Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Tess of the D'Urbervilles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Jeu 16 Juil 2009 - 23:07

Contente de voir que ce livre t'a marquée, Artemis. Il est effectivement difficile de rester insensible devant les coups du sort qui accablent Tess et de ne pas en vouloir à Alec... et à Angel aussi, d'ailleurs.

Ceux qui comme moi ont aimé le film de Polanski auront peut-être envie de regarder le vendredi 24 juillet sur France 5 l'émission Un film, une époque.
Le site de France 5 a écrit:
Ce documentaire relate l'histoire du film de Roman Polanski ' Tess ', réalisé en 1978, qui connut un succès mondial. Il explore la création de ce film, l'aventure à la fois intime, personnelle et collective qui mena à sa réalisation. Reflet d'une période historique charnière et d'un moment particulier de la vie et de l'oeuvre du cinéaste qui fuit les Etats-Unis pour se réfugier en France, ' Tess ' est un manifeste post-moderniste, au moment où les avant-gardes sont remises en cause dans tous les domaines de la culture, au profit d'un retour à une narration plus classique. À travers des interviews menées par Serge July, le réalisateur Roman Polanski, l'actrice Nastassia Kinski, le producteur Claude Berri ou encore le costumier Anthony Powell révèlent leur vision personnelle de ce film culte et racontent l'histoire de sa fabrication. Ce documentaire est un témoignage sur l'ambition de réaliser ' un film européen ' et l'occasion de composer un portrait exceptionnel d'un cinéaste hanté par le jeu des coïncidences et des hasards.

Arrow

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Medelise
Lady à la rescousse
avatar

Nombre de messages : 329
Date d'inscription : 20/06/2009

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Jeu 20 Aoû 2009 - 20:09

Je l'ai lu et...

Déjà, j'ignorais qu'on l'avait, c'est en partant en expédition "rangement des livres que je ne relirai pas" dans le garage que je suis tombée sur un livre rouge avec écrit en doré dessus "Tess d'Urberville" et là... Je me suis littéralement jetée dessus (en plus il faut noter que j'étais en équilibre... sur l'établi, que de cascades pour trouver LE livre).
Et puis il a juste boué dans ma bibliothèque car je lisais d'autres choses et bossais sur des trucs et puis là, sachant qu'on partait dans la Marne je me suis dit "c'est l'occasion"...
Et bien que dire...

Je l'ai dévoré, je me suis fait crier dessus parce que je passais trop de temps à lire et pas assez de temps avec le reste de la famille, taquiner par mes frères et mon grand oncle tandis qu'ils jouaient à la belote (toute façon je sais pas y jouer et ça m'intéresse même pas)... Et finalement je l'ai fini (en plus j'avais pas mes lunettes alors j'ai eu du mal.)

Que dire de ce livre... C'est un bonheur de le lire, j'ai trouvé certains passages un peu longs mais dans l'ensemble c'est un bijou, une très belle histoire, très triste c'est vrai il ne faut pas se le cacher mais... magnifique. Pauvre Tess, c'est une victime du début à la fin !
Spoiler:
 

Enfin voilà ce livre est un petit bijou et à tous ceux qui ne l'ont pas encore lu : DEPECHEZ VOUS !
Prochaine étape : voir les adaptations
Revenir en haut Aller en bas
kary
Ville du Nord...
avatar

Nombre de messages : 727
Age : 32
Localisation : perdue dans ma bibliohèque
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Ven 21 Aoû 2009 - 10:44

Medelise > Ca fait vraiment plaisir de voir un avis enthousiaste !! Ca me rappelle quand j'ai découvert et lu cette oeuvre pour la première fois... J'étais comme dans une bulle.

Medelise a écrit:
Pauvre Tess, c'est une victime du début à la fin !
Spoiler:
 

Enfin voilà ce livre est un petit bijou et à tous ceux qui ne l'ont pas encore lu : DEPECHEZ VOUS !
Prochaine étape : voir les adaptations

Pour ce qui concerne ton avis sur Alec,
Spoiler:
 

Par contre pour Angel on est tous d'accord là dessus ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Artemis
Clever Smiling Sweetness
avatar

Nombre de messages : 2729
Age : 31
Localisation : De passage au 221B Baker Street
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Ven 21 Aoû 2009 - 14:19

Ravie que tu ais aimé Medelise ! Very Happy

A propos d'Angel et d'Alec (je mets tout en spoiler, c'est plus pratique)
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://curieuseartemis.over-blog.com
Medelise
Lady à la rescousse
avatar

Nombre de messages : 329
Date d'inscription : 20/06/2009

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Ven 21 Aoû 2009 - 20:07

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Artemis
Clever Smiling Sweetness
avatar

Nombre de messages : 2729
Age : 31
Localisation : De passage au 221B Baker Street
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Ven 21 Aoû 2009 - 20:38

Je continue en spoiler sur l'attitude d'Angel vs. celle d'Alec

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://curieuseartemis.over-blog.com
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Ven 21 Aoû 2009 - 21:38

Artemis a écrit:
Spoiler:
 

Eh bien moi j'ai toujours été convaincue qu'Alec aime Tess. J'en vois pour preuve le fait qu'il est blessé lorsque Tess affirme qu'elle ne pourra jamais l'aimer.

Citation :
You don't give me your mouth and kiss me back. You never willingly do that--you'll never love me, I fear."

"I have said so, often. It is true. I have never really and truly loved you, and I think I never can." She added mournfully, "Perhaps, of all things, a lie on this thing would do the most good to me now; but I have honour enough left, little as 'tis, not to tell that lie. If I did love you I may have the best o' causes for letting you know it. But I don't."

He emitted a laboured breath, as if the scene were getting rather oppressive to his heart, or to his conscience, or to his gentility.

Et s'il ne l'aime pas, pourquoi revenir vers elle encore et encore? Je pense qu'il lui serait facile de séduire une autre femme s'il n'était pas obsédé par Tess. S'il se conduisait vraiment comme un Don Juan, c'est ce qu'il ferait. Je pense également qu'un Don Juan se satisferait d'avoir réussi à pervertir l'innocence de la jeune fille et se détournerait une fois la conquête faite.

Ce qui ne veut pas dire que je ne trouve pas son attitude méprisable, entendons-nous bien. Je lui en veux pour avoir par deux fois profité de la faiblesse et de l'innocence de Tess : une première fois en la "séduisant" et une deuxième fois en la poussant à perdre confiance en Angel.

Quant à ce dernier, il m'est impossible de lui accorder l'excuse d'avoir été corseté par les préjugés de son époque. Hardy veut justement nous montrer à quel point ces préjugés sont injustes, un amour inconditionnel aurait été capable de les dépasser. Ce qu'Angel fait par la suite, mais malheureusement beaucoup trop tard. Sad

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Artemis
Clever Smiling Sweetness
avatar

Nombre de messages : 2729
Age : 31
Localisation : De passage au 221B Baker Street
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Ven 21 Aoû 2009 - 21:53

Je suis tout à fait d'accord pour dire qu'Angel est inexcusable.

Quant à Alec, tu as raison, il n'est pas juste un Don Juan, car il revient sans cesse vers Tess. C'est un personnage très ambigu ... Il est obsédé par elle, mais est-ce vraiment de l'amour ? Peut être sa manière à lui d'aimer, ou peut être parce que cette femme lui échappe ...
Je ne sais pas ... (désolée ce n'est pas très constructif Wink ) Il faudra que je relise le bouquin en pensant à cette question !!! study
Revenir en haut Aller en bas
http://curieuseartemis.over-blog.com
clinchamps
Oshaberi Sensei
avatar

Nombre de messages : 50449
Age : 74
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Sam 22 Aoû 2009 - 15:17

J'ai fini "Tess" et je l'ai vraiment beaucoup beaucoup aimé ! J'ai d'bord été littéralement envoûtée par la sensualité que Hardy met dans ses descriptions des débordement d'une nature luxuriante et par la parallèle qu'il fait entre cette explosion et la nature "femelle" (sans aucun sens négatif de ce mot) de Tess. Elle dégage malgré elle un concentré de tout ce que la nature en pleine floraison et en pleine germination dégage. Elle est belle, mais d'une beauté fondamentalement charnelle, l'auteur insiste longuement sue sa bouche rouge, charnue,sa peau, sa chair (j'ai d'ailleurs eu du mal à imaginer Nastassia Kinsky, mais je n'ai pas vu le film).
Les deux hommes de sa vie l'aimeront tous deux, l'un pour posséder cette féminité envoûtante, l'autre parce qu'elle représente de par sa nature paysanne la pure émanation de la nature, l'image idéale de la Femme.
Alec ne peut la voir sans la désirer,
Spoiler:
 
Il est incapable d'aimer Tess pour elle-même, pour lui, l'aimer c'est la posséder, en faire son objet de plaisir, objet favori et chéri, peut-être, mais objet quand même.
Alec aussi fait de Tess un objet, pas du tout dans le même sens, mais en calquant sur elle sa conception de la pureté faite femme, de la même façon ce n'est pas elle qu'il épouse, mais l'image qu'il s'en est fait. Elle le sent, et tente vainement de le mettre en garde, il ne veut rien entendre, il est si empli de la conviction que son éducation supérieure le rend beaucoup plus clairvoyant qu'il n'entend positivement pas ce qu'elle tente de lui dire : "je ne suis pas digne ..." il ramène tout avec pas mal d'arrogance à la différence sociale, et c'est pourquoi il ne peut accepter la confession de Tess et continuer comme devant : c'est une autre femme qu'il a d'un seul coup devant lui. Il ne s'est soucié d'être aimé de Tess que parce que c'était le chemin pour qu'elle soit à lui et non comme d'un sentiment à part entière méritant respect et compréhension. Lui aussi, égoïstement, comme Alec, ne se met jamais à la place de Tess, sauf à la fin, quand il finit par comprendre que son amour d'une image a disparu et que l'amour qui reste dans son cœur est bien celui pour la vraie Tess.
Quant à Tess, elle est prise entre ces deux désirs masculins, le premier qu'elle subit et déteste, le second qu'elle aime et souhaite désespérément, mais qu'elle n'atteindra que trop tard. C'est une femme si simple, qui ne souhaite qu'une vie simple d'épouse et de mère banale et que le sort a dotée d'une beauté qui la détruira. Elle subit les assauts d'Alec, elle subit la décision de partir d'Angel, elle revient à Alec parce qu'elle est le dos au mur, acculée par la misère de sa famille.
Bien sûr, si ce n'était pas Hardy, Angel pourrait revenir un tout petit peu plus tôt et la fin serait toute autre, mais c'est Hardy, on n'échappe pas à son destin !lol!
La seule chose qu'elle va décider et accomplir,
Spoiler:
 
Et
Spoiler:
 
pour une fois, elle a agi, et à tranché (si je puis dire) le nœud gordien de sa vie : elle s'est débarrassée de ce qui la corrompait. (Quelque part dans la Bible il est dit : "si ta main droite te porte au péché, coupe ta main droite" ou quelque chose d'approchant, et les références à la Bible chez Hardy sont légions). Elle sait très bien qu'elle devra payer, elle y va d'ailleurs sans crainte, mais l'essentiel pour elle est qu'elle s'est libérée.
J'ai été frappée aussi par la façon très elliptique avec laquelle Hardy traite les trois actes fondamentaux de la vie de Tess :
Spoiler:
 
comme si tout cela était plutôt accessoire. Cela m'a semblé un peu bizarre. En conclusion, c'est le livre de hardy que je préfère, sans conteste, et qui me donne envie d'en lire d'autres. Very Happy

Edit : je rajoute une petite chose : dans hardy personne n'est vraiment inexcusable car aucun n'est vraiment libre dans ses choix : leur nature, l'éducation, la société, la religion autant de liens qui les ligotent, et dans lesquels ils doivent vivre et aller vers un sort toujours inéluctable. Pour moi, il n'y a pas de vrais coupables ni de vraies victimes : Tess n'aurait-elle pas pu être "raisonnable" et garder cette histoire passée pour elle, et vivre, aller de l'avant ? Eh bien non, justement, elle ne peut pas ce n'est pas possible pour elle en tenant compte de tout ce qui la compose. Pareil pour les deux hommes. Les personnages de Hardy sont déterminés, c'est ce qui les rend angoissants.
Revenir en haut Aller en bas
clinchamps
Oshaberi Sensei
avatar

Nombre de messages : 50449
Age : 74
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Dim 23 Aoû 2009 - 19:54


J'ai très envie d'avoir une version de "Tess" en DVD, laquelle me conseillez-vous ? D'après ce que j'ai lu celle de 98 est plutôt la mieux, qu'en est-il de la dernière version ? Merciii !! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Emjy
Angel of Temptation


Nombre de messages : 6308
Age : 34
Localisation : entre Lark Rise et Candleford
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Dim 23 Aoû 2009 - 21:26

J'ai aimé les 3 adaptations pour ma part. Je garde un souvenir ébloui de celle de Polanski, j'ai beaucoup aimé celle de 98 d'ITV et j'ai plutôt bien apprécié celle de la BBC. Wink

Et sinon, je suis ravie que tu aies aimé à ce point le roman ! cheers C'est mon préféré de Thomas Hardy à ce jour.
Revenir en haut Aller en bas
http://emjy.wordpress.com/
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Dim 23 Aoû 2009 - 22:21

Franchement, Clinchamps, si tu ne veux pas investir dans les trois, je te conseille d'éliminer celle de la BBC, c'est celle qui a remporté le moins de suffrages parmi les lambtoniens. Après, entre les deux autres, très difficile de choisir. Celle de Polanski est lumineuse et touchante, celle d'ITV un peu plus sombre et peut-être plus proche du livre, mais d'un cheveu. Pour t'aider à faire un choix, tu devrais peut-être essayer de penser à tes préférences au niveau du casting.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
clinchamps
Oshaberi Sensei
avatar

Nombre de messages : 50449
Age : 74
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Dim 23 Aoû 2009 - 23:24

Je crois que je vais investir dans ITV et Polanski, car j'ai du mal à choisir et j'espère que les versions se complétant, il ne manquera rien de cette magnifique histoire. lol!
Revenir en haut Aller en bas
kary
Ville du Nord...
avatar

Nombre de messages : 727
Age : 32
Localisation : perdue dans ma bibliohèque
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Lun 24 Aoû 2009 - 11:34

cat47 a écrit:
Eh bien moi j'ai toujours été convaincue qu'Alec aime Tess. J'en vois pour preuve le fait qu'il est blessé lorsque Tess affirme qu'elle ne pourra jamais l'aimer.

Et s'il ne l'aime pas, pourquoi revenir vers elle encore et encore? Je pense qu'il lui serait facile de séduire une autre femme s'il n'était pas obsédé par Tess. S'il se conduisait vraiment comme un Don Juan, c'est ce qu'il ferait. Je pense également qu'un Don Juan se satisferait d'avoir réussi à pervertir l'innocence de la jeune fille et se détournerait une fois la conquête faite.

C'est exactement ce que je pense au sujet de Alec. Tess a d'ailleurs conscience de cet amour et elle dit même être désolée car elle, elle ne pourra jamais l'aimer en retour (ou pas de la même façon). Enfin, excusez ma mémoire, ça fait un moment que je n'ai pas rouvert le livre...

clinchamps a écrit:
Je crois que je vais investir dans ITV et Polanski, car j'ai du mal à choisir et j'espère que les versions se complétant, il ne manquera rien de cette magnifique histoire. lol!

Très bon choix !!
La version BBC est la seule des adaptations dont je n'ai pas éprouvé le besoin de visionner deux fois (ou plus, comme les deux autres). Mais c'est intéressant de regarder les 3 versions pour la comparaison.
Revenir en haut Aller en bas
Accalia
Enfolded in Adoring Gaze
avatar

Nombre de messages : 3275
Age : 27
Localisation : pas loin...
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Dim 21 Mar 2010 - 23:25

J'ai terminé le livre cet aprés-midi entre deux séances de cinéma et j'a beaucoup aimé. On va l'étudier en cours dans quelques semaines et j'étais ravie de voir ce live au programme. cheers C'est mon deuxième Hardy et je préfére ce livre à Les Forrestiers. Ici j'étais tout de suite dans le livre.


Spoiler:
 


Trés bien écrit, ce livre est un classique qui fait plaisir.
Un grand merci à Lady Clare qui m'avait-il y a looongtemps!-indiqué un bouquiniste qui le vendait à 2 euros et qui donc m'a permis de le découvrir...même si j'ai mis du temps,mais le lois de la PAL sont impénétrables!
Revenir en haut Aller en bas
clinchamps
Oshaberi Sensei
avatar

Nombre de messages : 50449
Age : 74
Localisation : Dans les bois du Fushimi Inari-taïsha
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Lun 22 Mar 2010 - 0:13

Je pnse comme toi, Accalia, qu'à la fin Tess n'a plus sa raison, comme si elle avait dépassé une frontière et qu'elle se trouve dans un autre monde. j'ai moi aussi beaucoup aimé ce livre. cheers Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Fée clochette
Soul dancing on the breeze
avatar

Nombre de messages : 21615
Age : 72
Localisation : sur le chapeau de Mrs Bennet, ayez pitié de mes pauvres nerfs !
Date d'inscription : 03/03/2008

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Lun 22 Mar 2010 - 8:18

Very Happy Accalia cheers magnifique cheers j'ai aussi beaucoup aimé, et comme toi je me suis dit : elle est folle, mais ensuite, j'ai hésité, elle me paraissait plus être halluciné et hypnotisée par ce qu'elle avait subit tout au long de sa vie, et flottait au-dessus en spectatrice... mais oui, la folie, c'est certainement ça.
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Mar 23 Mar 2010 - 21:17

Quel plaisir de lire tes commentaires, Accalia.

Je trouve que tu rends là un grand hommage à Thomas Hardy, qui a su dresser un portrait que beaucoup de femmes modernes peuvent comprendre. Ton impatience (j'adore cet euphémisme ) face aux deux figures masculines principales de ce livre montre, me semble-t-il, quel merveilleux peintre de l'âme humaine est Hardy.

Je ne sais pas si l'explication des dernières actions de Tess
Spoiler:
 

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Lily of Northanger
Héritier de Hamley Hall
avatar

Nombre de messages : 477
Age : 30
Localisation : en Provence
Date d'inscription : 18/12/2009

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Dim 13 Juin 2010 - 15:13

Je viens de revoir la version ITV de 1998 avec Justine Waddell, j'espère que c'est bien ici qu'on peut en parler...
La première fois que j'ai vu cette adaptation, c'était ma préférée des 3 (celle-ci, celle de 2008 et le film de Polanski). Je trouvais que c'était la plus fidèle et que les interprètes étaient les plus attachants.
A présent que je l'ai revue, je ne sais pas trop. Finalement je la mettrais au même niveau que celle de la BBC... Je me suis rendue compte qu'en fait il manquait plein de morceaux assez cruciaux dans le livre (la famille d'Angel, le personnage de Liza-Lu, la rixe entre Angel et l'ancien intendant des d'Urberville, et d'autres encore) et qui apparaissent bien dans la version de 2008. En revanche je trouve l'esprit très proche de celui de Thomas Hardy, alors que la version de 2008 était plus modernisée, aussi bien dans l'esprit que dans l'interprétation des personnages. Par contre, elle était plus flamboyante, mieux filmée (je pleure plus à la fin de la 2008, même si celle de 1998 me tire la larme quand même... ).
Les interprètes de 1998 sont plus proches du roman : Justine Waddell, toute en sensibilité et en fragilité, est parfaite ! Elle est moins splendide que Gemma Arterton, mais sa Tess correspond plus à l'idée que je m'en faisais. Et puis qu'est-ce qu'elle joue bien à la fin, quand,
Spoiler:
 
Sa douleur et son désespoir sont palpables, qu'est-ce qu'elle est émouvante ! Pareil pour l'interprète d'Alec. En revanche les seconds rôles avaient plus d'envergure dans la version BBC. Pour Angel, même si Oliver Milburn (1998) est parfait, Eddie Redmayne (2008) était vraiment excellent...
Donc finalement, tout ça pour dire que j'aime autant les 2 versions ! (Désolée j'ai été un peu longue...) Je les préfère en tout cas au film de Polanski qui, malgré l'impressionnante reconstitution du monde d'Hardy et la merveilleuse Natassia Kinski (la Tess idéale), manquait de rythme et de naturel. Et puis je n'avais pas compris pourquoi Polanski avait choisi de passer sous silence la "conversion" d'Alec, pourtant capitale... scratch Enfin, le film est quand même bon, je ne vais pas cracher dans la soupe ! Smile

PS : Dans la version ITV 1998, j'adore le fait qu'on entende la voix de Thomas Hardy et surtout qu'on le voie, discret témoin de la malheureuse "nuit de noce" de Tess et Angel !... drunken
Revenir en haut Aller en bas
kary
Ville du Nord...
avatar

Nombre de messages : 727
Age : 32
Localisation : perdue dans ma bibliohèque
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Dim 13 Juin 2010 - 23:05

Lily of Northanger a écrit:
Et puis je n'avais pas compris pourquoi Polanski avait choisi de passer sous silence la "conversion" d'Alec, pourtant capitale... scratch
Je pense que ça vient certainement d'un problème de timing, étant donné que le film fait déjà presque 3h, ajouter des épisodes tels que la mort de Prince ou la reconversion d'Alec l'aurait certainement alourdi.

En tout cas je suis assez d'accord avec toi sur la version 1998, je l'aime beaucoup. Par contre, je n'ai pas revu la version 2008 depuis sa diffusion et je n'en ai pas tout à fait envie à vrai dire, à cause notamment de Gemma Arterton, de son jeu et de ses mimiques qui m'agacent dès les premières minutes.

Lily of Northanger a écrit:
PS : Dans la version ITV 1998, j'adore le fait qu'on entende la voix de Thomas Hardy et surtout qu'on le voie, discret témoin de la malheureuse "nuit de noce" de Tess et Angel !... drunken
En revoyant cette version il n'y a pas longtemps, j'ai bien aimé cette scène aussi ! Par contre pour la voix-off, je trouve que c'est un procédé plutôt moyen en général, et il n'a pas très bien été utilisé dans cette version je trouve.

Mais sinon c'est vrai qu'à très bien y réfléchir, je crois que ma version préférée est celle de 1998. Celle de Polanski traîne parfois en longueur et il m'arrive donc de zapper/d'accélérer certaines scènes maintenant. Embarassed (Mais je connais le film tellement par coeur, que ça doit y jouer ! )
Revenir en haut Aller en bas
esperluette
Magnolia-White Ampersand
avatar

Nombre de messages : 7690
Age : 26
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Sam 28 Aoû 2010 - 14:26

Je me décide enfin à venir poster mon avis sur Tess d'Urberville que j'ai lu récemment. J'avais vu le film de Polanski mais n'en avais pas trop de souvenirs, enfin bon c'était quand même assez frais pour que je me rappelle que ça finissait mal^^ et puis je connaissais la réputation de Thomas Hardy...).

Il m'a fallu un peu de temps pour ouvrir ce livre du coup, j'avais peur d'une part de "passer à côté", et d'autre part d'être noyée dans un océan de noirceur et de pessimisme. Laughing (Désolée je raconte n'importe quoi...)

Et en fait j'ai beaucoup, beaucoup aimé. Mais c'est aussi un livre qui m'a beaucoup mise en colère, bien sûr.

J'ai adoré le personnage de Tess. Elle est juste parfaite, belle, intelligente et pleine de bonté. C'est l'essence même de la jeune fille, pure et pleine d'espoir. Et dès le début ses parents m'ont énervée : le père qui vit dans ses rêves et ne fait rien pour faire vivre sa famille, la mère qui cherche absolument à jeter sa fille dans les bras d'Alec... comme s'il allait l'épouser... Rolling Eyes Et après elle lui reproche de s'y être mal prise... Suspect

Bon peut-être que Thomas Hardy a un poussé l'histoire un peu trop loin... Parce que quand même le sort s'acharne beaucoup sur cette pauvre Tess. Sad Mais ça nous permet de nous rendre compte de la situation des femmes de sa classe sociale à cette époque... Pas terrible du tout. No La féministe qui sommeille en moi a mal vécu cette lecture ! Mad

Quoiqu'il lui arrive c'est toujours sa faute...

Spoiler:
 

Je ne vais pas être très originale, j'ai détesté Alec comme Angel.

Spoiler:
 

Quand à Angel que j'aimais beaucoup au début (j'aime beaucoup les passages avec les trois filles qui rêvent de lui dans leur chambre, et le passage où il les porte tour à tour... Toute cette partie à la laiterie est enchanteresse...) je l'ai trouvé tellement intolérant que je n'arrive pas à voir d'excuse à son comportement. Elle a commis une faute... Rolling Eyes heu, que je sache elle a été violée... Il devrait l'aider à se reconstruire et non, monsieur est trop délicat, lui a le droit à l'erreur et pas elle, et hop il l'abandonne... Evil or Very Mad

Bref elle subit tout, et c'est elle qui culpabilise. Neutral

Spoiler:
 

Mais malgré tout je n'ai pas trop mal vécu cette lecture^^ notamment grâce à l'écriture d'Hardy (j'adore sa façon de décrire les sentiments... Et les lettres de Tess à Angel sont bouleversantes... Sad ) même si certaines descriptions m'ont paru un peu longues.

Bon ma critique est complètement désordonnée et j'ai oublié des tonnes de trucs mais en tout cas c'est un livre qui m'aura marquée, et je compte continuer ma découverte de Thomas Hardy. Wink


Dernière édition par esperluette le Dim 23 Jan 2011 - 18:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ju
Gone With The Books
avatar

Nombre de messages : 10312
Age : 26
Localisation : In the Tardis, with Ten
Date d'inscription : 15/05/2010

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Sam 28 Aoû 2010 - 14:46

contente que tu l'aies aimé esperluette Smile
c'est en effet un roman magnifique et j'ai ressenti un peu la même chose que toi vis à vis des personnages
ses parents No , l'impudence d'Alec, le comportement d'Angel: c'est vrai que c'est révoltant de lire
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Carry
Préceptrice
avatar

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 17/08/2010

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Sam 28 Aoû 2010 - 18:50

Un roman très sauvage malgré l'effet très lissé de l'écriture de Thomas Hardy: la foule de choses que cette pauvre Tess subit tout au long des pages!!
Sinon, j'ai beaucoup aimé l'adaptation par Polanski, le personnage de Tess y est merveilleusement bien restranscrit.
PS: comme vous, j'ai trouvé les hommes qui jalonnent la vie de Tess d'une rare médiocrité, pour ne pas dire clairement que ce sont deux pourris -(désolée du langage)
Mon extrait préféré (il résume toute l'histoire de l'Humanité, du destin et des chemins que l'on prend...)
" Dans l'exécution malhabile du plan habile et sage des choses, celui qui doit venir vient rarement à l'appel; l'être que l'on aimerait n'arrive guère à l'heure de l'amour. La Nature dit bien peu souvent à sa pauvre créature "Regarde!", à l'instant où ce regard pourrait conduire au bonheur; et au cri de "Où es-tu?", elle ne répond" Ici!" qu'une fois le jeu de cache-cache devenu lassant et fastidieux. On voudrait savoir si une intuition plus délicate, une intercation plus intime du mécanisme social qui, pour le moment, nous secoue de droite à gauche, ne corrigeront pas ces anachronismes, quand nous serons parvenus au faîte et à l'apogée du progrès humain; mais comment prophétiser un tel âge d'or, et même le croire possible?
Il suffit que, dans le cas actuel comme dans des millions d'autres, ne se rencontrèrent pas à la minute fatidique les deux moitiés d'un tout qui eût été parfait. L'une d'elles manquait, errant indépendante sur la terre et attendant dans un engourdissement stupide que le moment tardif arrivât. Et, de ce retard maladroit, devaient s'ensuivre inquiétudes, déceptions, amères souffrances et très étranges destinées"
Revenir en haut Aller en bas
Angelica Serpieri
Préceptrice
avatar

Nombre de messages : 32
Age : 26
Localisation : Paris
Date d'inscription : 23/03/2011

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Jeu 24 Mar 2011 - 17:31

tess est un de mes romans préférés. tout est magique: l'écriture de thomas hardy (quoique la traduction n'est pas toujours parfaite peut-être qu'il faudrait que je le relise en vo), l'histoire et les personnages.
tess est la femme dans toute sa splendeur, son innocence et sa bonté. Elle reste pure malgré tous les malheurs qui s'abattent sur elle et réussit à la fin à s'arracher à une vie malheureuse et déshonorante (même si son destin malheureux se réalise inexorablement). C'est quelqu'un de simple, qui aurait seulement voulu un mari et des enfants à aimer ou bien devenir institutrice dans son village.
Seulement il était tracé d'avance qu'elle n'y aurait pas droit. En effet au début du roman lors du bal champêtre elle aurait pu danser avec angel mais celui-ci lui préfère une autre fille et regrette ensuite au moment du départ de ne pas avoir prêté attention à tess. Ensuite c'est par la faute de tess que le cheval de son père meurt et ainsi sa mère l'oblige à aller voir alec. Alec profite d'elle de la manière la plus abjecte qui soit. Lorsqu'elle vient d'être abandonnée par angel et qu'elle revoit alec l'ironie du sort veut qu'il veuille maintenant l'épouser et en faire une femme honorable.
Le passage de la nuit de noce (ou est-ce quelques nuits après je ne sais plus) m'a particulièrement émue, lorsque angel prend tess dans ses bras alors qu'il dort et qu'il la porte dehors et on se rend compte qu'il est toujours amoureux d'elle mais que toutes les conventions sociales qui lui ont été inculquées l'empêchent de rester à ses côtés et d'être vraiment son mari.
Je trouve angel trop faible et mou. on peut même l'accuser d'hypocrisie puisque après avoir abandonné tess il propose à une des anciennes employées de la ferme de partir avec lui (il en veut à sa femme d'avoir été déshonorée et dit qu'alec est son vrai mari et il veut faire la même chose!).

Je n'ai vu que le film de polanski et je le trouve particulièrement réussi. nastassia kinski est parfaite dans le rôle de tess, les paysages sont superbes et j'aime beaucoup la musique de michel sardes. on pourrait peut-être reprocher le manque de beauté d'angel mais bon il donne bien l'impression d'être quelqu'un d'assez mou. il y a une scène qui me fait toujours pleurer et qui est d'une grande beauté: un matin angel revient de chez ses parents et trouve tess qui vient de se réveiller, il la demande alors en mariage et elle refuse car elle sait qu'avec ce qu'elle a fait elle ne peut pas l'épouser. on la voit ensuite pleurer en train d'écrémer le lait et ses larmes tombent dans le bol. je trouve que c'est très émouvant, ça me remue toujours en profondeur.
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23541
Age : 60
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   Jeu 24 Mar 2011 - 23:06

Eh oui, les hommes n'ont pas le beau rôle dans cette histoire, entre Alex et Angel, la pauvre Tess n'est pas gâtée.

Et ça fait plaisir de voir que le film de Polanski charme les jeunes générations également. Merci pour ces commentaires, Angelica Serpieri.

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tess of the D'Urbervilles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tess of the D'Urbervilles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Auteurs anglo-saxons divers (XIXème siècle et antérieurs) :: Thomas Hardy-
Sauter vers: