Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 10 ... 14  Suivant
AuteurMessage
lady Clare
Lily-white Doe
avatar

Nombre de messages : 9891
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Mer 26 Oct 2011 - 23:47

J'avais adoré Nathy's (malgré cette impression de malaise en effet), quel roman !!! cheers
Revenir en haut Aller en bas
LaPalatine
Préceptrice
avatar

Nombre de messages : 30
Age : 24
Localisation : Milton
Date d'inscription : 24/10/2011

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Jeu 27 Oct 2011 - 0:05

J'ai seulement lu Marie-Antoinette, mais j'ai étudié en allemand quelques un de ses textes. Ca me fait penser au film qui est passé hier sur france 2 Apocalypse Hitler. Lors des autodafés organisés par les SS à Berlin, on brulait aussi les livres de Stefan Zweig parce qu'il était juif, comme le dit bien lady Clare dans sa biographie. Enfin voilà, je pensais juste à ce moment du film ^^
Revenir en haut Aller en bas
nathy's
Feedle-Dee-Dee!
avatar

Nombre de messages : 8529
Age : 27
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Jeu 27 Oct 2011 - 8:51

J'ai finalement dévoré La pitié dangereuse et j'ai beaucoup aimé!! L'atmosphère est de plus en plus oppressante, on a l'impression réellement qu'un piège se referme sur le héros. Le vieux kekesfalva que j'aimais beaucoup au début, en devient détesté avec sa façon de parler, se comporter avec humilité et tristesse pour tirer sur la corde sensible.

En même temps, comment ne pas les comprendre, la vie de cet homme et sa nièce Illona doit être réellement éprouvante avec une telle malade à leurs côtés No

Pareil avec Eith que j'ai eu du mal à apprécier: elle me faisait pitié Rolling Eyes mais parfois je trouvais qu'elle était trop cruelle avec ceux qui tentent de l'aider. En même temps impossible d'imaginer l'horreur d'être clouée sur un fauteuil, ça excuse forcément. Bref des sentiments ambivalents pour les personnages.

J'ai beaucoup aimé Anton qui tente de s'en sortir mais se laisse toujours regagner par la pitié malgré lui et réalise peu à peu dans quelle situation il s'est fourré.
Spoiler:
 

Apparemment il y a eu un téléfilm adapté, quelqu'un l'a vu?
Revenir en haut Aller en bas
Accalia
Enfolded in Adoring Gaze
avatar

Nombre de messages : 3275
Age : 28
Localisation : pas loin...
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Jeu 27 Oct 2011 - 9:09

Je suis contente que cela t'ai tout de même plu (parce que l'ambiance est quand même assez glauque, surtout quand on avance dans le roman) je crois que c'est mon roman préféré de Zweig.

Pauvre Anton qui voit le piège lentement s'enfermer autour de lui...c'est assez effrayant et j'étais toujours furieuse, parce que je trouvais qu'il ne se défendait pas assez.
Pour une fois le titre en français a été pas trop mal choisi. En allemand, le vrai titre est Ungeduld des Herzen dont la traduction littérale est "l'impatience du coeur". Mais la pitié dangereuse est finalement très bien.
Revenir en haut Aller en bas
nathy's
Feedle-Dee-Dee!
avatar

Nombre de messages : 8529
Age : 27
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Jeu 27 Oct 2011 - 13:11

C'est vrai qu'on a parfois envie de lui crier "Non stop, tu as déjà été trop loin, arrête là!!" mais en même temps son comportement est compréhensible.

Je me demandais justement si le titre était le même en allemand: j'aime beaucoup l'original, qui dévoile moins de "choses" même si La pitié dangereuse, je trouve que ça sonne très bien Smile
Revenir en haut Aller en bas
lady Clare
Lily-white Doe
avatar

Nombre de messages : 9891
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Ven 11 Nov 2011 - 21:40

Merci pour vos échanges les filles ! drunken

Nouvelle parution ce mois-ci, mais je ne sais pas si c'est un inédit :

Légende d'une vie

Citation :
Quatre personnages se croisent : Leonore Franck, veuve du célèbre écrivain Karl Amadeus Franck, leur fils Friedrich, Bürstein, le biographe du maître et une mystérieuse femme qui s’avère être l'amour d'enfance du grand écrivain, celle à qui il a écrit des dizaines de pièces enflammées et dédié une pièce de théâtre que tout le monde croyait jusqu'alors perdue. Or cette femme détient les lettres et le manuscrit...
Tout le génie de Zweig est de glisser du vaudeville classique à la pièce métaphysique sur la création. Depuis la mort de l’écrivain, sa veuve, ainsi que le biographe, ont maquillé la réalité. Or quand Bürstein se repent, la légende de l'écrivain s'effondre, mais pour donner naissance à la véritable histoire d'une vie et d'un amour passionné.
Légendes d'une vie est consacrée aux relations d'une famille et de l'œuvre que laisse un grand homme disparu. A-t-elle le droit de tout publier? Doit-elle censurer, couper, rectifier ?


Arrow
Revenir en haut Aller en bas
nathy's
Feedle-Dee-Dee!
avatar

Nombre de messages : 8529
Age : 27
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Ven 11 Nov 2011 - 23:42

La couverture est magnifique!! C'est une très bonne nouvelle cette parution, on n'a jamais assez de Stefan Zweig cheers
Revenir en haut Aller en bas
misshoneychurch
Poppy dream by the Arno
avatar

Nombre de messages : 5620
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Sam 12 Nov 2011 - 8:48

Merci pour l'info, c'est vrai que la couverture est magnifique I love you Un Zweig en plus à lire (mais perso j'ai encore de quoi faire pendant de très looongues années Very Happy ).
Revenir en haut Aller en bas
nathy's
Feedle-Dee-Dee!
avatar

Nombre de messages : 8529
Age : 27
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Lun 14 Nov 2011 - 14:14

Je craque pour les nouvelles couvertures de La confusion des sentiments et 24 heures de la vie d'une femme J'ai déjà le premier depuis longtemps mais pas le 2e, je pense que je vais courir l'acheter! c'est terrible le livre de poche fait constamment de nouvelles couvertures pour les romans de Zweig et elles sont toujours plus belles les unes que les autres!



Dernière édition par nathy's le Ven 25 Nov 2011 - 12:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
lady Clare
Lily-white Doe
avatar

Nombre de messages : 9891
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Lun 14 Nov 2011 - 17:24

Ouiiiiiiiiiiiiiiiii! C'est le coffret de Noël.... trop bô !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! cheers
Revenir en haut Aller en bas
misshoneychurch
Poppy dream by the Arno
avatar

Nombre de messages : 5620
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Lun 14 Nov 2011 - 18:05

Je l'ai vu samedi, j'ai failli craquer moi aussi. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Tatiana
A view from the past
avatar

Nombre de messages : 10209
Age : 33
Localisation : Quelque part dans l'Angleterre du XIXe...
Date d'inscription : 26/02/2010

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Lun 14 Nov 2011 - 21:14


J`ai terminé sa biographie de Marie-Antoinette. Malgré le peu d`intérêt que je porte à la femme et à la reine, présentée souvent comme un monstre ou comme une martyre, je l`ai trouvée passionnante.
Ayant l`habitude lire des biographies écrites par des contemporains, le style m`semblé lourd pendent les premières pages, mais ça n`a pas duré. J`ai beaucoup aimé le portrait que Zweig fait de Marie-Antoinette et l`évolution de sa personnalité. De jeune femme futile et frivole, elle devient à cause des événements révolutionnaires une femme posée, réfléchie et très courageuse. Zweig ne lui fait aucune concession et laisse clairement apparaître les erreurs si terribles commises pendant sa jeunesse. J`ai été frappée par la perspicacité de sa mère Marie-Thérèse, qui la supplie jusqu’à sa mort en 1780 de changer d`attitude parce qu`elle pressentait le pire pour elle.

Lunaë a écrit:
J'ai aussi beaucoup aimé le fait que soit clairement dit, et prouvé, que Axel de Fersen était beaucoup plus qu'un ami proche de la reine.

Son explication est très claire, et parfaitement compréhensible. Ce n`est plus un amour chevaleresque et platonique, mais une passion qui unit un homme et une femme qui s`aiment (leurs lettres sont très clairs et ne laissent pas de doute possible), et au final une magnifique histoire d`amour, l`une des plus belles de l`histoire de France.

Seul petit bémol : Louis XVI, homme affreusement faible selon Zweig, plus ou moins un imbécile incapable de faire face aux événements. Je persiste à croire qu`il valait mieux que ça, selon sa biographie d`Évelyne Lever. Je vais essayer d`en lire une autre, celle de Jean-Christian Petitfils sans doute, qui a le mérite de rester objectif en général.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
lady Clare
Lily-white Doe
avatar

Nombre de messages : 9891
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Mar 15 Nov 2011 - 21:49

Merci Tatiana, tu as parfaitement exprimé mon ressenti à la lecture de ce livre, excepté que j'aime beaucoup Marie-Antoinette, je trouve que c'est une personnalité fascinante...

Je suis très contente que tu aies apprécié ce livre ! Wink

Actualité brûlante pour Zweig !

On nous annonce une édition prochaine de Zweig dans la Pléiade, une pièce de théâtre sur la fin de sa vie au théâtre Montparnasse en septembre 2012 (avec François Bérléand & Elsa Zylberstein) et enfin une BD qui retrace les derniers jours de sa vie, Les Derniers jours de Stefan Zweig, chez Casterman en février prochain:

Citation :
Le 22 février 1942, exilé à Petropolis au Brésil, l’écrivain autrichien Stefan Zweig se suicide avec son épouse, Lotte.

Le désespoir a eu raison du grand humaniste, acteur essentiel de la littérature européenne et témoin majeur de la première partie du XXe siècle.

En 2010, conjuguant réel et fiction, le roman de Laurent Seksik revisitait les six derniers mois de la vie du couple, entre nostalgie des fastes de Vienne et appel des ténèbres.

Passés successivement par l’Angleterre et les Etats-Unis après avoir fui l’Autriche, Stefan et Lotte avaient cru fouler au Brésil une terre porteuse d’avenir.

Mais c’était sans compter avec l’épouvante de la guerre...

Génial ! sunny
Revenir en haut Aller en bas
serendipity
Aurora Borealis Chaser
avatar

Nombre de messages : 8968
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Mar 29 Nov 2011 - 13:50

J'avais raté les derniers posts intervenus dans ce topic. Merci pour ton avis Tatiana Wink
@ Lady Clare, cette actu confirme que Zweig reste une valeur très sûre en France (et que nul n'est prophète en son pays Wink ).
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23671
Age : 61
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Mer 1 Fév 2012 - 18:01

J'ai vu la couverture de la BD citée plus haut par Lady Clare, et humm, ça donne envie!






Pendant mes vacances, j'ai lu Le Voyage dans le passé, une sorte de long poème d'amour. C'est de la prose, pourtant, mais j'ai trouvé la langue tellement belle que j'ai vraiment eu cette impression d'une ballade, ou plutôt d'une chanson triste. drunken

Un couple se retrouve après une longue séparation et, dans le train qui les emmène vers Heidelberg, l'homme se remémore leur rencontre et les années qui ont suivi. En une centaine de pages empreintes d'émotion retenue, Zweig nous raconte les aléas de l'amour et l'amertume du temps qui passe. Envoûtant. study

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
misshoneychurch
Poppy dream by the Arno
avatar

Nombre de messages : 5620
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Mer 1 Fév 2012 - 18:55

Si les dessins sont tous à la hauteur de la couverture, alors il me faut cette BD ! I love you

Pour Le voyage dans le passé, j'avais aimé, mais avec le recul je l'ai trouvé moins frappant que les "grands" textes de l'auteur.
Revenir en haut Aller en bas
Rosalind
Lady of Damerosehay


Nombre de messages : 8349
Age : 68
Localisation : entre Rohan et Ruatha ...
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Jeu 2 Fév 2012 - 0:32

De Stefan Zweig je n'avais lu que Lettre d'une inconnue, Vingt-quatre heures de la vie d'une femme et Amok.

Ce topic m'a donné envie d'en connaître davantage, et en fouillant dans mon grenier j'ai trouvé un vieux livre de poche bien défraîchi et jauni, j'ignore pourquoi je ne l'avais jamais lu. Sans doute ne m'inspirait-il pas. Donc je viens de lire -enfin- La pitié dangereuse.

C'est un roman admirable, mais qui m'a mise profondément mal à l'aise, et que je n'aurai certainement pas envie de relire ! L'atmosphère oppressante et la sensation d'inéluctabilité (ça se dit ?) y sont pour beaucoup.

Le mal dont souffre Edith, ainsi que ses sentiments et ses réactions, sont décrits avec une précision quasi clinique, et je n'ai pu m'empêcher de penser à l'amitié qui liait Stefan Zweig à Sigmund Freud.

Je n'ai pas aimé du tout le lieutenant Hofmiller, je l'ai trouvé faible et exaspérant avec ses atermoiements et revirements incessants.
J'aurais voulu aimer Edith, et l'art de Stefan Zweig est tel que le lecteur éprouve comme le lieutenant des sentiments mitigés, allant de la pitié à l'agacement.
Même chose pour son père. A ce sujet le rêve du lieutenant, le comparant au vieillard des "Mille et une nuits" est très freudien.

J'ai trouvé le titre français particulièrement bien choisi, je m'interrogeais sur le titre original, merci Accalia de l'avoir mentionné (il n'était même pas indiqué dans ma vieille édition).
Il y avait toutefois en exergue un extrait expliquant le choix du titre :

Citation :
Il y a deux sortes de pitié. L'une, molle et sentimentale, qui n' est en réalité que l' impatience du coeur de se débarrasser le plus vite de la pénible émotion qui vous étreint devant la souffrance d'autrui, qui n' est pas du tout la compassion, mais un mouvement instinctif de défense de l'âme contre la souffrance étrangère. Et l'autre, la seule qui compte, la pitié non sentimentale mais créatrice, qui sait ce qu'elle veut et est décidée à persévérer jusqu' à l' extrême limite des forces humaines.

Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23671
Age : 61
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Jeu 2 Fév 2012 - 14:45

Merci pour ces commentaires, Rosalind. En passant en revue l'oeuvre de Zweig, je me suis rendu compte que c'est l'un de ses titres qui m'attirent le plus. Malheureusement il n'est pas évident à trouver. No

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Rosalind
Lady of Damerosehay


Nombre de messages : 8349
Age : 68
Localisation : entre Rohan et Ruatha ...
Date d'inscription : 17/04/2008

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Jeu 2 Fév 2012 - 18:43

cat47 a écrit:

En passant en revue l'oeuvre de Zweig, je me suis rendu compte que c'est l'un de ses titres qui m'attirent le plus. Malheureusement il n'est pas évident à trouver. No

Pourtant il est disponible sur Amazon Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23671
Age : 61
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Jeu 2 Fév 2012 - 19:31

Bah, j'ai regardé hier et il n'y avait rien. C'est à n'y rien comprendre. scratch Je dois dire que ça m'étonnait, je me demandais pourquoi je ne trouvais même pas une occasion. Pas grave, je devais être dans une réalité alternative. Hop, je le mets illico dans ma corbeille. rabbit Cool

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Dérinoé
Ready for a strike!
avatar

Nombre de messages : 1084
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Jeu 2 Fév 2012 - 20:05


Bonsoir,

je me permets de m'insérer dans la discussion car, Rosalind, je suis complètement en phase avec ton commentaire de La Pitié dangereuse que j'ai lue il y a quelques années, dans ma période Zweig.

Citation :
C'est un roman admirable, mais qui m'a mise profondément mal à l'aise, et que je n'aurai certainement pas envie de relire ! L'atmosphère oppressante et la sensation d'inéluctabilité (ça se dit ?) y sont pour beaucoup.


Citation :
J'aurais voulu aimer Edith, et l'art de Stefan Zweig est tel que le lecteur éprouve comme le lieutenant des sentiments mitigés, allant de la pitié à l'agacement.

Je te rejoins particulièrement sur ces deux points. L'une des spécificités de ce livre, pour moi en tous cas, est qu'il est extrêmement difficile d'éprouver de l'amitié pour Edith ou, même, pour certains traits de sa personnalité, comme cela peut-être le cas lorsqu'on ne s'identifie pas complètement à un personnage.

Ainsi, la lecture s'est faite pour moi aussi avec une certaine pénibilité qui ne doit rien au talent d'écrivain ou de conteur de ce grand romancier qu'est Stefan Zweig. Je pense que c'est sans doute le livre de lui que j'ai le moins aimé, dont la découverte m'a semblé la plus laborieuse, entachée par cette atmosphère lourde que tu as très bien décrite.

Sinon, de lui, je connais aussi Le Joueur d'échec - qui est le premier que j'ai découvert et qui m'avait beaucoup impressionnée à l'époque - Vingt-quatre heures dans la vie d'une femme - très plaisant à lire - et la Confusion des sentiments - qui est définitivement mon préféré. Peut-être pourrais-je le commenter dans un prochain post, si cela n'a pas déjà été fait trop souvent?

Tout ça me donne envie de replonger dans les Viennoiseries...

Dérinoé

Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23671
Age : 61
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Jeu 2 Fév 2012 - 20:45

Dérinoé a écrit:
Peut-être pourrais-je le commenter dans un prochain post, si cela n'a pas déjà été fait trop souvent?

Bien sûr que tu peux le commenter, Dérinoé. Il n'y a jamais trop de commentaires sur un livre dans cette auberge, rassure-toi. Very Happy

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
Dérinoé
Ready for a strike!
avatar

Nombre de messages : 1084
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Jeu 2 Fév 2012 - 21:37


Rebonsoir,

@ Cat47: Merci beaucoup! Alors je me lance, et avec grand plaisir.

Donc, comme je le disais précédemment, la Confusion des sentiments est mon livre préféré de Stefan Zweig, paru pour la première fois en 1927 sous le titre original de Verwirrung der Gefühle et sous-titré Notes intimes du Professeur R. de D.



Résumé:

Il s'agit des mémoires d'un universitaire vraisemblablement issu d'une famille noble et racontant une partie de ses études dans une petite ville de province allemande où un Professeur de philologie aussi passionné que charismatique lui inculque véritablement le goût de la lecture et de la recherche scientifique.

Le récit démarre sur la fin d'une première année d'Université à Berlin où Roland, c'est son prénom, a mené une vie de patachon, n'ayant passé que peu de temps dans les bibliothèques et sur les bancs de classe. Son père, qu'il craint et qui vient le chercher avec mécontentement après cette année de débauche, lui annonce sa décision de l'inscrire dans une modeste Université de province. Le jeune homme y fait alors la connaissance d'un Professeur dont les cours vont le subjuguer et qui le prend très rapidement en affection, lui louant une chambre au-dessus de chez lui.

Ce Professeur est marié à une femme charmante avec qui, au grand étonnement de Roland, il entretient des rapports d'une froideur déconcertante, s'absentant par ailleurs souvent de chez lui sans donner la moindre explication de ses mystérieuses disparitions. Sous l'apparence d'un couple brillant, les époux semblent même se vouer une haine certaine qui laisse le jeune homme interdit.

Roland propose à son enseignant de l'aider à rédiger le gros ouvrage de philologie sur lequel il travaille avec acharnement et cette collaboration donne naissance à une relation on ne peut plus chaotique: tantôt, l'homme se montre charmant avec son étudiant, partageant avec une générosité sans borne sa passion des textes et l'introduisant même dans son cercle privé, tantôt il le rejette violemment sans un mot d'explication, le traitant avec le même mépris qu'il réserve à sa femme. C'est l'incompréhension et la souffrance du jeune homme face à ces incessants revirements qui constituent la plus grande partie de ce roman.

Commentaire:

Ce que j'ai trouvé particulièrement réussi, dans ce roman, c'est ce tour de force narratif qui consiste à nous laisser deviner de manière de plus en plus explicite au fil de l'histoire la cause du comportement des personnages - je pense là principalement au Professeur et à sa femme - tandis que le narrateur lui-même, soit le jeune homme sincère et éperdu d'admiration, tout étant celui qui raconte, reste aveugle aux motivations de ses proches. Le fait que le narrateur soit celui qui en sache ou en saisisse le moins - à côté des autres personnages et du lecteur - est une vraie gageure, du point de vue de la crédibilité du personnage.

Combien de fois voit-on des films ou des séries dans lesquels les auteurs, pour la construction de l'histoire, laissent un personnage dans l’ignorance d'un fait qu'il devrait selon toute logique avoir compris depuis belle lurette. Combien de fois se dit-on devant le niais qui n'a toujours pas vu devant lui le ressort gros comme une maison: "Pfff! Ce n'est pas crédible!" Eh! Bien là non, pas du tout: pour ma part, je ressentais une profonde empathie pour ce jeune homme sincère et enthousiaste qui, à peine les joies de l'Université découvertes, se trouve pris dans des névroses et des problèmes qui le dépassent complètement et qu'il relate avec un désarroi émouvant.

L'autre élément fort du roman, selon moi, réside dans le fait que l'on éprouve une empathie simultanée pour tous les personnages: l'étudiant, certes, mais également le Professeur et sa femme, chacun enfermé dans une prison de solitude et d'amertume que l'on devine terrible. Pas de coupable, pas de condamnation morale. Le Professeur est pris dans un piège auquel il ne peut rien, la femme partage sa geôle en survivant tant bien que mal, comme elle le peut, et le jeune homme finit par endosser lui aussi le châtiment sans avoir réellement compris - du moins jusqu'à un certain point de l'histoire - quel est le crime et le pourquoi de la sentence.

Personnellement, j'ai adoré ce bouquin, passionné, passionnant et, comme toujours avec notre ami viennois, remarquablement écrit. J'en ai trouvé les personnages plus émouvants encore que ceux de Vingt-quatre heures dans la vie d'une femme et du Joueur d'échec : ce n'est pas peu dire sur leur profonde humanité. Peut-être à cause de la fraîcheur du narrateur, de son absence de préjugé sur les êtres et les situations, de son enthousiasme naissant pour la littérature. L'histoire aurait pu être teintée par le cynisme ou la rage rétrospectifs du narrateur devenu vieux mais elle garde au contraire intacte le verni neuf et tremblé des sentiments de la jeunesse.

Et puis, le titre est tellement beau: c'est l'un de mes préférés entre tous.

Si certains d'entre vous l'ont lu également, vos avis m'intéresseraient beaucoup.

Bien à tous,

Déri'

P.S. Paraît que Freud a aimé le roman. Malgré ça, c'est un très bon livre. Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
cat47
Master of Thornfield
avatar

Nombre de messages : 23671
Age : 61
Localisation : Entre Salève et Léman
Date d'inscription : 28/01/2006

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Jeu 2 Fév 2012 - 22:04

Merci pour ces commentaires très complets. cheers

Il est sur ma PAL, je posterai donc un avis... un jour ou l'autre. rabbit

_________________
http://www.librarything.com/profile/catlamb
There are things so beautiful that they let you not mind that you will grow old and die.

Good angel of Prime Bright Loulou, lycanophila ma non seriosa
Revenir en haut Aller en bas
nathy's
Feedle-Dee-Dee!
avatar

Nombre de messages : 8529
Age : 27
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   Jeu 2 Fév 2012 - 22:11

Rosalind je me reconnais assez dans tes commentaires même si j'avais beaucoup aimé le lieutenant pour qui j'avais de la peine devant sa situation, j'étais plus de son côté que celui d'Edith et sa famille car il était véritablement pris au piège.

Derinoé, très belle critique de La confusion des sentiments, il serait temps que je le relise du coup! drunken
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG
Revenir en haut 
Page 6 sur 14Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 10 ... 14  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un génie de la littérature : Stefan ZWEIG
» Votez pour vos romans de littérature jeunesse préférés!
» BEOWULF : l'épopée fondamentale de la littérature anglaise.
» Littérature hispanophone
» Littérature coréenne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Autres auteurs (divers)-
Sauter vers: