Une auberge pour les admirateurs de Jane Austen, et bien plus encore...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Louis-Ferdinand Céline : Voyage au bout de la nuit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bexounet
The Admin's Worshipper


Nombre de messages : 1940
Age : 41
Localisation : Lyon, derrière un bouquin... ou un clavier
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Louis-Ferdinand Céline : Voyage au bout de la nuit.   Mer 5 Déc 2007 - 0:04

Je sais que ce livre ne laisse pas une impression neutre. Comme son auteur en fait.

J'ai découverts Céline car Djian fait l'apologie du style de Céline dans plusieurs de ses livres. Alors j'ai voulu découvrir. Je vous préviens tout de suite : je n'ai jamais pu finir ce Voyage au bout de la nuit. Je ne finirai sans doute jamais ce livre. Et pourtant j'ai adoré cette expérience de lecture. Ce style inimitable, brillant. Ce livre fut presque une révélation pour moi, une vraie jouissance fait livre. J'ai adoré.
Mais que de... Morgue dans son propos. Comme pour l'univers de 1984 d'Orwell, je lis trop lentement pour pouvoir supporter une immertion de plusieurs mois dans l'univers de Céline. C'est trop dur. Même si ce livre est une oeuvre magistral.

Je sais que ce livre est parfois détesté... je n'ai pas encore compris completement pourquoi.

Et vous ? Que pensez vous de Céline l'écrivain (oui, l'homme ne mérite pas que l'on s'attarde sur lui) ?

Bexounet
Revenir en haut Aller en bas
althea
Countess of Dagobah


Nombre de messages : 2324
Age : 55
Date d'inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: Louis-Ferdinand Céline : Voyage au bout de la nuit.   Mer 5 Déc 2007 - 0:34

J'ai lu Voyage au bout de la nuit il y a ...plus de 20 ans et j'ai des souvenirs très précis non pas sur la trame du roman mais effectivement sur le style unique de Céline et sur le malaise que j'avais en le lisant. C'est vrai que c'est à la fois brillant et nauséeux. Je me rappelle m'etre un peu forcée à le lire tellement il me mettait mal à l'aise. J'ai eu la même admiration teintée de dégout pour Orange mécanique et certains films de Lynch: je crois que Céline nous renvoie une image de l'homme et de l'humanité tellement négative, sans espoir ni de bonheur, ni de rédemption que j'ai beaucoup de mal à accepter.

Je ne suis pas sûre que Voyage au bout de la nuit soit détesté: je conais beaucoup de personnes qui le considèrent comme LE roman du 20ème siècle (et qui m'ont poussé à le lire!). Evidemment il y a toujours le dilemne : peut on apprécier un ouvrage écrit par une ordure? Et ce n'est pas si simple....
Revenir en haut Aller en bas
Bexounet
The Admin's Worshipper


Nombre de messages : 1940
Age : 41
Localisation : Lyon, derrière un bouquin... ou un clavier
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: Louis-Ferdinand Céline : Voyage au bout de la nuit.   Mer 5 Déc 2007 - 0:46

brillant et nauséeux... Je n'aurais su dire mieux Althea. De même, la comparaison avec Orange mécanique me parait très pertinente.... Il faut que je réflichisse à tout ça pour pouvoir mieux te répondre. (surtout sur la dernière question, car je suis sûr de répondre, "oui et même passionnement". Mais il faut pour cela que je trie mes idées...

Bexounet
Revenir en haut Aller en bas
MissAcacia
DerbyCheshire Cat


Nombre de messages : 6288
Age : 43
Localisation : Perched on a hot sound tree
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Louis-Ferdinand Céline : Voyage au bout de la nuit.   Mer 5 Déc 2007 - 22:14

Hello,

J'ai moi aussi lu Voyage au bout de la nuit il y a plusieurs années et je l'avais beaucoup apprécié malgré sa vision très pessimiste du genre humain.
Je partage l'opinion d'Althea sur le fait qu'il mette mal à l'aise.
Je me souviens d'une vigueur dans le style, un côté un peu désespéré un impression d'éclairages glauques et de fange, d'une quête sans but et sans espoir. La narration très prenante a cependant fait que je l'ai dévoré.

@bexounet: tu dis que te ne le finira pas, tu pourras vraiment résister à l'envie de connaïtre la fin ?

C'est curieux que vous parliez d'Orange Mécanique, je n'ai jamais pu me résoudre à voir ce film malgré tout le bien qu'on m'en a dit. La lecture du synopsis m'a toujours fait redouté une ambiance malsaine et perverse pale
Revenir en haut Aller en bas
Bexounet
The Admin's Worshipper


Nombre de messages : 1940
Age : 41
Localisation : Lyon, derrière un bouquin... ou un clavier
Date d'inscription : 21/09/2006

MessageSujet: Re: Louis-Ferdinand Céline : Voyage au bout de la nuit.   Jeu 6 Déc 2007 - 0:02

Miss Acacia, si tu as été capable d'apprécié ce roman glauque mais pourtant joussif car tellement intelligent, tu ne pourra qu'apprécier Orange mécanique qui est sans aucun doute une oeuvre majeur du cinéma. Le parallèle fait par Althea est juste. L'un est glauque, l'autre montre une violence qui est tellement gratuite que c'en est perturbant. Ces 2 oeuvres me dérangent... Ces 2 oeuvres ont une histoire qui m'interesse tellement moins que la forme de ces oeuvres que j'ai toujours tendance à oublier de quoi elles parlent.
Ainsi, comme je le disais, il est plus que probable que je relise le voyage de nombreuses fois et pourtant je peux affirmer sans grand risque que je ne le finirais sans doute jamais. Je finirais inlassablement par lacher ce chef d'oeuvre par dégout.
Cependant, c'est face à ce livre que je ressens le plus que je ne suis qu'un ruste inculte incapable de la moindre analyse d'une oeuvre littéraire (analyse que je peux lire parfois avec délectation sous la plume de certain(e)s des hotes de cette auberge) et que je dois donc passer à coté de bien des choses dans ce livre. En effet, face à ce livre dont je sens bien qu'il est sans conteste le plus novateur, le plus brillant, celui qui dut necessité le plus de génie pour être écrit, je ne suis grosso-modo capable que de dire que je l'aime beaucoup.... C'est assurément injuste pour rendre à cet oeuvre les honneurs qui lui sont dù.

Vous l'aurez compris, à la question d'althea "peut on apprécier un ouvrage écrit par une ordure?" : Ma réponse est oui, j'adore ce bouquin. J'adore le génie que son auteur y a mis... Et pourtant, je sais combien Céline était une ordure malfaisante. Pour l'homme Céline, je n'ai que mépris et hostilité...

Certaines charognes ont du génie. De leurs génie, il serait dommage de se priver.

Bexounet


Dernière édition par Bexounet le Mar 15 Avr 2008 - 8:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MissAcacia
DerbyCheshire Cat


Nombre de messages : 6288
Age : 43
Localisation : Perched on a hot sound tree
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: Louis-Ferdinand Céline : Voyage au bout de la nuit.   Jeu 6 Déc 2007 - 22:54

Je ne te ferais pas de concurrence pour les analyses littéraires, n'ayant pas du tout la formation pour. Je suis à peu près au même niveau : j'aime / j'aime pas / pour telle et telle raison... et encore.

Je pense arriver à comprendre ton approche sur Voyage au bout de la nuit même si elle est différente de la mienne.
Revenir en haut Aller en bas
Accalia
Enfolded in Adoring Gaze


Nombre de messages : 3275
Age : 26
Localisation : pas loin...
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Louis-Ferdinand Céline : Voyage au bout de la nuit.   Jeu 1 Mai 2008 - 0:13

j'ai été obligé de lire ce livre pour passer des colles en francais cette année.....


Moi et ma classe on a bien ralé quand on a du le lire...et moi je me forcais péniblement à lire ce livre (en m'obligeant à lire tant de pages par jour........)
Je croyais ne jamais voir la fin de ce livre interminable......
et pourtant un jour je l'ai fini......je l'ai fermé.....



et je me suis dis que ce livre était génial....et je l'ai réouvert illico pour le relire....
lol! lol! lol! je sais que je suis une dingue....



mais je n'avais encore jamais vu un tel style tout d'abord différent des romans de cette époque,l'utilisation fréquente de l'argot a choqué toute la France.....

....mais ensuite ce dégout pour l'humanité,cette dénonciation de l'absurdité du monde et sa folie, allant même jusqu'à la qualifier "d'abattoir international en folie" .

Il expose ainsi ce qui est pour lui la seule façon raisonnable de résister à une telle folie : la lâcheté, chose plutot étonnante......
cet homme antinationaliste, anticolonialiste et anticapitaliste met en évidence la pourriture ........

On peut etre dégouter par cet homme et ses idées....et pourtant meme si elles sont poussés à l'extreme elles sont vraies.......ce livre est je trouve criant de vérité et c est cela qui est le plus affreux


Il y a deux citations que j'ai apprise par coeur tellement elles m'ont marquées:

"Faire confiance aux hommes c'est déja se faire tuer un peu"

et une autre plus longue....
"il existe pour le pauvre en ce monde deux grandes maniéres de crever, soit par l'indifference absolue de vos semblables en temps de paix, ou par la passion homicide des memes en la guerre venue.S'ils se mettent à penser à vous,c'est a votre torture qu'ils songent aussitot les autres et rien qu'à ca.On ne les interresse que saignants les salauds!"


je trouve que cet homme montre sa joie de vivre d'une maniére tout à fait exalatante...^^

9/10
Revenir en haut Aller en bas
serendipity
Aurora Borealis Chaser


Nombre de messages : 8061
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Louis-Ferdinand Céline : Voyage au bout de la nuit.   Lun 3 Sep 2012 - 12:52

Pour celles et ceux que cela intéresserait, un article sur la publication de pamphlets interdits de LF Céline par un éditeur québécois (article du quotidien le Devoir).

Extrait :
Citation :

Dans la correspondance qu’il entretient alors, Céline se présente comme l’ennemi numéro un des Juifs. « Les Juifs, racialement, sont des monstres, des hybrides loupés, tiraillés, qui doivent disparaître », écrit-il. L’antisémitisme qui se propage alors en Europe sous l’impulsion des nazis et de divers groupes d’extrême droite lui apparaît trop doux, trop feutré, presque littéraire. Céline se présente comme un réaliste dur, désabusé et endurci. Personne ne lui semble trop radical à l’égard des Juifs, pas même Hitler qu’il soupçonne de molesse ! Il écrit néanmoins dans L’école des cadavres se sentir « très ami d’Hitler, très ami de tous les Allemands ». Cet ami de l’extrême droite, parfaitement impossible à encadrer, devient gênant même pour l’administration nazie.

Citation :
Pourquoi rééditer des textes pareils aujourd’hui ? En entrevue il y a quelques jours, l’éditeur Rémi Ferland expliquait que « plus ces textes sont cachés et plus ils deviennent attrayants. Ce sont bien sûr des textes haineux, mais datés et éventés ». Il lui importe de le montrer. Les rendre disponibles dans une édition critique conceptualisée lui semble obéir à la mission de sa maison, qui est de faire connaître « des écrits rares et difficilement accessibles ». Jusqu’ici, sa maison fondée en 1990 a surtout fait paraître des écrits du xixe siècle ainsi que quelques livres contemporains, dont plusieurs titres de l’éditeur lui-même.
Comment un éditeur québécois en marge de l’édition courante peut-il se retrouver à rééditer des textes sulfureux d’un des monstres de la littérature du xxe siècle ? Tout simplement en vertu des droits en vigueur au pays, explique Rémi Ferland. « Au Canada, la Loi sur le droit d’auteur prévoit qu’une oeuvre tombe dans le domaine public cinquante ans après la mort de son auteur. Céline est mort en juillet 1961. Il y a donc plus d’un demi-siècle aujourd’hui. J’ai étudié la question et j’ai pris conseil auprès du conseiller légal des Presses de l’Université Laval ».

Les éditions Huit considèrent donc qu’elles ont le droit de rééditer des oeuvres que Céline avait décidé de maintenir dans l’ombre. Cependant, « le livre ne pourra pas être distribué en France ou vendu directement à des citoyens français », précise l’éditeur. La même chose s’applique évidemment pour des pays dont la durée du droit d’auteur serait supérieure aux limites fixées au Canada, ce qui n’est pas rare.

Revenir en haut Aller en bas
esperluette
Magnolia-White Ampersand


Nombre de messages : 7519
Age : 25
Date d'inscription : 11/07/2009

MessageSujet: Re: Louis-Ferdinand Céline : Voyage au bout de la nuit.   Lun 3 Sep 2012 - 16:20

Merci pour l'info serendipity (j'avoue que je n'ai lu que les extraits choisis par tes soins Wink ), c'est le type de questions auxquelles il est toujours difficile de répondre... C'est comme la réédition récente de Mein Kampf en Allemagne. pale (Enfin, c'était une édition commentée, à but "pédagogique" donc). Mais est-ce qu'il vaut mieux que ces textes restent cachés ? Pas sûr. Rolling Eyes

De Céline je n'ai lu que le Voyage au bout de la nuit. Je n'en suis pas sortie traumatisée, mais marquée par le style si particulier et le pessimisme profond de ce livre. Je me rappelle avoir un peu peiné au début, mais avoir ensuite été éblouie par la beauté et la cruauté de certains passages, comme ceux cités par Accalia. J'en avais recopié plusieurs.

Mais surtout tout au cours de ma lecture je m'étais demandé comment l'auteur de ce livre avait pu devenir l'homme méprisable qu'il est devenu. No Ca me semblait en totale opposition avec l'atmosphère du roman, qui est certes pessimiste mais pas pour autant haineux envers l'humanité.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Louis-Ferdinand Céline : Voyage au bout de la nuit.   Aujourd'hui à 12:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Ferdinand Céline : Voyage au bout de la nuit.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Louis-Ferdinand CÉLINE - Voyage au bout de la nuit
» Louis-Ferdinand Céline : Voyage au bout de la nuit.
» Voyage au bout de la nuit
» Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline...
» Louis-Ferdinand CÉLINE - L'Église

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Inn at Lambton :: Do you read, Mr Darcy? :: Autres auteurs (divers) :: Auteurs francophones-
Sauter vers: