter. Il faut dire qu’à la lecture de la fin, on comprend pourquoi!

Le destin des héros d’Eureka Street est bien entendu intimement lié à celui de Belfast et l‘auteur fait passer ses idées politiques de manière tout naturelle. Pas besoin de grandes explications, le message est dans la vie et les pensées de Jake ou de Chuckie. La tension qui règne dans la ville se répercute sur les journées ordinaires des habitants. Le ciel sans hélicoptères paraîtrait vide, l’explosion d’une bombe ne fait plus sursauter. On en vient à une sorte de routine de la terreur. Mais ce qui frappe surtout, c’est les cases dans lesquelles sont mis les gens. Catholique ou protestant, vous êtes jugé, surveillé par vos pairs et par les «adversaires». Seul le détachement peut vous empêcher de tomber également dans cette dérive, et heureusement, ce qui intéresse Jake et sa bande c‘est la vie, et non de savoir à qui s‘en prendre si Belfast sombre.

Spoiler a écrit:
Je suis encore sous le choc de la scène de l’explosion. On voit plus ou moins venir un événement marquant lorsque l’auteur décrit dans les détails (et avec une aisance rare) la calme euphorie qui a envahi Rosemary Daye en se remémorant la première nuit avec son cinquième amant. Et tout à coup c’est l’horreur, une intensité pas souvent atteinte dans un bouquin.
Je crois que c’est la première fois qu’un livre m’a autant remuée. Non seulement le souffle coupé mais une sensation nauséeuse, un peu comme les spectateurs de l‘événement (their "insides were hairy and itching") et les larmes aux yeux.

Venons-en au style maintenant. Je suis époustouflée par son efficacité. C’est dépouillé, précis et percutant. Des phrases courtes, des mots simples, un langage parfois un peu vert, pour rester dans la périphrase, et une incroyable facilité à décrire les sentiments et les personnes sans fioriture. Je ne sais pas pourquoi exactement, mais ça sonne juste, tout simplement. Si je savais manier les mots avec autant de facilité que lui, je pourrais mieux l’expliquer mais là, il faudra se contenter de quelques exemples :

Citation :
And I knew when my skin touched her skin that I probably wasn’t going to kill myself for a while, that life was fundamentally a pretty sound commodity when it could include a girl like Mary. And when she touched me she touched the matter in me. She touched me through.

‘ Jake’ , she said, ‘Jake‘.

Why not? That was my name.

Je vois que tu avais déjà cité ce passage le début de ce passage, Toxic, c'est aussi joli en français qu'en anglais. Contente de constater que nous avons les mêmes goûts!

J'aime bien aussi :
Citation :
Sometimes at night, when she slept and I couldn’t, I lay with my arms around her, just loving her.

ou encore :
Citation :
I liked her inclusive tone. It put us in the same Venn diagram.

et :
Citation :
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.


J'ai bien envie de mettre cette dernière dans ma signature, tiens.

Sens de la formule qui fait mouche, art de décrire les personnages par petites touches et de manière indirecte, humour un peu détaché, tiens, ça me rappelle quelqu‘un, ça!

Sur la couverture de mon édition, le livre est décrit comme : stylish, funny, black and memorable. Que dire de plus? Toxic va encore dire que je suis dithyrambique, mais quand on aime, on ne compte pas, et là je n’ai pas envie de lésiner sur les compliments. C’est décidé, je me précipite sur les autres bouquins de Robert McLiam Wilson.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
toxicangel
Snails Huntress
avatar

Nombre de messages : 6230
Age : 40
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Sam 18 Nov 2006 - 18:53

Cat copine de moi !

Tu parles vraiment très bien de ce livre (mieux que moi, je l'avoue) et je suis contente qu'il t'ait plu.
Je ne me rappelle plus s'il m'a tiré ou non une petite larme (c'est fort possible) mais je ne te reprocherai certainement pas tes commentaires dithyrambiques car je suis ravie d'avoir enfin trouvé quelqu'un qui comprenne le génie de Robert McLiam Wilson.
Car oui, malgré ses airs je m'en foutiste, ce type est un génie avec un style différent de ce qu'on peut lire habituellement mais pas moins beau pour autant. C'est simple, quand j'ai appris qu'il avait fait une lecture l'an dernier à Paris, j'étais véritablement en rage, alors que d'habitude, je me fiche complètement des auteurs et ne paierait pas un centime d'euro pour les entendre annoner un texte que je suis capable de lire moi même (et puis je me rappelle toujours la phrase de Sean Connery dans A la rencontre de Forester : "les écrivains ne font des séances de lecture que pour baiser".) Laughing
Et enfin un dernier point sur Robert, chose qui devient de plus en plus rare de nos jours : il aime ses personnages et c'est pour ça qu'il en parle si bien.
Tes citations me donneraient presqu'envie de commander le livre en anglais mais bon, c'est tout de même un beau pavé study

Donc tu peux foncer tête baissée sur Ripley Boggle. C'est moins bien qu'Eureka Street, moins romantique en tout cas, mais le héros est encore un drôle de bonhomme et le style de l'auteur reste le même.

Par contre il va falloir que je fonce sur La douleur de Manfred si je ne veux pas être larguée. Mais là je crois qu'on change définitivement de registre pale

Donc pour les autres : y a pas que moi qui ait apprécié Eureka Street, Cat aussi a aimé et il faut toujours suivre les conseils de l'admin.Moi c'est ce que je fais tout le temps Razz

Encore une fois, merci Cat, tu éclaires ma fin de journée sunny sunny sunny
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23544
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Dim 19 Nov 2006 - 19:20

Je te retourne le compliment, c'est toi qui a éclairé mes deux dernière semaines grâce à ton conseil judicieux.

Citation :
il aime ses personnages et c'est pour ça qu'il en parle si bien.

Voilà, c'est exactement ça, je n'arrivais pas à le dire, merci.

Je voulais aussi ajouter que ça vaut la peine d'essayer en anglais. J'ai trouvé le langage très accessible, il y a de l'argot mais on comprend toujours le sens à cause du contexte et on progresse même, pas seulement pour l'argot, d'ailleurs!

J'ai vérifié sur imdb s'il existait une adaptation, c'est bien le cas, il existe une minisérie de 4 heures datant de 1999 mais malheureusement elle n'a pas été éditée en dvd. Dommage car elle a un très bon score (9.1, tout comme P&P 95, bon avec seulement 73 votants, il faut bien l'admettre). Question toutélié, le rôle de Caroline est joué par Sorcha Cusack, Jane Eyre 1973!

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
toxicangel
Snails Huntress
avatar

Nombre de messages : 6230
Age : 40
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Dim 19 Nov 2006 - 21:01

Ouais, ouais, j'étais au courant pour l'adaptation. Je crois même qu'elle a été commandée par la BBC. Et c'est Ed O'Brien de Radiohead qui a fait la musique.
Et ils ne l'ont jamais sortie en DVD, non mais espèces de
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23544
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Mer 22 Nov 2006 - 14:26

Je continue mon lobbying pro Eureka Street. Je voulais savoir ce des Irlandais du Nord pouvaient penser du livre, et j'ai trouvé ces magnifiques commentaires sur amazon.uk :

Citation :
I have tried three times to think of words that would fit how wonderful, inspiring, moving, breath-taking, soul-shaking and plain funny I find this novel. I just cannot. This book has a soul. It shows you Belfast as I have known it my whole life, like a bitter-sweet song that is so sad but yet so beautiful it makes you love it even more. This book has everything and everyone I have know and felt about Belfast and it's people. This book has twists, it has black humour; wonderful, beautiful and hilarous turns of phrases; it has love and it has tragedy that tastes of the deepest sorrow.
If you want to know Belfast and what people there are really like, if you want to laugh (out load) read it, if you want a love story read it. You should just read it. This book is so good it should be on the National Curriculm.

Citation :
Hailing from NI myself I am regularly disappointed by books claiming to be true to Northern Irish life. I was bought this book as a gift and read it expecting the same. Boy was I wrong. It is one of the raw-est (is there such a word?) funniest, darkest books I have read about NI - it sums up the attitudes and personalities in a way which is neither patronising nor stereo-typcial. If you want a real belly-laugh, read this book. If you want to know a little bit more about the attitudes and cultural mores that have allowed NI people to exist alongside years of terrorism and violence, read this book.
In short this book will not disappoint you. Enjoy!

Citation :
"All stories are love stories" it starts, and goes on to prove the point. The author is in love - with his characters (the tough as nails, soft and a hand on your cheek Jake, the excessively fat, excessively confused Chucky, and all of the other exquisitely drawn supports), with the city (I defy anyone to find a more moving travelogue to this city which is known well beyond it's 'provincial capital' status), and with love itself. And why not - the characters, the city, and the love they all feel are, in this authors hands at least, worthy of being among the great love stories of our times.
Some books tell you about their characters, thinking you might be interested to know about them, while some allow you the odd insight into why they behave the way they do. This book introduces you to its characters, gets the beers in, and sits back smirking while you have a chat, getting to know them like you know your own mates. And by the time the book is over (sadly, not too long after you pick the book up, if you're anything like me) you'll be wishing you could head back down the pub for a few jars again.
Outstanding.
Citation :
For someone who grew up in Belfast for 23 years, this novel was a fantastic literary sightseeing trip through old familiar streets and bars (albeit with a new cast of characters !)
The feelings and memories about my home town and its many failings that this book brought back to me were many and intense. I found myself identifying with every character and situation.
Forget whatever you have been led to believe about living in Belfast and the attitudes of its people to their city. Robert McLiam Wilson has written the definitive work ! I found myself shaking my head in wonder as to how one man can have his finger so much on the pulse of a city. If you've never been to Belfast, you may not want to after this book, but its not supposed to be an advertisement for the Irish Tourist Board.
If you have been to, or indeed come from Belfast, read this book today. You will laugh hysterically until your jaw aches and the tears stream down your face. But on the other hand the tears will come for many other reasons within this novel.
What you can however be assured of, is that they will come. A great, great novel.

Voilà, juste au cas où vous n'auriez pas compris que la forte impression que m'a laissée par ce livre n'est pas près de disparaître et aussi parce qu'un peu de pub ne fait jamais de mal!

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Muezza
Almost Unearthly Thing
avatar

Nombre de messages : 3230
Age : 43
Localisation : Levallois
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Mer 22 Nov 2006 - 15:22

Toxic et Cat vous avez ajouté un livre à ma PAL affraid

merci Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23544
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Mer 22 Nov 2006 - 18:35

Désolée Laughing ... mais impatiente d'avoir ton avis!

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
toxicangel
Snails Huntress
avatar

Nombre de messages : 6230
Age : 40
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Lun 27 Nov 2006 - 22:03

cheers Muezza avec nous ! cheers

Et pour continuer dans le lobbying, nous avons oublié une citation très importante ma chère Cat, sans doute la plus importante de tout le roman, tellement cruciale que c'est en fait... la première phrase du bouquin Embarassed .
Je ne crois pas me tromper en disant qu'en VO cela doit donner ça :

Robert McLiam Wilson a écrit:
All stories are love stories

Alors les Lambtoniens, toujours que Muezza de convaincue ?

Bon allez, vous me voyez obligée de sortir des arguments très bas (que, je tiens à le préciser, je n'ai en aucun cas pris en considération dans mon jugement du livre), voici une photo de RMLW

OK, c'est pas Byron mais c'est tout de même mieux que Houellebecq non lol!

PS : très jolie nouvelle signature Cat Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23544
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Lun 27 Nov 2006 - 23:29

Le monsieur n'est pas mal de sa personne! Cool Je comprends mieux maintenant pourquoi Toxic était frustrée de ne pas pouvoir assister à une de ses lectures. lol!

Citation en VO parfaite, ma chère, c'est tout à fait ça!

Citation :
PS : très jolie nouvelle signature Cat Wink
Je me doutais que tu apprécierais.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Oz
Préceptrice
avatar

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Dim 3 Déc 2006 - 12:57

Eureka Street, attention me voilà!
Je n'ai pas beaucoup de commentaires à faire puisque je viens de le commencer et n'ai lu que quelques pages - mais quelles pages!
En fait, on SAIT tout de suite si un auteur va nous plaire et je peux affirmer que lui, il va me plaire!
Le début est tout simplement magnifique, j'adore ce genre de livre.
Je ne connais l'Irlande que par Ceppi (dessinateur de BD) (le titre de la BD est donc Belfast) et par des rencontres professionnelles avec des Irlandais (du Sud!).
Dans ce livre je retrouve la sensibilité et la gentillesse de ces irlandais avec lesquels je me suis toujours trouvé beaucoup d'affinités: ils sont rudes, ils vivent dans un pays rude mais ils aiment la vie!
Bref, je vous en reparlerai mais pour l'instant c'est un régal!
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23544
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Dim 3 Déc 2006 - 18:34

Je me réjouis de lire la suite de tes commentaires. Wink Et tiens, on pourra parler de Ceppi sur le topic BD, j'aime aussi beaucoup ce qu'il fait.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
toxicangel
Snails Huntress
avatar

Nombre de messages : 6230
Age : 40
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Dim 3 Déc 2006 - 18:56

Ravie Oz de te compter prochainement parmi les
Si tu as accroché aux premières pages, je doute que les suivantes te fassent changer d’avis.
Et je confirme moi aussi un certain penchant pour l’Irlande, dont je dis chaque année que je vais y aller en vacances : peut être en 2007 ?
Je ne connais aucun « véritable » irlandais mais j’apprécie ce que j’en perçois au travers de leur littérature (j’apprécie aussi beaucoup Roddy Doyle, même si je n’ai toujours pas lu The Van), du cinéma et de leur musique : franc, drôle, brut avec sous la carapace un gros cœur qui bat. Un peu comme le Nord de la France mais en plus excessif dans tous les domaines je pense.
Par contre Ceppi, jamais entendu parler scratch

Bon allez, quand ma période de boulot intensif sera finie (croisons les doigts pour fin de semaine prochaine), pourquoi pas un petit plaisir : relire Eureka street, en écoutant Damien Rice avec une tasse brûlante d’Irish coffee à portée de main ?
drunken
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23544
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Dim 3 Déc 2006 - 19:04

Joli le smiley, Toxic! Si tu es d'accord, je le mettrai volontiers dans les smileys "officiels" de l'auberge.

Ceppi est suisse, donc pas connu (), il aime la Turquie et les voyages, l'Irlande aussi semble-t-il (je n'ai pas encore lu Belfast), il a donc déjà un bon fond. Wink Si Oz ne s'y colle pas, j'essayerai dans parler plus longuement un de ces jours.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
toxicangel
Snails Huntress
avatar

Nombre de messages : 6230
Age : 40
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Dim 3 Déc 2006 - 19:26

Of course Cat, je suis d'accord cheers
Je me ferai un plaisir de l'utiliser à toutes les sauces lol!
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
Oz
Préceptrice
avatar

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Lun 4 Déc 2006 - 10:41

Avant que je n'ouvre un sujet sur Daniel Ceppi, voici qques précisions:

Sa BD sur l'IdN s'appelle en fait Belfast, l'adieu aux larmes - voilà donc une petite précision.
Et toujours avant que je n'ouvre ce sujet un de ces tout prochains jours (si-si, je promets!), vous pouvez consulter ce site:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Daniel_Ceppi

Et je vous tiendrai au courant de mes pérégrinations dans Eureka Street!
Revenir en haut Aller en bas
Oz
Préceptrice
avatar

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Dim 10 Déc 2006 - 14:45

J'ai terminé de lire Eureka Street, et c'est maintenant que j'ai envie de pleurer...
Quelles émotions, je ne trouve pas les mots. Et pour citer Cat, un livre qui vous laisse sur les genoux. Et qui me donne une profonde envie de pleurer, pour toutes les émotions contenues dans ce texte.

J'ai rarement lu un livre qui m'a fait rire de manière aussi convulsive, par ses bons mots mais je crois surtout par la manière d'apporter ces bons mots.

J'ai rarement lu un livre qui m'a presque fait vômir par ses descriptions à la limite du supportable des victimes des attentats.

J'ai aimé ce livre qui est un livre profondément politique, selon moi. Les démêlés de Chukie avec Jimmy Eve-Gerry Adams du parti Just Us- Sinn Fein m'ont enchanté car je me rappelle avec clarté "l'apparition" de Gerry Adams, le "gentil" membre de l'IRA (en fait, le député Gerry Adams, qui fait partie de l'aile politique de l'IRA, le Sinn Fein), qui a effectivement fait passer le message du combat de l'IRA comme le combat du Juste contre les Méchants - message que nous avons tous, à l'époque, accepté de tout coeur, avec presque une larme à l'oeil en pensant à tous ces gentils terroristes qui avaient joyeusement massacré des milliers d'innocents.

Ce livre est un bouquet d'émotions insoutenables - c'est une pure merveille et j'essaye d'imaginer combien de temps cela va me prendre pour m'en remettre...
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23544
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Dim 10 Déc 2006 - 19:11

Ah! Oz, tellement contente que l'expérience aie été marquante pour toi aussi. Jusqu'à présent, nous n'avons pas trop parlé de la partie politique du livre mais tu as tout à fait raison de le souligner, MacLiam Wilson traite le sujet avec brio. Il ne fait pas une démonstration académique, et pourtant sa critique porte encore plus. Je pense qu'il nous faire ressentir le vécu de la majorité silencieuse, celle qui ne soutient pas la violence mais n'est pas écoutée par les leaders extrémistes. Il parvient en plus à enrober cela d'humour, sans être trop détaché. Du grand art.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
toxicangel
Snails Huntress
avatar

Nombre de messages : 6230
Age : 40
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Lun 11 Déc 2006 - 22:34

Bon ben je suis ravie d'avoir converti 2 membres à ma religion et d'introniser Oz en tant que
Ca a pris du temps (6 mois à rester toute seule sur ce topic, non mais ) mais ça en valait la peine au vu de vos commentaires. Le pire maintenant c'est que je suis celle qui en parle le moins bien parce que je l'ai lu il y a presque 10 ans et que je ne m'en rappelle plus vraiment bien. Suspect
La dimension politique par exemple a dû me passer complètement au dessus de la tête. Je l'avais plutôt ressenti à l'époque comme quelque chose avec lequel les personnages sont habitués à vivre au quotidien et n'y font plus vraiment attention. C'est sans doute là que réside d'ailleurs la force de McLiam Wilson, ce ton faussement détaché. Des attentats arrivent, des gens meurent mais la vie continue.
Car c'est avant tout comme ça que j'ai ressenti ce livre : comme une ode à la vie et à l'amour. Quoiqu'il puisse arriver, quels que soient les malheurs que l'on ait pu connaître, nous avons tous notre chance au bonheur, à condition qu'on soit suffisamment ouvert pour le saisir et suffisamment indulgent pour accepter qu'il ne durera sans doute pas éternellement.
La fin particulièrement m'a laissée avec le coeur tout gonflé et cette impression que je pense vous avez dû avoir, d'avoir lu un grand livre et qu'après tout, la vie doit tout de même valoir la peine d'être vécue.
Voilà, maintenant j'ai plus qu'à commander Les dépossédés au Papa Noël qui arrête pas de laisser des messages sur mon répondeur en me disant "si tu nous communiques rien avant fin de semaine et bien tu te retrouveras sans rien sous le sapin".
Voili voilou
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
Oz
Préceptrice
avatar

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 19/11/2006

MessageSujet: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Mar 12 Déc 2006 - 15:30

La dimension politique m'a frappée car je me rappelle fort bien - comme je l'ai dit dans mon post précédent - "l'apparition" de Gerry Adams et sa soudaine notoriété internationale.
A l'époque je vivais en Australie et ces événements avaient été commentés avec beaucoup de force - ce qui n'a peut-être pas été le cas ici, dans nos pays francophones - et, de plus, j'avais un ami anglais fortement politisé avec lequel nous avions abondamment discuté de ces événements et de la transition de "Méchants" à "Gentils" de l'IRA - ou plutôt devrais-je dire le Sinn Fein.
De plus, Robert McLiam Wilson m'a bien fait rire avec le pseudo choisi pour Gerry Adams - Jimmy Eve. En fait je ne me rappelais plus du tout du nom de Gerry Adams, Jimmy Eve m'a mis sur la piste...

A ce jour, mes sentiments pour ce livre sont encore extrêmement confus, je n'en suis pas encore tout à fait remis! Je n'arrive pas à remettre de l'ordre dans mes idées, j'ai été complètement bouleversé par les personnages, leur simplicité / complexité, les événements, ce ton détaché de Robert McLiam Wilson et en même temps l'intensité qu'il arrive à mettre dans les phrases les plus simples et apparemment les plus anodines...

Lors de l'attentat, cette sublime horreur qu'il décrit avec tant de précision, il arrive à "plaisanter" sur tous ces gens qui n'arrivent pas à prendre du recul par rapport à tous ces morts/blessés/choqués, "plaisanter" sur tous ces gens qui n'arrivent pas à prendre du recul par rapport à la "nécessité" de l'attentat. Et ceci sans jamais donner l'air de plaisanter ni, au contraire, d'être sérieux...

Bref, une merveille de bouquin, heureusment que Noël approche, je vais pouvoir commander une hotte pleine de ses romans!!!
Revenir en haut Aller en bas
toxicangel
Snails Huntress
avatar

Nombre de messages : 6230
Age : 40
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Mar 12 Déc 2006 - 21:46

Pour celles et ceux qui seraient tombé sous le charme de Robert McLiam Wilson et qui ne sont aucunement effrayés par la lecture en VO : bonne nouvelle ! cheers
Notre irlandais préféré s'est enfin décidé à sortir son 4ème roman, plus de 10 ans après Eureka Street. Ca s'appelle Extremists (rien à voir avec le film homonyme avec Rupert Graves et Rufus Sewell, qui met en scène des snowboarders pris en otage par la mafia russe Suspect ) et un toutimini résumé est dispo sur amazon.uk.
Pour ma part, je vais attendre que ça sorte en français Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
toxicangel
Snails Huntress
avatar

Nombre de messages : 6230
Age : 40
Localisation : Somewhere between Heaven and Hell, obviously...
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   Jeu 4 Jan 2007 - 21:28

Histoire de ne pas polluer le topic de doddy (et faire remonter celui-ci Razz ), je mets quelques photos illustrant le casting de l'adaptation d'Eureka Street (la vraie) qui avait été réalisée par la BBC en 1999

Voici donc Chuckie (Mark Benton)


Voici Mrs Lurgan (Sorcha Cusack) et sa voisine.


Et voici Jake (Vincent Regan) en pleine conversation avec Aoirghe (Dervla Kirwan).

Je viens de tilter que j'avais déjà vu Dervla Kirwan dans With or without you de Michael Winterbottom avec également Yvan Attal et Christopher Eccleston (Jude l'obscur). Je ne savais absolument pas qu'elle était Mrs Penry Jones _ elle a en tout cas un nom presque aussi imprononçable que le personnage qu'elle interprète (espérons pour Mr Penry Jones qu'elle n'a pas aussi son caractère).
Je ne connais pas non plus l'acteur qui interprète Jake mais j'ai tout de même découvert qu'il a porté la jupette dans Empire Razz

Et voici Max... (là pas trop de surprises, une blonde américaine comme il en existe des milliers).


Donc en fait, au niveau descriptif des personnages c'est pile poil comme je me les représentais (tout petit bémol pour Jake mais sur le sujet je suis vraiment pas objective).

Et autrement j'attaque dès ce soir La douleur de Manfred du même Robert McLiam Wilson. La suite dans un temps... incertain.
Revenir en haut Aller en bas
http://angelfr.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Robert McLiam Wilson : Eureka Street   

Revenir en haut Aller en bas
 
Robert McLiam Wilson : Eureka Street
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Robert McLiam Wilson : Eureka Street
» Robert McLiam Wilson
» Le questionnaires des 4 livres
» [Mc Liam Wilson, Robert] Eureka Street
» Robert McLiam Wilson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Auteurs anglo-saxons divers (XXème et XXIème siècles)-
Sauter vers: