Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Mr Damien Tilney
The Knight of Irony


Nombre de messages : 3466
Age : 32
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Jeu 1 Jan 2009 - 22:42

Depuis un petit moment je me pose des questions au sujet du plaisir de la lecture, du cours de lettres, et des lectures au programme. Bien sûr cette question me concerne puisque que je suis de l'autre côté du bureau. Elle vous a concerné ou vous concerne toujours. Nous sommes dans un forum où tout le monde aime lire, c'est évident Very Happy. Mais en parcourant les topics, je me suis rendu que certains d'entres vous boudent ou ont boudé des lectures vécues comme "forcées". Le méchant prof de lettres oblige donc à lire ! Very Happy

Je tente bien sûr de commencer mon sujet avec humour mais ce problème m'intéresse et j'ai envie de connaître les avis de tous.

Le professeur de lettres est très souvent passionné par son métier et surtout par sa matière. Il a fait des études de lettres. Il lit tout le temps. Il a des bibliothèques dans toutes les pièces de sa maison. Bref, la lecture c'est sa passion mais aussi sa manière de voir le monde. En tant que prof il veut donc faire partager sa passion et la transmettre dans son cours. Il doit aussi se plier à un programme et à une volonté de partager une culture commune (exigence, qui me semble bien légitime, de l'éducation nationale).

C’est là que tout commence à se compliquer. Comment faire lire les élèves ? Faut-il simplement conseiller des lectures ? Faut-il fortement conseiller des lectures ? Faut-il donner des lectures obligatoires ?

Le plaisir de lire peut alors devenir une obligation. Les élèves n’apprécient pas toujours les conseils du professeur. Ils vivent parfois très mal ce qu’ils appellent une lecture « forcée ».

Je comprends la position de l’élève puisque je l’ai expérimenté comme tout le monde, mais je connais aussi la position du professeur.

Et finalement, croyez-moi, ce n’est pas non plus agréable d’être de l’autre côté. C’est un vrai casse tête. Si on ne fait pas de programme précis, des élèves passeront l’année à ne rien lire. En même temps en étant forcés ils lisent mais n’apprécient pas, et du coup la lecture n’est pas une expérience enrichissante. La lecture est peut-être mal vécue pour les élèves mais je peux vous dire que c’est également difficile pour le professeur.

Le cours de lettres est un drôle de cours. La notion de goût entre en compte, mais il faut aussi construire une culture commune à tous (comme en histoire et en géographie). La notion de plaisir se confrontent à la notion de méthode, et de programme.

J’en reste là pour l’instant, même si j’ai encore beaucoup de choses à dire. Je vous laisse la parole.

Qu’en pensez-vous ? Peut-on partager le plaisir de la lecture dans un cadre rigide comme le collège et le lycée ? Est-ce une entreprise vouée à l’échec ? L’école est-elle au contraire un endroit d’éveil et d’échange culturel ?

Le cours de lettres se résument-ils à une succession de lectures forcées ?
Revenir en haut Aller en bas
Félicité
Velvet Voice Addict


Nombre de messages : 4763
Age : 50
Localisation : Lausanne, face à la France!
Date d'inscription : 19/10/2008

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 4:44

Vaste question Mr Damien Tilney !
Je viens d'un milieu familial où le livre est et a toujours été à la place d'honneur. Le livre était la porte ouverte sur le monde, l'aventure, le merveilleux, le savoir......Les murs de notre maison en étaient couverts.
Maman, pour développer notre goût de la lecture nous lisait tous les soirs une histoire et parfois, prenait un malin plaisir à ne pas nous dévoiler la fin, ce qui nous poussait à nous ruer sur le livre pour connaitre le dénouement. Wink Elle faisait ainsi avec Robinson Crusoë, l'île aux trésors, capitaine Fracasse..... study study
Pour les oeuvres plus ardues (Racine, Corneille, Bossuet, Balzac, Zola) elle nous lisait des extraits et nous parlait du contexte social et historique de l'époque. De vrais débats s'instauraient parfois. J'en garde aujourd'hui encore un souvenir merveilleux.
Du coup,les cours de littérature au lycée me paraissaient moins passionnants et j'avoue m'y être souvent ennuyée. No
J'étais en section littéraire(Bac A2) et mes profs, à quelques exceptions, étaient barbants. Une oeuvre était choisie (elle faisait partie du programme) et en classe on lisait des extraits (on était censé avoir lu l'oeuvre en entier à la maison) et le prof donnait des explications mais il n'y avait pas de débats, d'à côté, de petits trucs en plus. J'aurais aimé, comme à la maison, que l'on parle, que l'on débatte, qu'il y ait un côté ludique, insolite... Mais non.
"Imposer" des oeuvres est légitime, même si je n'aime pas ce mot. On n'a pas tous la chance de naître dans des familles férues de littérature et il est du rôle de l'école de nous ouvrir à l'amour de la littérature. Si on ne parle pas à l'école de Montesquieu, Montaigne, Montherlant, Zola, Balzac, Flaubert, Céline et j'en passe.....qui le fera ?
Mais tous les goûts sont dans la nature. Un de mes profs a essayé, en vain de me faire partager son amour de Flaubert, j'ai toujours trouvé" Madame Bovary" soporifique..... scratch Et pour une telle oeuvre, étudier juste des extraits m'aurait amplement suffi.
Et j'avoue avoir survolé des pages de descriptions de" Eugénie Grandet" et" Du Père Goriot" alors que des collègues s'en délectaient.

Le prof y fait beaucoup. Un professeur qui a le "feu sacré" et est passionné souvent est passionnant et arrive à communiquer sa passion.
On n'est pas forcé d'aimer tout ce qu'il aime, mais on peut parler, écouter les différents avis, et se passionner pour une oeuvre que, à priori, on n'a pas envie de lire.
Je garde en souvenir un cours de français de 1ère avec une prof exceptionnelle. On étudiait "Ruy Blas". Pour nous faire comprendre ce qu'était la grandiloquence, elle nous avait fait interpréter, comme au théatre, des petits extraits et toute la classe pouffait de rire." Je suis le ver de terre amoureux d'une étoile" est resté à jamais gravé dans ma mémoire. lol! lol!

Un vrai cours de lettre(pour moi) devrait inclure quelques lectures obligées, beaucoup de conseils éclairés, des pistes vers des oeuvres que l'on peut apprécier plus tard, de l'humour, du débat, de la réflexion, de l'insolite ( CF: Le cercle des poètes disparus)


Mr Damien Tilney, à la lecture de tes posts sur le forum, j'ai l'impression que tu dois être ce genre de prof," passionné" et donc surement "passionnant".
Merci à tous les bons profs de littérature qui nous communiquent un peu de leur passion.

Il est 4H30 du matin et j'espère ne pas avoir été trop confuse dans mon propos, ayant été interrompue régulièrement par les sonnettes de mes chers patients. lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
willow
Innamoramento


Nombre de messages : 2784
Age : 36
Localisation : entre deux rayons de livres dans une librairie...
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 9:03

je n'apprécie pas non plus le terme de "imposé" !!
j'ai toujours aimé lire, ce n'est pas le problème. Avec une amie prof de lettres, on se disait par contre qu'on était trop jeunes pour comprendre vraiment les œuvres proposées.
Revenir en haut Aller en bas
http://remembermilena.over-blog.fr
ekaterin64
Queen of Nanars


Nombre de messages : 16722
Age : 43
Localisation : Glancing through the Skies of Pern
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 10:10

Vaste question Damien. A la différence de Félicité je ne viens pas d'une famille qui m'a donné le goût de la lecture. Mon propre père trouve complètement ridicule de faire lire des classiques à l'école. Encore cette semaine nous avons eu une discution à ce sujet, à propos de Zola justement.
Tout ça pour dire que si l'environnement familial ou social n'est pas favorable, s'il n'y avait pas l'école je ne pense pas qu'il y ait de beaucoup de chance pour qu'un jeune aille de lui même choisir un classique.

Même si cette lecture "forcée" a pu me paraître désagréable à l'époque, je suis contente maintenant de l'avoir eu. Car elle m'a ouvert l'esprit et m'a permis d'augmenter ma culture. Mais ce n'est que maintenant à l'âge adulte que j'en prends conscience.
Parallèlement je pense que la "passion" ou les "compétences" des enseignants peuvent faire la différence.

_________________

Quand la tempête t'encercle, hisse la voile et suis les traces du Dieu Dragon. En avant, en avant ! Car qui
hésite perd, plutôt être mort qu'esclave de la peur Lady companion of the Most Noble Order of the Lycans
Devoted to Loulou "Obi Wan Sheen OBE I" In Life and Death
Revenir en haut Aller en bas
gentiane
Subtil compliment


Nombre de messages : 189
Localisation : on dirait le sud !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 10:12

Sujet très intéressant je trouve.

J'ai toujours été passionnée de lecture comme sûrement la plupart d'entre vous ici. Mes premiers "vrais" livres ont été ceux de la Comtesse de Ségur que je connaissais par coeur à force de les avoir lus.
Au collège et au lycée, j'ai toujours eu la chance, car c'en est une, d'avoir des profs passionnés non seulement par leur métier mais surtout par la matière qu'ils enseignaient.
Alors, bien-sûr, parfois, l'oeuvre étudiée était rébarbative mais imposée par le programme. Ou alors, la prof comme celle que j'ai eue en seconde, était passionnée par un auteur qui ne me séduisait guère (St John Perse). Malgré tout, ce qui importait, c'était la "foi" avec laquelle on nous transmettait non pas le savoir mais l'envie.
Comme dit la chanson, "donnez moi l'envie" Smile . A mon humble avis, mis à part "l'échéance" de l'examen, le rôle d'un prof de lettres est de susciter la curiosité.
Avec le temps, j'ai justement eu la curiosité de me mettre à relire certains auteurs qui ne m'avaient pas intéressée plus jeune. Parce qu'il me semble qu'une fois "instillée" cette envie de lire ne se guérit pas ! Et j'ai été très surprise de voir que, pour ne pas le citer, Balzac par exemple, pouvait être passionnant .
J'ajouterais que le rôle du prof de lettres ne se limite pas à faire aimer la littérature mais touche à tout ce qui est moyen d'expression. C'est ma prof de troisième, toute jeune, qui m'a fait adorer le cinéma et le théâtre. Elle nous a fait découvrir certains chefs d'oeuvre du cinéma en nous emmenant au ciné-club (Ah Lubistch et son "To be or not to be ! cheers ).
Pour moi, le prof de lettres est le prof le plus "important" dans une scolarité mais je ne suis peut etre pas très objective là lol!
Revenir en haut Aller en bas
Doddy
The Lady of Pemberley


Nombre de messages : 7965
Age : 31
Localisation : Val d'Oise
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 11:26

Damien, je me retrouve énormément dans le post de Félicité.

Petite, ma mère préférait me mettre un livre dans les mains plutôt que d'allumer la télé et je l'en remercie aujourd'hui. J'ai toujours adoré la lecture donc je faisais plutôt partie des élèves qui ne comprenaient pas pourquoi les autres râlaient quand on leur imposait de lire une oeuvre. Pour moi lire c'était habituel, j'en avais besoin. Me voir obligée de lire un livre ne me dérangeait pas plus que ça, c'était même plus drôle que de faire des exos de grammaire ! Donc au contraire je le prenais comme une occasion de découvrir un auteur que je ne connaissais pas. Je pense notamment à mon année de 3ème avec ma première prof de français marquante (passionnée et passionnante Wink ). Ca a été l'année où j'ai découvert en vrac Balzac, Chateaubriand, Zola, Hugo, Vian, Ionesco.

Cela dit, même ainsi, il faut bien avouer que quand un texte ne me plaisait pas, le côté désagréable des lectures forcées revenait à la charge et je l'ai expérimenté aussi. Désolée, mais que ce soit à l'école ou pour le plaisir, je n'arriverai jamais à apprécier un Flaubert, un Hugo ou un Chateaubriand. Ce n'est tout simplement pas ma tasse de thé.

Maintenant, je me place du point de vue des élèves qui ne lisent pas beaucoup, généralement parce qu'ils n'aiment pas ça. Des gens qui n'aiment pas lire dans mon entourage j'en ai plein. C'est un point de vue que je comprends difficilement mais après tout il faut de tout pour faire un monde (mais quand même, ils passent à côté de quelque chose ! lol! ).

Je peux comprendre que pour quelqu'un qui n'aime pas lire, un Balzac ça doit être la corvée absolue. Parce que les 50 pages de description de la pension Vauquer du Père Goriot, il faut quand même avoir une imagination très vive (ce qui est mon cas Rolling Eyes ) et adorer lire pour l'apprécier à sa juste valeur. Sinon on trouve ça inutile. Et à partir de là, on ne peut pas apprécier le texte car on n'a pas compris combien cette description est symbolique du reste de l'intrigue.

Et là est peut-être le point sensible : si j'étais prof, je serais dans le même doute que toi. Et je pense que je choisirais des lectures avec une bonne intrigue et peu de descriptions. Quitte, pour étudier les descriptions avec mes élèves, à le faire avec des extraits uniquement pour éviter d'arriver à saturation.

Maintenant... trouver un Flaubert sans description... Pfiou... Et pourtant je reste convaincue, comme Félicité, que c'est à l'école de faire découvrir les grands auteurs. Ce serait trop grave de passer à côté. Aux élèves de se forger leur propre goût petit à petit à partir des lectures imposées.

Et malheureusement, sans vouloir être pessimiste, je crois que tu auras toujours dans ta classe des élèves qui ne voudront pas lire parce qu'ils n'aiment pas cela (et que ce soit une lecture imposée ou non est un faux problème, une excuse pour eux même je dirais). Et malgré toute ta passion, ce n'est pas dit que tu arrives à changer ça chez eux. J'ai eu d'excellents profs de maths et d'allemand (mais vraiment !!!), très passionnés et sans doute passionnants. A condition d'aimer leur matière. Mais même en maths, quand j'arrivais à comprendre (ma prof de 3ème était très douée pour nous expliquer), ça restait un calvaire car je n'aimais pas ça...


Dernière édition par Doddy le Ven 2 Jan 2009 - 18:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fanfiction.net/s/3052094/1/
Fée clochette
Soul dancing on the breeze


Nombre de messages : 20692
Age : 71
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 11:30

Je suis née à une époque, ou les seules distractions connues pendant les loisirs étaient la marche, la bicyclette, la musique à la radio et la lecture. Donc très tôt j'ai lu ce que je trouvais dans la bibliothèque de la vieille maison pour les vacances qui renfermait, des auteurs dont on parle rarement de nos jours : Marmontel entre autres, avec Anatole France, Alphonse Daudet, Sand et Musset, Beaucoup de Vigny, de Jean Richepin de Charle Nodier, de Lamartine, Henri Second, Hugo et Frédéric Mistral et quelques femmes aussi en plus de Sand : Mme de Tencin et Olympe de Gouges. Ensuite à l'école, une orgie de Giono, Maupassant, Balzac Zola, Nerval et de Colette et des classiques avec en prime un prof d'anglais que j'ai eu trois années de suite qui nous a fait absorber Shakespeare, Dickens et surtout Jane Austen avec Orgueil et Préjugés.

J'ai toujours aimer lire, et ce que les professeurs imposaient, correspondait bien à mon et notre attente. Nous n'avions pour loisirs, que le théâtre avec le lycée, le cinéma n'était pas prisé, et pas de télévision et je me souviens que celle-ci fut longtemps critiquée. J'ai été soit une élève docile aux propositions, et je crois que si je ne l'avais pas été, les parents et les professeurs me seraient tombés dessus à bras raccourcis "comment, tu as ma chance d'étudier et tu n'es pas heureuse" : donc j'ai joué le jeu et je n'ai pas été malheureuse. J'ai découvert avec bonheur l'Iliale et l'Odyssée de A à Z, ainsi j'ai pu pendant les vacances vagabonder vers d'autres mythes anciens qui m'ont ravie. Là je dis merci à mes professeurs et ma famille.

Bien sûr, il y a des auteurs qui m'ont paru sur le moment difficile et ennuyeux (j'ai peiné avec le Neveux de Rameau) je n'ai pas aimé l'oeuvre d'Agrippa d'Aubigné, mais quelle joie de lire tout de même. De ne pas rester inerte devant un page de lecture. Chateaubriant m'a fait vibré, et Théophie Gautier aussi, mais ce n'est pas toujours ainsi.

Sur le forum, j'ai essayé la lecture de groupe, et je n'ai pas pu suivre, car j'avais fini le livre avant, et ne peux pas lire en morceau. En classe, nous étudions un passage, après avoir lu le livre. Déjà certaines ne lisaient pas, mais dans l'année, elles arrivaient à lire certain car le choix était vaste. Et surtout, comme acheter un livre était cher, le lycée avait un bibliothèque et le bouche à oreille faisait que si sur le moment le livre n'avait pas emballé une élève, elle pouvait l'emprunter pendant les vacances. Et surtout le livre était considéré comme un "cadeau" puisque j'ai encore connu la distribution solennelle des prix et qu'ils étaient offerts avec pompe lol!

L'école depuis à changé, et c'est plus difficile pour les professeurs. Dans nos classes, nous écoutions, par intérêt pour la parole et quelquefois aussi par crainte de la punition qui tombait sans ménagement et c'était la honte. Maintenant, je crois, pour avoir entendu certains élèves, c'est une gloire lol! Pourquoi ? Mais toi, Damien, lorsque je te lis, je te trouve passionnant, donc je pense que tu es dans la ligne des bons professeurs, sans passion, on ne peux pas donner envie.

Les professeurs sont là pour ordonner notre pensée, la faire évoluer malgré tout, et c'est ce que l'élève doit comprendre petit à petit. Une lecture pas acceptée, peut être appréciée plus tard, mais c'est vrai qu'avec les examens, il faut évoluer ensemble. En cela réside la difficulté. Alors bon courage Damien sunny
Revenir en haut Aller en bas
willow
Innamoramento


Nombre de messages : 2784
Age : 36
Localisation : entre deux rayons de livres dans une librairie...
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 11:59

j'ai l'exemple de mon neveu de 14 ans, qui n'aime pas lire. Il appartient à une génération d'images, depuis tout petit il était devant la télé, les jeux vidéos. Personne ne lui a fait découvrir les livres. c'est vraiment dommage!
Par contre avec ma fille de 4 ans, je lui lis des livres, elle aime ça, j'espère que ça va durer!
Revenir en haut Aller en bas
http://remembermilena.over-blog.fr
nephtis
Ethereal Wings on the Nile


Nombre de messages : 8181
Age : 52
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 12:27

J'ai toujours aimé lire, et j'ai été encouragé par une maman qui n'hésitait à m'offirir des livres sans attendre l'occasion d'un anniversaire, qui m'a inscrite à plusieurs bibliothèques.
Dans son enfance, lire était superflu et le défaut des paresseuses, oui, je vous assure les filles chez mes grands parents étaient à la cuisine, ou à la couture mais surtout pas plongées dans un livre ! Elle lisait la nuit sous les couvertures avec une lampe de poche des livres prétés par un amie.
Pour en revenir au sujet, j'ai toujours lu, à une époque tout ce qui me tombait sous la main, et j'ai fait de merveilleuses rencontres : Croc blanc, Manon des Sources,La petite fadette, Claudine, Quentin Duward, le roman de la momie, plus tard Hercule Poirot, SH etc...

Avec l'école mes lectures ont été dirigéés, et "l'imposition" d'un professeur ne m'a pas plus dérangé que ça, en fait cela me permettait de nouvelles découvertes,sans guide, est que j'aurais par moi même découvert Musset, Rabelais, Diderot etc...

Il faut que je dise que j'ai eu de la chance avec mes prof de lettres. Nous avions une liste de livre à lire dans l'année, la liste était imposée maisà nous de choisir un livre, d'y travailler ( résumé, historique, biographie de l'auteur, intêret etc...) et nous avions un livre de notre choix à faire découvrir à la classe, et notre prof s'appuyait sur d'autres supports que la lecture pour nous interesser à une oeuvre : le cinéma, une expo, un opéra. Ainsi grâce à lui, j'ai découvert et (aimé) Don Juan, à travers Tirso de Molina, Molière et le Don Giovanni de Mozart et celui de J. Losey..

Mais j'ai eu aussi des "rejets", Proust ( un de mes profs était passionné ), j'ai essayé mais non, je n'accroche pas du tout et pourtant cette homme là ( mon prof) était captivant et captivé par son sujet, mais moi, le livre me tombait des mains !

Mainteant avec cette sociétiè d'internet, d'Ipod, de texto de jeux vidéos j'ai comme l'impression que la lecture est une perte de temps pour les plus jeunes, cela ne va pas assez vite, j'ai autour de moi des ados, et je suis surprise par leur manque d'intéret pour les livres, ils lisent en râlant les livres imposés par l'école mais rien de plus ( je ne parle pas des magazines ), j'espere sincérement qu'un jour ils se reveilleront et découvriront les trésors de la lecture.
Alors les livres imposés, je suis pour, c'est un minimum d'acquis, et peut être un révélateur ?
Revenir en haut Aller en bas
Nora26
One love, One life


Nombre de messages : 2204
Age : 34
Localisation : Au château de Kellynch !
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 12:34

Je viens aussi d'une famille ou la lecture n'est pas le passe-temps favoris et il est vrai que je n'étais pas non plus au début du lycée une lectrice assidue.
Nous ne sommes pas la pour fustiger le corps professoral, il faut dire que quand on est jeune ( de ma propre expérience) il n'y a pas grand chose qui nous parait intéressant. Les cours et surtout les cours de français avec les cours de math semblent même aujourd'hui les plus rébarbatifs.
MOi c'est en première année au lycée que j'ai pris goût à la lectue et que j'ai pris égalment du plomb dans la cervelle. Et c'est avec "Les liaisons dangereuses" que la fiève avait commencé, je devais en faire la fiche de lecture.
Comme pour beaucoup d'entre vous, je trouvais ennuyeux à l'époque, les grands auteurs de la littérature française comme : Zola, Hugo, balzac.... Je les relis maintenant avec beaucoup plus de plaisir et d'interêt.
Je pense que la manière d'enseigner joue beaucoup dans "l'éveil" à la lecture, mais il faut également mettre du sien et y apporter un minimum d'interêt.


Dernière édition par Nora26 le Ven 2 Jan 2009 - 13:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
anne shirley
Delights of Kindred Spirit


Nombre de messages : 4477
Age : 32
Localisation : on the road to Avonlea...
Date d'inscription : 01/01/2008

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 12:48

Difficile question que celle que tu nous poses, Damien !
Personnellement, j'ai toujours aimé lire. De toute petite, ma mère et ma grand-mère m'y ont incitée.
En ce qui concerne les profs de littérature, je ne garde presque que des bon souvenirs. Notamment un prof au lycée qui avait choisi de faire un compromis entre lecture imposée et lecture libre. En effet, une fois sur deux, elle nous laissait choisir le livre que nous voulions et nous devions ensuite présenter ce livre à la classe. ça pouvait être un roman, une nouvelle, une pièce de théâtre, de la poésie... Je me souviens avoir beaucoup aimé cela. Pour ceux de la classe qui avaient plus de mal avec la lecture, elle essayait d'orienter leurs choix en fonction de leur goûts et ça réussissait plutôt bien. En tout cas, ça permettait de meiux faire passer les lectures imposées.

Sinon, je pense aussi que le prof y est pour beaucoup. Je sais que, me concernant, un prof vraiment passionné rendait les lectures imposées beaucoup moins pénibles. Je peux donner l'exemple de mon prof de français en prépa. Il était passionné par Flaubert et nous a fait lire Madame Bovary et L'education sentimentale. Je n'ai aimé aucun des deux romans, je n'arrivais pas à accrocher à Flaubert. Mais les cours qu'avait fait ce prof étaient vraiment très intéressants, il connaissait sont sujet à fond, et était vraiment transporté par ce qu'il disait, ce qui a fait que, sans apprécier les romans, je me suis quand même intéressée à ses cours et je ne regrette pas d'avoir lu Flaubert malgré tout.
Je pense que les lectures imposées sont parfois nécessaires, car je me demande si, sans elles, on ne passerait pas parfois à côté de certains classiques. En effet, comme certains l'ont déjà dit, je me demande si les jeunes dont l'environnement familial n'est pas vraiment favorable à la lecture iraient découvrir d'eux même les classiques.
Revenir en haut Aller en bas
Jane
Ville du Nord...


Nombre de messages : 706
Age : 22
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 13:47

EDIT: Désolée pour ceux que j'avis choqué...Je crois que je vais m'abstenir de tout conseil.
Bisous
jane


Dernière édition par Jane le Ven 2 Jan 2009 - 16:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Doddy
The Lady of Pemberley


Nombre de messages : 7965
Age : 31
Localisation : Val d'Oise
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 15:06

Jane a écrit:
(c'est comme ça que les trois quarts de ma classe se sont retrouvés avec moins de 5 face à "A l'Ouest rien de nouveau"). A mon avis, pour ceux là, il n'y a plus rien à faire...alors je demande à tous les professeurs de français de les laisser mariner dans leur bêtise et "rira bien qui rira le dernier" Twisted Evil .
Ce que tu dis me choque profondément. Je ne pense pas qu'un prof puisse et doive adopter une attitude défaitiste comme ça... C'est son métier et son devoir de vouloir aider au maximum tous ses élèves, qu'ils le veuillent ou non et quel que soit leur niveau. Que certains y mettent de la mauvaise volonté et soient fainéants c'est indéniable, mais ce n'est pas pour ça qu'on doit jeter l'éponge.

Maintenant, c'est entre autres parce que je n'avais pas envie de me retrouver face à ce genre d'élèves que je n'ai jamais été tentée de devenir enseignante et j'admire ceux qui ont la vocation de le faire et de ne pas baisser les bras car ça ne doit pas être une partie de plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fanfiction.net/s/3052094/1/
Jane
Ville du Nord...


Nombre de messages : 706
Age : 22
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 15:10

Tu as raison Doddy, mais j'avais l'impression d'avoir fait deux groupes dans mon post: ceux qui perturbent le cours avec des vulgarités, desz moquerie et du racisme (oui, on en a aut pas mal) et ceux qui ont la volonté d'apprendre même avec des difficultés et, parfois de la mauvaise volonté.
Pardonne moi si je t'ais choqué, j'ai sans doute été trop implicite.
Encore pardon
Jane
Revenir en haut Aller en bas
althea
Countess of Dagobah


Nombre de messages : 2324
Age : 55
Date d'inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 15:26

Jane, je te trouve très sévère : imagine que ton prof de maths adopte un point de vue aussi élitiste , dirais tu également que tous ceux qui ne suivent pas sont des cas désespérés ? J'ai autour de moi de nombreuses personnes qui ne lisaient pas dans leur adolescence et qui lisent beaucoup maintenant!

Pour répondre à Damien, je dirais : tout dépend des élèves que tu as en face de toi et de leur maturité. Pour reprendre l'exemple d'Eugénie Grandet : je l'ai lu et étudié au collège et j'en garde un très bon souvenir. (Ok, la prof nous avait quand même conseillé de sauter la description de Saumur). Je vois l'exemple de mon fils de 13 ans (en 4ème) qui lit presqu'uniquement les livres imposés par son prof de Français (et quelques romans de fantasy pour la jeunesse, quand vraiment il n'a aucun écran à sa disposition ). Il a lu cette année avec plaisir Le K et autres nouvelles de Buzatti , un roman policier pour la jeunesse et un recueil de contes. Il l'a fait , je crois avec plaisir car il s'agissait d'ouvrages à sa portée et malheureusement, je ne crois pas qu' Eugénie Grandet soit à sa portée, principalement parce que c'est trop long. On peut accéder au plaisir de la lecture de différentes manières , l'essentiel à mon avis est de lire même s'il s'agit d'ouvrages "faciles".
C'est vrai qu'avec de la passion, du dynamisme, on fait passer beaucoup de choses mais il faut aussi être réaliste .....


Au lycée, la situation est différente mais là encore, tout dépend des élèves...

Bon courage Damien : de mon humble point de vue de parent, je dis bravo à tous les profs de Français qui réussissent à faire lire leurs élèves!
Revenir en haut Aller en bas
Jane
Ville du Nord...


Nombre de messages : 706
Age : 22
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 15:53

Pour tous ceux que j'aurai pu offencer, je vais éditer mon post.
Je pense que j'ai écris des choses qui ne pouvaient être valablent que dans un cas très précis...excusez moi.
Mais, vous savez,...la position d'élève au collège est rude. Moi, je ne suporte pas la vulgarité, le racisme, ni même les moqueries des autres vis à vis de ma culture et de mes goûts: Je suis profondément blessées par le monde qui m'entoure, ce qui fait que je suis un peu trop catégorique et sévère.
Jane
Revenir en haut Aller en bas
Nora26
One love, One life


Nombre de messages : 2204
Age : 34
Localisation : Au château de Kellynch !
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 15:58

Jane : Du haut de tes 14 ans, tu as des idées bien arretés . Tes propos m'ont quelque peu choqué, tout les enfants n'ont pas comme toi la chance d'avoir des parents enseigants qui les suivent et qui ont un bon niveau scolaire. Sous pretexte qu'on est moins doué c'est qu'on en vaut pas la peine ? Tu utilises des termes ( comme irrécupérable) très dure et je trouve ça un peu inconvenant.
Revenir en haut Aller en bas
Camille Mc Avoy
Bits of Ivory


Nombre de messages : 11979
Age : 31
Localisation : in Highbury
Date d'inscription : 10/02/2006

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 15:59

Ca fait longtemps que j'ai arrêté les cours de lettres mais dans l'ensemble, les lectures forcées n'étaient pas très désagréables. Il y a bien sûr des livres que je n'ai pas aimé, comme L'enfant et la rivière d'Henry Bosco( je crois que je m'en souviendrai toute ma vie de celui là) ou plus tard Nadja. Mais dans l'ensemble, ça me plaisait toujours. Je me souviens qu'en seconde, j'ai ainsi découvert François Mauriac avec Le noeud de vipère qui reste à ce jour un de mes romans préférés. Ca fait des lustres que je n'ai pas lu de Mauriac d'ailleurs, il faudrait que... je finisse ma PAL^^ et que j'ouvre un topic sur lui à l'occasion.

Pour certains, lire est hélas une corvée, mais bon pour moi c'est l'éco la corvée, chacun sa croix. C'est pour ça que les propos de Jane me choquent un peu. On est pas tous des premiers de la classe, et heureusement d'ailleurs. Je n'ai jamais lu à l'Ouest rien de nouveau d'ailleurs mais ce n'est peut-être pas forcément évident pour des jeunes de 13 ou 14 ans.

En prépa, j'ai lu vraiment beaucoup, et pas mal de trucs qui ne me plaisaient pas du tout, c'est vrai que le rythme de 2 livres par semaine en cours de lettre était très soutenu et qu'au moment des lectures théatre, j'étais un peu lassée. Et je ne parle pas de ma profonde antipathie pour Samuel Beckett et sa Fin de Partie, ou plus tard pour les chants de Maldoror... mais j'ai lu des trucs très bien aussi. Ca allait juste souvent bien trop vite pour que je m'y attache beaucoup. C'etait devenu un automatisme, je lisais cinquante page entre une dissert de géo et une version d'allemand... Mais bon c'est la prépa, on sait dans quoi on s'engage.

J'espère que tu arriveras à trouver un juste milieu Damien, et puis dis toi que tu seras toujours le prof qui aura fait découvrir leur livre préféré à certains de tes élèves.

D'ailleurs, tu en as peut être déjà parlé, mais je serais curieuse de savoir ce que tu fais étudier à tes élèves. As tu mis Jane Austen au programme ? Je ne sais pas si un prof stagiaire est totalement libre dans ses cours ou s'il a un référent qui le guide
Revenir en haut Aller en bas
http://cuirderussie.hautetfort.com
Jane
Ville du Nord...


Nombre de messages : 706
Age : 22
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 08/08/2008

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 16:07

Nora, ce n'est pas une question de chance...parce que si tu crois que j'en ai moi, de la chance...j'ai vécu des choses qui m'ont raccornies le coeur...Mais sache tout de même que, entre ceux qui m'insultent à qui mieux mieux et moi, je ne suis pas la plus dure...De plus, je ne vis pas dans un quartier défavorisé, la plupart des gens dont je parle ont des cours à domicile pour les aider: c'est une question de volontée à ce stade
Jane
Revenir en haut Aller en bas
Nora26
One love, One life


Nombre de messages : 2204
Age : 34
Localisation : Au château de Kellynch !
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 16:22

moi, j'ai adorée mon prof de frnçais de seconde, il était charmant, il ressemblait un peu au personnage de Mr. Knightley ( Jeremy Northam) dans Emma l'entremetteuse (1996 avec GP).

(désolé pour l'apparté, mai je venais d'y repenser... I love you I love you I love you )
Revenir en haut Aller en bas
Clelie
Irene Adler's Secret


Nombre de messages : 6427
Age : 34
Localisation : 221b Baker Street NW1
Date d'inscription : 17/03/2006

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 16:48

Les lectures forcées... il y en a eu pas mal je dois dire, dans mon vécu d'élèves, comme beaucoup d'entre vous.

Ma prof de français nous imposait en effet des lectures, mais rarement, j'ai eu l'impression de me sentir forcée. Il est certain qu'il y a eu des livres que j'ai moins aimé, d'autres que j'ai détesté, mais je n'ai pas ressenti ça comme une agression. Avec le recul, je suis assez contente d'avoir lu ces auteurs et ces romans que je ne relirai sans doute jamais, mais cela a enrichi mon point de vue, ma culture, et je suis capable de dire pourquoi je n'apprécie pas ce genre de littérature ou cet auteur aujourd'hui. Ce que je reproche sans doute le plus à ma prof, c'est de nous avoir imposé certaines lectures à un moment où la plupart n'était pas en âge de comprendre. (Là, je parle notamment de l'Amant de Marguerite Duras, lu à 15 ans). Sur le moment, j'ai rejeté le livre en bloc, je ne me sentais pas concernée par le propos, ni par le style. Et c'était globalement le ressenti des autres élèves de ma classe à l'époque...
Enfin, ce n'est qu'un détail. Je regrette aussi de ne pas avoir eu plus de littérature classique en lecture imposée. J'aurais adoré découvrir Dumas à l'époque, c'est le genre de littérature qui m'aurait plu d'emblée...

Ma prof de français m'a fait découvrir énormément d'auteurs, pas forcément pour les avoir imposés dans une lecture forcée, mais au détour d'un cours, en présentant des extraits. Que ça soit des dramaturges ou des auteurs de romans de toutes époques. Je me rappelle très bien que ma prof avait parlé avec beaucoup d'enthousiasme de Charles Leconte de Lisle, et je m'étais précipitée pour acheter un recueil quelques jours après. cheers

C'est elle aussi qui m'a fait découvrir la littérature fantastique, via Jean Ray, Thomas Owen, Villers de L'isle-Adam ou encore, dans un tout autre registre, Albert Camus, auquel je voue une certaine adoration littéraire drunken
Revenir en haut Aller en bas
http://litteranet.blogspot.com
misshoneychurch
Poppy dream by the Arno


Nombre de messages : 5343
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 17:04

J'ai eu la chance d'avoir des profs de français passionnants pour ma part. Je me souviens de ma prof de quatrième et troisième qui captivait absolument TOUTE la classe, même ceux qui étaient dans le bas du classement. Elle nous impliquait, en nous faisant jouer du théâtre par exemple. Je me souviens qu'après avoir étudié Ionesco, nous avons dû écrire (en groupe ou seul) une pièce absurde, et que nous les avons jouées devant les parents en fin d'année. Mais j'avoue que ça ne doit pas toujours être possible à mettre en place.

Sinon, ma prof de première nous donnait une liste d'oeuvres par thème, et nous devions en lire une au minimum. A la fin, on avait un devoir qui lui permettait de vérifier notre travail. Ces lectures comptaient pour le bac, et même si nous avions des lectures imposées (celles qu'on étudiait en cours), choisir certaines oeuvres était très agréable. Une de mes amies s'est passionnée pour Sartre depuis.

Personnellement, les seuls mauvais souvenirs que j'ai de lectures imposées sont Zola et Ponge. Mais je pense qu'il est de toute façon nécessaire d'amener les élèves à acquérir un minimum de culture. C'est certain que des oeuvres ont plus de succès que d'autres. Je me souviens que j'avais été toute contente d'étudier Romeo et Juliette, histoire de voir au moins ce que c'était. La prof qui m'a fait découvrir Balzac avait choisi La peau de Chagrin, qui me semble plus abordable que la plupart des autres romans de l'auteur pour des élèves de collège.

J'espère ne pas avoir répondu complètement à côté de la plaque Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Mr Damien Tilney
The Knight of Irony


Nombre de messages : 3466
Age : 32
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 18:02

Merci pour vos réponses ! Very Happy Je me disais aussi que ce débat allait tous nous intéresser. Merci pour vos témoignages d'élèves.

Ce que je retiens surtout, c'est que le cours de lettres permet aux élèves d'acquérir une culture. Et même s'ils ne s'en rendent pas compte sur le coup, ils comprendront cela plus tard.

La maturité de la classe est également un point à prendre en compte pour choisir les œuvres au programme. J'imagine qu'il faut un peu plus d'expérience pour affiner son jugement (en tant que prof) et qu'il faut aussi quelques échecs pour se rendre compte que certaines œuvres demandent plus de maturité.

Pour l'instant je fais en sorte de donner des lectures obligatoires, et de proposer des lectures libres. Je peux vous dire que ça demande un peu plus de travail mais ça en vaut le coup surtout quand les élèves s'impliquent. Par contre parfois on est vraiment déçu. Même en donnant la possibilité de choisir, beaucoup d'élèves vont faire ce qu'ils pensent être la facilité ! Le texte le plus court ! Pourtant le texte le plus court n'est pas forcément le plus intéressant, ou le plus simple à comprendre. Certains élèves en ont fait la douloureuse expérience. Il y avait pourtant dans ma liste des œuvres plus longues mais bien plus abordables. Vous me direz c'est une expérience en soit de faire de mauvais choix Smile.

Le milieu social et intellectuel est un facteur important également. Certains élèves ont beaucoup de livres à la maison, d'autres au contraire ont des parents qui rejettent la lecture. Le cours de lettres est peut-être là pour changer la donne, non ? Je sais qu'une de mes meilleures élèves lit énormément. Pourtant ses parents ne s'en doutent pas du tout. Quand j'ai dit à la réunion parent-prof qu'elle était très cultivée, les parents m'ont regardé bouche-bée.

Je rebondis sur vos arguments en donnant le point de vue de l'enseignant. Je comprends tout à fait qu'un prof passionné est plus intéressant. Je peux vous dire aussi que c'est très complexant de sentir qu'on n'arrive pas à intéresser. C'est difficile de se remettre en cause. En même temps, ça fait partie du métier, il faut l'accepter. C'est dur d'être toujours dans un état d'esprit enthousiaste en tout cas ! Smile

Je pense aussi que certains élèves sont très réticents. Il ne faut pas oublier non plus qu'ils font entrer en jeu l'affectivité. Ils n'aiment pas le prof, ils n'aimeront pas le livre parce que forcément le prof aime le livre (ce qui n'est pas toujours le cas Smile). C'est pas facile à gérer. Il faut donc souvent faire une mise au point là dessus.

La curiosité est également un point essentiel. Malheureusement parfois on peut se retrouver face à une classe qui en manque cruellement. Alors il faut trouver des moyens pour la susciter. Ce n'est pas toujours facile. J'ai travaillé sur une créature fantastique qui plait énormément sur ce forum (je vous laisse deviner laquelle). Je crois bien que pour une bonne partie de mes élèves, ce sujet n'était absolument pas passionnant.

Et pour finir (toujours dans cette idée de donner le point de vue du prof), les élèves sont parfois très cruels. Ils vous reprochent carrément de faire des cours ennuyeux affraid. Là c'est également difficile. On recomplexe encore une fois en pensant au fait que les gens attendent du prof de lettres qu'il soit passionnant. Evidement la question est : mais pourquoi le cours est ennuyeux ? Parfois c'est tout simplement parce qu'il faut lire pour ce cours ! Des élèves soufflent parce qu'il faut lire un extrait en classe pendant cinq minutes. Je n'imagine même pas ce qu'ils ressentent à la maison pour une œuvre intégrale.

Tout ça pour dire que c'est pas facile des deux côtés ! Le prof doit susciter l'intérêt et provoquer des débats, c'est vrai. C'est aussi un exercice extrêmement difficile qui ne demande pas que de la passion. Il faut travailler des deux côtés.

Je voulais aussi revenir sur un point très intéressant. Le rapport au texte et à l'image. J'ai l'impression que la génération d'élèves qui est au collège et au lycée en ce moment est très très sensible à l'image et éprouve au contraire des difficultés face au texte. L'image se donne peut-être de manière plus immédiate. Notre société nous habitue à elle, et du coup l'analyser est un travail qui nous parait plus familier. Quand je travaille sur des tableaux avec mes élèves, le cours est tout de suite plus vivant et plus passionnant. Les échanges sont très riches. Les élèves participent très volontiers et avec plaisir. Par contre un texte peut provoquer parfois le mutisme de toute la classe. Très souvent c'est parce qu'il faut avoir fait l'effort préalable de lire le texte. Il faut certainement creuser de ce côté là et utiliser l'image pour qu'elle nous mène au texte ! J'ai fait quelques expériences et pour l'instant ça fonctionne plutôt bien.

Edit : Je précise que je suis toujours très content de faire ce métier Very Happy. Je pense cela dit que cette question complexe pose problème à tous les profs de lettres à un moment ou à un autre dans leur carrière.
Revenir en haut Aller en bas
misshoneychurch
Poppy dream by the Arno


Nombre de messages : 5343
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 20:31

Citation :
J'ai travaillé sur une créature fantastique qui plait énormément sur ce forum

Je dois être longue à la détente, mais je n'ai pas compris de quoi il s'agit Rolling Eyes Un Darcy ?
Revenir en haut Aller en bas
Nora26
One love, One life


Nombre de messages : 2204
Age : 34
Localisation : Au château de Kellynch !
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Ven 2 Jan 2009 - 21:03

@ Mr Damien Tilney : c'est un beau métier que tu fais et ça à l'air d'être une véritable vocation pour toi , tu ne peux dans ce cas la, que motiver tes élèves. Bon courage.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?   Aujourd'hui à 5:40

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le cours de lettres, des lectures "forcées" ?
» Les cours de bijouterie à "Paris Ateliers", quelqu'un connait ?
» Stage "Tango Canyengue"
» Soirée "diner dansant" tango argentin (64)
» Equipage de Haut-Bord n° 19 - 1810-1814 (inscription "dix-neuvième" en lettres)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Le plaisir de la lecture-
Sauter vers: